Show cover of Choses à Savoir SANTE

Choses à Savoir SANTE

Développez facilement votre culture dans le domaine de la santé avec un podcast par jour ! Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.

Titres

Pourquoi les doigts ne contiennent-ils aucun muscle ?
Savez-vous que les doigts sont dépourvus de muscles ? Leur remarquable agilité et flexibilité découle en fait d’une structure anatomique sophistiquée qui débute au niveau de l’avant-bras et se poursuit dans la main. Voici comment nos doigts peuvent réaliser des mouvements très variés sans posséder la moindre fibre musculaire.L’anatomie des mains et des doigtsComposée de 27 os, de multiples articulations, de tendons et de ligaments, la main humaine est une structure des plus complexe. Elle comprend 5 métacarpiens, des os qui forment le corps de la main, et des phalanges qui en constituent les doigts. Ces os sont reliés entre eux par des articulations qui assurent leur mobilité, et par des ligaments qui fournissent la stabilité.Les doigts ne contiennent pas de muscles à proprement parler. Les muscles qui dirigent nos mouvements digitaux se situent sur la paume de la main et dans l’avant-bras. Ils se divisent en deux catégories.Les muscles extrinsèques prennent naissance dans l’avant-bras et s’étendent vers les doigts via de longs tendons pour exécuter les mouvements majeurs.Les muscles intrinsèques, localisés dans la main, sont responsables des ajustements fins et de la précision des mouvements.Tout l’intérêt de cette conception anatomique est de permettre une grande liberté de mouvement aux doigts sans les encombrer de tissu musculaire, ce qui optimise la dextérité et la précision.Le rôle des muscles en détailComment nos doigts se meuvent-ils sans muscles ? Pour les mouvements de flexion et d’extension assez simples, ce sont les tendons des muscles extrinsèques qui régissent l’action des doigts. L’origine de ces actions remonte donc à l’avant-bras, là où sont situés ces muscles.Pour les mouvements très précis, les doigts font appel aux muscles intrinsèques, nichés dans la main. Ils comprennent notamment les muscles interosseux et les muscles lombricaux. Ces muscles plus petits contribuent à la force de pincement et de préhension, facilitant les opérations d’écriture ou de manipulation d’outils.Le mécanisme du mouvement des doigtsPour mieux comprendre ce phénomène, imaginez que les doigts sont retenus à l’avant-bras et à la paume par des cordes, qui sont les tendons. Lorsque les muscles se contractent, ils transmettent la force requise aux doigts en tirant sur les tendons, un peu comme l’on pourrait manipuler un pantin. Cette image illustre toute la complexité de la structure de la main : chaque mouvement des doigts résulte d’une coordination fine entre tous les muscles responsables, à la fois intrinsèques et extrinsèques. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:05 27/05/2024
Comment le corps réagit-il à une indigestion ?
