De La Soul

104528 fans
De La Soul se forme à Amityville, une banlieue plutôt tranquille de Long Island. Nous sommes loin de la trépidante Manhattan, même si le village côtier st réputé pour le roman (et les films) d'horreur qui y est situé, et pour abriter les vieux jours de la veuve d'Al Capone.

Kelvin Mercer est né dans le Bronx, en 1969. Il est ami d'enfance avec David Jude Jolicoeur, né pour sa part à Brooklyn en 1968. Tous deux se rencontrent à l'école primaire d'Amityville, où ils ont déménagé, et en traversant l'adolescence dans les années 1980, ils conçoivent une passion pour le hip hop qui les pousse à former un groupe de rap. Ils recrutent un autre écolier du quartier Vincent Mason, né lui aussi à Brooklyn, en 1970. Le genre imposant des surnoms, ils commencent par s'en choisir plusieurs, Mercer devient Posdnuos (Pos), mais aussi Plug One (parce que son micro se branchait sur la prise 1 de la console, dans la chambre où ils font leur apprentissage) puis Plug Wonder Why ou Mercenary. Jolicoeur (dont on devine au patronyme les ascendances haïtiennes) s'appellera Trugoy The Dove, Plug Two, ou simplement Dave. Quant à Mason, il sera Mase, mais aussi Plug Three, P.A. Masemaster Mase, voire Maseo.

Après avoir écouté et compris les disques de jazz ou de soul de leurs parents, ils commencent à enregistrer leurs premières maquettes, avant de rencontrer, par l'intermédiaire de Mase, un rappeur producteur guère plus âgé qu'eux, mais déjà célèbre. Prince Paul (Paul Huston) a rejoint Stetsasonic en 1986, un groupe de pionniers qui existe depuis 1981. Séduit par ce premier titre, « Plug Tunin », il décide d'aider les débutants à produire leur premier album. Rapidement signé sur Tommy Boy, un des labels phares du mouvement, De La Soul sort 3 Feet High And Rising en 1989, et change tout simplement la face du rap.

De La Soul invente les interludes, balance des morceaux de leçons de français (« Transmitting Life From Mars »), et montre déjà une aptitude incroyable à pondre des hits immémoriaux. En rentrant dans le jeu avec des textes prônant la positivité de l'existence, De La Soul doit pourtant déchanter. D'abord parce qu'on les affuble d'une étiquette de néo-hippies, qu'ils devront ensuite combattre, et aussi parce que les Turtles, groupes sixties samplé sur l'album, leurs collent un procès retentissant.

Après ce succès et ces vicissitudes, De La Soul revient avec De La Soul Is Dead, en 1991. Ils cassent un pot de fleur sur la pochette, pour signifier la fin du Daisy Age dont ils avaient proposé le concept, et marquer la fin des illusions hippies. C'est un nouveau classique, malgré des critiques plus tièdes et des ventes moins conséquentes. Le trio a acquis de la maturité, qui lui permet sans se départir d'un sens de l'humour féroce (et rarissime dans ce genre musical), d'aborder des thèmes plus sombres. Quant à la richesse musicale, il suffit d'indiquer qu'en 1991, ces gens-là sont assez cultivés pour aller sampler « En Melody » de Gainsbourg et Vannier (Histoire de Melody Nelson) et l'encore plus rare « Les Oubliettes » de notre Serge national.

À l'inverse de la majorité des groupes de rap qui ont tout dit dès leurs premiers essais, De La Soul se bonifie, et continue de progresser au fur et à mesure de ses albums, même si les deux premiers sont des sommets, il ne faudra jamais négliger la versatilité et la créativité établies en règle par le trio. En 1993, Buhloone Mindstate est un autre album sans tache. Ils inaugurent des collaborations avec des artistes Japonais, ou des anciens comme Maceo Parker, comme avec des contemporains comme Guru de Gang Starr. Malgré son haut niveau constant de qualité, et d'excellentes critiques, comme d'habitude, Bulhoone Mindstate est un échec commercial.

La même année (1993), De La Soul rencontre Teenage Fanclub, le groupe de rock écossais, sur la B.O. du film Judgment Night, qui réunit rappeurs et rockers. Toujours productif, le trio sort un EP promotionnel, Clear Lake Auditorium, en 1994, contenant des remix et des inédits, dont des titres avec ATCQ et quelques pionniers comme Grandmaster Caz, le vinyle ayant été amplement piraté, il ne verra pas le jour de façon officielle. En 1996, De La Soul revient avec un quatrième album, Stakes Is High, le premier qui ne bénéficie par de l'apport de Prince Paul. C'est un autre succès critique et insuccès commercial, le groupe semblant définitivement installé dans sa position de rappeurs de référence, de chantre d'un rap « alternatif », conscient et créatif, mais réservé à la frange combative des aficionados d'une certaine éthique du mouvement.

