Episode cover of #12 [2/2] Milan : « C'est la virilité qui se mord la queue. »

#12 [2/2] Milan : « C'est la virilité qui se mord la queue. »

Homo Swipiens

  • 12/14/2020
  • 38 min

About this Episode

C’est quoi la virilité en 2020 ? Est-ce l'ensemble des critères morphologiques tels que la taille, un visage émacié, des poils, l’âge, des traits de caractères tels que la domination, la force, la capacité de protection ? La virilité est-elle associé à la capacité d’expansion, de possession du territoire ? Et si on ne rentre pas dans ces stéréotypes, cela fait-il de nous un looser, une victime ? Parce que les applications de rencontres nous poussent à réfléchir à ce que l’on veut montrer de soi, a choisir un angle de narration en particulier, il me semblait essentiel d’interroger la façon dont certains hommes veulent se montrer, alors que c'est justement l’inadéquation entre l’image qu’ils aimeraient refléter et la réalité qui engendrent souffrances et frustrations. Il est pourtant possible de sortir de ces schémas que l’on s’impose à soi-même. C’est en se remettant en question, en déconstruisant nos comportements, nos identités, en les contextualisant et en mettant à distance le cadre qui nous est donné, que nous créons les meilleures conditions pour se rencontrer. Dans cette deuxième partie il me semblait donc nécessaire de faire apparaître un autre point de vue “masculin”. J’ai invité Milan, créateur du podcast Phallodécentré - qui déconstruit la masculinité a nous partager sa vision des choses. Ainsi, en se questionnant, nous pouvons tous nous défaire des identités dont nous avons héritée pour en créer des nouvelles, des singulières, des authentiques. Peut-être ainsi pourrons-nous, enfin, établir une réelle connexion pour se rencontrer, soi, et les autres. Découvrez son podcast : https://phallodecentre.lepodcast.fr/ Bibliographie : "Le mythe de la virlité", Olivia Gazolé, Robert Laffont, 2017 "Sortir du trou, lever la tête", Maïa Mazaurette, Anne Carriere Eds, 2020 "La fin de l'anour", Eva Illouz, Seuil, 2020. Mix : Leonardo Pedron