Show cover of Derrière le masque

Derrière le masque

Alors que la France subit l'épidémie de Covid-19, la radio Tendance Ouest recueille le témoignage des professionnels de santé qui se battent contre le virus en Normandie. Podcast by Tendance Ouest !

Titres

#23 Covid : Élodie, neuropsychiatre, accompagne le déconfinement des malades d’Alzheimer
Élodie Durand est neuropsychologue à La Maison des Aidants à Flers (Orne). Après plus de 6 semaines de confinement lié au Covid-19, c’est tout un long travail qui se met progressivement en place auprès des personnes en perte d’autonomie, pour leur faire retrouver leur repères. Certaines ont arrêté leur traitement par peur d'attraper le Covid en allant le renouveler chez leur docteur. Pour beaucoup, c'est un très long chemin qui débute car si elles ,savant à force d'en entendre parler "qu'il y a un virus", elles n'ont aucune idée de ses possibles conséquences. Ni même des mesures barrières et autres contraintes à respecter.
13:57 30/04/2020
#22 Étudiant infirmier, Antoine s'est porté volontaire au service réanimation du CHU de Rouen
Antoine, étudiant infirmier, raconte son quotidien en tant qu'aide-soignant de nuit au service réanimation du CHU de Rouen où arrivent les malades du coronavirus les plus graves.
03:42 28/04/2020
#21 Elise, sage-femme libérale, doit rassurer les futures mamans face au virus
Elise Chambellan est sage femme libérale à Mondeville, près de Caen. Avec ses deux collègues, elles ont adapté leurs consultations en cabinet et à domicile, dans un contexte totalement nouveau : celui du Covid-19. Il faut rassurer les futures mamans, privées de visites à la maternité, contraintes de porter un masque pendant l'accouchement. Rencontre au micro de Célia Caradec.
08:01 27/04/2020
#20 Romain, Cadre de santé à l'hôpital Lariboisière à Paris: " Oui j'ai peur, parce qu'on ne sait pas grand chose de ce virus".
Depuis plusieurs semaines, Tendance Ouest passe derrière le masque des soignants de Normandie. Cette fois, passons les frontières de notre région en compagnie d'un jeune manchois, cadre de santé à l'hôpital Lariboisière à Paris. Romain Fontaine a accepté de nous raconter la manière dont il vit cette pandémie dans l'une des régions les plus touchées par le Virus.
12:09 24/04/2020
#19 Clara, infirmière à Caen, en renfort en Seine-Saint-Denis : "j'ai juste fait mon travail"
Clara Savary est infirmière depuis six ans à l'hôpital privé Saint-Martin de Caen. Début avril, elle fait partie des premiers volontaires de l'établissement venus prêter main forte aux soignants d'Ile de France. Une semaine marquante pour la professionnelle de 28 ans, confrontée à la virulence du Covid-19 à l'hôpital du Blanc Mesnil, en Seine-Saint-Denis. "J'ai juste fait mon travail" raconte-t-elle au micro de Célia Caradec.
08:15 23/04/2020
#18 Agnès Firmin-le-Bodo, la députée pharmacienne, sur le front
Parmi les soignants figurent les pharmaciens. Ils peuvent être le premier contact d’un malade avec le milieu médical. Répondre aux craintes des clients, vendre du gel hydroalcoolique ou encore distribuer les masques aux personnels de santé et bientôt espèrent-ils vendre des masques de protection au grand public. Au Havre, Agnès Firmin-le-Bodo est une pharmacienne un peu particulière. Elle est aussi députée.
09:09 22/04/2020
#17 Entretien avec Stéphanie Robaday-Voisin, infectiologue à l'hôpital de Dieppe
Ce mardi, Derrière le masque fait le point sur ce que les soignants savent (ou non) du Covid-19 et du suivi des patients guéris grâce à Stéphanie Robaday-Voisin, infectiologue à l'hôpital de Dieppe.
03:22 21/04/2020
#16 Médecin-réanimateur, Nordine Khodeir reçoit des dons de la communauté Syrienne d’Alençon (Orne) pour aider les soignants de l’hôpital.
Le docteur d’origine Syrienne est devenu médecin-réanimateur à Alençon (Orne) il y a une trentaine d’années. Il n’imaginait pas recevoir un jour, un réconfortant soutien de sa communauté. « Je ne fais que l’intermédiaire » explique celui qui est venu travailler 12 heures chaque jour, en renfort Covid. La communauté Syrienne d’Alençon, composée notamment de réfugiés, a offert de la nourriture typique de son pays pour remonter le moral des soignants, ainsi 10.000 masques chirurgicaux. « Cette initiative, c’est un vrai réconfort pour les équipes» , explique le docteur, « tout le monde est suspect d’avoir le Covid, il faut détecter. C’est très compliqué et on a sectorisé tout l’hôpital ».
