Show cover of 1ères lignes - Le podcast de celles qui font bouger les lignes.

1ères lignes - Le podcast de celles qui font bouger les lignes.

Premières lignes, c'est le podcast de celles qui font bouger les lignes sur les Hauts-de-France. Ces femmes entreprenantes se sont lancées dans l'aventure entrepreneuriale et vont nous partager ce qui les fait vibrer et leurs défis quotidiens. Rencontre avec des femmes qui ont osé ! Un format proposé par la CCI Hauts-de-France

Titres

#29 - Renée Ingelaere - "La vie est une aventure qui demande de gravir une multitude d'échelons et de toquer à une multitude de portes"
Quand Renée Ingelaere a dit à son petit-fils qu’elle allait enregistrer un podcast, celui-ci s’est exclamé : “eh bah dis donc mamie !”. Ainsi va la vie pour Renée Ingelaere : tout est aventure. L’une d’entre elles commence dans une entreprise de matériel ferroviaire. Renée est autodidacte. Elle se forme sur le terrain, dans ce milieu d’hommes, jusqu’à saisir sa chance et reprendre l’entreprise, mise à terre par la crise pétrolière en 1974. Renée salue ceux qui l’ont accompagnée et aidée à prendre la mesure de ses ambitions. Elle est alors la seule femme à la tête d’une entreprise ferroviaire en France. C’est là que se présente une nouvelle aventure. La Chambre du commerce et de l’industrie. Renée est élue et s’engage. Une de ses réussites : participer à l’unification des CCI de la région Nord-Pas-de-Calais. Ce chemin la mène jusqu’au Conseil économique, social et environnemental (CESE), troisième assemblée constitutionnelle de la République. Elle y crée un groupement d’employeurs et rédige des expertises, notamment sur les innovations technologiques et la performance industrielle globale. Ces aventures professionnelles et ses engagements sont récompensés en octobre 2022 du grade d’officier de la légion d’honneur, ordre national qui décore “tout citoyen français ayant fait preuve de mérites éminents au service de la nation”. Renée Ingelaere partage la grande aventure de sa vie, celle qui est au fondement de toutes les autres : sa famille. Avec humilité et passion, elle partage ses conseils, son audace et sa curiosité.  Une leçon de vie pour qui veut entreprendre et qui veut simplement apprendre... Bonne écoute !
18:52 22/12/2022
#28 - Marie Collette - "Entreprendre pour changer les choses en profondeur" - Graines de citoyens
S’il fallait choisir un objet pour illustrer l’aventure entrepreneuriale de Marie Collette, ce serait certainement sa bibliothèque. Elle s’érige au milieu de son salon, pleine à craquer et débordante de couleurs. Sa particularité ? Elle est remplie de livres pour enfants. Marie Collette est passionnée de littérature jeunesse, parce qu’on peut “parler de plein de sujets, des sujets faciles, rigolos ou plus difficiles”. Consciente que tous n’ont pas une bibliothèque aussi fournie, elle profite du confinement pour les partager sur les réseaux sociaux. L’accueil est unanime. Marie veut aller plus loin : “Je voulais mettre à profit mes connaissance sur les sujets de développement durable, et les apporter aux enfants avec un ton optimiste qui donne envie d’agir” explique t-elle. Persuadée qu’il faut sensibiliser les enfants et leur donner des clés pour agir, elle crée des carnets d’activités (chasse au trésor, défis, expériences, etc.) parce qu’on “apprend mieux en s’amusant”. Avec Graines de citoyens, Marie lie ses deux passions : la littérature et le développement durable. L’entrepreneuriat est arrivé dans sa vie comme une surprise. Elle apprend en avançant, découvre un monde où il faut s’adapter en permanence, et surtout, s’épanouit. De la difficulté de se faire connaître à ses premières commandes, Marie partage son aventure entrepreneuriale avec le sourire. Un shot de bonne humeur et d’optimisme, qui donne envie d’agir pour demain. Bonne écoute !
15:26 09/12/2022
#27 - Hélène Madar - "J'assume mon genre, et il faut plus de femmes pour représenter la société !" - Banque Populaire du Nord
Hélène Madar est clairement en 1ère Ligne ! Depuis le 1er janvier 2022, elle est la 1ère femme au poste de directrice de la Banque Populaire du Nord ! Actuellement elles sont 4 femmes sur 14 personnes à diriger un établissement du Groupe BPCE en France. Hélène, 53 ans, aime se présenter comme « une femme, une mère, une fille, une consoeur autant qu’une directrice professionnelle ». Depuis le siège de la banque à Marcq-en-Baroeul, Hélène revient sur son parcours et  la façon dont l’annonce d’un magasine l’a embarqué dans le secteur bancaire il y a 21 ans… Rencontrer Hélène c’est prendre conscience, comme elle il y a quelques années, du plafond de verre qui surplombe les femmes. « J’assume pleinement ma féminité, mon genre et je pense qu’il faut qu’il y ait plus de femmes, tout simplement pour mieux représenter la société ! Surtout au XXIème siècle ! » Hélène met l’authenticité au coeur de son activité. Elle raconte comment elle dirige différemment en tant que femme. Elle partage sa vision du management et l’importance pour elle d’assumer ses émotions et de les verbaliser dans le milieu professionnel.  L’écouter, c’est découvrir les éléments clefs pour assumer ses responsabilité et ses ambitions. Dans son environnement de réussite, Hélène met en avant sa vie personnelle. Comme elle aime à le dire : « Je suis toujours mariée au même mari et mes enfants ne sont pas névrosés ». Solitude du dirigeant, équilibre entre vie professionnelle et personnelle, Hélène aborde son parcours et ses ressentis avec authenticité et humanité. Ce podcast est un must-listen, un élan de motivation pour entreprendre, aborder différemment la vie en entreprise, et assumer ses ambitions et ses responsabilités ! Bonne écoute !
18:15 04/08/2022
#26 - Emmanuelle Belpaire - "N'oubliez pas de célébrer les plus petites victoire." - CREPS Hauts-de-France
Avez-vous déjà entendu parler d’intrapreneuriat ? Dans cet épisode, Emmanuelle Belpaire, directrice de la formation au CREPS Hauts-de-France, explique pourquoi elle se définit comme une intrapreneure !   L’intrapreneuriat est pour Emmanuelle une forme d’entrepreneuriat dans une organisation et dans son quotidien. Dans ce podcast elle raconte comment elle associe le sport, la psychologie, la formation, le management, le cyclisme au féminin, l’humain, et le dépassement de soi qui font d’elle une intrapreneure engagée !   Déjà petite Emmanuelle est attirée par la psychologie. Elle raconte comment la psychologie du travail et des organisations l’a lancée : « Je pense que le travail joue un rôle de construction ou de déconstruction chez chaque individu ! » Une mission qui résonne aujourd’hui avec son poste de directrice de formation au CREPS, où elle nous partage comment avec son équipe, elle est amenée à « changer des vies ! ».   Son fil conducteur ? « L’esprit d’équipe et le sens de la mission ! » Emmanuelle raconte aussi sa passion pour les défis sportifs qui rythment sa vie. « On ne se lance pas dans la montagne sans se préparer physiquement et psychologiquement. Pour moi c’est une forme d’entrapreneuriat ! ».     Ce podcast est une véritable occasion de découvrir une nouvelle forme d’entrepreneuriat, celle d'être intrapreneur·e au quotidien ! Inspirez-vous du témoignage d’Emmanuelle pour faire évoluer vos projets, osez risquer, tomber et vous relever, et surtout... « N’oubliez pas de célébrer les plus petites victoires ! » Bonne écoute !     