De La Soul reste aussi une sorte d'aîné, qui introduit par exemple Mos Def et Common, rappeurs et acteurs à la dimension internationale qui vont devenir énormes dans les années qui suivent. Tandis que le groupe continue à tourner à travers le monde, pour aller à la rencontre de leurs fans, ils annoncent en 2000 un projet d'envergure : une trilogie, nommée Art Official Intelligence. AOI : Mosaic Thump voit le jour en 2000, et sera nommé aux Grammy Awards cette année-là, et réunit un nombre considérable d'invités de marque. Chaque album de cette trilogie est supposé sortir dans l'espace d'un an, mais il faudra attendre la fin 2001 pour voir le deuxième chapitre, AOI : Bionix, quant à l'ultime volet, il ne sortira jamais. La faillite de leur label historique, Tommy Boy, y est sans doute pour beaucoup, qui va au cours des mois qui suivent précipiter le groupe dans un embrouillamini de contrats recédés, passant virtuellement d'un label à l'autre...

En 2002, ils tournent avec la crème des groupes de rock alternatif (l'appellation américaine pour tout ce qui n'est pas mainstream et classic rock) : Cake, Modest Mouse, The Flaming Lips, puis apparaissent dans un jeu vidéo populaire, PaRappa The Rapper 2. Fuyant les complications contractuelles, ils finissent par signer avec Sanctuary, un gros indépendant, et sortent en 2004 un nouvel album, The Grind Date. Ce n'est certes pas le troisième chapitre attendu, mais qu'importe, le disque est encore une fois un challenge relevé, celui d'apporter de nouvelles idées, des tentatives inédites, à un genre musical qui se complaît trop dans des clichés. Le prix à payer est celui de l'indifférence du grand public, plus apte à tomber dans les pièges de la facilité qu'à grimper les talus de la créativité. Comme il est devenu usuel, le groupe remporte l'adhésion des critiques, mais ne vendent des CD qu'à leur tribu d'aficionados.

En 2005, De la Soul est invité par Gorillaz à participer à un titre de leur album Demon Days. « Feel Good Inc. » remporte un Grammy Awards, juste récompense (même si elle est finalement obtenue par une voie détournée) pour la constance de ces artistes révérés par leurs semblables. En 2006, ils proposent une mix-tape, ou street CD, avec The Impossible : Mission TV Series Pt 1, qui réunit une vingtaine de morceaux inédits, certains datant de l'époque De La Soul Is Dead, qu'ils sortent sur leur propre label. Puis ils collaborent avec Nike pour réaliser une série spéciale de baskets à leur nom, et tournent en 2008 avec Nas, The Pharcyde et A Tribe Called Quest reformé, pour la tournée Rock The Bells.

Apparu sur l'album Plastic Beach de Gorillaz (« Superfast Jellyfish » et deux autres non retenus), De La Soul poursuit ses activités avec une mixtape de 44 minutes, Are You In? Nike + Original Run, disponible sur iTunes en 2009. En avril 2012, c'est en duo que De La Soul nouvelle version Plug1 & Plug2 (soit Posdunos et Trugoy sans Maseo) fait son retour avec l'album First Serve produit par deux rappeurs français rencontrés par hasard, Chokolate et Khalid. La promotion très étroite du projet n'altère pas un accueil très positif pour ce groupe très respecté dans le milieu du rap alternatif. Trois ans plus tard, c'est un nouvel album indépendant, De La Soul and the Anonymous Nobody, financé à l'aide du site Kickstarter, qui se profile avec un grand nombre d'invités dont Snoop Dogg, Damon Albarn, David Byrne, Usher, 2 Chainz, Little Dragon, Estelle et Pete Rock.

Copyright 2016 Music Story Jean-Eric Perrin

Top Titres

01
04:39
07
04:04
Compositeurs : DR / Autres contributeurs : D.R
05
04:55
25
02:02
Compositeurs : DR / Autres contributeurs : D.R
02
03:46
16
05:41
01
01:36
04
05:32
07
07:16
02
03:46
08
04:15
09
05:26
06
01:20
11
03:17
04
03:46
04
03:50
12
05:33
10
01:31
17
03:24
13
04:31
14
03:57
12
03:05
15
01:20
01
02:21
03
04:05
02
04:44
Compositeurs : Mos Def - Pharrell - Chad Hugo - Lonnie Lynn - Kelvin Mercer - Kamal Fareed - Dave Jolicoer / Autres contributeurs : The Neptunes - Serban Ghenea
03
06:16
01
03:49
07
04:36
05
03:22
03
03:46
Auteur : De La Soul / Compositeurs : De La Soul - Lucien Papalu - Lucien «Papalu» M'Baidem
04
03:57
04
04:32
02
03:15
01
03:17
06
05:32
Compositeurs : DR
11
04:34
02
04:25
Compositeurs : Teenage Fanclub - De La Soul - Tom Petty - Jeff Lynne
08
03:44
22
03:16