La dyspepsie est le terme médical utilisé pour identifier les difficultés digestives connues sous le nom d’indigestion. Ce trouble s’avère souvent bénin, mais il n’en reste pas moins très inconfortable et perturbant pour les personnes affectées. Explorons de façon précise les mécanismes qui interviennent dans le corps lors d’une telle atteinte.Des causes variéesL’indigestion résulte aussi bien de facteurs alimentaires que non alimentaires. Parmi les causes les plus courantes et les plus faciles à identifier, les repas trop riches ou trop gras figurent en bonne place. Ils ralentissent la vidange de l’estomac en confèrent une sensation de lourdeur typique.Manger trop vite encourage aussi l’indigestion, car les enzymes salivaires n’ont pas le temps de prédigérer les aliments. Certaines épices, l’alcool, les boissons caféinées et les agrumes peuvent en outre irriter la muqueuse de l’estomac et engendrer des troubles digestifs.Parmi les causes non alimentaires de l’indigestion, l’on retrouve la prise de médicaments, en particulier des anti-inflammatoires non stéroïdiens, ainsi que le stress et les maladies liées aux organes digestifs (reflux gastro-œsophagien, ulcères, etc.).Physiologie de l’indigestionEn temps normal, la digestion commence dès la mastication, avec l’action des enzymes de la salive sur les aliments qui contribue à les dégrader en petits morceaux. L’estomac puis l’intestin continuent le travail en décomposant les nutriments à l’aide d’acides et d’enzymes digestives. Le foie et le pancréas interviennent aussi, en produisant de la bile et des enzymes capables de digérer les graisses et les protéines.Lors de l’indigestion, la vidange gastrique ralentit. La nourriture reste plus longtemps que prévu dans l’estomac. Cette situation engendre une distension abdominale et un certain malaise. Les aliments mal digérés fermentent dans l’intestin. Ils produisent des gaz qui provoquent à leur tour ballonnements et douleurs. Si la muqueuse de l’estomac est inflammée par des aliments irritants, des médicaments ou du stress, elle devient également douloureuse.Si le corps produit plus d’enzymes et d’acide pour digérer une quantité élevée de nourriture, ces substances vont contribuer à irriter les parois stomachales, amplifiant l’indigestion.Réponse immunitaire du corpsPour rétablir le fonctionnement normal et limiter les dommages, le corps fait intervenir des mécanismes de défense. La réponse inflammatoire locale en fait partie, et se traduit par un flux sanguin augmenté vers l’estomac, qui sert à apporter des cellules immunitaires à l’organe concerné pour contrer les dégâts sur la muqueuse. L’inflammation s’accompagne souvent de douleur : elle sert à influencer le comportement alimentaire et stopper l’ingestion de substances nocives ou d’aliments en excès.Généralement, la digestion normale est rétablie lorsque tous les éléments irritants ont été éliminés par le corps. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:50 26/05/2024
Pourquoi les femmes ont généralement plus de masse grasse que les hommes ?
Les hommes et les femmes diffèrent fondamentalement sur des points multiples, car leur constitution corporelle n’est pas la même. Parmi les éléments qui les distinguent, le pourcentage de masse grasse est à la fois observable physiquement, mais aussi significatif d’un point de vue biologique.Le rôle de la masse grasseLa graisse que nous accumulons possède plusieurs fonctions corporelles. Réserve d’énergie pour les périodes de disette, elle protège aussi les organes internes des chocs. Elle participe à réguler la température du corps et intervient dans l’équilibre hormonal. En moyenne, les femmes présentent un pourcentage de masse grasse plus élevé que les hommes, à cause de besoins biologiques liés à la reproduction et de facteurs hormonaux distincts.Les hormones et leur influenceLes hormones sexuelles exercent une forte influence sur la répartition de la graisse corporelles. Les œstrogènes, hormones principales chez la femme, favorisent l’accumulation de graisse sur les hanches, les cuisses et les fesses pour préparer le corps à la maternité. L’on appelle cette répartition le type gynoïde, opposé au profil androïde masculin où la graisse tend à s’accumuler autour de l’abdomen.À mesure que les œstrogènes diminuent, à l’approche de la ménopause, les femmes constatent une redistribution de leur graisse avec un stockage plus marqué sur le ventre.Variations métaboliquesLes hommes présentent généralement un taux métabolique de base plus élevé que les femmes. Ils consomment donc plus de calories au repos, car leur corps présente davantage de masse musculaire. Les femmes, disposant d’un métabolisme plus lent, accumulent plus facilement la graisse corporelle. Cette adaptation favorise le stockage d’énergie sous forme de graisse en prévision de la grossesse et de la lactation.Rôle évolutif et reproductifBiologiquement, un certain niveau de masse grasse est nécessaire pour réguler les cycles menstruels et la fertilité. La graisse corporelle favorise la production d’œstrogènes. Les personnes qui souffrent de dénutrition ou d’anorexie présentent souvent une absence de cycles, ne permettant pas la conception d’un enfant. La masse grasse sert de réserve d’énergie pendant le développement du fœtus et durant la période d’allaitement. En l’absence de ressources suffisantes, le corps interrompt donc toute tentative de fécondation, ce qui limite les risques pour la mère et le bébé.Facteurs influantLa génétique joue un rôle dans la prédisposition féminine à accumuler des graisses. Souvent, les femmes d’une même famille présentent un métabolisme proche en l’absence de maladie ou d’influence extérieur considérable. D’autre part, l’alimentation, le stress et le niveau d’activité physique régulent le pourcentage de masse grasse. Comme les femmes tendent à se montrer plus stressées et moins actives physiquement que les hommes, elles accumulent souvent davantage de graisses. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:26 23/05/2024
Combien de fois par jour doit-on normalement aller aux toilettes ?
