Show cover of Fermez les yeux

Fermez les yeux

Des cartes postales sans paroles, des ambiances et des voix d’ailleurs, des moments d’évasion et d’imaginaire.

Titres

Desierto
Paysages sonores du désert mexicain Une invitation à parcourir l’Altiplano Potosino, région désertique du Mexique au-dessus de San Luis Potosi, à 400 km au nord de Mexico. Sur ces hauts plateaux à 2000 mètres, le désert est loin d’être vide. On entend les habitants des villages et des hameaux, les bergers avec leurs troupeaux de chèvres ou de moutons. On part à dos d’âne ou en calèche pour aller charruer les champs. Entre cactus et arbustes, des vaches cherchent quelques brins d’herbes. De retour au village, on se retrouve tous à l’église et à la fête locale. Les coyotes chantent en écho au train qui traverse l’immensité de ce “désert” mexicain peuplé de vies et de sons.  Remerciements aux habitants de Wadley, Lavaderos, Charcas, Coyotillos, Presa Santa Gertrudis, San Antonio De Coronados, Estación Catorce et San Agustín. Félix BlumeTurquie, Mali, États-Unis, Brésil, Haïti, Thaïlande, Mexique, Équateur, Chili... Ce créateur sonore français travaille aux quatre coins du monde à capter l’essence d’un lieu et de ses habitants dans des cartes postales aussi immersives que pleines d’humanité. Son site felixblume.com regorge de merveilles visuelles et sonores.  Dépaysements garantis dans notre podcast “Fermez les yeux”. Enregistrements : juin 19, juillet-août 21 - Prises de son : Pierre Costard & Félix Blume - Réalisation & mixage : Félix Blume
24:32 24/02/2022
Pikolèt
Les hommes qui chantent à l'oreille des oiseaux Le Picolette ou pikolèt en créole, c'est un petit passereau d'Amérique du Sud réputé pour son chant. Les Brésiliens en sont fous, les Français de Guyane aussi. Dans les rues de Cayenne ou de Saint-Laurent du Maroni, il est courant de voir des hommes, souvent jeunes, une cage sous le bras, promener leur pikolèt. C'est une passion presque exclusivement masculine, un genre de tuning pour amateurs de petits oiseaux... Car les Picolettes sont l'objet de beaucoup de soins : leurs maîtres leur achètent des cages coûteuses, les bichonnent, et surtout leur enseignent des mélodies, soit en les chantant, soit en leur passant de la musique dans un caisson étanche de "programmation". En effet, le Picolette adulte pourra chanter les mélodies qu'il a entendues bébé. Régulièrement, on organise des concours de chant, et les passionnés s'affrontent chaque année pendant la coupe de Guyane. Avec la participation d'Eddy, Melvin, Yoan, Jocelyn et leurs pilokèt. Enregistrements : décembre 19, janvier 20 - Prises de son, entretiens et montage : Nina Almberg - Mixage : Arnaud Forest - Remerciements : Valentine et Arthur Alt - Production : ARTE Radio
16:10 15/10/2020
Rapa Nui
Immersion sonore à l’île de Pâques Immersion sonore à l’île de Pâques, aujourd’hui officiellement « Rapa Nui », du nom du peuple originaire de Polynésie qui s’y est installé. C’est l’une des îles habitées les plus isolées au monde, perdue à des milliers de kilomètres entre Tahiti et les côtes chiliennes. Terre volcanique, battue par les vents et les vagues de l’océan Pacifique, elle abrite de nombreux mythes et est peuplée de géants de pierre : les moaï. Quelques pas sur cette terre magnétique et mystérieuse, entre sacré et intime, pour en capter la pulsation.Remerciements : Céline Ripoll, Séverine Fontaine, Tina, Mario, Cléo, Flavien, la petite fille et les Studios de Virecourt pour la résidence d’écriture Sophie Berger est réalisatrice et ingénieure du son pour la radio, le spectacle vivant et les expositions. Avec ses micros, elle a notamment parcouru la France à pied, s’est embarquée trois mois à bord d’un cargo sur les océans du globe ou encore à destination des terres australes pour en rapporter des pièces sonores immersives pour son site web. Enregistrements : juin 19 - Mise en ondes & mix : Arnaud Forest - Réalisation, photo : Sophie Berger - Production : ARTE Radio
34:35 18/06/2020
Félix Blume, l’oreille voyageuse