16:23 25/07/2022
#25 Caroline Poissonnier - "La famille est notre force, sans quoi on devient de simples associés." - Baudelet Environnement
Ce nouvel épisode vous emmène à la rencontre de Caroline Poissonnier, co-dirigeante du groupe Baudelet Environnement aux côtés de son frère. Conserver des relations familiales saines, reprendre une entreprise patrimoniale, ou savoir dissocier vies professionnelle et personnelle sont autant de sujets centraux dans la vie de Caroline. C’est son appétence pour les sujets des ressources humaines et de la culture managériale  qui pousse Caroline à se spécialiser sur ses thématiques, et par la suite à rejoindre l’entreprise fondée par son grand-père en 1964. Elle en reprend la direction générale avec son frère, ingénieur de formation, en 2018. Mais travailler en famille n’est pas toujours chose aisée. « La clé, c’est la communication, » exprime la cheffe d’entreprise. « L’affect est notre meilleur ennemi ; on se veut du bien l’un à l’autre, une vraie bienveillance qui peut se retourner contre nous si on n’ose pas se dire les choses. Quand il y a des non-dits, des tensions apparaissent. » C’est pourquoi, accompagnés par le réseau Family Business Network, Caroline et Jean-Baptiste ont appris à faire du travail en famille une véritable force qui les pousse à relever les challenges du quotidien et de l’avenir. « On essaye de garder la famille au centre du sujet parce que c’est notre force, sinon on devient des associés lambdas » explique-t-elle. Reprendre l’entreprise familiale est aussi bien une responsabilité importante qu’une superbe aventure humaine. « Mon grand-père et mes parents ont créé un socle solide, maintenant c’est à nous de construire et de faire prospérer cette belle entreprise, » conclut-elle. Rendez-vous sur le profil LinkedIn de Caroline pour retrouver toutes ses prises de parole inspirantes qui vous motiveront à tout mettre en oeuvre pour atteindre vos objectifs personnels et professionnels !
20:16 07/07/2022
#24 Fatima Khaloui - "Si l'entrepreneur est un parachutiste, je suis son parachute." - Avocate
À 28 ans, Fatima Khaloui exerce la profession d’avocat dans le cabinet Cornet Vincent Ségurel à Lille. Dans cet épisode, elle nous explique les liens qui unissent son métier et l'entrepreneuriat. Depuis ses 11 ans, Fatima se passionne pour le droit. La jeune femme exprime combien la valeur de la justice est fondamentale pour elle depuis toujours. En 6ème déjà, elle se met à écrire un lexique juridique pour comprendre les informations télévisées. C'est « un sentiment d'injustice sociale » qui la pousse très jeune à vouloir se tourner vers le métier qu'elle exerce aujourd'hui. Au quotidien, elle se donne une mission : « Accompagner la vie d'un business de l'idée, à la structure, à son développement. » Liberté, autonomie, maîtrise de son argumentation sont autant de qualités qu'elle défend et que l'on retrouve chez les entrepreneurs qu'elle accompagne. Entreprendre, c'est prendre des risques, et comme le dit si bien Fatima, « si l'entrepreneur est un parachutiste, je suis son parachute. »  Alors en plus de vous réconcilier avec le droit, ce podcast est l’occasion de saisir les encouragements de Fatima pour entreprendre et se laisser accompagner :« Prendre le risque ou perdre une opportunité, si vous hésitez : lancez-vous ! » Bonne écoute !
15:01 29/06/2022
#23 Aurélie Vermesse - "Ce que je veux, c'est l'égalité hommes-femmes, point !" - CCI Grand Lille
Avez-vous déjà entendu parler de révélation entrepreneuriale et de « comité des bienveillantes » ? Cet épisode vous emmène à la rencontre d'Aurélie Vermesse, créatrice et gérante du très réputé Clarance à Lille, et présidente de la Chambre des Commerces et de l’Industrie de Lille. Grâce à elle, vous trouverez sûrement la force d’entreprendre ! Persuadée que « quand on veut on peut », Aurélie raconte comment la force du témoignage déclenche en elle un élan d'entreprendre à 47 ans : « Un jour j’ai eu une révélation, j’ai tout plaqué, repris des études et j’ai créé Le Clarance. À partir de ce moment-là, un moteur s’est mis en marche en moi et j’ai su que c’était ce qu’il fallait que je fasse. » En 2 mois, elle quitte son poste à responsabilité dans l’industrie pour reprendre des études, découvrir les défis de l’entrepreneuriat et construire de A à Z le fameux Relais-Château Le Clarance dans le Vieux-Lille. Ce parcours de combattante, Aurélie le raconte simplement : « Même si j’avais cette vocation, on a des moments de doutes, découragements. Il y avait des tas de choses que je ne savais pas faire." Mais l'entrepreneuse ne manque pas de ressources. Elle a su s'entourer d'un « comité des bienveillantes » qu’elle a créé et composé de 12 femmes, afin de l’accompagner dans son aventure entrepreneuriale. « Dans le monde de l’entrepreneuriat et dans le monde financier, je suis confrontée à pas mal d’hommes. J’avais besoin de ce regard plus féminin. Il ne faut pas hésiter à appeler à l’aide, il faut savoir s’entourer pour prendre la décision.» L’occasion aussi pour Aurélie de raconter comment elle est devenue présidente de la CCI Grand Lille et ce qu’est le féminisme pour elle : « Je crois beaucoup à la valeur de l’exemple pour donner aux femmes l’envie de s’engager. Ce que je veux c’est l’égalité homme-femme, point. C’est à dire qu’on soit traité de la même façon tant dans les compétences que dans les salaires. » Un podcast inédit pour (re)trouver la force d’entreprendre et de maintenir le cap de son aventure entrepreneuriale ! Bonne écoute !
20:23 09/06/2022
#22 Virginie Blondeau - "La joie, c'est de voir l'aboutissement d'un projet." - Editions de l'Escaut
Parfois l’entrepreneuriat s’invite dans nos vies sans prévenir ! C’est arrivé à Virginie Blondeau, qui nous raconte son parcours plein de rebondissements. De doctorante à entrepreneure, l’aventure professionnelle de Virginie est surprenante. Elle démarre l’année de ses 37 ans à Valenciennes, alors qu’elle termine tout juste sa thèse.   Le sujet ? Mettre en valeur le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais. C'est ce thème qui la mènera à la création de son entreprise. Dans ce podcast, elle revient sur les étapes de son parcours professionnel, riche et diversifié. En 2020, Virginie rencontre deux hommes passionnés par la région avec qui elle va s'associer pour mettre en oeuvre un projet commun : Les Éditions de l’Escaut. C'est plus tard qu'elle crée sa société Escaut Médiations. Via ces deux projets, Virginie accompagne l’édition de livres photographiques, notamment sur le sujet de l'archéologie industrielle. En parallèle, elle propose à ses clients une activité de conseil en repositionnement stratégique. En tout simplicité, l'entrepreneure partage ses joies et ses difficultés dans ses projets : « La joie c’est d’être vraiment autonome, d’avoir une marge de manoeuvre et de voir l’aboutissement d’un projet. Les difficultés, c’est quand cela n’avance pas assez vite... » L’occasion aussi pour Virginie de revenir sur l’impact de l’entrepreneuriat dans sa vie et de partager quelques conseils : Oser, se lancer, écouter... L’aventure entrepreneuriale commence quand vous le voulez ! Ce podcast est la preuve que lorsqu'on entreprend, la diversité d'un parcours prend tout son sens. Bonne écoute !     