Notre rythme biologique n’est pas le seul à conditionner la fréquence à laquelle nous allons aux toilettes. Des éléments externes ou internes peuvent également influencer nos besoins d’uriner et de déféquer. Pour identifier les situations pathologiques, il est utile de connaitre les normes habituelles en la matière.Fréquence normale pour urinerLa fréquence de miction, qui est l’action d’uriner, varie considérablement d’une personne à l’autre. Elle est comprise entre 4 et 8 fois par jour. Mais un apport hydrique élevé augmente naturellement le nombre de visites aux toilettes. Certains aliments diurétiques peuvent aussi influencer la fréquence de miction : c’est le cas du concombre, de l’aubergine, du céleri ou de l’artichaut.Avec l’âge, des changements surviennent au niveau de la capacité de contenance et de rétention de la vessie. La santé de la prostate joue aussi un rôle majeur dans la fréquence des mictions. Certaines variations reviennent dans des conditions particulières. Les gens tendent ainsi à uriner plus fréquemment par temps froid, ou lorsqu’ils ont une activité physique qui amplifie la dynamique des fluides corporels.Fréquence normale pour déféquerLa norme en termes de selles se situe entre 3 fois par jour et 3 fois par semaine. Cette large fourchette reflète la diversité des activités intestinales saines. Un régime alimentaire riche en fibres, par exemple, augmente la fréquence des selles et facilite leur passage. L’hydratation joue aussi un rôle clé dans la consistance des selles. Si la personne ne s’hydrate pas assez, elle peut connaitre des épisodes de constipation et déféquer moins souvent.Les jeunes enfants et les bébés ont souvent des selles plus fréquentes. À l’inverse, les personnes âgées expérimentent une diminution de la fréquence des selles, due au ralentissement du métabolisme et à la baisse de l’activité physique. Certaines conditions médicales comme le syndrome du côlon irritable causent de la constipation ou de la diarrhée, modifiant les habitudes intestinales.Ce qui affecte les fréquences normalesLa prise de médicaments impacte souvent la qualité du transit. Les laxatifs et diurétiques, par exemple, augmentent la fréquence des visites aux toilettes. Les complémentations en fer tendent plutôt à constiper. Le stress est un facteur connu d’affection de la digestion. Il bloque ou accélère le transit, menant à des bouleversements des habitudes d’élimination.En cas de maladie, il est également courant que la personne aille moins souvent ou plus souvent aux toilettes. Cet impact se trouve encore plus marqué lors d’infections urinaires ou de troubles gastro-intestinaux.Pour finir, l’équilibre hormonal peut aussi influencer les systèmes urinaires et digestifs. Pendant la grossesse ou la ménopause, il n’est pas rare que les femmes expérimentent des désordres dans leurs habitudes de miction et de défécation. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:27 22/05/2024
Pourquoi certains légumes sont meilleurs pour la santé en conserve que frais ?
