Suede

40370 fans
L'histoire de Suede trouve son origine dans une amitié d'enfance : celle de Mat Osman et de Brett Anderson, tous deux originaires de Haywards Heath, une petite ville du Sussex. Au milieu des années 1980, les deux adolescents, passionnés de musique, forment le groupe Geoff (Osman et Anderson y sont respectivement bassiste et guitariste), puis Suave And Elegant, avec Justine Frischmann (guitare rythmique), qui devient la petite amie d'Anderson. Ce dernier est désormais chanteur et une boîte à rythmes remplace le batteur.

En 1989, l'arrivée du guitariste Bernard Butler complète la formation du groupe, qui se rebaptise Suede. C'est sous ce nom que sont enregistrées les premières démos, avant que Suede n'intégre la batteuse Justin Welch à la fin de l'année 1990. Welch quitte rapidement le groupe, suivie, en 1991, par Justine Frischmann, qui vient également de quitter Brett Anderson pour Damon Albarn (Blur). À l'issue de leur passage au sein de Suede, les deux femmes formeront ensemble le groupe Elastica, pour un épisode aussi bref qu'intense.

Suede recrute alors Mike Joyce, anciennement batteur de The Smiths. Ce dernier produit même le premier single du groupe, « Be My God », qui ne sortira jamais, suite à un conflit avec RML Records, le petit label sur lequel Suede vient de signer. Comme Welch, Mike Joyce quitte très vite le groupe ; il est remplacé par Simon Gilbert, et Suede, enfin doté d'une formation stable, peut commencer à roder son répertoire au fil de concerts de plus en plus importants. Intrigué, puis excité par le potentiel de ce groupe surgi de nulle part, le milieu musical britannique est bien vite en ébullition ; ainsi, le label Nude Records signe Suede à l'issue d'un concert, en janvier 1992, tandis que la presse s'enflamme, créant ainsi un véritable phénomène : au printemps 1992, Suede se retrouve en couverture du Melody Maker, affublé de la légende « Le meilleur nouveau groupe anglais »... alors qu'ils n'ont encore publié aucun disque.

Cette lacune est réparée avec le premier single, « The Drowners », qui sort en mai 1992. Les trois titres de ce single deviennent des classiques instantanés (« My Insatiable One » sera repris par Morrissey lui-même), et imposent une identité forte, qui n'évoluera d'ailleurs que de façon marginale tout au long de la carrière de Suede. Le succès, pourtant, n'est pas immédiat, en dépit de l'extraordinaire crédit d'estime dont le groupe bénéficie auprès de la presse. Il faut en effet attendre la sortie du premier album homonyme, en mars 1993, pour que la « suedemania » prenne toute son ampleur : disque d'or dès le lendemain de sa sortie, Suede entre directement à la première place des charts, et remporte le prestigieux Mercury Music Prize quelques mois plus tard. Un triomphe très anglais, l'impact de Suede hors Grande-Bretagne étant plus limité.

Porté par cet élan ascendant, le groupe continue à travailler, et publie un single inédit, « Stay Together » (février 1994), qui reste, à ce jour, l'un de ses plus gros succès. Des divergences artistiques commencent toutefois à apparaître entre Brett Anderson et Bernard Butler, et l'enregistrement du deuxième album, qui se déroule dans un climat de tension permanente, est stoppé net par le départ de Butler, en juillet 1994. Qu'à cela ne tienne : les membres restants terminent seuls l'enregistrement de l'album durant l'été, et recrutent dès le mois de septembre un nouveau guitariste, Richard Oakes, âgé d'à peine 17 ans. Le troisième album Dog Man Star sort en octobre. Acclamé par la presse, il est quelque peu boudé par le public, malgré la longue tournée européenne organisée pour le promouvoir.

Après le recrutement d'un claviériste, Neil Codling, en début d'année 1996, c'est un Suede remanié qui publie l'album Coming Up en septembre 1996, au plus fort d'une vague « britpop » qui reconnaît dans le groupe l'un de ses pères fondateurs. Logiquement, l'album connaît un succès retentissant, ce qui amène le groupe à en extraire pas moins de cinq singles (tous classés dans le Top 10 anglais) et à se lancer dans une gigantesque tournée mondiale. Cette période d'activité intense se conclut par la parution de l'excellente compilation de faces B de singles Sci-Fi Lullabies (octobre 1997).