19:27 26/05/2022
#21 Andréa Ansel - "Mon entreprise c'est un deuxième mariage, un mariage d'affaires." Produits du Brésil
Dans ce nouvel épisode, le soleil brésilien rayonne dans la voix d’Andrea Ansel. Elle nous fait découvrir sa vie de « serial entrepreneure » qui s'est étendue du Brésil aux Hauts-de-France en passant par le Canada !   Ce podcast dépeint toute la dynamique d’Andrea. À 46 ans, elle bouillonne d’idées et exprime sa créativité à travers plusieurs aventures entrepreneuriales. Elle parle 5 langues, et a géré 2 écoles de langues, été avocate au Brésil, fondé une agence de relocalisation, été agent immobilier au Canada, et réalisé un DESS en gestion des affaires à HEC Montréal.   Andrea nous raconte l’histoire de sa fibre entrepreneuriale qui se manifeste dès son plus jeune âge : « J’aime dire que ma première entreprise je l’ai ouverte à l’âge de 9 ans, associée à la dame de ménage de mes parents pour vendre des glaces... » Dans toutes ses entreprises, Andrea fait résonner motivation, envie de réussir et apprentissage pour toujours aller plus loin et ressentir ce « frissons du défi. »  Depuis 2020, elle gère "Produits du Brésil," sa nouvelle aventure française, avec son mari et associé Jean-Philippe. Cette aventure débute par hasard en 2017, alors qu'elle partage les recettes de son pays « juste pour le plaisir » sur le blog "Recettes du Brésil" et sa chaîne Youtube. Andrea reconnait son besoin de trouver des produits brésiliens en Europe dans les commentaires de ses abonnés et raconte comment elle a surfé sur « les marchés de la nostalgie » pour créer Produits du Brésil.   Son aventure entrepreneuriale est aussi une aventure familiale. Andrea explique comment elle gère ce « deuxième mariage, un mariage d’affaires » et trouve le bon équilibre entre sa vie profesionnelle et sa vie personnelle.   Si vous aussi, vous souhaitez vous lancer dans l'aventure entrepreneuriale, gardez en tête le conseil d'Andrea : « Ne pas abandonner ses rêves ! »  Bonne écoute !
17:55 12/05/2022
#20 Fany Ruin - "C'est de la diversité que naît la richesse." - Fanystyle
Rencontrer Fany Ruin, c’est découvrir comment s’adapter aux évènements et comment progresser dans son aventure entrepreneuriale !   Chez Fany, la fibre entrepreneuriale prend racine dans son enfance et se concrétise au cours d’un babysitting... Petit à petit, elle tisse l’histoire de son aventure textile Fany Style. Celle-ci débute en 1998 grâce à sa volonté de rhabiller les professionnels et le personnel des usines.   Fany raconte comment elle s’est mise à l’écoute de ses clients pour faire grandir son entreprise en créant des vêtements et des objets publicitaires. A partir des défis, elle crée des opportunités ! Fany explique comment d’une rencontre à l’autre, elle prend un premier virage, puis s’adapte à la pandémie pour créer des produits made in Hauts-de-France.   « Je suis vraiment persuadée que de la diversité née la richesse, et je me nourris des rencontres ! Je crois aussi que c’est important de ne pas se mettre de barrière et puis de faire un peu au feeling. »  Aujourd’hui Fany est à la tête d’un atelier de confection et d’un chantier de réinsertion, mais elle est aussi la première femme élue vice-présidente France de la Chambre des Commerces et de l’Industrie !   Dans ce podcast, vous découvrirez la motivation de Fany à apprendre et à rebondir :« Être entrepreneur c’est être souple, aller de l’avant, se remettre en question... » Fany partage aussi ses réflexions sur l’entrepreneuriat au féminin et les regards qui doivent encore évoluer : « J’ai compris qu’il ne fallait pas prendre la place d’un homme mais prendre notre place. »  Alors pour découvrir comment se réinventer, s’adapter, évoluer, s’entourer, s’organiser, prioriser et déléguer, venez à la rencontre de Fany Ruin dans ce podcast !   Un dernier conseil : « Osez ! N’hésitez pas à pousser la porte des chambres de commerce, on est là pour ça ! »   Bonne écoute !
17:00 28/04/2022
#19 Aurélie Fontenelle - "Dans l'entrepreneuriat, on n'a pas le temps de s'ennuyer !" - Les Conquérantes
Aider les femmes à entreprendre, c’est le projet d’Aurélie ! À 35 ans, la jeune femme est présidente et fondatrice des Conquérantes, une plateforme qui permet aux entrepreneurEs de se connecter avec des experts « éclaireur·se·s » qui les aident à développer leurs projets ! Ce besoin de soutenir les femmes à entreprendre, c’est son histoire !  Car l’aventure entrepreneuriale d’Aurélie commence à 22 ans, quand elle crée un site de e-commerce de vêtements pour femmes. Mais « à cette époque j’avais un gros manque de confiance en moi, aucune compétence, et même si j’étais soutenue par la CCI, je me sentais perdue, » exprime-t-elle. Après quelques années en tant que salariée dans l’immobilier, Aurélie revient à sa première passion : l’entrepreneuriat. « Même si on rencontre certaines difficultés, les points positifs l'emportent sur les points négatifs. » Son envie d’indépendance, une quête de sens et une épreuve personnelle sont un tremplin dans sa vie et viennent réveiller ce besoin et cet élan pour ré-entreprendre. À 28 ans, Aurélie reprend donc des études pendant 3 ans en fashion business afin d’acquérir de nouvelles compétences et développer cette confiance qui lui manquait au début de sa vingtaine. Elle se lance dans « une formation à 360° qui lui donne les bagages pour se lancer dans l’entrepreneuriat. » En 2021, Aurélie fait le grand saut et crée Les Conquérantes. « J’ai vécu certaines inégalités, et suite à ces expériences, aujourd’hui j’ai un caractère très engagé dans l’égalité et la parité. Plus tard, quand j’ai demandé à des étudiants de me donner des noms d’entrepreneur·es qui ont réussi, ils ne m’ont donné que des noms d’hommes... On associe plus l’entrepreneuriat aux hommes qu’aux femmes. » « Ce qui me plaît dans l’entrepreneuriat, c’est d’être multi-casquettes. On n'a pas le temps de s’ennuyer, les journées sont toutes différentes, » ajoute-t-elle. Aujourd’hui, 35% des entrepreneur·es sont des femmes. C’est pour cela qu’Aurélie passe en 1ère ligne pour transmettre cette force entrepreneuriale aux femmes et à leurs projets. Bonne écoute ! 
15:23 14/04/2022
#18 Andréa Dirabou-Kouassi - "Les femmes, libérez-vous du regard des hommes !"