Voyage avec un pêcheur de sons Ingé-son pour le cinéma et artiste sonore, le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, des ateliers avec des enfants ou des handicapés, des installations immersives. Du pic-vert d'Amazonie au reflux des vagues en Thaïlande, du chant d'un éleveur malien aux cris des vendeurs de rue de Mexico, Félix passe en revue 20 ans d'expéditions sonores, expliquant au passage sa conception du Field Recording comme façon d'être au monde, à l'écoute, curieux de la nature et de ceux qui l'habitent.  Personnage adorable et artiste surdoué, Félix Blume a réalisé plusieurs créations sur ARTE Radio, dont "Amazônia", "Terre de feu", "Jouk li Jou" et son chef d'oeuvre "Los gritos de Mexico". Son site perso regorge de trésors et de vidéos burlesques sur l'univers du sonore. Vous le retrouverez aussi interviewé en longueur par Thomas Guillaud-Bataille sur le site de nos Audioblogs.  Enregistrement : 29 novembre 19 - Mix : Arnaud Forest - Production : ARTE Radio
24:37 28/05/2020
La question est posée
Du Larzac à la ZAD, des voix de France en lutte Un certain nombre de films ont documenté dans les années 70 les luttes paysannes, ouvrières et étudiantes (avec l’idée qu’il n’y a qu’une seule lutte), et dans ces documents, il y a surtout (j’y ai surtout entendu) des voix : des personnes qui parlent, témoignent, haranguent la foule, hurlent, slogantent et parfois même pleurent. Ces voix, individuelles ou collectives, nues ou au mégaphone, possèdent une émotion, une tension, une charge, qui nous parlent aujourd’hui. J’ai fait une composition avec quelques fragments de ces voix, en les isolant de leur contexte, en mélangeant les époques, les lieux, les situations, en créant entre elles des liens, des rebonds, des rythmes, des ruptures, des vides, pour un collage vocal, bruitiste, affectif et musical qui compose une figure suggestive et intemporelle de la lutte.J’ai toujours travaillé avec des voix que j’enregistre moi-même, des personnes que je connais ou rencontre, mais cette fois-ci - à la suite d’une commande de Guillaume Désanges et François Piron pour l’exposition Contre-vents au centre d’art Le Grand Café à Saint-Nazaire - je suis parti de voix que je ne connaissais pas, qui venaient d’un passé, loin de moi, mais qui me sont devenues proches par l’écoute, proches par ce que j’ai éprouvé en les écoutant. (Dominique Petitgand) Avec les extraits sonores des films de Soazig Chappedelaine & René Vautier (Quand les femmes ont pris la colère - 1978), Armand Gatti (Le baille le train la moëre - 1976), Daniele Jaeggi (C'est tout pour nous et vous - 1974), Nicole Le Garrec (Plogoff, des pierres contre des fusils - 1980), Nicole Le Garrec & René Vautier (Quand tu disais Valery - 1975), Jean-Louis Le Tacon (Bretonnerie pour Kodakrome - 1974, Marche au Larzac - 1973, Voici la colère bretonne - 1976), Carole Roussopoulos (Les Travailleuses de la mer - 1985), René Vautier (Marée noire et colère rouge - 1978), et d'un enregistrement de Bruno Serralongue (Notre-Dame-des-Landes, 2016) Remerciements et gratitude aux cinéastes et artistes pour leurs enregistrements, à François Piron, Guillaume Désanges et Clément Raveu. Composition, montage et musique : Dominique Petitgand - Ondes Martenot : Christine Ott - Photo : Martin Barzilai / Haytham Pictures
15:41 16/01/2020
Un travail de fourmis
Le cri des mandibules au fond du bois mort « Retourner les vieux troncs morts, voilà le travail du biologiste » nous dit Nicolas, en train d'extraire un nid d’Odontomachus. Des fourmis dont les mâchoires se referment 2 000 fois plus vite qu'un battement de cils. Nicolas Châline est enseignant-chercheur au laboratoire d’Éthologie, écologie et évolution des insectes sociaux, du département de Psychologie expérimentale de l’Université de São Paulo au Brésil (« USP » ou « Ousspi « pour les intimes). En bref, il étudie les fourmis et ça tombe bien, il y a en a plein sur le gigantesque campus de la fac.Rodolphe Alexis est allé lui rendre une petite visite sur le terrain. Après le repérage des insectes, voici pour la première fois au micro, des enregistrements de leur langage. Entre cliquetis de mandibules et stridulations de gastres hypertrophiés. Enregistrements : Juillet 18 - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Rodolphe Alexis
