Artist picture of Chris Isaak

Chris Isaak

78 064 fans

Top titres de l'artiste

Wicked Game Chris Isaak 04:46
Blue Hotel Chris Isaak 03:12
Baby Did A Bad Bad Thing Chris Isaak 02:56
Wicked Game Chris Isaak 05:52
Somebody's Crying Chris Isaak 02:47
Blue Spanish Sky Chris Isaak 03:57
Can't Do a Thing (To Stop Me) Chris Isaak 03:37
Dancin' Chris Isaak 03:45
San Francisco Days Chris Isaak 02:59
Let Me Down Easy Chris Isaak 04:05

Sortie la plus populaire

San Francisco Days
Somebody's Crying
Wicked Game
Baby Did a Bad Bad Thing

Artistes similaires

Playlists

Pour toutes les ambiances

Biographie

Christopher Joseph Isaak est né le 26 juin 1956 à Stockton (Californie). Sa mère raconte qu'âgé de quelques mois, il réagissait déjà à l'écoute des disques de musique country. Il acquiert sa première guitare à quinze ans, puis étudie à l'université de Tokyo, au Japon, en 1978. Cette année là, il découvre The Sun Sessions d'Elvis Presley, regroupant quelques uns des premiers titress de rock'n'roll de l'histoire. Cultivant son style et jouant de sa ressemblance physique avec l'idole, Chris Isaak développe sa passion pour la musique des mythiques studios Sun de Memphis.

Silvertone

En 1980, il crée le groupe Silvertone avec le guitariste James Calvin Wilsey. L'année suivante, Erik Jacobsen, producteur de The Lovin' Spoonful et de Tim Hardin, prend Isaak et son groupe sous son aile. Un contrat avec Warner Brothers est signé en 1985. Le bassiste Rowland Salley et le batteur Kenney Dale Johnson deviennent membres permanents de Silvertone. Silvertone premier album, de l'artiste et de son groupe , mêlant rockabilly, blues et folk, sort cette année là.

Crooner rock

Les albums suivants du groupe ne portent que le nom de Chris Isaak. Wisley est un excellent guitariste, la voix puissante et le physique du chanteur en font l'archétype du crooner et, avec ce son estampillé fifties, les critiques élogieuses citent Roy Orbison et Carl Perkins. Mais dans les années 1980, le parti-pris musical du groupe ne touche pas le grand public.


« Wicked Game » et le cinéma

En 1988, Isaak débute une carrière de comédien qu'il poursuivra en parallèle de la musique. En 1989, sort Heart Shaped World, album où figure « Wicked Game ». Alors que la maison de disques décide de ne pas en faire un single, le cinéaste David Lynch l'utilise dans le film Sailor & Lula en 1990, puis, un soir de 1991, une radio d'Atlanta programme la chanson : le succès est immédiat. « Wicked Game » atteint cette année-là la sixième place aux Etats-Unis et entre dans les charts européens. Le clip en noir et blanc, d'une sensualité appropriée, récolte trois MTV Awards.
Grâce à une réédition de l'album Chris Isaak, la chanson « Blue Hotel » traverse l'atlantique et devient un tube en France au début des années 1990. En 1999, dans son dernier film Eyes Wide Shut, Stanley Kubrick choisit le titre « Baby Did A Bad Bad Thing » de l'album Forever Blue (1995) pour illustrer la scène de strip-tease jouée par Nicole Kidman. La même année, la chaîne VH1 classe « Wicked Game » parmi les meilleurs clips de la décennie.

La voix et le style

Le chanteur-compositeur-interprète se sépare de son guitariste fétiche Wisley et s'essaye à un rock plus contemporain sur l'album Speak of the Devil en 1998. Puis, Always Got Tonight marque la fin de la collaboration avec son producteur Erik Jacobsen. Ce n'est qu'en 2006, que le rocker et crooner romantique, dont la coupe de cheveux aurait, selon la légende, un fan club, décide de publier un nouveau Best Of après neuf albums qui possèdent tous le charme rétro de cette voix éblouissante et intemporelle.

En 2012, Chris Isaak s'offre un plaisir personnel avec ses interprétations de classiques sortis du studio Sun dans les années cinquante. Produit par Jack Clement, témoin de l'époque, Beyond the Sun reprend avec ferveur les standards de Jerry Lee Lewis, Elvis Presley, Roy Orbison, Johnny Cash, Carl Perkins ou Warren Smith. Trois ans plus tard, il est de retour à Nashville pour enregistrer un corpus de nouvelles chansons, baptisé First Comes the Night. Le vingtième album du chanteur californien a été produit par Dave Cobb, Mark Needham et Paul Worley. Il intègre le top 100 des ventes aux USA et se classe deuxième en Australie.