Andréa Dirabou-Kouassi est en première ligne dans la mêlée !  Dans ce podcast, nous vous emmenons dans les gradins du Stadium de Villeuneuve d’Ascq pour rencontrer cette super-rugby-woman !   Depuis le vestiaire, Andréa nous raconte que ses coéquipières l’appellent Panthère... Un surnom qui lui fait parler de ses traits de caractère. Elle est une rugby-woman au tempérament calme et à l’énergie de feu : « Derrière ce calme, il y a beaucoup d’énergie et de pep’s. Je ne suis pas une personne qui crie ou qui pleure, je pense que le rugby c’est ma façon d’extérioriser. » Quand elle n’est pas sur le terrain pour s’entraîner, Andréa cherche à démocratiser le rugby féminin en France et en Côte d’Ivoire. Son objectif : « montrer aux jeunes femmes qu’il ne faut pas se limiter. » D’ailleurs, avez-vous déjà pensé en tant que femme à faire du rugby ? Ou en tant que parents à inscrire votre fille au rugby ? Andréa nous partage comment les encouragements reçus par son père l’ont aidée à se lancer. À notre micro, cette jeune maman explique les liens qu’elle fait entre ses « compétences douces, » développées derrière la parentalité, et son engagement quotidien à rendre conscients les hommes du rôle qu’ils peuvent jouer dans l’éducation de leurs filles. « Les femmes, libérez-vous du regard des hommes ! Et les hommes, encouragez les femmes ! » Les clichés n’ont qu’à bien se tenir ! Ce podcast met en 1ère ligne l’importance de la transmission de valeurs pour entreprendre avec détermination et force ! Bonne écoute !    
15:05 31/03/2022
#17 - Christine Malnis - "J'ai toujours voulu gagner, et les échecs m'ont fait aller plus loin."
Dans cet épisode, nous avons rencontré Christine Malnis, championne de saut en parachute et prête à se lancer aujourd’hui dans une nouvelle aventure entrepreneuriale !   À 35 ans, Christine a déjà fait plusieurs fois le tour de la terre depuis les airs...  Triple championne du monde de vol relatif et six fois vainqueure de la Coupe du monde, Christine est une sportive de haut-niveau qui nous raconte comme elle a appris à suivre ses envies et prendre son envol aux bons moments ! Bercée par les histoires de parachutisme de son père, Christine a toujours voulu essayer de voler ! « C’est après un baptême que j’ai su que c’était pour moi ! »   Avec un palmarès de plus de 5500 sauts et de nombreuses figures artistiques dans le ciel, son sport est une sorte de natation synchronisée aérienne qu’elle a aussi pratiqué en équipe. De cette aventure qui a duré 13 ans, Christine nous retient l'audace, la liberté et la persévérance qu'elle nécessite : « Je me décrirais comme une battante, j’ai toujours voulu gagner. Je n’ai jamais baissé les bras, et même les échecs m’ont fait aller plus loin ! » Avec une première entreprise montée autour du parachutisme, depuis 2016 elle était monitrice de saut en chute libre. Aujourd’hui, elle pose le pied au sol pour entamer une reconversion professionnelle en naturopathie.  Christine nous raconte les débuts de cette nouvelle aventure qui correspond à une nouvelle étape de vie. L’occasion pour elle de partager sa motivation et de mettre à profit ses compétences de coach... Vous êtes en 1ère ligne d’un nouveau saut que Christine s’apprête à réaliser et que nous vous invitons suivre pour muscler votre volonté d’entreprendre !   Bonne écoute !      
12:39 17/03/2022
#16 - Laura Di Muzio - "J'adore l'entreprise, car c'est une aventure collective !" - LJA Sports
Dans cet épisode, nous sommes partis à la rencontre de Laura Di Muzio, joueuse de rugby depuis ses 15 ans et aujourd’hui entrepreneuse dans la promotion du sport au féminin. Co-fondatrice de l’agence LJA Sports, Laura s’est lancée dans l’aventure entrepreneuriale avec 2 associés, Jannick et Alexandra, en 2016. Derrière le nom de l’agence “LJA Sports” se cache une double signification : l’une porte leur mission d’accompagnement de sportives avec l’axe “Ladies are Just Amazing” et l’autre grave les premières lettres de chacun des fondateurs : Laura, Jannick, Alex. En parallèle de l’agence, Laura a gardé la passion du rugby dans son quotidien. Co-chef d’équipe au sein du Club de rugby de Villeneuve d’Ascq, c’est dans ce lieu emblématique que nous nous immisçons aujourd’hui pour parler de la “plus belle aventure professionnelle de sa vie”. Laura partage les apprentissages et l’épanouissement que lui apporte l’aventure LJA Sports : « ****** je n’avais jamais fait cela de ma vie, et je me suis rendue compte très vite de l’évolution permanente de l’entreprise. Il a fallu se renouveler, pivoter, bifurquer, trouver des solutions, comme sur le terrain. J’adore car c’est une aventure collective. » Derrière le travail collectif, Laura parle aussi d’agilité, de « preuve par l’action » et de confiance. Elle évoque aussi les rebondissements qui ont pérennisé l’agence et l’audace nécessaire pour entreprendre : « Si on attend que tous les voyants soient au vert, on ne fera rien : il faut tenter, essayer, même si tous les éléments ne sont pas réunis. » Le sport féminin a une histoire à raconter, tout comme Laura qui remet en 1ère ligne la motivation pour entreprendre ! Bonne écoute ! 
15:06 03/03/2022
#15 - Alice Dalle - « J'ai deux langages : celui de l’art et celui de l’entreprise ! » Voice-In
Rencontrer Alice Dalle, c’est rencontrer une voix, une énergie, un élan pour entreprendre !   « Avant j’étais la copine qui chante, maintenant je suis chanteuse ! » À l’école, elle était déjà surnommée le rossignol… Pourtant, il a fallu des études de comptabilité, un voyage aux États-Unis et quelques rencontres pour qu’Alice assume sa voix et trouve sa voie !   Depuis plusieurs années maintenant, Alice chante et fait chanter !  « Le chant, c’est un besoin pour moi, c’est un vrai massage ! » C’est ainsi que naît la chorale amateur À Bout de Souffle, la chorale qui ne manque pas d’air. « Ma manière d’entreprendre n’est pas de réfléchir en amont, mais c’est l’action qui  m’amène à créer des entreprises et des associations en répondant à des demandes.  C’est très intuitif ! »  De fil en aiguille, Alice fait naître un nouveau projet : Voice-in !  Son objectif : « fédérer les équipes en musique ! »   « Chez Voice-in, nous avons deux langages : celui de l’art et celui de l’entreprise.  Nous avons autant de respect pour le monde des artistes que pour celui des entrepreneurs. »  Alors quoi de mieux et de plus innovant que de chanter avec ses collègues ! En entreprise  comme à la maison : « tout le monde peut chanter et cela fait du bien ! »   Entre audace, rencontre et capacité à innover, c’est cette aventure entrepreneuriale et musicale que nous partage Alice dans ce podcast ! Une jolie parenthèse musicale pour entamer la journée.