09:35 24/10/2019
Amazônia (10/10) : À la recherche du crocodile
Conversations noctures Nuit noire, sur la berge on imite le cri du crocodile en attendant sa réponse. Un bébé crocodile est le premier à répondre. En avançant sur le fleuve, c’est au tour des plus grands de faire écouter quelques vocalises en réponse aux appels. Le calme de la nuit revient ensuite. Les habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création est aussi disponible en podcast de 10x3 minutes.  Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
03:22 17/10/2019
Amazônia (9/10) : La tombée de la nuit
La tinamou vous donne l'heure À la fin de la journée, Leonardo appelle le tinamou oariana qui chante au loin, on l’appelle le tinamou “horloge” parce qu’il chante à chaque heure ; c’est du moins ce que l’on raconte. Les crapauds reprennent peu à peu leur monopole, accompagnés des grillons pour toute la nuit. Les habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création est aussi disponible en podcast de 10x3 minutes.  Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
03:10 17/10/2019
Amazônia (8/10) : Fin d'après-midi au village
Bruits domestiques et venus d'ailleurs Petits et grands sont réunis sur le champ au centre du village pour jouer au foot. L’unique téléphone du village sonne, c’est pour Eroneson et on l’annonce en criant. À la Casa de Farinha on travaille encore, il faut préparer la farine de manioc, l’unique produit qui se vend à l’extérieur de la communauté, qui se cuit sur de grandes poêles et se remue à l’aide d’une grande spatule de bois. Les habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création est aussi disponible en podcast de 10x3 minutes.  Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
03:19 10/10/2019
Amazônia (7/10) : Après la pluie
En forêt basse, les dernières gouttes se font entendre et les oiseaux reprennent peu à peu leur routine. La tinamou tao siffle la première, de son chant languissant. Les caciques cul-jaune lui répondent et s’en donne à coeur joie, comme pour montrer leur supériorité sonore. Ces oiseaux ont tendance à imiter le chant des autres, à la manière de certains perroquets, mais ils ne semblent pas savoir imiter celui du tinamou. Les habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création est aussi disponible en podcast de 10x3 minutes.  Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
03:24 10/10/2019
Amazônia (6/10) : Orage
Roulements de tonnerre Les villageois se sont mis à l’abri, les roulements de tonnerre se font entendre, quelques éclairs brisent le ciel dans un grand fracas et la pluie qui les accompagne arrive peu à peu. On attend sur le devant de la maison, en écoutant les gouttes qui tambourinent sur le toit de tôle et en regardant le fleuve, tranquille. Les habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création est aussi disponible en podcast de 10x3 minutes.  Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
03:39 03/10/2019
Amazônia (5/10) : Avancée en forêt
L'âme de la forêt Edinaldo nous emmène écouter les faucons, en frottant une tige d’arbuste sur sa machette, il en imite le cri et quelques-uns ne tardent pas à lui répondre. Les toucans s’invitent, eux aussi, dans un grand vacarme. La chaleur augmente, l’air est lourd, les cigales prennent le dessus et le grondement au loin annonce une pluie imminente. Les habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création se décline en 10 podcasts de 3 minutes.  Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
03:23 03/10/2019
Amazônia (4/10) : Au fleuve
Le chant des dauphins Le village est sur la berge du fleuve Tefé, celui-ci est le garde-manger, on y pêche au filet tout type de poissons. C’est aussi le terrain de jeu des enfants, qui y nagent et y jouent. Sous la surface, les dauphins amazoniens discutent entre eux, on raconte qu’ils vivent dans un monde merveilleux, plein de richesses, de palais et de mets délicieux... Les habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création se décline en 10 podcasts de 3 minutes. Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
