Show cover of ON(WARD) FASHION par THE GOOD GOODS

ON(WARD) FASHION par THE GOOD GOODS

Bienvenue dans ON(WARD) FASHION, le podcast des solutions business pour une mode durable. Je suis Victoire Satto, founder et CEO de The Good Goods, le média de la mode fondée sur des preuves. Sur ce podcast, je reçois des femmes et des hommes porteurs de solutions pour accélérer la transition sociale et environnementale de l’industrie de la mode. ON(WARD) FASHION vous propose des outils tech, les conseils de marques engagées, et de partager l’expertise d’entrepreneurs à succès. Ce podcast est conçu comme une bibliothèque de solutions concrètes, centralisées et immédiatement disponibles, pour guider la mode dans son développement durable. ON(WARD) FASHION est diffusé chaque mardi à 07h sur toutes les plateformes d’écoute. Chaque épisode est précédé d'un hashtag qui caractérise sa thématique : #TECH (< 30 minutes) #MARQUES #EXPERTS (environ 60 minutes)On vous invite à vous abonner à la chaîne ainsi qu’à notre newsletter business, disponible sur thegoodgoods.fr (http://thegoodgoods.fr/), pour œuvrer avec nous au reset de cette industrie. Bonne écoute ! On a plein de choses à vous raconter, se retrouve sur nos réseaux ?SITE & NEWSLETTER : thegoodgoods.fr INSTAGRAM : https://www.instagram.com/onwardfashionpodcast/ LINKEDIN : https://www.linkedin.com/company/thegoodgoods/ TWITTER : https://twitter.com/_thegoodgoods FACEBOOK : https://www.facebook.com/thegoodgoodsfr Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

Titres

#EXPERT Le chanvre passe à l'échelle, avec Vincent Lartizien, Les Chanvres de l'Atlantique
Se nourrir, se soigner, s’habiller et construire.Le chanvre est une plante multipotente : elle sait tout faire. Des bâtiments, des soins du corps, des huiles comestibles riches en acides aminés essentiels mais aussi une matière textile qui trône sur la première marche du podium de l’épargne énergétique. Plus fashion que fumette, on vous fait grâce du second degré sur la notoriété première de ses feuilles, pour mieux vous raconter pourquoi et comment, plus que jamais en 2024, il faut la cultiver et la porter. Pour cet exercice, j’ai la joie d’accueillir une personne exceptionnelle au parcours pour le moins éclectique. Vincent Lartizien est tombé en amour pour cette plante, là encore, une fois n’est pas coutume, sous le charme de son intelligence davantage que celui de sa plastique. Plastique, que dis-je, l’idée est ici précisément inverse : il s’agit d’en sortir, de rompre avec la pétrochimie grâce à cette alternative de vertu. Créer une filière chanvre puissante en France n’est pas un long fleuve tranquille. Ça tombe bien, Vincent est un enfant des vagues. Pour démarrer l’année, je vous propose le portrait d’un homme qui joue dans la houle, au sens propre comme métaphorique de l’entrepreneuriat.Bonne écoute !Trame indicative de l'épisodeINTRODUCTIONLES CHANVRES DE L'ATLANTIQUELE CHANVRE TEXTILELE CHANVRE ALIMENTATION ET SANTÉLA VISION DU FUTUR Références citéesThe WorkMake me a man Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
90:23 17/01/2024
#EXPERT Les perturbateurs endocriniens : état des lieux et leviers d'action, Dr Mélanie Popoff
Les perturbateurs endocriniens : état des lieux et leviers d'action, Dr Mélanie PopoffCet épisode a pour moi une saveur un peu particulière. Peut-être qu’on peut commencer par faire un gros clin d’œil au CHU de Nice qui risque de se marrer en regardant cette vidéo.Mélanie on est toutes les deux niçoises. On a fait nos six premières années de médecine, au même endroit, notre internat ensemble à Paris. Sans pouvoir le dater précisément, c’est aussi à peu près au même moment qu’on a éveillé notre conscience écolo féministe entre apaisement de comprendre et la rage de savoir, qu’on a bâti des ponts - entre la justice sociale, la santé environnementale et la lutte nécessaire contre un système patriarcal archaïque qu’on s’échine depuis à réinventer.Assez tôt, toi et moi avons partagé la sensation que, dans cet exercice médical qu’on avait tant souhaité, qui nous avait tant coûté mais qui nous a aussi tellement offert, il y avait une dissonance.Liz Gilbert parle de "inner compass", cette aptitude qu’a le corps malgré nous a tirer la sonnette d’alarme de l’inconfort dans une situation que la société considère être « normale ».Ça non plus, paradoxalement la médecine ne nous l’apprend pas. Pas assez de temps de qualité avec les patient·e·s, mauvaise communication au sein des équipes ou avec les familles, qui amène de la souffrance au travail, et une mauvaise observance dans la maladie, précarité des moyens publics - institution mère qu’on aime tant - cerveaux exsangues jusqu’à, paradoxalement amener à une diminution globale de l’état de santé, même dans les pays occidentaux, où la recherche est luxuriante et la technologie est de pointe.Toi aussi tu t’es dit, à un moment donné, que ton rôle de médecin et tes compétences seraient davantage utile aux êtres humains bien sûr, mais au vivant en général, à une échelle préventive.N’est-il pas en effet plus sensé de vouloir prévenir l’arrivée des maladies plutôt que de les guérir ?Alors toi aussi, il y a quelques années, tu as quitté les rangs de l’exercice conventionnel, tu es Docteur spécialiste en médecine physique et rééducation, désormais experte en médecine environnementale, telle que nous allons la définir dans ce podcast.  Non sans remise en cause de la norme du statut social ni avoir à reprendre de façon informelle des études non diplômante, au sujet de ce que l’enseignement conventionnel ne t’avait pas appris : Les conséquences de la pollution sur la santé des populations... Avec supplément sans nuit blanche et vastes périodes d’éco-anxiété et parfois l’envie de tout envoyer bouler.Aujourd’hui, tu n’as rien lâché et tu es même au cœur de cet exercice de médecine préventive, en tant que médecin scolaire du groupe Paris Est, conférencière et autrice de ce livre qui vient de sortir aux éditions Rue de l’Echiquier : "Perturbateurs endocriniens, on arrête tout et on réfléchit".Indépendamment du bien-fondé de cet essai et de la nécessité absolue pour moi de lui donner  maximum de visibilité, je suis personnellement très émue par le moment qu’on s’apprête à vivre ensemble, et fières de nous. Merci Mélanie, bienvenue dans ON(WARD) FASHION. Trame IndicativeINTRODUCTIONMÉDECINE ET CLIMAT, MÉDECINE ET POLLUTION ENVIRONNEMENTALELES PERTURBATEURS ENDOCRINIENSFOCUS SUR LES VÊTEMENTS ET LE TEXTILEAGIR/SE PROTÉGERA L'ECHELLE CITOYENNEA L'ECHELLE DE L'ENTREPRISEA L'ÉCHELLE LÉGIFÉRANTSA L'ECHELLE PROFESSIONNEL·LE DE SANTÉ Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
95:07 12/12/2023
Trace For Good, la plateforme de traçabilité et gestion de data RSE pour le retail
ON(WARD) FASHION, le podcast des solutions business pour une mode durable, reçoit Léa Gillet, Présidente et cofondatrice de Trace For Good, logiciel de traçabilité automatisé pour l'industrie du retail.La traçabilité est le mot d’ordre de l’industrie de la mode pour la décennie à venirLa traçabilité permet de savoir quand, où, comment et par qui un produit a été fabriqué. Il s’agit d’un enjeu de transparence désormais imposé par la loi, auquel les marques ne peuvent plus se soustraire. Examiner sa chaîne d’approvisionnement permet bien sûr d’entrer en conformité avec les textes en vigueur mais les bénéfices sont en réalité multiples, de l’amélioration franche de l’image de marque à celle du recrutement et de la fidélisation des talents, sans compter la confiance grandissante des clients finaux. Oui mais voilà, l’exercice de traçabilité est par excellence celui qui illustre que la RSE est une course de fond inscrite dans le temps long. Heureusement, pour que sa mise en œuvre soit simplifiée et son usage automatisé et industrialisable, des entrepreneurs de la tech à impact sont sur le pont, pointu·e·s et passionné·e·s. C’est le cas de Trace For Good, une startup française qui propose une plateforme de traçabilité et de gestion de données RSE pour les marques et les fournisseurs de l’industrie retail. La data au service du bien commun, c’est la mission de Léa Gillet, cofondatrice et présidente de Trace For Good. Le site Trace For GoodTrace For Good, la tech au service de la traçabilité automatisé et conforme aux lois en vigueurTrace For Good est une solution SaaS (Software as a service) conçue comme un logiciel de comptabilité et de gestion des data relative à la RSE (Responsabilité Sociétale d’une marque). Un outil co-construit avec les marques de l’industrie mode retail, optimisé pour une prise en main des parties prenantes internes et externes (fournisseurs) de l’entreprise, offrant une automatisation et une industrialisation des processus d’entrée et de sortie des informations relatives à un produit ou une collection. Trace For Good est un logiciel paramétrable selon la typologie de produit et sa complexité, les certifications des différents acteurs de la chaîne de valeurs, les exigences réglementaires avec lesquelles entrer en conformité (Loi AGEC, PEF-CR, UFLPA, etc). Il en résulte une note globale avec highlight des points de vigilances sur la supply chain, des reportings et certificats générés de manière automatisée. Le site Trace For GoodTrame Indicative INTRODUCTIONPRÉSENTATION GLOBALE, HISTORIQUE, CONTEXTEMARCHÉOFFRE B2B : CASE STUDY - HIGH END FASHION BRAND 200M CA FORMATION ET COMMUNICATIONCLÔTURE Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
37:40 30/11/2023
#MARQUE HAST, le choix délibéré d’une croissance maîtrisée