16:35 17/02/2022
#14 - Eva Rodenas - Le milieu de l’automobile est très stimulant. On ne manque pas de défis ! - Toyota Boshoku
À seulement 23 ans, Eva Rodenas impressionne par son dynamisme et sa bonne humeur communicative. L’étudiante en management nous raconte comment son alternance l’a amenée à concourir au niveau mondial pour présenter le projet qu’elle a développé. « Au début, la communication, c’était pas forcément mon fort », admet Eva. En quelques mois, la jeune alternante a rapidement gagné en compétences pour présenter son projet alliant confort, sécurité et productivité au sein des postes de travail développé chez Toyota. Dans le cadre d’un concours organisé par l’ARIA, ce projet a été acclamé par l’ensemble de la CCI, avant d’être propulsé à l’échelle européenne, puis mondiale.  « C’est une expérience dont je me rappellerai toute ma vie. Représenter ce projet auprès de ce public en tant que femme, c’est déjà une vraie victoire. Quand on sort d’école, on a tendance à penser que le domaine de la production automobile n’est pas pour les filles. Il faut oser ! » Oser, voilà justement un mot cher à Eva, qui se dit très épanouie et fière du travail accompli en équipe. « Moi, ce qui m’intéresse vraiment c’est de me dépasser. Le milieu de l’automobile est très stimulant. On ne manque pas de défis ! ».  Aux auditeurs et auditrices de ce podcast, elle adresse un message rempli d’optimisme : « Si vous avez des projets, allez-y, foncez ! » Suivez Eva sur LinkedIn pour suivre son aventure professionnelle. Bonne écoute !
13:58 20/01/2022
#13 - Astrid Mauduit - Le travail permet de se réaliser et de s’épanouir - Ouate-Le Touquet-Paris-Plage
Dans ce nouvel épisode, Astrid Mauduit nous raconte l’histoire de Ouate, marque qu’elle a créée en février 2019 spécialisée dans les produits cosmétiques pour enfants. Elle évoque les étapes de son aventure entrepreneuriale, sa reconversion professionnelle et les challenges qu’elle a rencontré tout au long de son parcours. Le projet d’Astrid s’inscrit dans une démarche de créer localement des produits inédits dédiés à « la catégorie des oubliés. » Elle propose aux enfants des produits adaptés à leur peau et ses besoins. Ceux-ci sont made in France, à base d’ingrédients d’origine naturelle et vegan. Avec ses packagings ludiques et colorés, « l’enjeu de la marque est d’intéresser les enfants pour qu’ils aient du plaisir et utilisent les produits en toute autonomie. » La jeune cheffe d’entreprise nourrissait depuis plusieurs années des envies d’entreprendre.  Elle était animée par un désir de tenir les rênes, d’être le moteur d’un projet et d’une mission.  Son intérêt pour les sujets liés à l’enfance l’a poussée à monter cette entreprise, guidée par ses 4 filles qui sont aujourd’hui ses premières conseillères. « Je voulais montrer à mes enfants que le travail permet de se réaliser et de s’épanouir, » exprime-t-elle. A 48 ans, elle a vécu un nouveau début de carrière, qu’elle voit comme une suite logique à tous les apprentissages dont elle a bénéficié lors de son parcours. Astrid a su mettre à profit toutes ses compétences, son réseau et faire appel aux bonnes personnes pour l’aider et l’accompagner dans cette aventure. Peu à peu, elle se forge une équipe constituée de toujours plus de jeunes talents. Le projet d’Astrid est guidé par une valeur essentielle, la transmission : transmission des valeurs de l’entreprenariat, de valeurs familiales, et des gestes de soin.  Voir se concrétiser tout ce pour quoi elle a travaillé est pour elle une véritable satisfaction. L’entrepreneuse prend à cœur chacune de ses victoires. « Il faut s’enthousiasmer au quotidien. La route est longue et il faut trouver du bonheur dans chacune des étapes pour garder l’énergie d’avancer. » A ses yeux, « un projet se construit autour de l’ambition, » conclut-elle. Retrouvez Astrid Mauduit sur LinkedIn pour tout savoir des produits Ouate. Bonne écoute !
15:24 06/01/2022
#12 - Lamia Mialet - Ce qui me motive, c'est de faire ce que j'aime bien - Cozy Air
Cette semaine, Lamia Mialet nous accueille à Villeneuve d'Ascq chez Cozy Air, son entreprise spécialisée dans l'amélioration de la qualité de l'air intérieur. La Covid a mis au premier plan le besoin de renouveler l'air en intérieur afin de limiter la propagation des virus. C'est précisément ce que fait Cozy Air, grâce à une mesure la qualité de l'air intérieur en temps réel pour détecter les anomalies au bon moment et les corriger rapidement.  Grâce à ses objets connectés (pyramide inversée, capteur mural), Cozy Air évalue le taux de polluants et les paramètres de conforts : température, humidité, taux de CO2. Avec un micro-capteur par polluant et par paramètre de confort, les données récoltées sont d'une grande précision et permettent d'identifier les principaux axes d'amélioration de la qualité de l'air. Malgré son parcours d'ingénieure chimiste, Lamia insiste sur sa volonté de proposer des objets au design simple pour rendre les informations accessibles à tous. Il s'agit de « montrer les paramètres sur lesquels on peut agir vite ». Cela passe par exemple par un indicateur visuel sur le taux de CO2, invitant les habitants à aérer la pièce lorsque ce taux est trop élevé. Elle explique par ailleurs que la qualité de l'air a un impact considérable sur les économies d'énergie et la durabilité des bâtiments, outre ses implications bien connues sur la santé. En tant qu'entrepreneure, Lamia raconte les différentes étapes qui l'ont vue progresser : concevoir un produit, savoir le vendre, convaincre des investisseurs, recruter les bonnes personnes, leur donner envie. « Ca ne veut pas dire que j'ai des compétences dans tout, mais j'apprends.  Ce qui me motive, c'est de faire ce que j'aime bien, voir que le produit intéresse, et avoir réussi à développer plusieurs activités autour d'un sujet scientifique ». Aujourd'hui, Lamia souhaite emmener Cozy Air à l'international et prépare activement sa deuxième levée de fonds. Bonne écoute !
18:52 15/10/2021
#11 - Pauline Guesné - Ne réfléchissez pas trop. Lancez-vous ! - Induo
Cette semaine, Pauline Guesné nous accueille au centre européen des textiles innovants, où se situe son entreprise Induo. Élue meilleure startup française par la CCI en 2019, Induo propose des tissus innovants résistants aux tâches et à la transpiration. Grâce à ses propriétés 100% coton, son textile est aussi doux qu'un tissu traditionnel tout en étant déperlant et biodégradable. Induo s'adresse à 3 types de clients : des marques de prêt-à-porter, des tailleurs sur-mesure et des entreprises souhaitant concevoir un uniforme pour leurs employés. Induo s'apprête aujourd'hui à développer sa solution de recyclage pour poursuivre son engagement écoresponsable. « Apporter notre pierre à l'édifice en essayant de rendre la mode moins polluante, c'est extrêmement important pour moi », explique Pauline Guesné. A ce titre, l'équipe s'agrandit et recherche actuellement son prochain ingénieur sur le projet de recyclage. Pauline s'est toujours vue comme une entrepreneuse, tout en ayant conscience que ce mode de vie requiert une grande adaptabilité. En tant qu'entrepreneuse, elle est confrontée au quotidien à des problématiques de logistique, de vente, de marketing, de communication, de financement et de recrutement. Par ailleurs, 6 ans après la création d'Induo, son principal défi reste la survie : « Même quand on a une entreprise qui marche bien, rien n'est gagné et on n'est jamais à l'abri. Le Covid l'a prouvé, on est obligé de se réinventer ». Si le manque de modèles féminins aux postes de responsabilité lui fait parfois se sentir en minorité, Pauline Guesné affirme que les choses évoluent positivement, y-compris du point de vue de l'équilibre entre vie pro et vie perso : « Aujourd'hui, couper complètement son activité est incompatible avec une vie d'entrepreneur. C'est quelque chose qui m'effraie parce que j'ai envie d'avoir des enfants et je n'arrive pas à partir en vacances sans répondre à des mails pendant 2 jours. C'est clair que l'entrepreneuriat est difficilement conciliable avec une grossesse, mais je vois de plus en plus de femmes autour de moi qui le font donc ça me donne beaucoup d'espoir ». Pauline adresse un conseil aux femmes qui hésitent à entreprendre : « Ne réfléchissez pas trop. Lancez-vous ! Vous avez tout à gagner à essayer. Il ne faut pas avoir peur du changement, il faut l'embrasser ». Retrouvez Pauline Guesné sur LinkedIn pour suivre son aventure entrepreneuriale et les nouveautés d'Induo. Bonne écoute !