03:09 26/09/2019
Amazônia (3/10) : Pirogue, entre les arbres
Au fil de l'eau Janderson est parti avec sa pirogue sur la rivière au milieu de la forêt, dont une partie est inondée en saison des pluies. Les picidaes font sonner leurs tambours, frappant le tronc des arbres de leur bec. On continue à ramer pour rencontrer quelques colibris qui viennent butiner les fleurs, le vrombissement de leurs ailes peut atteindre 200 mouvements par seconde. Les habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création se décline en 10 podcasts de 3 minutes.   Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
03:21 26/09/2019
Amazônia (2/10) : Le réveil du village
Mélodie humaine et abstraite Les coqs ont leur heure de gloire à l’aube, mais connaissent parfois une triste fin. Assassinat dans la basse-cour : chiens et cochons assistent à la scène, au premier rang. Les enfants eux se préparent pour une journée d’école. Lambada, comptines et hymnes pour commencer la journée en musique. La série AmazôniaLes habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création se décline en 10 podcasts de 3 minutes et une version compète de 32 minutes. Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
03:41 19/09/2019
Amazônia (1/10) : Aube en forêt
L'éveil de la faune Le jour se lève dans la forêt amazonienne. Les grenouilles finissent leur longue nuit de symphonie. Emerson est venu appeler les piauhaus hurleurs qui répondent peu à peu à son sifflement. Leur chant peut atteindre les 120 décibels à 1 mètre, le même niveau qu'un moteur d’avion. Les singes zog-zog crient au loin, et un couple de perroquets aras leur répond, plus proche. La journée peut commencer. La série AmazôniaLes habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création se décline en 10 podcasts de 3 minutes et une version compète de 32 minutes. Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
03:36 19/09/2019
Amazônia
Un jour dans un village en Amazonie Les habitants de Tauary, petit village au coeur de la forêt amazonienne, nous emmènent écouter les sons de leur quotidien tout au long d’une journée. De l'aube en forêt à une balade en pirogue, de l'orage à la nuit, des jeux dans le fleuve à la chasse au crocodile... En constant dialogue avec leur entourage, les habitants imitent les cris des animaux (singes, toucans, aras, colibris...) pour faire entendre leur chant. Cette création est aussi disponible en podcast de 10x3 minutes.  Nous sommes à Tauary, petit village à 600 km à l’ouest de Manaus, au Brésil. Il faut 14 heures en bateau express, 2,5 jours en bateau 'normal' ou 1 heure d'avion pour atteindre Tefé, la petite ville la plus proche. De là il faut prendre une pirogue à moteur - comptez entre 1h30 et 2h selon la saison et le niveau des eaux - pour remonter le Rio Tefé et arriver ici : https://goo.gl/maps/4UPT3UVz5GwbwmNw5Une vingtaine de familles vivent là (environ 80 personnes), aucune ne se reconnaissant comme “indigène”. Les habitants sont issus d'un mélange de colons et d'indigènes, installés ici à l’époque de l'exploitation du latex. Il y a une école, un poste de santé avec des médicaments de base, un téléphone public (pas d’autres téléphones, pas de connexion, pas d’internet), un terrain de foot et un de volley. La ressource du village est la plantation de manioc, qui se fait ensuite en farine et se vend en ville. Le village s’auto-régule, et chacun ne peut travailler que 2ha à chaque fois. On ne déforeste donc que le nécessaire malgré toute la forêt qui est là, toute proche.  Le Français Félix Blume voyage dans le monde entier pour des prises de son documentaire exceptionnelles, ainsi que des ateliers de création sonore. Voir son site remarquable et son entretien épatant.  32 minutes in the Amazonian Rainforest :The inhabitants of Tauary, a little village in the heart of the Amazon, invite us to listen to their everyday sounds for a day. From sunrise at the forest up to a canoe ride, throughout a stormy night, from playing in the river up to a crocodile hunting… In constant dialogue with their surroundings, they imitate animal shouts (monkeys, toucans, macaws, hummingbirds) so we can listen to their singing.Many thanks to all the inhabitants of Tauary. Enregistrements : septembre 17, janvier 19 - Remerciements : à tous les habitants de Tauary - Photo, réalisation & mixage : Félix Blume - Production : ARTE Radio