ONWARD FASHION, le podcast des solutions business pour une mode durable, reçoit Samy Ziani, cofondateur de Hast, une marque engagée créée par 3 amis en quête de croissance maîtrisée et intransigeants sur la qualité. #MARQUE HAST, le choix délibéré d’une croissance maîtrisée à l’heure de la mode (ultra) rapideFaire bien et croître organiquement, étude de cas en transparence avec HastHast est une des rares marques de mode engagée qui n’en a pas l’air. La raison est simple : depuis 2012, elle place le service rendu au style masculin au cœur de son propos, gageant que la qualité n’est pas un sujet sur lequel transiger, et que la fabrication responsable ne saurait constituer un argument marketing. Plus rare encore, elle est cofondée par trois bootstrappers, comprendre : des entrepreneurs qui développent une croissance maîtrisée, sans lever de fonds ni ambition de revendre à court terme leur bébé des dizaines de millions. La startup nation, ils y sont allés à leur rythme et en toute discrétion, avec une stratégie mixte en ligne puis en boutique, presque pas de revendeurs, une équipe unie qui grandit et des clients dont la fidélité avance avec l’âge. Forte et tranquille dans la tempête, économique comme climatique ou encore réglementaire à l’approche de l’affichage environnemental qui arrive. Il y a certaines marques dont le story proving supplante le storytelling, le premier des deux n’étant pas sponsorisable sur les réseaux. Je suis d’autant plus ravie de faire de la place à Samy pour nous parler de Hast aujourd’hui. Bonne écoute ! Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
88:18 31/10/2023
#EXPERT Timothée Parrique, la décroissance appliquée à la mode
ONWARD FASHION, le podcast des solutions business pour une mode durable, reçoit Timothée Parrique, Docteur en économie, pour comprendre la théorie de la décroissance et comment envisager l’appliquer à l’industrie de la mode.Timothée Parrique, comment appliquer la décroissance à l’industrie de la mode ?L’hypercroissance, c’est ce vers quoi l’on tend.La croissance verte ou le découplage, c’est la formule qu’on aimerait appliquer à nos habitudes pour ne rien changer sauf notre empreinte sur le climat (spoiler, ça ne marche pas).La décroissance ou post-croissance, c’est la voie théorique qu’il faudrait prendre maintenant dans un virage en épingle pour éviter le mur qui nous attend et vers lequel on semble aller consensuellement. Elle consiste à ralentir et, sans rebrousser la route du progrès, emprunter des chemins de traverses au décor aguicheur : de sentiers où l'on travaille un peu et l’on vit beaucoup, où l’on partage le gâteaux des richesses équitablement entre la société civile et les attributs de la chose commune (la république), comme l’accès aux soins, l’éducation, les transports et la culture ; où les écarts de richesses sont gommés en même temps que les sursauts catastrophiques du climat ; où l’on n’a pas peur que ses enfants soient “born in whatmille PPM” et de ce qu’il adviendra de la démocratie quand ils et elles auront l’âge de s’en soucier. Vous aussi, j’imagine que ça vous fait rêver. Seulement voilà, j’ai un problème : je ne sais pas comment y aller. La route n’est indiquée nulle part et j’avance à tâtons dans ma quête intersectionnelle, faite de plus de justice sociale, d’homéostasie du Vivant et de bien être mental, tout simplement. Je passe mes journées à chercher des solutions qui ne soient ni des leurres ni pétries d’effets rebond pour guider des client·e·s volontaires mais pas beaucoup plus avancés dans un quotidien de de buzzwords et d'éco-anxiété. En 1927, Francis Scott Fitzgerald écrivait dans une lettre “Dans la nuit noire de l'âme, il est toujours trois heures du matin. Ni le feu ni la glace ne sauraient atteindre en intensité ce qu'enferme un Homme dans les illusions de son cœur.” La décroissance pour moi, c’est un peu ça : entre les méga incendies et le permafrost qui se barre, mon cerveau sait par cœur que c’est pour l’instant une illusion. Alors dans la nuit, je cherche au loin un phare ou la lueur amie d’un chercheur éclairé. L’un d’entre eux s’appelle Timothée Parrique. Docteur en économie, il est l’auteur du best seller “Ralentir ou périr - L’économie de la décroissance”, extension vulgarisée d’une thèse primée qui chahute. S’il s’appuie sur des chiffres, je le dirais tout aussi philosophe, présentant un travail hybride, à la fois très pragmatique et imagé par des exemples concrets, et interrogeant profondément notre humanité et ce qu’il reste de nos imaginaires cabossés par le réel. Bien qu’ayant enregistré en pleine journée, vous constaterez dans cet épisode que je navigue à vue, la pensée laborieuse et le propos confus, un peu par la fatigue, beaucoup par conflit intellectuelle, convaincue de la destination mais larguée dans l’itinéraire. J'en retiens une lueur éternelle : l’insatiable envie d’apprendre et de partager, en tendant mon micro aux sachants qui ouvrent cependant perpétuellement une voie : celle du possible et du différemment. En attendant que la structuration d’un modèle de croissance divergente, maîtrisée, homéostatique fasse son chemin dans mes pensées, je fais place à Timothée Parrique. Bonne écoute ! Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
112:52 12/10/2023
Une table ronde entre Shein/Peter PERNOT-DAY, Forces françaises de l'industrie/Laurent Moisson et 1083/Thomas Huriez
Une table ronde entre Shein/Peter PERNOT-DAY, Forces françaises de l'industrie/Laurent Moisson et 1083/Thomas HuriezLes prises de parole publique des représentants de Shein sont rarissimes. L’empire chinois de l’ultra fast fashion cultive le mystère en toutes choses : ses chaînes de valeurs, l’origine de ses matières, ses actionnaires et levées de fonds, son entrée potentielle à Wall Street cet hiver. Et pour cause, la connaissance étant le pouvoir, la révélation des piliers stratégiques représente un risque d’affaiblissement commercial et, dans le cas de la marque, d’attaques juridiques pour des motifs qui vont de pratiques anti-concurrentielles aux fausses allégations promotionnelles ou environnementales.A l’affût du moindre indice qui révèlerait la faille d argile dans le colosse, je me frottais les mains à l’annonce d’une table ronde entre le directeur de la stratégie et des affaires publiques de Shein, Peter PERNOT-DAY, Laurent Moisson le cofondateur de l'association Forces françaises de l'industrie et Thomas Huriez président de la marque française 1083.L’âpreté du réel a eu raison de ma naïveté : on s'attendait à un combat de titans, on reste bredouilles et désarmé·e·s face aux messages marketing déclamés comme un robot par un représentant ultra média trainé dont le discours est lisse. Jules Renard écrivait « C’est dans la contradiction que nous sommes féconds ». Ici, nous ne repartons malheureusement avec rien de constructif. Car on peut opposer les bons et les méchants, structurer une confrontation honnête sur un argumentaire bilatéral, construit, rationnel et fondé sur des preuves (un nombre de références proposées chaque année, un bilan carbone, l'origine de ses matières premières, une lisibilité de ses chaînes de valeurs...), mais on ne peut pas faire de prise sur une surface sans relief : celle d'un discours corrompu.En dehors de vagues notions en faveur de l’implémentation de corners seconde main dans les boutiques Forever 21, marque de fast fashion à l’imposant parc retail rachetée par Shein qui met en pied dans la vie réelle après avoir inondé le digital, en dehors de circuits de production évoqués au Brésil et en Turquie, rien de nous permet d’espérer une once de bon sens et d’humanité dans les déclarations de Shein. Cela renforce la nécessité absolue de faire passer des lois qui restreignent drastiquement ses actions et le modèle plus général de l'ultra fast fashion. La discussion était modérée par Sophie Baqué, rédactrice en chef de Mind Retail. La qualité du son, capté avec un téléphone, n’est pas optimale et nous vous prions de nous en excuser, archiver ce débat et le partager nous semblait important.Bonne écoute ! Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
57:35 05/10/2023
#MARQUE Losanje, du B2C au B2B, passer l’upcycling à l’échelle
Losanje, la marque d’upcycling made in France qui promet le passage à l’échelleL’upcycling de stocks de vêtements post-consommateurs est une activité en plein développement. Les marques qui s’en emparent sont souvent remarquées pour leurs prouesses créatives, et l’aspect caractéristique des pièces transformées comme des composites à la méthode de confection identifiable : on découd deux vêtements, préférentiellement à motifs, que l’on assemble avec le parti-pris d’assumer ce que l’on pourrait qualifier d’une “renaissance visible”. Mais derrière le buzz Instagram de quelques créateur·ice·s star comme Nicole McLaughlin ou Bethany Williams, se cache une réalité économique et industrielle toute autre : chiner un vêtement, le démontrer, créer un nouveau patron et unique à chaque fois, en circuit court et dans un pays occidental, c’est long, technique, peu reproductible et ça coûte excessivement cher en main d’œuvre. Pour survivre ? Il faut vendre des créations au prix d’œuvre d’art artisanal (ce qu’elles sont, quelque part). Pour déployer les vertus écologiques de la méthode à grande échelle et sortir des collections capsules des grandes marques, qui mettent la poussière sous le tapis du greenwashing ? Il faut s’accrocher et innover. La méthode choisie par notre invité. Simon Peyronnaud est le fondateur de Losanje, une marque d’upcycling d’abord B2C qui déploie son offre B2B, après avoir constaté le potentiel majeur de cette méthode de revalorisation et le manque de solution pour un passage à l’échelle : collecter en série des vêtements finis invendus ou post-consumers, les découper grâce à une machine dédiée, actuellement en cours de R&D, patronner grâce à l’association des compétences d’humains experts et d’une IA pilotée au service du bien faire.  Le tout en ayant à cœur de faire vivre et ré-industrialiser une région centrale de France, la Nièvre. Un échange rempli de bon sens, d’inspirations positives et de nouvelles réjouissantes pour demain. Place à Simon. Bonne rentrée à vous et bonne écoute ! INTRODUCTIONGENESEL’UPCYCLINGLOSANJE B2CDétailler la chaîne de valeurs : Quel est le rythme de vos collections ? Comment fixez-vous vos prix ? Quel est l’ADN créatif de la marque Comment avez-vous lancé la marque B2C (stratégie de communication, vente digitale, physique)Comment cette technique est-elle reçue par le grand public ? Est-elle comprise ? Quels sont tes enseignements pour une communication pédagogique et non culpabilisante ? B2BShift Directeur Technique Est-il possible de passer à l’échelle ? Comment structurer la production ? Avez-vous eu besoin de former vos collaborateur·ice·s ? Recrutez-vous ?Part du mécanique/machine et de l’artisanal/humain ?Qu’est-ce qui change côté sourcing ? Qui vous approche ?Comment se passe l’onboarding avec une marque de grande envergure qui vous adresse sa problématique ? (coûts, équipes chez vous et chez eux, etc)Y’at-il des produits qu’on ne peut pas transformer ? Un exemple de collaboration ? Comment accompagner les marques dans leur communication à ce sujet, sans greenwashing ?L'upcycling, n’est-ce pas une solution pour tacler l’hyperproduction. Est-ce temporaire pour éponger les stocks ? N’y a t’il pas un risque d’effet rebond ? L’écoconception peut-elle favoriser une meilleure fin de vie/nouvelle vie des vêtements, si oui comment ? Quels sont les grands challenges à venir pour la marque ?  Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