20:56 08/10/2021
#10 - Marina Chalavon- Mon ressort, c'est de construire quelque chose de nouveau à chaque fois - HDFID
Cette semaine, Marina Chalavon nous présente le parcours qui l'a amenée à devenir responsable développement de l'agence Hauts-de-France Innovation Développement (HDFID). Les démarches collectives et l'innovation ont été le fil rouge du parcours de Marina. Après avoir obtenu son diplôme d'ingénieur, elle a développé un projet innovant pour les artisans boulangers : certifier leurs baguettes de la graine au pain. Cela supposait de recourir à la "rétro-innovation" pour amener un haut niveau de qualité de goût grâce aux techniques d'antan. Passionnée par l'agroalimentaire, Marina a ensuite contribué à la création de Saveurs en or, et a participé à la mise en place du premier concours régional de l'innovation agroalimentaire, qui a permis à de nombreuses entreprises de développer de nouveaux produits. Aujourd'hui responsable développement de l'agence Hauts-de-France Innovation Développement (HDFID), Marina Chalavon accompagne les entreprises dans leurs projets d'innovation.  A cet effet, elle estime fondamental de décloisonner les communautés. Il s'agit de créer un espace de rencontre pour favoriser les partenariats entre startups, chercheurs, grands groupes et projets européens. Son expérience dans l'innovation lui permet de comprendre les nouvelles technologies et les enjeux des entreprises. Si la carrière professionnelle de Marina a été rythmée par des déménagements fréquents pour raisons familiales, elle a su transformer les contraintes en opportunités : « A un moment donné, on ne reste pas à regarder la vie passer. On a besoin de s'inscrire dans quelque chose. Pour moi, créer c'est vivre. Mon ressort, c'est de construire quelque chose de nouveau à chaque fois ». Marina Chalavon est engagée dans l'association Femmes Ingénieures pour encourager les jeunes filles à briser l'autocensure et oser s'épanouir dans des carrières scientifiques. Retrouvez Marina sur LinkedIn pour en savoir plus sur les projets innovants en Hauts-de-France. Bonne écoute !
18:57 01/10/2021
#9 - Claire Le Guidec - "Soyez curieuses, saisissez les opportunités, osez tenter des expériences". RTE
Cette semaine, Claire Le Guidec, Manager de Groupement de Postes chez RTE Réseau de Transport d'Electricité nous explique comment ses équipes assurent l'accès à l'électricité pour tous à chaque instant sur le territoire français. Fort de ses 9 000 salariés, le réseau de transport d'électricité peut être comparé à un réseau autoroutier dans lequel les postes électriques jouent le rôle d'échangeurs. Claire et son équipe veillent à l'entretien de ces postes électriques afin que l'électricité arrive à bon port. Dans sa vision du management, Claire souhaite porter les valeurs de RTE et créer un collectif engagé et solidaire. A cette dimension humaine, elle associe une dimension de pilotage pour assurer le respect des engagements de l'équipe en matière de budget, d'activité, d'environnement et de sécurité. Par ailleurs, Claire Le Guidec s'est engagée depuis plusieurs années dans des associations pour promouvoir les métiers scientifiques et techniques auprès des jeunes filles. Membre de l'association Femmes Ingénieures, elle valorise l'emploi des femmes à des postes traditionnellement masculins.  A ce titre, elle se retrouve pleinement dans la démarche de RTE de féminiser ses effectifs, notamment au sein de son directoire. Elle considère la diversité des profils et des parcours comme un atout pour les entreprises et un facteur de performance. Claire a choisi de devenir ingénieure pour se préparer aux métiers de demain.  Elle explique : "j'ai appris à apprendre" et souligne l'importance d'apprendre tout au long de la vie dans un contexte où les métiers évoluent en permanence.  "Soyez curieuses, saisissez les opportunités, osez tenter des expériences". L'objectif de neutralité carbone pour 2050 implique de repenser notre modèle énergétique en consacrant une part de plus en plus importante à l'électricité. RTE a donc un rôle stratégique, notamment par ses missions de conseil des politiques publiques. Retrouvez Claire sur LinkedIn pour en savoir plus sur le réseau d'électricité de demain. Bonne écoute !
12:53 30/08/2021
#8 - Aurélie Lapidus - Ressourcer le monde - Véolia Hauts-de-france
Dans cet épisode de Premières Lignes, Aurélie Lapidus, directrice régionale de l'activité de recyclage et valorisation des déchets de Veolia dans les Hauts-de-France. Les équipes Recyclage et Valorisation des déchets de Veolia comptent 1900 collaborateurs en région, présents sur toute la chaîne du déchet, de leur collecte jusqu'à leur transformation en énergie, en passant par le recyclage. Aurélie aime utiliser la notion de glocal pour parler de Veolia. On y retrouve la particularité d'une entreprise mondiale dont les métiers ne sont pas délocalisables et s'inscrivent au plus proche du quotidien des citoyens, qu'il s'agisse du traitement des eaux ou de la gestion des déchets. Des missions qui créent des emplois. En interne, Aurélie promeut un management confiant, optimiste et positif. Elle souhaite mettre en avant l'esprit d'équipe et de partage afin de favoriser le sens du collectif auprès de ses collaborateurs.  Ainsi, les grandes décisions sont discutées en concertation avec les équipes afin de confronter les points de vue et challenger les premières idées. En tant que dirigeante, Aurélie Lapidus estime avoir un rôle à jouer pour démontrer que l'égalité hommes femmes est possible.  C'est dans cette optique qu'elle a créée des ateliers de sensibilisation des managers, afin de mieux leur faire comprendre les différences de perceptions et de vécus entre les hommes et les femmes.  Son féminisme, qu'elle définit comme un humanisme, passe également par le recrutement de femmes dans des métiers traditionnellement masculins, et réciproquement. Il s'agit de faire évoluer les perceptions et d'assurer le respect de chacun. L'action de Veolia déborde du seul champ économique pour aller vers des dimensions environnementales, sociales et sociétales. Avec un objectif ambitieux : ressourcer le monde. Retrouvez Aurélie Lapidus sur LinkedIn pour en savoir plus sur le recyclage et la valorisation des déchets dans les Hauts-de-France. Bonne écoute !