32:41 05/09/2019
Fazenda
Carte postale du Brésil avec aras, ibis et amazones La vie à la ferme dans l’État du Mato Grosso au sud du brésil. On coupe du bois, on selle les chevaux, on ramasse les feuilles tombées des imposants manguiers. Ici, ce n’est pas l’humain le plus bruyant, mais bien les aras, amazones, ibis, et autres animaux de ce sanctuaire de biodiversité qu’est le Pantanal. L’une des zones humides les plus grandes du monde, qui s’étend du Brésil à la Bolivie. On y pratique l’élevage extensif du bétail sur plusieurs milliers d’hectares que des garçons-vachers sillonnent à cheval, arme à la ceinture. Enregistrements : juillet 18 - Mix : Samuel Hirsch - Réalisation et photo : Rodolphe Alexis
06:00 09/05/2019
Notre-Dame is burning
Les chant et les prières devant Notre-Dame en feu Le 15 avril 2019, alors que l'incendie de Notre-Dame de Paris fait rage, Chloé Duval déclenche son enregistreur près de la cathédrale. Une séquence tout-sonore avec cris, brasier, chants et prières. Un moment d'écoute plus fort que toutes les images.  Ce son était proposé dans le cadre d'une intervention sur le podcast au CELSA.  Enregistrements : 15 avril 19 - Mise en ondes et mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Chloé Duval
02:26 25/04/2019
Radio Mondial
60 radios du monde entier retransmettent la finale 2018 Pendant 90 minutes, le 15 juillet 2018, une grande partie de la planète a suivi la finale de la coupe du monde de football. Nous avons enregistré une soixantaine de radios qui commentaient le match à leur manière dans le monde entier : Ghana, Mali, Brésil, Argentine, Pologne, Croatie, Thaïlande, Bangladesh, Indonésie, Maroc...Le traitement sonore du même événement donne à entendre ce qui nous rassemble dans un monde globalisé, mais aussi les différences culturelles qui persistent. Certaines radios entrecoupent la diffusion de publicités, d’autres d’appels à la prière, de dédicaces ou de l’annonce de l’heure locale, bombardant des jingles ou de la musique à la mi-temps.Dans une époque globalement visuelle, où nous sommes tous connectés via le petit écran et l’internet, écouter la radio semble une pratique désuète, mais le commentateur reste une figure importante pour les amateurs de football du monde entier. Ce collage sonore propose de réécouter un récit dont tout le monde connaît l’issue, à travers ses langues, ses accents, ses rythmes et ses mélodies, sur fond de grésillements et de saturations propres à la radio hertzienne. Radio Mondial (Español)Durante 90 minutos el 15 de julio 2018, una gran parte del planeta siguió la final de la Copa Mundial de Fútbol. Grabamos unas 60 estaciones de radio del mundo entero comentando el partido, cada uno a su manera : en Ghana, Mali, Brasil, Argentina, Polonia, Croacia, Tailandia, Bangladesh, Indonesia, Marruecos…El tratamiento sonoro del mismo acontecimiento nos ofrece escuchar aquello que nos une y nos reúne en un mundo globalizado, pero también las diferencias culturales que persisten. Algunas radios interrumpen la transmisión con publicidad, otras con los llamados del muecín, dedicatorias, anuncios de la hora local, bombardeo publicitario y música durante el medio tiempo.En una época globalmente visual, donde estamos conectados a través de pequeñas pantallas y el internet, escuchar la radio parece una práctica antigua, pero el comentador sigue siendo una persona importante para los aficionados de la pelota. Este “collage” sonoro propone re-escuchar un relato del cual todo el mundo conoce el final, a través de una variedad de lenguas, acentos, ritmos y melodías sobre un fondo sonoro de interferencias y saturaciones propias de la radio. Radio Mondial (English)On July 15, 2018, over the course of 