103:11 09/09/2023
« No Pesticides, just sneakers », une conférence sur les enjeux du coton avec VEJA
ON(WARD) FASHION, le podcast des solutions business pour une mode durable, était en captation live lors d'une conférence organisée par VEJA, sur le coton.« No Pesticides, just sneakers », une conférence sur les enjeux du coton avec VEJA2e hors série de l’été dans ONWARD, dans cet épisode, on vous propose d’assister à la conférence organisée par VEJA à Bordeaux sur le coton. Si vous avez l’impression de maîtriser le sujet, vous allez pouvoir tester vos connaissances à la lumière de celles d’expert·e·s, Luciana Batista Pereira et Orlando Rivera, venus respectivement du Brésil et du Pérou.Coton conventionnel, biologique, agro-écologique, agriculture régénérative : des pires aux meilleures pratiques, on vous dit tout sur l’or blanc et on illustre les solutions vertueuses avec l’exemple très concret des baskets VEJA.Bonne écoute !Informations pratiques :Notre échange d'1h30 a eu lieu à l'espace Darwin à Bordeaux. Nous avons reçu Orlando Rivera, directeur général de Bergman Rivera, Luciana Batista Pereira responsable du sourcing pour VEJA, François-Ghislain Morillion co-fondateur de VEJA et directeur du sourcing. La conversation s'est déroulée en anglais et en français, traduite simultanément par une personne partageant la scène. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
93:14 21/07/2023
Happy Green par Mondial Tissus, une journée d’ateliers et de talks sur l'upcycling et la seconde main
Happy Green par Mondial Tissus, une journée d’ateliers et de talks sur l'upcycling et la seconde mainDeux tables rondes captées live et retransmisses lors du Happy Green, une journée d’ateliers et de talks organisée par Mondial Tissus, autour de l'upcycling et de la seconde main pour une industrie textile durable, dédiée à la presse et à des talents couture. Vous allez successivement entendre des discussions autour de l’upcycling et de la seconde main, des alliés créatifs pour prolonger la durée de vie des vêtements à travers l’entretien, la personnalisation et l’intégration de mœurs circulaires tant du côté des marques que des citoyens. Au programme :Comment prolonger la durée de vie de ses vêtements grâce à l'upcycling et à la réparation ? Une table ronde qui reçoit Daphnée Grembeeguiam, cofondatrice de Resa, Mona Taschini, TILLI, Teresa lesoubliesduplacard et Marine Nagel-Lacroix de Mondial TissusComment allier seconde main et personnalisation pour un dressing aussi désirable que responsable ? Une table ronde qui reeçoit Rino Coletti cofondateur de Violette Sauvage, Virginie Belle de l'Association Tremplin, Céline de Maison CEE et Marine Nagel-Lacroix - Mondial TissusBonne écoute !  Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
90:51 11/07/2023
Entretien avec Valentin Porcher et Mathieu Sorosina, fondateurs d’Olow, marque artistique engagée et indépendante depuis 17 ans
Un épisode avec Valentin Porcher et Mathieu Sorosina, fondateurs d’OlowCette tenue raconte… si vous êtes déjà allé faire un tour sur mon compte Instagram perso, vous avez peut-être vu passé un selfie de moi dans l’ascenseur dans une pose caractéristique, avec ce hashtag, #CetteTenueRaconte, qui décrit le message porté par ma tenue du jour. Le vêtement est pour moi, avant toute chose, l’exercice d’expression de soi plus démocratique, offert à toutes et à tous chaque matin. Et voilà bien un des grands travers du prêt-à-porter et de la fast fashion en particulier : à force de vouloir copier tout le monde et de changer de looks toutes les 24h, on ne sait plus vraiment qui l’on est ni comment l’exprimer à travers notre style. D’ailleurs du style, peu de personnes en possèdent et paradoxalement plus on s’échine à suivre des comptes de gens qui en ont, plus on se perd esthétiquement générique. Parce que le style commence à l’intérieur, par la connaissance de soi, de ce qui nous plaît, de ce qui nous va, de ce dans quoi l’on est à l’aise au monde, mais aussi ce que l’on défend. Des valeurs artistiques, politiques, militantes pour la condition féminine ou toute autre forme de justice sociale. Cela passe bien sûr par une esthétique (arborer un croptop en crochet rose quand on est un homme) mais aussi par des choix fonctionnels (ne pas porter de soutien gorge, assumer un costume 3 pièces n’importe quel jour de l’année) et bien sûr, des choix financiers. Je choisis d’acheter plus cher une matière parce qu’elle est écologique, je choisis de soutenir une confection équitable pour l’ensemble des parties prenantes, je choisis de soutenir une marque dont je partage les engagements pour un monde plus juste. Le style, ce sont des dizaines et des dizaines de messages codés que l’on peut décrypter chez l’autre ou faire passer avant d’ouvrir la bouche. Celui de mes invités du jour ? Ils racontent 17 années d’entreprenariat et 25 d’amitié. Il raconte que l’on peut monter une marque de mode à succès en ayant grandi dans un milieu populaire sans lien avec le business ou les vêtements. Ils racontent que les enfants que l’on initie à l’art au plus jeune âge sont plus créatifs et débrouillards et vraisemblablement plus à même de cultiver l’émerveillement quand ils sont grands. Ils racontent que l’on peut s’habiller avec des valeurs philo-éthiques, militantes politiques et artistiques, en enfilant une veste OLOW. Il raconte que même en pleine crise économique, énergétique, d’approvisionnement, de confiance et de sens, il est possible d’être une marque pérenne distribuée par 300 points de vente physique dans le monde et qui ouvre une deuxième boutique comme un lieu de vie, de partage, aux principes écologiques chevronnés et qui cartonne.Cet épisode raconte Olow par ses fondateurs, Mathieu et Valentin.Bonne écoute !https://www.instagram.com/we_are_olow/https://www.olow.fr/fr/Trame indicative de questionsIntroductionEntrepreneuriat Création/collaboration artistiquesDistribution/Communauté Vie d’équipes Olow dans 10 ans ? https://www.instagram.com/we_are_olow/https://www.olow.fr/fr/ Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
86:20 28/06/2023
Vinted, faire de la seconde main le premier choix, avec Natacha Blanchard
Vinted, faire de la seconde main le premier choix, avec Natacha Blanchard Après 15 années, Vinted fait évoluer les marqueurs de succès. Exclusivement basé sur des paramètres financiers jusqu’à il y a encore quelques années, les outils de mesure évoluent, incluant les émissions de CO2, l’équité sociale et une gouvernance juste. Si nous avons intuitivement la conviction que la seconde main et la circularité en général sont un meilleur choix écologique, pour en avoir le cœur net, il faut mesurer. En commissionnant un expert indépendant pour son Rapport sur l'Impact Climatique Vinted cherche à comprendre l'impact réel de la seconde main et d'apporter des chiffres d'envergure qui manquaient pour mesurer ses actions. La publication des résultats du Climate Impact Report 2023 marque l’entrée de Vinted dans la catégorie des grands acteurs de l’e-commerce engagé, cherchant à rendre crédibles et mesurables ses actions, année après année, en faveur d’une économie circulaire à l’impact réellement positif. Retour sur le Rapport sur l'Impact Climatique de Vinted et les enseignements tirés pour l’entreprise comme les 80 millions de membres à travers le monde avec Natacha Blanchard, Global Consumer PR Lead.Trame de questionsPrésentationParcours Votre rapport à la seconde main ?VINTEDHistorique : origine de l’idée, fondateurs & background (e-commerce ?), date de création, à qui appartient la marque ?Grandes étapes/jalons depuis la créationPromesse de la marque/Raison d’êtrePourquoi s’être positionné d'emblée sur un modèle C2C ? Comment a évolué l’offre de service B2C ?Combien de collaborateur·ice·s, répartition géographiqueCoût moyen des transactionsAudiences/Membres (âge moyen, répartition géographique)Profils de transactions selon les pays ? Les continents ? Les âges, les genres ? Quelles sont les différences notables ? MARCHE : SECONDE MAIN EN GENERAL DEPUIS 15 ANSPaysage concurrentiel digital ?Évolution du marché et de votre activité, particulièrement depuis le COVID ?Cette croissance est-elle selon vous une tendance de fond, si oui, par quels facteurs l’expliquer ?L’hypercroissance de ce marché est notamment corrélée à l'hyperproduction globale de l’industrie de la mode : Avez-vous remarqué une baisse de la qualité des produits/une augmentation de la part de l’ultra fast fashion dans les biens mis en ligne ? Si oui, réfléchissez-vous à une manière de réguler cela ? Par quels moyensLE RAPPORT D’IMPACT CLIMATIQUEPourquoi avoir fait un Rapport d’Impact Climatique ? Quelle a été la méthodologie suivie ?Quels étaient les outils de mesure ? Les résultats Y’a-t'il eu une ou des surprises ? À qui sont destinés les résultats ? Quelles mises en action en découlent ?COMMUNICATION Quels conseils/recommandations pour un usage de la plateforme/des transactions responsables ? (Détailler les différents conseils)Allez-vous adapter la communication, la sensibilisation ? Comment accompagner sans culpabiliser ?Allez-vous réitérer cette étude, à quel rythme ?RéférencesEtude Accenture : https://shorturl.at/k2345Vinted : https://shorturl.at/blLQ7Darya DaryaTélécharger le rapport : https://press-center-static.vinted.com/Climate_Impact_Report_Summary_FR_2023_74a5c9dc39.pdf Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