03:54 20/04/2020
#15 À Fécamp, les infirmiers se font insulter : « Si tu rentres dans l’immeuble, on te caillasse »
À Fécamp (Seine-Maritime), des infirmiers libéraux ont mis en place une cellule Covid-19 pour mutualiser les moyens. Cela permet de travailler en toute sécurité pour ces soignants et continuer à suivre les autres patients sans les mettre en danger. La cellule rassemble une trentaine de professionnels. Les soutiens sont nombreux mais depuis début avril des agressions verbales et des vandalismes de leurs véhicules perturbent leur travail. Témoignage d’une infirmière qui a préféré garder l’anonymat.
06:48 17/04/2020
#14 Xavier Rocton, infirmier-urgentiste à Alençon et photographe au sein du service Covid
Dans les années 80, il était d’abord ambulancier dans le privé à Alençon (Orne), puis au SMUR. Depuis 1993, Xavier Rocton est infirmier. 11 ans aux urgences, 5 ans au SMUR du CHICAM, le Centre hospitalier intercommunal d’Alençon-Mamers.Comme beaucoup de ses collègues, il est actuellement au chevet aux patients victimes de la pandémie de Covid-19. « Le plus éprouvant, c’est notre méconnaissance du virus », explique-t-il, « mais aussi le fait de devoir se protéger en permanence ».Mais derrière le masque, Xavier Rocton est aussi un passionné de photographie et face au coronavirus, il a décidé d’allier son métier et sa passion. Il a réalisé une série de photos au sein du CHICAM, qui ont généré plus de 6000 vues sur Internet.
05:25 16/04/2020
#13 Thierry Lugbull, patron de l’hôpital de Saint-Lô face au Covid-19
Thierry Lugbull a 63 ans. Diplômé de Sciences-Po et de l’Ecole des Hautes études en Santé Publique de Rennes, il dirige des hôpitaux depuis 40 ans. Aujourd’hui à la tête du Centre hospitalier Mémorial de Saint-Lô et du Centre hospitalier de Coutances, l’homme affable et passionné par son métier reconnait que l’épidémie de covid-19 a bouleversé le quotidien de l’hôpital. Alors qu’il couvre d’éloges et de reconnaissance ses équipes, Thierry Lugbull lance une fois de plus un appel aux dons. Sans ces dons matériels des particuliers et des entreprises locales, l’hôpital public aurait eu beaucoup de mal à faire face au virus.Pour faire un don matériel au groupement hospitalier Centre Manche, il suffit d’appeler le standard du Centre hospitalier Mémorial France-Etats-Unis de Saint-Lô au 02.33.06.33.33.Podcast by Tendance Ouest
18:20 15/04/2020
#12 Fabien Tourrel, anesthésiste-réanimateur dans une clinique privée
Derrière le masque s'intéresse aujourd'hui à la situation dans les cliniques privées qui se sont réorganisées face au Covid-19. Témoignage de Fabien Tourrel, anesthésiste-réanimateur à Rouen.
05:03 14/04/2020
#11 Alice, généraliste à Caen : "je mets mes masques en quarantaine"
Elle a choisi de garder l’anonymat. Alice, âgée de 37 ans, est installée comme médecin généraliste à Caen depuis six ans. Elle reçoit une patientèle variée de centre-ville. Comme beaucoup de ses confrères, c’est l’épineuse questions des moyens qui cristallise sa colère, sa déception… Amplifiées par l’absence de communication officielle de la communauté médicale sur le Covid-19. Témoignage recueilli par Célia Caradec.
11:36 13/04/2020
#10 Philippe Ledoux, généraliste à Fécamp, attend le COVID-19
Dans cette crise sanitaire, les hôpitaux ne sont pas seuls sur la ligne de front. Les médecins généralistes sont également exposés même si la Normandie ne fait pas parti des régions les plus touchés par le COVID-19. La fréquentation des cabinets médicaux est en forte baisse. A Fécamp (Seine-Maritime), le docteur Philippe Ledoux, généraliste, a divisé par trois ou quatre ses consultations. En trois semaines, il n’a diagnostiqué que trois cas de COVID-19.