Mais les temps changent : alors que la britpop se meurt lentement, Suede choisit de se renouveler en travaillant avec Steve Osborne (U2, Happy Mondays). Fruit de ce travail, Head Music, aux sonorités plus électroniques, voit le jour en mai 1999 ; à l'inverse de Dog Man Star, l'album est plébiscité par le public, mais égratigné par la critique, qui y voit les signes d'une inspiration déclinante. En mars 2001, Neil Codling quitte Suede ; il est remplacé par Alex Lee (ex-Strangelove). L'enregistrement du cinquième album, qui voit défiler les producteurs (Tony Hoffer, Stephen Street, John Leckie...), est ralenti par la liquidation, en décembre 2001, du label Nude, et par la signature d'un nouveau contrat avec Epic, début 2002.

Hélas, lorsque sort enfin A New Morning, en septembre 2002, c'est dans l'indifférence générale, Suede étant désormais passé de mode. Profondément déçus par cet accueil, les membres du groupe poursuivent leur route (concerts, enregistrement d'une poignée de nouveaux titres) durant quelques mois, mais le coeur n'y est plus. La sortie, en octobre 2003, d'un « best of » (Singles), précédé d'une série de cinq concerts londoniens consacrés à chacun des cinq albums du groupe, sont autant de signes semblant annoncer la fin imminente de Suede. Un communiqué publié en novembre vient confirmer ces craintes : les membres de Suede y annoncent la mise en veille du groupe pour une durée indéterminée, sans exclure pour autant la possibilité de le réactiver ultérieurement. Malgré cette précaution, la tournée anglaise de décembre 2003 ressemble fort à une série de concerts d'adieux.

Après cette séparation de fait, Brett Anderson prendra soin d'écrire un post-scriptum à l'histoire de Suede, en retrouvant le guitariste Bernard Butler, le temps d'un album sous le nom de The Tears (Here Come The Tears, 2005). Une nouvelle aventure qui se révèlera à son tour éphémère, chacun étant depuis retourné à des projets solo. Brett Anderson réalise ainsi quatre albums en solo avant de réunir ses quatre musiciens le temps d'un concert caritatif au Royal Albert Hall de Londres, le 24 mars 2010.

L'envie étant partagée par le public, c'est une série de prestations dans des festivals qui conduit au retour de Suede en studio. Avec son fidèle producteur Ed Buller, le quintette enregistre les chansons testées en tournée pour son sixième album Bloodsports, qui voit le jour en mars 2013 après l'extrait « Barriers », suivi du single « It Starts And Ends With You ». Une nouvelle série de concerts, notamment pour célébrer les vingt ans de Dog Man Star, précède les séances de Night Thoughts, dont la sortie en janvier 2016 s'accompagne d'un film réalisé par Roger Sargent.

Copyright 2017 Music Story Thibaut Losson

Top Titres

06
03:50
02
03:53
Compositeurs : Anderson - Codling
01
03:38
02
03:26
03
03:47
01
04:05
05
06:12
Compositeurs : Anderson - Oakes - Codling
03
03:51
Compositeurs : Anderson - Oakes
04
02:42
Compositeurs : Anderson - Oakes - Codling
15
04:23
06
04:10
06
04:32
13
04:55
07
04:25
09
04:11
Compositeurs : Bernard Butler - Butler Anderson
11
05:37
14
03:55
18
04:12
05
05:50
05
03:27
Compositeurs : Butler Anderson
10
04:19
Compositeurs : Butler Anderson
03
03:17
02
03:23
08
03:40
10
04:35
11
04:38
03
04:33
13
04:39
16
04:28
17
05:01
18
04:36
19
03:37
21
05:46
23
04:16
03
05:33
01
04:54
23
03:38
10
03:41
04
02:50
10
04:22