87:51 19/06/2023
“a better way”, Première Vision Paris déploie son offre durable dans un exercice de réinvention
“a better way”, la réinvention de Première Vision ParisLa première rencontre entre The Good Goods et Première Vision, c’était il y a 5 ans. Nous étions au début de l’aventure, un micro média, une minuscule communauté, publiant quelques articles longs et complexes sur la thématique du développement durable dans la mode. Elle intéressait à l’époque une poignée de convaincus et attirait ceux dont le métier est notamment de capter la tendance, les signes faibles qui façonnent le monde de demain. L’équipe de Gilles Lasbordes, notre invité du jour, nous a fait confiance et a suivi son intuition, celle de déployer une offre de sourcing textile éco-responsable comme la mue essentielle à la pérennité de toute l’industrie. Parce que la mode commence par la matière : une main, une couleur, une texture, des caractéristiques techniques mais aussi un impact.D’après une étude Sensu Insight, 95% des émissions totales d'une entreprise de mode sont incluses dans le scope 3, soient toutes les émissions indirectes et principalement en amont dans la chaîne de valeurs. Le textile semble être un levier efficace pour réduire l’empreinte carbone de la mode, en conservant le désir de créer ce qui nous habille. Depuis les prémices de Smart Création, l’espace exposant dédié aux conférences et au sourcing durable, Première Vision déploie et solidifie son offre dans un exercice de réinvention. Parcours, signalétique, services, Hub Innovation : « A Better Way » est à découvrir du 3 au 5 juillet lors de la prochaine édition de Première Vision Paris, et en avant-première dans cet épisode d’ON(WARD) FASHION.Bonne écoute !Trame indicative de questionsPrésentationParcoursPV GROUPE ET PARISHistoriqueEvolutionEntités, géographie, calendriers AudiencesQuel est le rôle d’un salon textile dans la mode à l’international ?L’OFFREMatièresQuelle est l’évolution du sourcing ces dernières années ?Comment chercher les talents de l’innovation textile ?Comment ont évolué les flux de visiteurs et d’exposants ? Comment avez-vous adapté l’offre matérielle à l’ère digitale, en particulier depuis la pandémie ?ParcoursL’édition de juillet opère un grand renouveau, nous aimerions rentrer dans le détail du reengineering/nouveau cap donné par Better Way : De qui émane la demande ?Quelle a été la méthode d'analyse appliquée pour identifier les initiatives responsables des exposants ?Quel est le degré de vérification apporté aux déclarations des exposants ?Quel pourcentage global de l’offre représente ‘A Better Way’ ?Quels sont les paramètres de la nouvelle signalétique et pour quelle clarté d’offre ?Focus sur le Hub innovation : de qui est-il composé ? Votre nouveau positionnement par rapport à l’upcycling ?Quelle offre de services innovants ? Pensez-vous qu’une structure comme PV peut avoir un rôle à jour dans la limitation des matières d’origines pétrochimiques, si oui, comment ?ServicesPouvez-vous nous présenter les rôles des Talk Arera et de la zone de pitch ? Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
87:05 06/06/2023
#EXPERT Le pouvoir de la mode sur nos cerveaux humains, avec Aurore Bardey
Le pouvoir de la mode sur nos cerveauxLa mode, une discipline trop frivole pour faire l’objet de recherches universitaires ? C’est ce que pensait notre invitée il y a des années, avant d’en faire non seulement son métier mais aussi une filière d’étude qu’elle a créé de toutes pièces. Et le champ des possibles est infini : étude du cerveau et les choix des consommateur·ice·s ; de la corrélation entre matérialisme et insatisfaction ; des leviers d’action contre l’éco-anxiété, de la souffrance des mannequins et l’évolution de leur métier …Le Docteur Aurore Bardey est psychologue de la mode et chercheur-enseignante, diplômée du London College of Fashion, elle s’est donnée pour mission de rendre la mode un peu plus positive grâce à ses recherches. Happée par l’aspect sombre et à la fois beau du secteur de la mode, elle a choisi un large terrain d’expérimentation pour étudier aussi bien les marques que les consommateur·ice·s, le visible et l’invisible, les mannequins et les réseaux sociaux. Aujourd’hui Aurore partage ses connaissances à la Burgundy School of Business avec ses élèves en marketing et pour notre plus grand plaisir, dans une conversation riche et fascinante dans cet épisode. Place à elle. Bonne écoute ! Le compte Linkedin du Dr Aurore Bardey https://fr.linkedin.com/in/dr-aurore-bardey-866b03158 Les études relayées sur The Good Goods : l’éthique du mannequinat, la capsule wardrobe, ce que nos profils Instagram disent de nous et la façon dont on se perçoit.https://www.thegoodgoods.fr/mode/avoir-un-dressing-minimaliste-serait-la-source-de-moins-de-stress-de-consumerisme-et-de-plus-depanouissement-et-de-style/https://www.thegoodgoods.fr/mode/ma-maigreur-a-de-la-valeur-des-mannequins-temoignent-de-limpact-de-lindustrie-sur-les-troubles-du-comportement-alimentaire-et-la-destruction-de-lestime-d/https://www.thegoodgoods.fr/societe/ce-que-nos-comptes-instagram-disent-de-nous-a-quel-point-la-representation-de-nous-memes-en-ligne-est-idealisee/Trame indicative de questions PrésentationParcours LA RECHERCHE EN MODELa mode, sujet superficiel et/ou profond ? La psychologie de la mode ? Notre rapport à la mode depuis 30 ansVotre activité de recherche au quotidien, qui finance, à qui cela est utile ? LES RESULTATS DE VOS RECHERCHES Quelle est la “racine du mal” ? Qu’est-ce qu’un rapport sain à la mode ? Est-il possible ? Matérialisme vs satisfaction ?Bénéfices d’une capsule wardrobe.Les vêtements dont ont réellement besoin les client·e·s ? Les facteurs qui influencent le choix ? Les leviers pour faire comprendre aux gens l’impact psychologique que les vêtements et la mode ont sur eux·elles ?Agir sur l'éco anxiété ?Les dissonances cognitives de la GenZ ? INSTAPourquoi si peu de travaux de recherche ? Quelles conclusions ? Est-il possible de faire un usage positif ?MANNEQUINAT/REPRÉSENTATIVITÉLa souffrance des mannequins, miroir de la condition du genre féminin en France ? Evolution positive post-metoo ? Quels sont les comportements à adopter pour entrer dans une démarche réellement inclusive ? QUESTIONS D’OUVERTURERéférences citéesVestojBarthes Système de la modeBourdieu Psychology of clothing Valeurs de data que d’interprétationAlexandre Jardin Audrey Millet Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
101:11 15/05/2023
#MARQUE Décathlon, le virage circulaire d’un géant du sport, avec Julien Achour
ON(WARD) FASHION podcast reçoit Julien Achour, Head of 2nd Life chez Décathlon, pour parler du virage circulaire intégré dans la stratégie RSE du groupe Comment faire entrer Décathlon, équipementier sportif géant dans un modèle circulaire ?C’est une enseigne qui a une histoire dans toutes les familles de France.Elle a accompagné nos premiers exploits à vélo, la peur avant nos premiers cours de sport co, l’excitation de nos périples autour du monde, nos déceptions et nos victoires qu’on soit champion dans son jardin ou sur la première marche d’un podium. Décathlon est un géant. Du sport, du marché de l’habillement et, au sens propre dans notre imaginaire, présent comme un gentil acteur protecteur depuis l’enfance et qu’on envisage dans le paysage des marques pour longtemps. Décathlon, c’est par excellence une love brand. Mais les crises : énergétiques, économiques, écologiques, de confiance rendent fragiles même les colosses. Quand le monde change et les valeurs des clients évoluent, les entreprises doivent se transformer. Même les géants, surtout les géants qui doivent faire figurent de leaders exemplaires et dont la force des actions et des moyens leur permet d’avoir l’audace d’essayer. Décathlon bouge, grâce aux convictions d’une CEO engagée pour réduire concrètement les émissions CO2 du groupe et une équipe accompagnée dans la mise en place des bouleversements structurels. C’est le cas de Julien Achour.Dans cet épisode, on aborde en détail les ambitions du groupe et le parcours escarpé comme un sentier de trail pour intégrer la circularité à l’offre, physique et digitale. Seconde main, location, réparation et mesure d’impact : voici les règles du jeu pour aborder le futur avec défi et enthousiasme. Place à Julien Achour, Leader 2nd Life chez DécathlonBonne écoute !The Good Goods le site : https://thegoodgoods.fr/Instagram : https://www.instagram.com/thegoodgoods.fr/Linkedin : https://www.linkedin.com/company/thegoodgoodsLa trame de l’épisodePrésentationParcoursPrésentation du groupe Décathlon Evolution de l’ADN / des valeurs piliers depuis ces 10 dernières années Historique du posteComment est organisée la RSE au sein du groupe (pôle spécifique, segmentation des compétences sur d’autres postes) Quelles sont les grandes lignes de la politique RSE ?Un point sur la supply chain du neuf La seconde mainLa genèse de cette initiative ? 2013 LeBonCoinComment avez-vous développé la stratégie ? Comment est organisée l’offre de seconde main chez Decathlon ? (Politique échange et retour à ce jour ?)Avez-vous des chiffres à nous communiquer concernant Decathlon Occasion ? Quel est le modèle économique, est-ce rentable ? Quels sont les avantages extra-financiers ? Réparation, location, upcycling, où en êtes vous et comment cela s'organise ? Quel est le degré de maturité des marques de sport face à la seconde main, notamment celles que vous revendez ? Quelle est la maturité des autres pays sur ces sujets ?En quoi consistait l’opération Nolhtaced ? Comment les comportements consommateurs évoluent-ils ? Questions d’ouvertureRéférences citéesQuechua, Forclaz Naibaji ArtengoGiles Nouri Le bon coin Bertrand PiccardBernard TapiePierre Manager Décathlon Cap Gris & Nez Wissant Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
75:10 17/04/2023
#EXPERT Accompagner la communication des marques. Quel rôle pour les RP à l’heure de l’urgence climatique ?