90 minutes, a big part of the planet followed the FIFA’s World Cup final tournament. We recorded around 60 radio broadcasters from all over the world which all commented on the match each in their own way: in Ghana, Mali, Brazil, Argentina, Poland, Thailand, Bangladesh, Indonesia, Morocco, among others.Through the sound-based coverage of one of the planet’s biggest events the act of listening unites people and brings us together in a global sense, but also gives us the opportunity to identify our cultural differences. For example, during half-time, some radio broadcasters interrupt the match with advertisements, while others have prayer calls, personal dedications, the local hour announcement, or simple bombarding listeners with jingles and music.In global and mostly visual times, when we are connected through a small screen and the internet, listening to the radio seems like an old-fashioned practice, but for soccer lovers the commentator is still a relevant and an important character in their lives. This sound collage invites us to listen to a story of which we all know the end through a variety of languages, accents, rhythms and melodies within a background of crackling and saturation, very common sounds in radio broadcasts. Radio Mondial (português)15 de julho de 2018.Durante 90 minutos, grande parte do planeta seguia a copa do mundo de futebol. Enquanto isso, gravávamos rádios de 60 países a narrar, cada uma à sua maneira, esse mesmo evento: Ghana, Mali, Brasil, Argentina, Polônia, Croácia, Tailândia, Bangladesh, Indonésia, Marrocos...Escutar uma centena de vozes a comentar, juntas, as mesmas dinâmicas no campo, evidencia o que nos une e nos assemelha em um mundo globalizado. Deixando, no entanto, soar suas marcas e particularidades culturais que persistem em suas transmissões permeadas por publicidades, dedicatórias, pausas para a reza, jingles, anúncios de hora local ou músicas no intervalo.Em uma época globalmente visual, em que estamos todos conectados às nossas telinhas e à internet, escutar a rádios talvez seja um gesto em desuso, mas o narrador de futebol não deixa de ser uma figura importante para os amantes do esporte.Essa colagem sonora tem como proposta reescutar uma história em que todos conhecemos o final, através de diversas línguas, sotaques, ritmos e melodias, muitas vezes saturadas e ao fundo ruidoso, típicos da rádio. Enregistrements : 15 juillet 18 - Réalisation : Sara Lana et Félix Blume
06:01 20/12/2018
L'ami des gibbons
Chanee sauve les grands singes en Indonésie Passionné depuis l'enfance par la nature et les grands singes, "Chanee" s'exile à 18 ans en Indonésie. Là le jeune Français vit une vie d'aventurier-écolo, se marie et adopte son nouveau pays. Devenu Indonésien, il créé le premier programme de sauvegarde des gibbons à Bornéo. Dans une magnifique balade sonore au milieu des grands singes, Chanee explique comment l'achat de terrains par l'association Kalaweit est devenu la seule façon efficace de protéger la forêt contre son exploitation abusive. Et pourquoi "l'huile de palme responsable" n'est qu'une illusion pour les ONG et les fabriquants de pâtes à tartiner...A l'instar d'Aliette Jamart avec les chimpanzés du Congo, ou d'Hélène Collongues avec les singes laineux du Pérou, l'engagement personnel de Chanee est devenu un moteur concret de conservation locale et de prise de conscience globale. Rodolphe Alexis l'a suivi à "Kalaweit Supayang" le deuxième site de l'association, à la fois réserve forestière et centre de conservation, sur l'île de Sumatra-est.   Enregistrements : juillet 17 - Mise en ondes & mix : Charlie Marcelet - Réalisation : Rodolphe Alexis - Photo : Jean-Marc Bouve
24:00 12/09/2018
Mutt dogs
