Lilly Wood And The Prick

634417 fans
Dans la vie, il y a deux façons d'atteindre son but : compter sur sa chance et espérer, ou se battre et avancer. Ces deux-là auraient pu s'en remettre à leur bonne étoile, celle qui les a menés jusqu'où ils sont aujourd'hui. Mais Nili et Ben ont décidé de se battre. De mener le vrai combat, celui qu'on engage au nom de ses rêves. Deux ans après un succès aussi magique qu'inattendu, Lilly Wood and The Prick remonte sur le ring avec The Fight, un deuxième album prêt à nous conquérir.
Leur parcours a pourtant tout du sans-faute. Il y a cinq ans, c'est à Paris que leurs vies se croisent, dans un bar, le soir tard. On devine ce qui a pu les rapprocher, au-delà du simple hasard. Tous deux la vingtaine à peine, Nili et Ben cherchent leur voie, voguent entre spleen et légèreté, la musique pourrait bien être l'espoir auquel se raccrocher. Le soir même, elle au chant, lui à la guitare, ils composent spontanément leurs premières ballades, teintées de folk-blues enivrant. Sans savoir vraiment où cela pourrait les mener.
Leurs premières compositions incarnent déjà tout l'univers de Lilly Wood and the Prick : une pop décomplexée, désabusée, mélancolique mais amusée. Leurs refrains ne tardent pas à se répandre sur le net, transportés par une génération, la leur, qui se prend d'affection pour ce groupe qui lui ressemble. En 2009, c'est donc sur le web que Lilly Wood and the Prick explose. Grâce à son tube pop Down The Drain, au clip fantasque et décalé, et à son ingénieuse reprise de Santigold, L.E.S Artistes, le duo est propulsé au rang de jeune espoir branché.
C'est en 2010 que le grand public découvre Invincible Friends, un premier album tendrement révolté, dans lequel ces deux autodidactes explorent tous les sons que la curiosité de la jeunesse permet : des mélodies pop mêlées à des arrangements électro, une voix blues transportée par des accords folk. Ce premier album résonne comme un appel, celui d'une génération qui puise sa force créatrice dans le désenchantement.
La suite de l'histoire prend des allures de conte de fées, dans lequel le public, en tenant la baguette magique, emmène Lilly Wood and the Prick côtoyer les sommets : 2011 sera pour le duo une année sacrée, celle qui verra s'enchainer un album disque d'or, une tournée à guichet fermés (Olympia, Bataclan, Cigale...), une présence à l'affiche des plus grands festivals (Rock en Seine, les Francofolies...) et une Victoire de la Musique, dans la catégorie Révélation, décernée à juste titre par le public lui-même.
L'histoire aurait pu en rester là. Mais, euphorisé par une énergie et une envie décuplées à la fin de la tournée, le duo se remet rapidement à composer, comme pour faire le récit de ces trois années passées. Une chose est sûre: si le premier album était le fruit d'une fougue spontanée, ce deuxième album sera celui d'un combat à mener. Son nom s'impose : The Fight. Ce nouveau disque apparaît d'abord comme un défi, un coup porté à leur dualité, qu'il faut isoler puis retrouver, mettre en danger puis dépasser, pour parvenir à des accords parfaits. Si le duo reste instinctif et compose toujours avec l'évidence et la sincérité de ses débuts, chaque son, chaque mot, se voudra plus réfléchi, plus travaillé. Choisissant d'évoluer avec son équipe originelle (Pierre Guimard à la réalisation et Pierrick Devin au
mixage), Lilly Wood and The Prick délaisse un peu de son aspect pop bricolée pour parvenir à un son plus produit, plus affuté. L'arsenal change, à l'image d'une boîte à rythmes laissant la place à une batterie de scène, le tout
créant un univers combatif, férocement passionné. Les textes creusent eux en profondeur, pour révéler un autre combat : celui de l'âge adulte, lorsque tiraillé entre insouciance du passé et poids de l'avenir, on voit la jeunesse s'échapper, celle qui a tant fait souffrir mais qu'on commence déjà à regretter. Chanson après chanson, le duo arpente avec avidité de nouvelles contrées musicales, sans jamais s'y perdre ni se laisser enfermer : il s’envole pour des ballades atmosphériques (Briquet, Into trouble), plonge à corps perdu dans un bain de pop-song exaltantes (Long Way Back, California), s’autorise même une escapade exotique (Guys In Bands), avant d’entrer dans la nuit au son d’un tube aux allures disco (Middle of the Night). On suivrait ce groupe partout, dans toutes leurs aventures, de Paris à Los Angeles, où ils ont tourné leur double clip, un court-métrage coup de poing, qui révèle deux premiers titres accrocheurs, reflétant tout l’état d’esprit de ce nouveau disque. The Fight est un album intrépide, qui ébruite l'énergie contagieuse d’un duo qui croit en ses rêves. Lilly Wood and The Prick a beau avoir grandi, s'être aguerri, rien ne semble altérer son émotion évidente. Elle parvient jusqu'à nous, et donne envie, à nous aussi, de nous battre à leurs côtés

Top Tracks

01
03:10
01
03:47
04
03:12
02
04:33
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
03
03:37
01
03:06
01
03:53
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
05
03:10
01
03:48
Composers: Michael Love - Terry Melcher - John Phillips - Scott McKenzie
03
03:05
04
04:47
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
03
03:11
16
02:43
06
04:19
09
04:31
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
02
03:40
06
03:48
08
04:09
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
11
04:26
04
04:12
07
03:54
10
03:11
08
04:14
03
03:52
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
06
03:26
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
05
03:33
05
03:25
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
02
02:57
14
03:37
01
02:51
07
03:23
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
10
03:22
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
09
03:51
11
03:53
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
13
03:00
07
03:43
10
03:59
01
04:02
Composers: Benjamin Cotto - Nili Hadida
09
04:27
08
04:35