ON(WARD) FASHION, le podcast des solutions business pour une mode durable, reçoit Elodie Lavesvre, fondatrice de 187com, agence spécialiste et de renom dans les Relations Presse sport et outdoor, pour parler de l'évolution du métier et de la communication au sujet des engagements des marques depuis 15 ans.Quel rôle pour les RP à l’heure de l’urgence climatique ? Comment évolue la communication des marques et comment l’accompagner ? De l’ère du fax à l’ultra digital, du happening local à l’international débridé, des arguments hype aux allégations écologiques : s’il y a bien un domaine qui évolue presque aussi vite que les collections dans la mode, c’est la communication. Les marques se disputent l’attention des consommateurs, aujourd'hui estimée en secondes, sur des canaux toujours plus nombreux challengeant l’inventivité des responsables marketing. Editorial, images, packaging, vidéos, séjours presse, box personnalisées : nous vivons cette époque somme toute paradoxale où l’information est omniprésente et a pourtant rarement été aussi peu consistante. Alors, comment faire du bruit intelligemment quand on est une marque ? Quel budget y consacrer ? A qui s’adresser efficacement ? Comment amener sans bla bla et avec consistance des informations concernant ses engagements, sans risquer le backlash ? Le greenwashing peut-il être involontaire ? Pour aborder ces questions, on reçoit aujourd’hui femme hors du commmun : Elodie Lavesvre est cheffe d’entreprise et fondatrice de 187com, agence de Relations Presse spécialisée dans l’outdoor et le sport. Depuis plus de 15 ans, elle accompagne des marques comme Patagonia, Timberland, Redbull France, Helly Hansen ou encore l’application Strava. Entre les marques, la presse et les consommateur·ice·s, voici comment 187 a su gagner la confiance de ses partenaires, se construire un réseau et faire évoluer son métier à l'heure de la crise climatique.Bonne écoute !Site https://187com.fr/ Linkedin https://www.linkedin.com/company/187com/ Trame de l’épisodePrésentation / ParcoursLes Relations Presse en général :Qu’est ce que les relations presse ? Quel est le scope d’activités des agences ?Comment est structuré ce marché ? Historique de leur évolution depuis 15 ans ?Quelles sont les clefs pour se construire un réseau de qualité ? Pourquoi avoir décidé de créer 187 COM ? De qui se compose ton équipe ? Quels sont les métiers de l’agence ? Comment as-tu acquis et mets-tu à jour tes connaissances ? Quelles marques accompagnez-vous ? Quels critères de recrutement ? Selon toi, est-il aujourd’hui indispensable de faire appel à une agence RP quand on a une marque ? Les engagements des marques en matière de responsabilité ont-ils évolué ? Qu’est-ce qu’une agence engagée ? Quels sont les nouveaux enjeux des relations presse ? RéférencesAgence Clair de Lune MATRA E-presse Cafeyn WSN développement / Première classe Mizuno / Izi Pizi / Redbull France / Columbia / The North Face / Patagonia / Timberland / Brompton / Mustache bikes / Strava / Swift / Suunto/ Oka / Picture / Saleva / Ortovox / Helly Hansen / Nnormal / Everide / FujifilmMagazine Beau : ancien grazia Heidi SevestreBen Leconte microplastiques  Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
83:24 21/03/2023
#EXPERT Habitats & boutiques du futur, de l’écologie des espaces et des interactions sociales
ON(WARD) FASHION, le podcast des solutions business pour une mode durable, reçoit Paul Emilieu Marchesseau, fondateur de Emilieu Studio, studio d’architecture d’intérieure et de design engagé sur les enjeux écologiques. Nos habitats influencent nos manières d’apprendre et d’envisager le monde, comment les repenser avec un prisme réellement écologique ? Écologie : du grec oikos (la maison) et logos (la science, l'étude, le discours), l'écologie est définie, au sens littéral, comme l'étude de l'habitat et des interactions de ses habitants. Nous - le Vivant dans son ensemble - habitons une maison commune, la Terre et devrions en théorie vivre avec elle en homéostasie : c’est-à-dire en équilibre entre toutes les parties. Si notre monde déraille, c’est parce que, en particulier depuis le début de l’ère industrielle, l’anthropocène - Les Hommes - considèrent qu’ils sont libres d’exercer un pouvoir supérieur aux autres espèces et à leurs milieux. Les autres entités qui composent le Vivant ne sont pas des égaux mais des ressources (à extraire, transformer, marchander puis détruire) à leur disposition. Cette logique se retrouve, en fractals, dans tous les champs de nos vies quotidiennes : l’alimentation, la mode, la technologie, les transports, mais aussi et avant tout : les bâtiments. La production de ciment représente à elle seule 7% des émissions mondiales de GES. L’énergie pour chauffer les lieux dans lesquels nous évoluons, 5%. Sans compter celle requise pour transformer, transporter, construire, éclairer des espaces bien souvent trop grands, mal isolés, peu durables dans le temps. Plus questionnable encore : l’ergonomie des lieux est rarement adaptée à nos besoins, fonctionnels comme esthétiques, ce qui fait normalement le socle d’un design de qualité. Si nos habitats influencent nos manières d’apprendre et d’envisager le monde, comment les repenser avec un prisme réellement écologique ? A quoi ressembleront les boutiques dans un futur soutenable ? Quid de l’écologie du travail et des lieux de vie dans un monde tel qu’on aimerait le voir changer ? Moins individualiste, peu énergivore, où l’on crée du lien, du sens et l’on vit des émotions plus que l’on consomme des objets. Permis de rêver, dans cet épisode qui, vous l'aurez compris, est un brin plus inspirationnel que d'habitude, sans nous éloigner pour autant du concret à mettre en application dès à présent. Place à Paul Emilieu Marchesseau, fondateur de Emilieu Studio, studio d’architecture d’intérieure et de design engagé sur les enjeux écologiques, pour nous raconter.Bonne écoute !Linkedin https://www.linkedin.com/company/emilieu-studio/Instagram https://www.instagram.com/paulemilieu/?hl=frEmail : paul@paulemilieu.comTrame de l’épisodePrésentationParcoursScope d’activitéEnvironnement à haut impact  Définition de l'écologie par un architecte : gestion de la maison commune Bref historique de notre rapport à nos habitats (maison/terre) Évolution de l’emploi de matières premières dans la production Évolution du rapport à l’esthétique des intérieurs et au design ces dernières annéesLES OBJETSLES MATIERESLES LIEUXQUESTIONS D’OUVERTURERéférences citéesEcole Camondo NoaillesDesign Parade Toulon Ponts & ChausséesAdrien Rigobello Coopérative MuSolinenEcodesign studioRecycleRotor coopérative BruxelloiseTricycle (mobilier de bureau)MovilaPost PiperThomas Moore Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
82:38 16/02/2023
#MARQUE CARDO Paris: conquérir le marché de niche du bonnet de bain, élégant et responsable
ONWARD FASHION, le podcast des solutions business pour une mode durable, reçoit Emmanuelle Cardosi pour parle de CARDO Paris, une marque outsider audacieuse qui révolutionne le bonnet de bain et le swimwear, pour une pratique technique, esthétique et responsable de la natation au féminin.Conquérir le marché de niche du bonnet de bain, élégant et responsableIl aura fallu des années de recherche et développement pour (ré)-inventer une pièce honnie par tout le monde : le bonnet de bain. À 50 ans, avec deux enfants, Emmanuelle Cardosi a quitté son CDI et son background dans l'événementiel et la com pour créer en total outsider CARDO Paris, une marque à la croisée de la mode, de l’innovation, du sport, de l'entrepreneuriat…. CARDO, c’est une gamme de bonnets de bains, puis de maillots ultra-techniques, élégants et confortables. Ils sont testés par de multiples professionnelles de la natation notamment synchronisée, avant d’être mis en marché. Le défi n’étant pas assez grand, c’est aussi une marque responsable, intégralement made in France et Italie, dont les pièces sont garanties des années. Aujourd’hui, CARDO a conquis toutes les nageuses : des sportives à l’années aux bulleuses saisonnières des bords de plage, en passant par les boutiques de spas des grands hôtels de luxe. Alors, fonder une marque engagée de A à Z, sans connaissances ni réseau, c’est l'histoire d’Emmanuelle et de CARDO, pour une pratique technique, esthétique et responsable de la natation au féminin, place à elles. Bonne écoute !Le site CARDO PARIS  https://www.cardoparis.com/ CARDO sur Instagram https://www.instagram.com/cardoparis/The Good Goods : https://thegoodgoods.fr/The Good Goods sur Instagram : https://www.instagram.com/thegoodgoods.fr/Trame de l’épisodeINTRODUCTIONPrésentationVotre parcours PRÉSENTATION GLOBALE DE CARDO ET HISTORIQUE DE L’ENTREPRISE ÉquipePourquoi avoir créé Cardo ? Genèse de l’entreprise  ADN de la marqueMarché du swimwear aujourd’hui De quoi se compose votre bonnet ? Vos maillots ? Comment avoir réussi à développer une matière technique sans bagage dans le domaine ?Qui sont vos partenaires de confection et pourquoi les avoir choisi ?Quels avantages/inconvénients à travailler avec un petit atelier familial ? Quels éléments regarder pour s’assurer des bonnes conditions de production ? Quel est le rythme de vos collections ? Quel est votre mode de distribution ? Quelle est la difficulté de produire au-delà du 48 ? Quels ont été les premiers challenges à relever ? Quelles erreurs avez-vous faites que vous éviteriez aujourd’hui ?De plus en plus de marques responsables se lancent dans le swimwear, comment observez-vous l’évolution de la demande conso depuis votre lancement ? Est-ce que l’éco-responsabilité est l’un des facteurs qui séduit les établissements premium ? Le prix est inhérent à la qualité du produit et aux engagements de la marque, comment effectuer son positionnement ? Y’a t’il un effort de pédagogie à faire sur le segment de marché dans lequel vous vous trouvez ?Quelles sont les prochaines étapes pour Cardo Paris ? QUESTIONS D’OUVERTUREContenu surprise à découvrir dans l’épisode ! Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
78:20 06/02/2023
#TECH TILLI, un service de retouches et réparations clé-en-main pour les marques