20:18 06/08/2021
#7 - Sandrine Leman - « Mon licenciement économique m’a obligée à oser »
Dans cet épisode, Sandrine Leman, directrice générale des sociétés Dianes Partenaires  et CFC Solutions , nous accueille dans ses locaux. Installée à Marcq-en-Barœul, elle nous dévoile les clés de sa réussite entrepreneuriale. L’aventure CFC Technologies débute par ce constat : « Tous les dirigeants ont des histoires de factures à raconter ». Comment faire pour qu’un client paie ses factures dans les temps ? Comment faciliter les démarches administratives afin d’éviter le défaut de paiement ? Pour relever ces défis, CFC Technologies s’assure que tout est réuni pour que chaque facture soit payée à échéance. La promesse ? « Avoir son argent et ses règlements clients à la bonne échéance ». Pour y parvenir, Sandrine explique avoir créé puis déposé officiellement une toute nouvelle profession : le métier d’échéanceur, dont la tâche est « d’appeler les clients pour s’assurer que tout est conforme et que tout va bien ». Fille de parents entrepreneurs, elle a d’abord évolué dans le salariat avant de se lancer dans sa propre aventure.  Un déclic qu’elle raconte de la manière suivante : « La plus belle chose qui me soit arrivée dans ma carrière professionnelle est mon licenciement économique. Il m’a obligée à oser ». Dianes Partenaires (depuis 2012) marque le début de son indépendance professionnelle, avant de passer un nouveau cap en octobre dernier avec CFC Technologies. Sandrine explique que la région Hauts-de-France est une vraie pépinière entrepreneuriale.  Cet élan lui sert de motivation, elle qui a pour ambition de « contribuer au développement du tissu économique local ». La clé du succès selon elle ? « Une entreprise n’existe que quand elle a de clients : il faut lui parler simplement, être disponible et proche de lui ».  Presque un an après sa création, la jeune start-up est en pleine expansion.  Une réussite qu’elle doit notamment à la sérénité qu’apporte son service aux entreprises clientes. Inspirée par Angela Merkel, « femme de pouvoir qui garde toute sa simplicité », Sandrine conclut : « Je ne m’arrête pas sur les différences hommes-femmes ; le vrai sujet est d’avancer ». Retrouvez Sandrine Leman sur 1ères lignes pour suivre la suite de son aventure entrepreneuriale. Bonne écoute ! 
21:51 04/08/2021
#6 - Adeline Moniez - "Fais-le, mais accroche-toi !" - Marbella Paris
Dans cet épisode, Premières Lignes vous emmène au village de Sailly-Laurette dans la Somme à la rencontre d'Adeline Moniez, fondatrice et dirigeante de la Maison Marbella. Cet atelier de fabrication de bijoux innovants révolutionne la bijouterie classique grâce à des bijoux sans attaches à la frontière du bijou et du tatouage.  Depuis 2005, Marbella s'est imposée en tant qu'industrie artisanale Made in France qui s'exporte mondialement. La qualité de ses bijoux de peau - repositionnables, hypoallergéniques et réalisés à la main - est aujourd'hui reconnue par les grands acteurs du luxe. En 2017, Marbella a créé une deuxième marque baptisée M Paris pour faire connaître les avantages de ses produits grâce à un réseau de ventes privées à domicile. Quatre ans plus tard, celui-ci compte déjà plus de 210 ambassadrices et a un réel potentiel de croissance, notamment grâce aux dernières innovations de la Maison Marbella : bijoux parfumés, patchs à eye-liner avec effets satin, métal, pailleté, fluo... Adeline Moniez souligne la place importante de ses collaborateurs dans sa réussite entrepreneuriale. Solidement implantée dans le village de Sailly-Lorette, l'identité de Marbella repose sur son esprit de grande famille, voire de communauté. Dans ce monde composé principalement de femmes, Adeline souhaite encourager l'audace féminine et l'esprit d'aventure. "On se met des barrières, des peurs dues souvent à l'éducation. Moi, j'ai découvert la confiance en moi à l'âge de 40 ans. Je trouve ça dommage".  Ainsi, elle souhaite diffuser des valeurs fortes avec sa marque M Paris, en prônant le bijou de peau comme un vecteur de confiance en soi. "Cela permet de s'affirmer en portant quelque chose d'original, de différent". Adeline Moniez souhaite désormais approfondir le développement de Mardella à l'international. Aux futures entrepreneuses, elle donne un conseil : "Fais-le, mais accroche-toi !" Retrouvez Adeline Moniez sur LinkedIn pour en savoir plus sur les bijoux de peau. 1ères lignes, un podcast de la CCI Hauts-de-France  Bonne écoute !
24:09 02/08/2021
#5 - Patricia Malterre - « Je veux me prouver à moi-même que je suis capable de faire quelque chose »
Dans ce cinquième épisode, Patricia Malterre, co-gérante de Tricotage Malterre et d’Etablissements Malterre, nous accueille dans ses locaux.  Installée à Moreuil, petite commune de la Somme, elle nous dévoile les clés de sa réussite entrepreneuriale.  Tricotage Malterre est un atelier de  production spécialisé sur le traitement du fil : « Le client achète le fil et nous nous chargeons de le transformer en maille ». La spécificité de Tricotage Malterre ? Une entreprise ancrée dans le présent, entre réduction optimale du gâchis (recyclage des chutes) et production Made in France. Les circuits courts sont privilégiés et correspondent d’ailleurs à une demande exponentielle de la part des clients.  Patricia travaille avec son mari et considère que « le succès de cette entreprise part de cette collaboration ».  Malgré tout, les tâches sont clairement divisées et Patricia souhaite garder une certaine indépendance professionnelle.  Elle insiste : « Je veux me prouver à moi-même que je suis capable de faire quelque chose ». Aujourd’hui, elle peut également compter sur ses enfants (et bientôt, ses petits-enfants) pour faire grandir la société. Une aventure familiale qui a suivi l’élan de solidarité suite à la crise sanitaire. Des milliers de masques ont été fabriqués dans les ateliers de Tricotage Malterre pour être donnés aux hôpitaux et structures du secteur social.  L’entreprise s’est serrée les coudes pour approvisionner la région sans en tirer bénéfice car « on ne gagne pas de l’argent en temps de guerre ».  L’écoute et l’adaptation sont les valeurs centrales de Tricotage Malterre : « Toute personne qui appelle ici, pour la moindre demande, on le prend pour un gros client ».  Cette ouverture permet à la société d’investir progressivement de nouveaux marchés (lingerie féminine, vêtements pour nourrissons). La clé du succès ? Un management interne alliant autorité, équité et humanité.  Retrouvez Patricia Malterre sur 1ères lignes  pour suivre les aventures de Tricotage Malterre. Bonne écoute !
21:35 23/07/2021
#4 - Sophie Mayeux - « Il faut être audacieux, suivre son cœur et ses émotions ».
Dans cet épisode, Sophie Mayeux, consultante en communication du changement, nous accueille dans ses locaux. Installée avec son mari, lui aussi entrepreneur, elle nous dévoile les clés de sa réussite entrepreneuriale. Sophie accompagne les entreprises qui déclenchent un processus de transformation. Elle définit la stratégie de communication liée à ces mutations : comment faire pour que les collaborateurs s’engagent dans les changements de leur société ? Outre les traditionnels portraits et newsletters, elle organise des ateliers au sein des entreprises pour améliorer la cohésion d’équipe. Pour Sophie, être entrepreneure est synonyme de liberté et d’épanouissement.  Le déclic ? « Je ne trouvais plus de sens et je sentais que j’avais plein de choses à l’intérieur de moi qui n’attendaient qu’à sortir ».  Elle raconte son goût pour l’exploration et la découverte de nouveaux domaines : elle a d’ailleurs créé le blog Be-Crazy! pour mettre en valeur certains parcours inspirants. Une nouvelle aventure avec la curiosité et le rêve comme valeurs cardinales. En 2013, elle co-écrit le livre « Elles ont osé être remarquables » qu’elle résume ainsi : « Le propos était de mettre en valeur ces femmes qui avaient, un jour, osé s’engager ».  Un projet construit de toutes pièces, entre lancement du crowdfunding, recherche d’un imprimeur… Fière de ce projet, elle raconte ici comment ce livre a changé la vie d’une femme ayant témoigné. Sophie multiplie les projets divers qu’elle réussit à porter vers la réussite. La clé du succès ?  « Il faut être audacieux, suivre son cœur et ses émotions ».  Elle met également l’accent sur sa collaboration avec son mari photographe : leurs activités se complètent et rendent le travail plus agréable puisque « partager un succès tout seul est forcément moins drôle ».     Retrouvez Sophie Mayeux sur son LinkedIn  pour suivre la suite de ses aventures entrepreneuriales.     Bonne écoute !  