08:48 10/04/2020
#9 Odile, infirmière à Alençon, contaminée par le Covid-19
C’est un témoignage exceptionnel. On l’appellera Odile. Elle est infirmière au centre hospitalier (CHIC) d’Alençon (Orne). En soignant des malades, elle a été contaminée par le coronavirus. Elle nous a répondu, par téléphone, depuis le fond de son lit :« Svp, aidez nous ! Nous avons besoin de matériel pour travailler dignement auprès des patients. Nous manquons de blouses, de masques et de charlottes. Nous sommes en contact direct avec le virus et les soignants tombent aussi face à ce virus ». A l’hôpital d’Alençon (Orne) face au Covid-19, les soignants en sont réduits à lancer des appels sur Facebook pour se procurer du matériel pour se protéger. Appels relayés par le maire et même par la préfecture de l’Orne.
05:58 09/04/2020
#8 Stéphanie, au service du Centre hospitalier Mémorial de Saint-Lô
Stéphanie Bataille a 46 ans. Depuis 10 ans, elle est intendante en pédiatrie au Centre hospitalier Mémorial de Saint-Lô dans la Manche. Depuis quelques jours, pour faire face à l’épidémie du Covid-19, elle a été placée en soutien à l’équipe logistique, dans les sous-sols de l’hôpital normand. Avec des journées entières sans voir la lumière du jour, elle a rejoint cette armée de l’ombre qui permet aux hôpitaux de fonctionner et aux soignants de donner le meilleur d’eux-mêmes. Un passage difficile dans la carrière de Stéphanie Bataille, mais à aucun moment elle ne remet en cause son engagement au service du bien-être d’autrui.
08:08 08/04/2020
#7 Stéphanie, infirmière en première ligne en service Covid-19
Stéphanie, 30 ans de métier comme infirmière en chirurgie à Elbeuf, s'est portée volontaire dans le service Covid-19 de son établissement.
09:06 07/04/2020
#6 Les psychologues, prêts à intervenir
Aujourd'hui, Derrière le masque s'intéresse au quotidien des psychologues face à la crise sanitaire. En Normandie, ils ne sont pas tous en première ligne. Mais ils se tiennent prêts. Illustration avec cette professionnelle de Caen.
04:08 06/04/2020
#5 Au Groupe hospitalier du Havre, les soignants sont sur le front depuis trois semaines.
Focus aujourd’hui sur le Groupe Hospitalier du Havre et notamment l’hôpital Monod, centre Covid-19 du territoire havrais et plus largement de la pointe de Caux. Cela fait maintenant trois semaines que les équipes soignantes sont sur le front. Et même s’il n’y a pas de saturation, pour l’heure, la fatigue des soignants commence à se faire ressentir. On fait le point avec Françoise Gosset, syndicaliste SUD santé-sociaux et infirmière réserviste.
08:11 03/04/2020
#4 Médecin et infirmière coordinatrice confrontés au confinement total en Ehpad
Le docteur Alain Delmas est médecin à l’Ehpad des Andaines dans le sud du Bocage de l'Orne. Audrey Chesneau en est l’infirmière coordinatrice. Alors que les praticiens extérieurs n'interviennent plus dans l'établissement, tous 2 doivent gérer avec leurs équipes le confinement total des pensionnaires dans leurs chambres. Mais aussi le stress des personnels. Une situation inédite.
12:13 02/04/2020
#3 Karen, infirmière libérale, abandonnée par tout le monde
Karen Salmon a 35 ans. Elle est infirmière libérale depuis 2012 à Bourgvallées, commune d'un peu plus de trois mille habitants dans le centre du département de la Manche en Normandie. La jeune femme fait face chaque jour aux conséquences du coronavirus, à la peur et au manque de moyens. Libérale, elle se sent "abandonnée par tout le monde". Elle travaille sept jours sur sept depuis le début de la crise, avec des journées de 5h00 à 21h30.Podcast by Tendance Ouest
09:52 01/04/2020
#1 Le quotidien d'une manipulatrice radio au CHU de Rouen
Pour ce premier épisode de Derrière le masque, une manipulatrice radio du CHU de Rouen témoigne sur son quotidien en période de Covid-19.
08:54 30/03/2020
#2 Témoignage d'une infirmière aux urgences du CHU de Caen
Dans le cadre de sa rubrique "Derrière le masque", la rédaction de Tendance Ouest est allée à la rencontre d'une infirmière dans le service des urgences du CHU de Caen. Elle nous raconte l'organisation, la préparation et l'ambiance au sein d'un service très sollicité par cette crise du coronavirus.
03:22 30/03/2020