ONWARD FASHION, le podcast des solutions business pour une mode durable, reçoit Béryl de Labouchère pour parler de TILLI,  une startup digitale qui connecte les artisans couturiers aux clients finaux via une application (B2C) et une offre pour les marques (B2B) pour proposer un service de retouches, réparation et transformation des pièces textiles (vêtements, accessoires, linge de maison).Pourquoi et comment les marques doivent-elles proposer systématiquement un service de retouches et réparation de vêtements ? Les marques de mode et textile doivent-elles se mettre à la retouche et à la réparation ? La question nous semble plutôt être : quand et comment ?Pour se conformer aux standards de réparabilité imposés par la loi AGEC ; pour améliorer l’expérience client en boutique ou en ligne, booster les taux de ventes et réduire les retours, ou tout simplement témoigner avec sincérité de ses engagements contre les déchets textiles… Vous vous en doutez, dans cet épisode on a quelques arguments, mais également une solution pour vous lancer. TILLI vous propose d’entrer concrètement dans un modèle circulaire et de réduire votre impact. TILLI est une solution omnicanale en retail et en e-commerce qui s'intègre directement dans le parcours client, pour répondre à tous les besoins de couture, d'ajustement, de réparation et d’upcycling. Un service clé-en-main disponible partout en France qui fait la part-belle au travail des artisans couturiers et à leur savoir-faire, prolonge la durée de vie des textiles et engrange des données qualitatives et quantitatives sur vos produits et leur usage, afin de vous permettre de les optimiser de collection en de collection. Place à Béryl de Labouchère, cofondatrice de TILLI pour nous raconter. Bonne écoute !Le site TILLI pour les marques https://tilli.fr/tilli-votre-partenaire-retouche-domicile-boutique-ecommerce/TILLI sur Instagram https://www.instagram.com/tilli.couture/The Good Goods https://thegoodgoods.fr/ Trame de l’épisodeINTRODUCTIONPrésentation/Parcours de BérylPRÉSENTATION GLOBALE DE TILLI ET HISTORIQUE DE L’ENTREPRISE ÉquipeGenèse de l’entreprise ? Offre à l’origine et offre actuelle enrichie (en bref)Etat des lieux de la profession d’artisans couturiers Méthode de recrutement / formation / supports en routine / fee des artisans Sur quelles bases avez-vous affiné la grille tarifaire B2C et B2B ? MARCHÉ & OFFRE B2BQuelques data à partager : Pitch en 1.30’ Exemple d’onboarding TILLI RéparationTILLI CAREPourquoi ne pas proposer de service en marque blanche ? Modèle économique Rentabilité financière pour les marques ? Avantages extra-financiers ? TILLI CARE tarifée à 3€ fixes. Comment est calculé ce coût ?FORMATION ET COMMUNICATIONComment communiquer à sa communauté lors de la mise en place de ce service ?Quelle formation au service en boutique pour les vendeur·euse·s ?Qui organise et participe aux ateliers d’upcycling ?LÉGISLATIONSur l‘indice de réparabilitéQUESTIONS D’OUVERTURE  Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
59:09 03/01/2023
#EXPERT Traçabilité et mesure d’impact, les mots d'ordre de The Woolmark Company® pour la filière laine
ON(WARD) FASHION podcast reçoit Damien Pommeret, Regional Manager for Western Europe at The Woolmark Company® pour parler de la feuille de route traçabilité et mesure d’impact de l’industrie mondialisée de la laine, et de son potentiel de substitution, notamment technique, aux matières plastiques. ACV et traçabilité dans la laineThe Woolmark Company® est une entreprise à but non lucratif qui mène des activités de recherche, de développement et de commercialisation tout au long de la chaîne d’approvisionnement mondiale de la laine australienne, pour le compte d’environ 60 000 producteur·ice·s qui contribuent à son financement. La laine est une fibre renouvelable dont les cycles de pousse sont annuels et qui ne perd pas en qualité avec le temps. C’est aussi plus circulaire des matières textiles, recyclable en boucle ouverte ou fermée et de nombreuses fois. Elle a ainsi une durée de vie au moins 50 % plus longue que les autres types de fibres. Mais cela ne l’exempte pas d’un effort pour réduire l’empreinte de sa filière. The Woolmark Company® a réalisé la première étude au monde d’évaluation du cycle de vie complet (ACV) des fibres textiles de la chaîne d’approvisionnement de la laine, qui met en évidence les défis auxquels l’industrie est confrontée pour améliorer son empreinte environnementale. Ont notamment été mesurées : les émissions de GES, la dépendance aux combustibles fossiles, l’acidification et l’utilisation des eaux, et l’utilisation des terres. Mesurer pour agir et réduire, on aborde la feuille de route prévue pour cette industrie mondialisée et son potentiel de substitution, notamment technique, aux matières plastiques. Place à Damien Pommeret, Regional Manager for Western Europe at The Woolmark Company®.  Bonne écoute !  Le site The Good Goods https://thegoodgoods.fr/Instagram The Good Goods business https://www.instagram.com/thegoodgoodsbusiness/Trame de l’épisodeIntroduction / Présentation / Parcours The Woolmark Company®Qu’est-ce que la Woolmark ?Historique Scope d’activités actuellesCartographies des laines dans le monde, expliquer les différents types et la représentation en volumes Données sur le marché (tonnage, CA, usages) et les filières Comment est régulé le marché ? Sont fixés les prix ?Quels sont les guidelines en terme de respect animal ?Un mot sur la pratique du mulesingQue certifie le label en termes de qualité ?Comment fonctionne la traçabilité ? Quelles sont les perspectives la concernant ?Où en est-on de la mesure d’impact/des ACV ?Quels sont les leviers/arguments de TWC pour accroître l’usage de laine chez les marques ? Quels sont les outils côté consommateur ?Concernant la laine recyclée, quel est le positionnement de TWC ? Quels sont les grands axes de développement à venir pour TWC ? TWC accompagne les jeunes créateurs notamment dans la R&D pour des produits techniques, pouvez-vous nous en parler ? En tant que marque, comment se passe un projet de R&D lancé avec TWC ? Questions d’ouverture Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
79:31 09/12/2022
#EXPERT La REP : quelles nouveautés dans l’agrément 2023 et quelles obligations pour les marques ?
La REP (Responsabilité Elargie du Producteur), les éco-contributions et leurs fonctions Le cahier des charges de la filière REP, ça vous parle ? Pourtant, si vous écoutez ce podcast, il y a fort à parier que vous gravitez dans le système mode et textile français. Vos produits mis sur le marché sont donc soumis à une éco-contribution.Mais qui la collecte et à quoi sert-elle ?La REP, c’est à ce jour un des outils les plus puissants pour enrayer l’hyperproduction non soutenable de cette industrie. En effet, son objectif est de réduire la quantité de déchets textile chaque année et son scope d’action s’étend pour cela du tri, au réemploi et au recyclage. Mais bien souvent, la perception que nous avons de l’organisation ces filières est assez floue et fragmentée. Par ailleurs, la gestion des déchets de mode ne devrait-elle pas opérer également en amont de leur conception, en réduisant l’impact et la quantité des vêtements produits ?La loi est en passe de changer. L’Agrément pour la REP va être renouvelé pour 5 ans auprès d’un éco-organisme référent et face à l’urgence climatique, des marques soulignent l’inadéquation entre leurs attentes terrain et les textes de lois.Pénaliser les gros pollueurs, établir des mesures incitatives pour les marques engagées, standardiser l’affichage de l’impact des produits, évaluer durabilité, réparabilité, dans le but de consommer moins, des vêtements de meilleure qualité et amortis dans le temps. On reçoit un spécialiste et passionné.Place à Hatem Sedkaoui, consultant expert de la seconde main et du recyclage textile à l'échelle internationale et membre fondateur de la Fédération de la Mode Circulaire. Trame de l’épisodePrésentationParcoursConflits d’intérêtsREP ? MEM ? Qui et quels produits cela ça concerne ? Définir éco contribution / modulation ? Historique Refashion, entité juridique, scope d’activitéAutres acteurs de la fin de vie et circularité : Réparation, Seconde mainAgrément de septembre : points forts et limitesDéfinition de la durabilitéMise en application : 1er janvier, illustration du fait que ça ne va rien changer ?Quels KPI pour Refashion ? Harmonisation européenne Un livre, site, podcast pour se cultiver sur le sujet ?Qui aimeriez-vous entendre dans ce podcast ?Une référence ou une rencontre qui a changé votre vie pro ?RéférencesRefashionCovaltex Fédération de la Mode CirculaireFederexEn Mode ClimatEmmaüsCamaieuLa matériauthèque ADEME/DGPR/DGPE/ASSEpisode PEF-ACV ON(WARD) FASHION Ministère de la Transition EcologiqueLivre de Flora Berlingen : Sous le règne des pollueursHatem SEDKAOUI : LinkedinMerci à TILLI notre partenaire de cet épisode ! Retouche – Upcycling – Création. Vous souhaitez offrir un service de réparation à vos client·e·s ? Entrer dans un modèle circulaire et créer de la valeur sans produire plus de vêtements ? TILLI vous propose une offre omnicanale. Ce service digital de retouche à domicile ou en boutique est présent dans plus de 20 villes en France. Rendez-vous sur Tilli.fr. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
94:44 29/11/2022
#EXPERT Lin français, lin bio : états des lieux et perspectives d’avenir
Merci à notre sponsor Tilli.fr de soutenir cet épisode ! Lin français, lin bio : états des lieux et perspectives d’avenir Marion Lemaire x Pauline LaurentUne matière, plusieurs filières. Le lin à usage textile pousse majoritairement dans l’hexagone. Sur des parcelles conventionnelles ou bio. Il est ensuite baladé sur les différentes étapes de sa transformation, souvent en Chine, parfois en Europe, et depuis récemment, intégralement en France. Ces lins ne sont pas régulés par les mêmes certifications, pas tributaires des mêmes conditions de sélection, pas soumis aux mêmes coûts sur deux types de marchés. Si vous faites partie de l’écosystème textile et mode et que cela vous semble bien compliqué, imaginez ce que cela représente côté consommateur·ice·s. Si vous tenez compte du fait que, plus que pour toute autre matière, le rendement est intrinsèquement dépendant de la qualité des sols et des faveurs du climat, vous comprenez qu’on aborde aujourd’hui la question avec une marque et une ingénieure agronome. Lin français, lin bio : états des lieux et perspectives d’avenir. Place à Marion Lemaire, fondatrice de Splice et Pauline Laurent Coordinatrice - Chargée de projet pour l’Association Lin & Chanvre Bio. Bonne écoute ! SPL!CE https://www.splice.paris/Lin&Chanvre Bio https://linetchanvrebio.org/The Good Goods https://thegoodgoods.fr/Trame de l'épisodeINTRODUCTIONPrésentations et parcours Présentation de rapide de Splice et Lin & Chanvre bioLA FIBRE DE LIN et LES FILIÈRES DU LINRappel des propriétés et de ce pourquoi c’est une fibre écologiqueCycle de production de la graine au vêtement Données sur la production : française, mondiale, bio et non bioLes différents usages textiles et hors textilesComment est évaluée la qualité d’une production / année à l’autre ? Etat actuel des sols depuis 2 ans et pour les 5 ans à venir, l’impact du changement climatiqueUn mot sur le test de nouvelles espècesComment procéder à une conversion en bio ? Quelles aides ou supports de l'État pour cela ?Comment est fixé le coût des lins ? SPL!CEPourquoi avoir choisi cette matière ? Quel a été ton choix de départ et pourquoi ?Peux-tu nous faire une déconstruction du prix de l’un de tes produits ?Comment fonctionne/est organisée ta chaîne de production ? Parle-nous de LinpossibleA-t-on des horizons temporels concrets concernant la relocalisation des chaînons manquants, notamment la filature ?Quelles sont les écueils / les réalités économiques que tu n’avais pas anticipé et comment gères-tu ces flux ? Aujourd’hui, quelle est (quelles sont ?) ta/tes grande·s problématiques ? Comment tu y remédies ?Serait-il possible de laisser choisir les client·e·s ?Quelles sont les pistes explorées pour un lift de ta marque/pérenniser ton activité ? Peux-tu nous faire un pitch investisseur ? Un point sur tes accomplissements depuis les débuts de Splice, ce qui te rend fièreOù tu veux aller, idéalement ? Références citéesLinpossibleLinfiniLinportantBPIRefashionReprendre la terre aux machines CELCSpliceLin et Chanvre bio associationPaul BoyerMéline Schmidt Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
90:59 06/10/2022
#EXPERT Saveria Mendella - Parlez-vous couramment le langage de la mode ?