20:05 16/07/2021
#3 - Amélie Boucher - La P'tite Rebelle - "Savoir s’entourer, croire en soi et ne pas avoir peur de l’échec"
Dans ce troisième épisode, Amélie Boucher, gérante du concept store La P’tite Rebelle, nous accueille dans les locaux de sa boutique. Basée dans la petite commune de Dury, à quelques kilomètres d’Amiens, elle nous dévoile les clés de sa réussite entrepreneuriale.   Ouvrir une boutique a toujours été un rêve pour Amélie.  Après un burn-out professionnel en 2017, elle est victime d’un très grave accident. Un véritable déclic pour elle, qui raconte : « Quand j’ai eu mon accident, j’ai vu mes enfants et ma vie défiler. J’ai pris conscience qu’on avait qu’une vie et qu’il ne fallait pas la passer à avoir des regrets ».  Un nouveau départ pour elle, qui se lance alors dans l’entreprenariat avec la création de La P’tite Rebelle (quatre salariés aujourd’hui). Amélie perçoit son entreprise comme une aventure entrepreneuriale marquée la proximité et la convivialité : « L’objectif est de garder l’esprit familial de la boutique et de l’exporter sur les réseaux ». Elle souligne l’importance de prendre soin de la clientèle, tant sur la qualité du produit que sur l’accueil en magasin. Pour se faire connaître dans la région, Amélie mise sur une stratégie originale et percutante. Tous les produits en vente sont présentés sur les réseaux sociaux, par l’intermédiaire de courtes vidéos.  Elle explique : « C’est une nouvelle approche du métier de commerçant qu’on a mis en place depuis le confinement ». La crise sanitaire a permis à l’équipe de revoir entièrement la stratégie de communication.  Une réussite puisque la page Facebook de La P’tite Rebelle qui comptabilise bientôt 6 000 abonnés.  Trois ans après sa création, la jeune société est en pleine expansion. Elle peut compter une clientèle fidélisée et en accord avec les valeurs de l’entreprise : « Les clientes sont comme moi et la boutique, elles sont atypiques ». La clé du succès, selon elle ? « Savoir s’entourer, croire en soi et ne pas avoir peur de l’échec ».      Bonne écoute !  
22:08 09/07/2021
#2 - Margot Corréard - DiagRAMS Technologies - " Côtoyer au quotidien des entrepreneurs démystifie l’entrepreneuriat "
Dans cet épisode, Margot Corréard, directrice générale de DiagRAMS Technologies , nous accueille dans les locaux de sa jeune startup, basée sur le campus d’EuraTechnologies à Lille. Sélectionnée dans le classement Choiseul Hauts-de-France 2021, elle nous dévoile les clés de sa réussite entrepreneuriale.      Comment faire face à la pénurie de techniciens de maintenance dans les usines ? Comment les aider à surveiller l’état d’usure des machines ? Et surtout, comment mieux anticiper les pannes ?   Pour relever ces trois défis, DiagRAMS Technologies met au service de ses clients un logiciel de maintenance prédictive. À l’aide de l’intelligence artificielle, il récupère les données internes aux machines pour détecter les incidents et prévenir les pannes. Par sa précision et son anticipation, cet outil permet d’accompagner les techniciens au cours de leurs interventions.  Margot perçoit son entreprise comme une aventure entrepreneuriale marquée par l’apprentissage collectif et la curiosité : « On voit qu’on a une bonne ambiance de travail et ce qu’on délivre satisfait nos clients ». La clé du succès, selon elle ? « Avoir la niaque et être alignée avec les gens qui nous entourent, au niveau des valeurs ». Depuis 2019, l’effectif n’a cessé de grandir, passant de trois co-fondateurs à treize salariés.   Implantée au sein d’un incubateur à jeunes entreprises, DiagRAMS Technologies offre la possibilité de rencontrer d’autres entrepreneurs. C’est d’ailleurs cette proximité qui a motivé Margot à lancer sa société : « Côtoyer au quotidien des entrepreneurs démystifie l’entreprenariat ». Alors que seules 21% des créateur.ice.s de startups sont des femmes, sa motivation première était d’apporter quelque chose d’utile à son échelle. Deux ans plus tard, sa réussite lui permet d’envisager les choses en grand : « J’aimerai beaucoup développer l’activité en Europe puis à l’étranger ». Elle souligne toutefois que le plus important reste de garder l’ADN initial de DiagRAMS Technologies. Retrouvez Margot Corréard sur LinkedIn pour suivre les mutations à  venir de DiagRAMS Technologies. Bonne écoute !  
18:44 02/07/2021
#1 - Céline Hocquet - Les entrepreneurs sont souvent ceux qui peuvent changer les choses - METAROM France
Dans ce premier épisode, Céline Hocquet, Directrice de filiale chez METAROM France, nous accueille dans son usine à Boves où sont produits des ingrédients gourmands pour les industriels agroalimentaires.  Lauréate du Trophée Femme Dirigeante des Hauts-de-France, elle nous dévoile sa vision de l'entrepreneuriat. L'industrie agroalimentaire est aujourd'hui confrontée à deux enjeux majeurs : Comment amener de la naturalité dans les produits ? Comment respecter la gourmandise sans faire de compromis avec le goût, tout en préservant les équilibres nutritionnels ? Deux défis que Metarom entend relever au quotidien. Céline perçoit l'entreprise autrement que par la seule approche économique et rappelle qu'une réussite se fait rarement seul(e). Elle souligne cause commune pour unir les équipes et motiver chacun à déployer au mieux ses compétences. Pour cela, elle s'appuie sur une équipe dans laquelle la diversité des profils est une richesse. La dirigeante voit en l'entrepreneur quelqu'un qui souhaite nourrir sa famille en nourrissant ses idées. Cela présuppose en amont un travail sur soi pour apprendre à se connaître. À ce titre, le Centre des Jeunes Dirigeants lui a permis de se stimuler, se poser les bonnes questions et expérimenter. Confiante dans la dynamique de coopération dans les rapports homme-femme, Céline accueille la transformation de la société avec optimisme : « Il y a une place pour les acteurs qui veulent changer les choses, et ces acteurs sont souvent des entrepreneurs ». Au cours des cinq prochaines années, Metarom souhaite accentuer son engagement sociétal et environnemental. Les métiers de la nutrition peuvent profiter de l'accélération de la digitalisation pour se transformer. Retrouvez Céline Hocquet sur LinkedIn  pour suivre les évolutions du secteur de la nutrition. Bonne écoute ! 1ères lignes, un format proposé par la CCI Hauts-de-France
23:39 23/06/2021

Podcasts similaires