Le premier podcast pour chiens en binaural Une balade sonore au ras du sol, enregistrée en binaural par des chiens d’un quartier récemment urbanisé en bordure de Belo Horizonte, au sud-est du Brésil. Les preneurs de son Marmita, Pretinha, Nina, Bob, Frida et Una ont été équipés d'un micro binaural placé au niveau des oreilles. Connus sous le noms de “vira-latas” (retourneurs de poubelle), les chiens des rues du Brésil proposent une écoute de leur monde et de leur cohabitation avec les humains. Quand on est chien, on aime fouiller dans les déchets pour dénicher quelque chose à manger, on aboie quand une moto passe, on court après les voitures qui envahissent notre territoire, on se faufile à l'intérieur des maisons et on explore les terrains abandonnés...  MUTT DOGS (English)Known as “vira-latas” (dump tippers), stray dogs offer their canine listening abilities in conjunction with human cohabitation. As a dog, you love rummaging through dumpsters, looking for something to eat; you bark when a motorcycle passes by; you run after cars invading your territory; you dash in and out of houses; and you explore abandoned fields. This piece offers a ground level sonic walk, binaurally recorded by dogs in a recent urbanized neighborhood close to Belo Horizonte in Southeast Brazil. A retrouver sur la chaîne YouTube ARTE Radio / To discover on the YouTube ARTE Radio channel.   Enregistrements : juillet, septembre 17 - Prises de son : Marmita, Pretinha, Nina, Bob, Frida et Una - Réalisation : Sara Lana et Félix Blume - Production : ARTE Radio
05:09 11/01/2018
La dernière Amazone
Du mythe à la réalité des femmes guerrières Nina Almberg est partie sur les traces des Amazones. Voyageant de Belém au fleuve Nhamundà, au cœur de l'Amazonie brésilienne, elle croise les témoignages des habitant.e.s et les récits des conquistadors du XVIème siècle. A l'époque, on est persuadé d'avoir trouvé en Amérique du Sud les tribus de femmes guerrières dont parlent les légendes de la Grèce antique. Mais les Amazones sont-elles seulement une légende ? En remontant le fleuve, le mythe fait place à une incroyable réalité...  Ce projet a bénéficié de la bourse SCAM Brouillon d'un rêve sonore 2015.  Enregistrements : novembre-décembre 16 - Lectures : Raphaël Almosni - Musique et réalisation : Samuel Hirsch - Texte et voix : Nina Almberg - Remerciements: Antonin Lambert, Léa Neurisse, Sabine Zovighian, et les habitants de Nhamundà, Faro et Terra Santa - Extraits : "Les exploits d'Esplandian", Garci Rodriguez de Montalvo, 1510 "Relation de la première descente de l'Amazone", Gaspar de Carvajal, vers 1543, réédité par les Editions Jérôme Millon sous le titre "Amazonie, ventre de l'Amérique", 1994 "Quatrième lettre à Charles Quint", Hernan Cortès, 1524 Lettre d'Ulrich Schmidt, soldat allemand de l'expédition de Hernando Ribera partie du Paraguay vers le nord-ouest à la recherche du 'Temple du Soleil.' Lettre de Martin de Salinas au secrétaire de Charles Quint, 1533 "Voyage sur l'Amazone", Charles-Marie de la Condamine, 1745, Editions de la Découverte, 2004
36:48 20/06/2017
La prochaine fois tu viens
Carte postale de Guyane Une lettre de Saint-Laurent du Maroni, en Guyane. En décembre, la saison des pluies fait gonfler le fleuve et les grenouilles braillent dès la nuit tombée. Les magasins ont sorti les articles de Noël et on attend le réveillon. Sous les ciels orageux, on entend les rumeurs de la ville, le marché, les rires et les fêtes. Ambiances sonores, choses vues, poésie du quotidien : une magnifique lettre de la France d'ailleurs.  Enregistrements : décembre 15 - Mise en ondes & mix : Arnaud Forest - Texte, voix, réalisation : Laura Tirandaz
12:31 01/03/2017
Francky va au bal
Chaleur tropicale au carnaval de Guyane Chaque année, Francky profite à fond de l’ambiance du carnaval en Guyane. Au bal des tololos, les hommes masqués sont les rois de la piste. Pour Francky, c’est l’occasion d'inviter la femme qu’il désire... ou de satisfaire sa curiosité. Il aime découvrir d'autres corps, se caler entre les cuisses d’une sportive ou rebondir sur un gros ventre. Et s’il sent qu’une femme se lâche, il s’abandonne avec plaisir entre ses bras.Confidences réjouissantes d’un danseur adepte du jeu de masques.  Enregistrement : février 16 - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Maria Guimaraes
12:47 27/02/2017
Les chansons des réfugiés