Vivant et piquant : êtes-vous fluent en fashion ?Un langage, des langages ? La mode a-t-elle toujours été bavarde ? Le langage de la mode est-il visuel ou écrit ? Comment a-t-il évolué dans les magazines ? Et sur les réseaux ? Quelle est la responsabilité du langage des média de mode féminine dans les injonctions à paraître ? Pourquoi les discours green ne fonctionnent pas ? Cette énumération est un ersatz de conversation avec Saveria Mendella, Doctorante en études de la Mode à l'EHESS, dédiée à son langage. Entre le bullshit marketing de certaines marques et la timidité d’autres à prendre la parole, entre poursuite des tendances et rôle de prescription, entre RP conventionnels et campagnes digitales débridées. L’industrie peine à sculpter des mots et une image cohérentes pour parler d’elle. Finalement, le faut-il et si oui, comment ? Et quelle est la juste place des média à l’heure ou la substance des messages se paupérise et les puits sans fond de l’influence rencontrent toujours plus d’audience. Un épisode long pour un vaste programme, à Saveria de nous raconter.Bonne écoute !S’inscrire à la newsletter de Saveria MendellaTrame de l’épisodeLe langageUn langage, des langages ?La mode a-t-elle toujours été bavarde ? Le langage de la mode a-t-il toujours été écrit ? Quels sont les jalons de l’évolution du langage mode depuis l’ère des magazines ? Les médiaQuand as-tu pris conscience du pouvoir médiatique de façonnement de la société ? Peux-tu nous parler du fonctionnement des annonceurs dans les magazines de mode ?As-tu des exemples de “tics de langages“, selon les époques ? Quelle est selon toi la part de responsabilité des média dans les systèmes actuels, notamment patriarcaux ? L’image de “la femme” ou des femmes est-elle encore façonnée par les magazines de mode selon toi aujourd’hui ?Aujourd’hui, il semble y avoir un appauvrissement du langage et de la culture du vêtement en général. A quoi est-ce dû ? Y’a t’il selon toi un modèle de média alternatif ? Si oui, idéalement, que serait-il ? Y’a t-il encore de l’attention et de l’importance accordée aux mots (# etc) ?Le langage des marquesEst-ce que tu accompagnes les marques dans leur communication ?Quelles sont les principales erreurs qu’elles effectuent quand elles parlent de leurs engagements ? Pourquoi les discours green ne fonctionnent pas ? Faut-il le faire ? Comment prendre le pouls de la réceptivité des consommateur·ice·s ?Dans la mode conventionnelle, les marques n’osent pas prendre la parole. Pourquoi ?Est-ce un risque à prendre ? L’univers de la mode et des médias dans le futur ?Culture géQuels sont tes magazines de mode favoris ? Quelles sources d’informations recommandes-tu pour se former à l’art du langage ?S’inscrire à la newsletter de Saveria Mendella Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
70:09 20/09/2022
#MARQUE Mondial Tissus - Les arts créatifs, levier vers une économie de service - Marine Nagel - Lacroix
Coudre, créer, papoter : Mondial Tissus et l'économie de servicesVoici le slogan qui résume la politique audacieuse d’une enseigne de textiles et de mercerie historique qui ne cesse de se développer dans le bon sens. Depuis 40 ans, Mondial Tissus est passé du déstockage de fin de collections invendues à une mission de sensibilisation citoyenne, invitant à créer pour s’épanouir et moins consommer, générant à la fois le matériel nécessaire à la couture et des services pour apprendre.1200 salariés, 115 magasins et une forte présence digitale. Dans sa croissance, elle n’oublie pas sa responsabilité et le rôle social des arts créatifs, et aménage pour cela des espaces dans ses magasins où sont organisés des ateliers, des trocs, des sessions pédagogiques autour des matières et une consommation plus raisonnée. La couture devient un moyen de vivre la mode autrement.On en parle avec Marine Nagel-Lacroix, Directrice Marketing chez Mondial Tissus. Episode enregistré à l'occasion de Fashion Green Days à Lyon. Bonne écoute ! Le site Mondial Tissus : https://www.mondialtissus.fr/Précommander LA BIBLE DE LA RÉPARATION : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/la-bible-de-la-reparationTrame de l’épisodeMarine Nagel-LacroixMONDIAL TISSUS : données sur l’entrepriseOffre, distribution, clientèlePolitique RSEDO IY YOURSELF : D’où est née l’idée ? Comment avez-vous conçu et structuré l’activité ?En pratique, détail de l’offre aujourd’hui ? Comment se déroule un atelier ? Comment formez-vous les personnels ou les recrutez-vous ?Retours financiers ? Extra financiers ? (perception client, image de marque, trafic affinitaire) et en digital ?Perception de l'évolution des habitudes consommateur·ice·s depuis le lancement ? Communication :Quelle a été la stratégie d’annonce de l’offre ? Quels sont les canaux qui performent aujourd’hui ?Comment traduire cette offre en digital, si c’est prévu (tutos etc)?Qui sont les client(E)s de l’offre ? La cliente finale est-elle la réparatrice ?Est-ce vrai pour toutes les générations ?Comment sensibiliser les hommes, les plus jeunes ? La sensibilité est-elle la même selon la géographie des clients ? OuvertureÉvolution à prévoir du coût des tissus et mercerieTrophées de la Mode CirculaireQuelles sont les perspectives de développement ? Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
45:49 08/09/2022
#EXPERT Conscious Fashion, cabinet de formation certifiée Qualiopi et de conseils pour les marques.
ONWARD FASHION démarre sa 3e saison avec Claire Deslandes-Mortier, fondatrice de Conscious Fashion (https://consciousfashion.fr), un cabinet de formation en développement durable certifiée Qualiopi et de conseils pour les marques de mode en création ou en transition.Comment former ses équipes à la Responsabilité Sociale des Entreprises ? Sourcing responsable, éco-design, économie circulaire et d’usage des produits, bilan carbone et relocalisation… Vous avez tiré un fil et toute la chaîne de valeurs s’est déroulée. Bienvenue dans la transition, aussi passionnante qu’elle est complexe à structurer. Seulement voilà, les pôles RSE se développent au sein des entreprises et, bien souvent, ne sont pas peuplés par de nouvelles recrues mais les collaborateur·ice·s historiques se voient attribuer de nouvelles casquettes produrables. Malheureusement, on n’infuse pas dans la science après un changement de statut. Comment se former en continu à des pratiques soutenables, de la conception à la fin de vie de ses produits ? Comment structurer une jeune marque en ce sens, dans le bon sens ?On en parle avec Claire Deslandes-Mortier, fondatrice de Conscious Fashion, un organisme de formation certifiée Qualiopi et de conseils pour les marques en création ou en transition.Bonne écoute ! Le site Conscious Fashion https://consciousfashion.frContacter Conscious Fashion https://consciousfashion.fr/contact/Conscious Fashion sur Linkedin https://www.linkedin.com/company/consciousfashion/?viewAsMember=true Trame de l'épisodeINTRODUCTIONTON OFFRE PRODUITS Sourcing / Achats responsablesEco-conception Quelle stratégie adopter pour une grande entreprise ? Commencer par un produit ou renouveler intégralement le parcours depuis le design ?Economie circulaire ? CONSEIL (roadmap RSE et jeunes entreprises)FORMATIONDétail de ton offre Quels outils utilises-tu ? Quelles ressources conseilles-tu aux marques ?Fourchettes de coût d’une mission ? Quels KPI en RSE ? Lorsqu’on forme les gens ?OUVERTURE Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
62:24 30/08/2022
#HORSSERIE Look Forward by Showroomprivé - Appel à candidatures de startups à impact
Happy Ends, l'appel à candidature de startups à impact, promotion 22/23 par Look Forward/Showroomprivé, x The Good GoodsL’incubateur Look Forward du Groupe Showroomprivé permet chaque année à une vingtaine d’entrepreneur·e·s de développer leur start-up à impact, grâce à un accompagnement inédit et gratuit. En parallèle de la sélection de startups accompagnées par l’incubateur, Look Forward s’est associé à The Good Goods pour lancer un appel à projets spécial, nommé Happy Ends, qui s’adresse spécifiquement à des jeunes entreprises dont la mission est d’optimiser la gestion de la fin de vie des produits textiles.  À la clé pour les lauréat·e·s, un an d'incubation et d’accompagnement au sein de Look Forward, une visibilité sur les espaces web de Showroomprivé et un plan média d’une valeur de 3000 € sur The Good Goods.Vous avez jusqu’au 5 septembre 2022 pour candidater, dans l’intervalle, ON(WARD) FASHION podcast reçoit Anne-Charlotte Neau Juillard, Directrice des relations extérieures, de la communication et de la RSE du Groupe Showroomprivé.Trame de l’épisode INTRODUCTIONPrésentation d’Anne-Charlotte Présentation de Showroomprivé Move ForwardLOOK FORWARDHistorique, pourquoi avoir créé un incubateur ?Mission & chiffres Exemple de startups tech dans la mode accompagnéesQuel soutien concret peut-on attendre ?APPEL À CANDIDATURES Look Forward by Showroomprivé x The Good GoodsThème choisi, pourquoi ?Pré-requis maturité & système de candidatureQuels sont les critères d’une sélection à impact ? De qui se compose le Jury ?LF/SP se positionne-t-il aussi comme investisseur potentiel ? Infos pour candidaterQUESTIONS BONUSTIME CODE : les informations au sujet de l’appel à candidature sont détaillées à 13'38".`Poser sa candidature RéférencesEmmaüs TremmaEasy CashSami Inuk HipliRedivLe pouvoir des habitudes Charles DuhiggPoser sa candidature : https://www.showroomprive.com/ope/minisitep.aspx?vente=101441 Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
23:49 02/08/2022
#EXPERT Un cabinet de sourcing innovant avec mesure d'impact - Greeny Bird Dress
