Artist picture of Tample

Tample

1 290 fans

Top titres de l'artiste

Summer Light Tample 04:57
Summer Light Tample 04:55
Chimera Tample 03:31
Idées blanches Tample 03:19
Glory Tample 03:10
Last September Tample 03:10
Summer Light Tample 02:54
Beauty Tample 04:42
Welcome To Nirvana Tample 03:00
CHIMERA Tample 03:33

Artistes similaires

Playlists

Biographie

Tample ne se plie pas docilement à un cahier des charges. Pop en mille-feuilles, mouvante, sombre, dansante. Les velléités de cette musique sont multiples, elles jouent à saute-mouton avec le passé et présent, culbutent liesse et spleen. Mais il y a une constante et une loyauté sans faille chez ce groupe. Celle d’ériger la mélodie au rang de patronne : fédératrice, altière, mordante. Débarqué il y a deux ans avec Summer Light, disque tracté par l’addictive chanson éponyme, le trio bordelais - délesté d’une force vive entre les deux productions - élargit son horizon et porte des lunettes de soleil dans les anti-chambres obscures. Plus minutieux et riche dans ses lignes harmoniques, plus tranchant dans ses partis-pris, plus aérien avec un ciblage prononcé sur les claviers. Tample s’exprime à sa manière tout en honorant les formations qu’il vénère. C’est WhoMadeWho qui fait des câlins à Isaac Delusion, Hot Chip qui embrasse Jungle, Parcels qui dresse une accolade à New Order. C’est aussi la collision de la tension à angles variables et de l’efficacité, du dance-floor et de l’after. Nostalgie en mouvement, moderne, pleine de souplesse, jamais écrasante, disponible pour imposer sa fraîcheur. Les éléments vintage reçoivent ici l’hospitalité des sonorités électroniques, la sensualité débraillée se fond dans une quête de la beauté diaphane. Ces garçons-là ont goûté lors d’années antérieures au sport de haut niveau. Ils aiment carburer à l’adrénaline et aux émotions fortes. Une intensité similaire s’applique ainsi à cet album qui n’oublie pas de mettre en avant la voix attrape-coeur, épaisse et chaude de Sam, tête pensante de la formation. Elle jette notamment un voile crépusculaire sur Glory, morceau inaugurale menaçant comme un orage jusqu’à délivrance du refrain et sur lequel erre de jolis spectres des eighties. Au sein de ce disque court, neuf titres, et romantique, les personnages mis en scène ont souvent des élans émotionnels verrouillés par une incapacité à les verbaliser. Valse-hésitation, souvenir de jeunesse, crainte de l’engagement ou penchant pour le danger jaillissent d’une écriture qui ouvre cette fois-ci une fenêtre sur le français (Idées blanches, Western). Il y a aussi dans cette toile polychrome des riffs western, un hymne au surf, une basse acoustique bondissante, des guitares avec trémolos, une légèreté sourde, des harmonies vocales joueuses, des trouvailles planantes, un abandon pour se trémousser d’un air douloureux. Et un final en cascade, insidieux, à la fois chasseur d’éclairs et acrobatique. Welcome to Nirvana, alors. Pour droguer les sens.