Soul du Niger, reggae du Ghana, romances du Pakistan Où est passé la musique ? Est-ce qu’elle s’est noyée quelque part entre l’Afrique et Lampedusa ? Ou est-ce qu’elle a survécu à la traversée, cachée dans les smartphones et les voix des réfugiés ? Eliseo Martini a transformé sa petite Fiat en studio d’enregistrement, et est parti collecter les chansons des réfugiés dans un petit centre d’accueil à Trente, Italie. Pour découvrir que tout le monde chante car ça fait du bien. Reggae du Ghana, soul nigérienne, romances pakistanaises : la musique voyage avec les exilés et leur portables. Un peu souvenir, un peu consolation, les chansons racontent des histoires de guerre, d’amour, de persécution et d'espoir. Enregistrements : juin 16 - Mise en ondes & mix : Arnaud Forest - Texte, prises de sons & voix : Eliseo Martini
15:36 04/01/2017
Raël en Afrique
Une fiction space La secte Raël s'implante en Afrique avec ses promesses de liberté sexuelle et d'intelligence extraterrestre. Kaizer et Moïse, deux rastas du Congo, sont envoyés par leur ami réalisateur Hadrien pour infiltrer la secte et réaliser un documentaire pour ARTE Radio. Mais les Raëliens ont de nouvelles techniques radicales pour séduire les plus sceptiques... A partir de l'échec d'un tournage documentaire, Hadrien La Vapeur et ses complices du Congo ont imaginé une fiction fumante, hilarante et sensuelle.  Enregistrements : septembre 15 - Prises de son : Corto Vaclav - Avec : Hadrien La Vapeur (H), Patrice Massemba (Kaizer), Moïse Batola (Moïse), Anna Love (Janify, la Raélienne) - Mise en ondes & mix : Arnaud Forest - Réalisation : Hadrien La Vapeur
27:16 02/06/2016
Siffler Laos
Une déclaration d'amour sifflée chez les Hmongs Les Hmongs, peuple des montagnes d'Asie du Sud-Est, retranscrivent les divers tons de leur langue pour siffler leur amour à l'aide de feuilles d'arbre. On appelle ça le "baimai". Voici ce que dit le premier : "Je me sens si nostalgique, moi qui suis venu de ce côté de la montagne lointaine. Je n’ai pas une petite amie comme toi qui consolerait mon coeur. M’entends-tu ou pas, toi qui es Hmong ?"Enregistrée dans la région de Xiang Kouang au Laos à la saison des pluies, cette pièce est un témoignage de la vie rurale : la montagne, la mousson, le riz, les cigales, les grenouilles, les oiseaux et le bien-être. Là où la 3G gagne du terrain, les traditions persistent difficilement. Enregistrements : juin 2014 - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Jérôme Petit
09:22 17/05/2016
L'âme de la kora
Au coeur de la musique mandingue « Quand je fabrique une kora, je mets mon âme dedans ». Professeur à l’Institut National des Arts de Bamako, Djélimady Sissoko enseigne la tradition séculaire de la kora, cette harpe africaine à 21 cordes dont les mélodies chantent l’identité du peuple mandingue. Dans sa salle de cours, il répare aussi les koras de ses élèves, car la coutume veut que la pratique de l’instrument se transmette en même temps que les techniques de fabrication. Lorsque son cousin, l’illustre Ballaké Sissoko, est en tournée avec Vincent Ségal ou avec Stranded Horse, il supervise à sa place les répétitions du nouvel Orchestre de Koras de la famille Sissoko. On en écoute ici un morceau inédit, somptueux, sur fond de bêlements de moutons.  Enregistrements : janvier 16 - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Réalisation : David Commeillas
09:29 10/05/2016
L'île en sous-France
Rages et barrages à Mayotte Nichée dans l’océan Indien à plus de 8 000 km de la Métropole, Mayotte est au bord de l’insurrection. Cinq ans après son statut de département français, l'île est paralysée par une grève générale. Les syndicats bloquent les routes avec des barrages. Les Mahorais, qui se sentent oubliés par l’État, revendiquent l’égalité réelle avec l’Hexagone : alignement des prestations sociales, lutte contre l’insécurité, construction de nouvelles écoles, mais aussi application du Code du travail… En marge de la contestation, des jeunes, bloqués dans une vie dont ils ne veulent pas, s’enflamment et sèment la terreur.  Enregistrements : avril 16 - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Prises de son : Zoé Benoît - Montage : Laure Chatrefou
05:29 26/04/2016