Sourcing responsable et mesure d'impactCaroline Lejamble est la fondatrice de Greeny Bird Dress, un cabinet de sourcing de matières innovantes et de conseil en transition pour les marques de mode. Après avoir passé plusieurs années dans le textile, sur les chaînes de production, aux achats puis aux contrôles de qualité pour de grandes marques, elle prend connaissance des innovations textiles et de leur potentiel pour permettre aux marques d'opérer une transition vers un Développement Durable.Greeny Bird Dress propose divers services. Il s'agit tout d'abord d'une bibliothèque de matières innovantes responsables, toutes ayant fait l'objet d'une mesure d'impact et d'une étude de qualité et d'exploitation à l'échelle industrielle.Le cabinet de conseil propose également un accompagnement à la mesure d'impact, aux Analyses du Cycle de Vie (AC) et à la mise en place de systèmes de traçabilité sur toute la supply chain.Caroline et son équipe travaillent au cœur même des marques et des entreprises, du workshop textile ponctuelle aux préconisations stratégiques avec POC (Proof Of Concept) sur un ou plusieurs produits.Chaque mission est effectuée sur mesure, en fonction des besoins des marques et selon une collaboration stratégique avec les collaborateurs, les membres du Comité de Direction et les contrôleurs de gestion. Une offre d'actualité à l'heure de la relocalication de l'industrie textile et d'une augmentation globale du coût des matières.Une accompagnement à la mise en place des cadres législatifs dans les process des marques de modeGreeny Bird Dress est habilité à aider les marques à connaître, comprendre et s'approprier les nouveaux cadres législatifs : Loi Pacte, Loi AGEC (Anti-Gaspillage pour une Economie Circulaire), Affichage Environnemental. Autant de contraintes apparentes perçues par Caroline et son équipe comme des leviers de croissance et une opportunité de prendre le pas sur une concurrence réfractaire aux changements.Le site Greeny Bird Dress : https://www.greenybirddress.com/Trame de l'épisodePrésentation et parcours rapideGenèse de l’entreprise, problématique identifiée qui a conduit à la créationEquipe et offre actuellesSOURCINGPourquoi avoir commencé par les matières ? Quelle est l'offre ?Comment procédez-vous pour l’expertise d’une offre textile innovante présentée comme écoresponsable ? Quelle part de réduction d’empreinte globale d’un produit peut représenter le remplacement textile ? Les solutions les plus vertueuses à l’heure actuelle côté textile ? Les fausses croyances ?À quelle(s) entreprise(s) cible(s) s’adresse ce service / quels volumes ? En dehors des matières, quels outils mettez-vous à disposition sur l’axe d’écoconception ? Tenez-vous compte du scope 3 ? Quelle durée et intensité d’accompagnement ? Quel coût ou comment est-il fixé ?TRAÇABILITÉComment remonte-t-on une chaîne ? Pourquoi avoir choisi de s’appuyer sur la blockchain ?A quel cadre législatif peut-il répondre (AGEC, PEF)OUVERTUREQuel est le degré de maturité des marques face à votre solution ? Des fournisseurs ?Le client idéal ?Les prochaines étapes ? Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
32:15 07/06/2022
#MARQUE MEUF, la marque portée par la sororité de sa communauté - 🎙️ Claire Suco
MEUF, une care brand élevée par la force d’une communauté - The Good GoodsIl est des marques qui suscite un tel engagement émotionnel qu'elles peuvent parler de fans plus que de clientes ou clients, d’audience plus que de base de donnée. Cela s’est renforcé depuis la pandémie : nous voulons des marques engagées. A la question  “Quelle est la raison d’être de votre entreprise ?” peu de marques, même éthiques, ont malheureusement une réponse. Ce constat douloureux n’en est pas moins réel : en 2022, personne n’a besoin d’une nouvelle marque de mode. Ce que la planète exige, c’est que la production propre et raisonnée soit un pré-requis. Ce que les citoyen·ne·s souhaitent, ce sont des Entreprises à Mission et aux valeurs tangibles, militantes pacifistes pour un monde meilleur et capable de créer un lien humain dans la jungle digitale. Peu de marques réalisent ce tour de force, cet épisode s'appuie sur un cas d’école : Meuf Paris. Meuf est née d’une volonté farouche de sa fondatrice, Claire Suco, de défendre et protéger les femmes. Le vêtement était un prétexte, un vecteur de messages aussi vaillants que bienveillants, prêts-à-porter pour faire du bruit. Aujourd’hui, les collections sont toutes fabriquées en France par un atelier ouvert par la marque elle-même. Entre vestiaire responsable et communauté soudée, démonstration d’une douce révolution menée par Meuf Paris.Trame de l’épisode PrésentationParcoursLa communauté de MEUFComment créer une marque média ? Faut-il incarner sa marque ? L’évolution des engagements L’atelier en France La suite pour MEUFLe site de MEUF : https://www.meufparis.com/The Good Goods : thegoodgoods.fr Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
63:11 25/05/2022
#HORSSÉRIE à l’IFM Affronter une crise, c’est plus facile quand on coopère
ON(WARD) FASHION part en immersion à l'Institut Français de la Mode à la rencontre des jeunes diplômé·e·s du certificat de Développement Durable de la chaire IFM-KeringBonjour à toutes et à tous, aujourd’hui je vous propose un épisode hors cadre, à la rencontre des intervenant·e·s du Certificat de Développement Durable de la chaire IFM - Kering. Pour la 2ème année consécutive, l'Institut Français de la Mode, école internationalement classée parmi les meilleures de cette discipline, propose aux étudiant·e·s de Master d’obtenir un diplôme additionnel après avoir planché une année sur des cas pratiques. Il peut s’agir de challenges concrets rencontrés par des marques en transition, comme cette année Messika, Chloé, ou encore Isabel Marant, de projets d’ONG comme Reprise ou Itinérances, ou de marques en propre portées par les étudiant·e·s eux·elles-mêmes à l’issue de leur cursus. J’ai eu la chance de suivre ces projets et leurs résolutions, ainsi que d’échanger avec les élèves et le Jury composé de membres d'exception. Il est fascinant de voir que sur ces bancs, les rôles sont presque inversés : les marques de luxe sont à l’écoute de jeunes porteurs de solutions dont les convictions écologiques sont chevillées au corps et constituent un véritable moteur pour relever les défis industriels. Affronter une crise, c’est plus facile quand on coopère. Petite leçon d’intelligence collective dans ON(WARD) FASHION.Très bonne écoute !  Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
34:40 12/05/2022
#MARQUE Studio Lausié, la 1ère école de mode responsable en région sud
Studio Lausié, la première école de mode dédiée à l’éco-conception en région sud à Marseille. Marion Lopez est styliste-modéliste de formation, 12 années passées dans la mode conventionnelle lui ont permis de toucher du doigt tant la beauté de la création que les aberrations fonctionnelles d’un système auquel elle ne souhaitait plus contribuer. Le remède selon elle, se trouve dans l’éducation. Studio Lausié est son projet depuis deux ans : la première école de mode dédiée à l’éco-conception, accessible sans condition de diplôme et bien loin des tarifs des enseignements conventionnels. Upcycling, patrons inclusifs, quantités raisonnées et sensibilisation au cycle de vie des produits, Marion nous présente un établissement façonné sur mesure pour faire rayonner ses convictions.    Place à elle, Bonne écoute ! Trame de l’épisodeIntroduction et parcours de l’invitée La genèse du projet Quelle est l’offre de formation existante en France et ailleurs en matière de mode responsable ?L’école et l'enseignement proposéLe choix de Marseille Les valeurs socles et les principes d’éco-conception, les partenaires, les formateursQuel coût ? Reconnaissance par l'État ? La profession ? Inclusivité : quelles alternatives dans l’enseignement de modélisme ? La formation à la communication est-elle également challengée ?Y’a t’il une formation prévue aux ACV ? Le site Studio Lausié : https://www.studio-lausie.fr/Le site The Good Goods https://www.thegoodgoods.fr Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
74:44 05/05/2022
#EXPERT Maxine Bédat - Contraindre la fast fashion par la loi
#EXPERT Maxine Bédat - Setting The New Standard of The Industry[ENG] Big polluters must be constrained by lawMaxine Bédat is the kind of person that dive deep into any subject. Entrepreneur, researcher, and advocate, she was a pioneer launcher of a sustainable items marketplace and company Zady, revealing in details the impact of the products. An approach so bold and unconventional that the time, that media and brands came to her to ask to share such interesting data and brilliant methods. Therefore, she realized the problem wasn’t actually so much the lack of sustainable brands but more the fact that big players ignore their impacts, remain unpunished for producing giant quantities of cheap clothing and don’t know where to start when they want to improve themselves. So was born the New Standard Institute, a global community driving the fashion industry to achieve science-based environmental & social targets, through counseling and the establishment of laws. NSI is the voice of the experts and a bridge to the law. Maxine works on a new one, the Fashion Sustainability and Social Accountability Act, aiming to hold fashion brands accountable for the environmental and social impacts of their manufacturing, sponsored by State Sen. Alessandra Biaggi and Assemblywoman Dr. Anna Kelles. Just as Maxine Bédat, we believe legislation is needed to help good companies, currently at a competitive disadvantage, investing money where others are not.This episode is full of humanity and precious pro insights, in the image of Maxine. It was also a very selfish opportunity for me to meet a role model. I hope you will enjoy it as much as I did. [FR] Établir de nouveaux standards pour l’industrie de la modeMaxine Bédat est le genre de personne qui plonge profondément dans n'importe quel sujet. Entrepreneure, chercheuse et avocate, elle a été l'une des pionnières du lancement d'un marché d'articles durables et de la société Zady, révélant en détail l'impact des produits. Une approche si audacieuse et non conventionnelle que l'époque, que les médias et les marques sont venus lui demander de partager des données aussi intéressantes et des méthodes brillantes. Par conséquent, elle a réalisé que le problème n'était pas tant le manque de marques durables, mais plutôt le fait que les grands acteurs ignorent leurs impacts, restent impunis pour produire des quantités géantes de vêtements bon marché et ne savent pas par où commencer quand ils veulent s'améliorer. eux-mêmes. Ainsi est né le New Standard Institute, une communauté mondiale qui pousse l'industrie de la mode à atteindre des objectifs environnementaux et sociaux fondés sur la science, par le biais de conseils et de l'établissement de lois. NSI est la voix des experts et un pont vers la loi. Maxine travaille sur une nouvelle loi, la Fashion Sustainability and Social Accountability Act, visant à tenir les marques de mode responsables des impacts environnementaux et sociaux de leur fabrication, parrainée par la sénatrice d'État Alessandra Biaggi et la députée Dr Anna Kelles. Tout comme Maxine Bédat, nous pensons qu'une législation est nécessaire pour aider les bonnes entreprises, actuellement désavantagées par la concurrence, à investir de l'argent là où d'autres ne le font pas.Cet épisode est plein d'humanité et de précieux insights pro, à l'image de Maxine. C'était aussi une occasion très égoïste pour moi de rencontrer un modèle. J'espère que vous l'apprécierez autant que moi.Website New Standard Institute https://www.newstandardinstitute.org/ Twitter https://twitter.com/NSIFashion2030 The Good Goods : thegoodgoods.fr Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
75:08 14/04/2022

Podcasts similaires