Les recommandations de Santé Publique France en termes de nutrition préconisent 5 portions de fruits et légumes par jour. Mais avec l’inflation, les végétaux frais ont vu leur prix augmenter considérablement. Ils ne sont d’ailleurs pas toujours faciles à intégrer dans les repas quotidiens, car une bonne partie d’entre eux nécessitent d’être épluchés, coupés et souvent cuits. Les conserves jouent donc un rôle crucial dans l’accès égalitaire à des légumes de qualité, bons pour la santé, pour le portefeuille et pour les papilles.L’impact de la conservation sur le profil nutritionnel des légumesLa mise en conserve des légumes implique généralement la stérilisation des aliments. Cette procédure élimine les micro-organismes et s’accompagne d’ajout de conservateurs comme le sel ou le vinaigre. Les légumes restent ainsi comestibles pendant des mois, voire des années, sans perdre significativement en valeur nutritionnelle.Malgré ce que l’on pourrait croire, les légumes en conserve maintiennent des niveaux élevés de vitamines et de minéraux. La mise en conserve peut même améliorer la disponibilité de certains nutriments. Par exemple, le chauffage augmente la quantité du lycopène dans les tomates, un antioxydant précieux pour lutter contre le vieillissement cellulaire.La dégradation rapide des légumes fraisMême si des légumes ultra-frais regorgent de vitamines, ils perdent rapidement de leurs atouts nutritionnels entre la récolte et la consommation. Le transport de longue durée, la manipulation et le stockage contribuent à la perte de nutriments. Au contraire, les légumes en conserve sont traités et emballés rapidement après la récolte, ce qui minimise cette dégradation. Ce moindre délai permet aux producteurs de sélectionner des légumes goûteux et matures, contrairement aux légumes frais qui sont généralement cueillis avant d’atteindre leur plein potentiel.Des avantages spécifiques pour les conservesLes études montrent que la mise en conserve préserve et, parfois, augmente la teneur des légumes en nutriments essentiels. La cuisson préalable des légumes facilite aussi leur digestion. L’organisme absorbe mieux les fibres et les protéines qu’ils contiennent. C’est d’autant plus le cas pour les pois, les haricots et les carottes. D’ailleurs, la cuisson des carottes avant la mise en conserve améliore la disponibilité de la bêta-carotène ou vitamine A. Celle-ci aide le système immunitaire à rester performant, et est également impliquée dans le fonctionnement de la vision.Considérations pratiquesLa commodité des conserves favorise leur utilisation par rapport aux légumes frais. Disponibles toute l’année, les légumes en conserve aident à diversifier l’alimentation. Ils se conservent longtemps, réduisant le gaspillage alimentaire. Prêts à l’emploi, ils limitent aussi le temps de préparation en cuisine. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:04 21/05/2024
Comment la qualité du sommeil influence la libido ?
Le sommeil et la libido constituent deux pans fondamentaux du bien-être. Leur interrelation reste cependant méconnue. La qualité des temps de repos affecte en effet directement le désir et la capacité à avoir des relations sexuelles.Quelques bases biologiquesLe sommeil, divisé en plusieurs cycles, comprend des phases de sommeil profond qui favorisent la récupération physique. Le sommeil paradoxal, lui, s’avère essentiel à la consolidation de la mémoire et à la régulation des émotions. Mais le sommeil influence aussi la production d’hormones diverses. Parmi elles, la testostérone et les œstrogènes se trouvent très impliquées dans la libido masculine et féminine. Elles conditionnent aussi bien le désir sexuel que les comportements reproductifs et la santé globale.Sommeil et libido : impact directD’après les études menées sur la question, les individus qui dorment moins de 7 heures par nuit rapportent couramment une baisse de leur désir sexuel. Celle-ci s’accompagne d’une diminution de la fréquence des activités sexuelles. La perturbation de la production hormonale liée à un manque de sommeil induit donc une baisse de la libido significative.Au contraire, un sommeil de bonne qualité régule les hormones de stress telles que le cortisol. De façon générale, la production hormonale se montre plus efficace. Le sommeil réparateur améliore aussi l’humeur et l’énergie, deux facteurs susceptibles d’accroitre le désir et la capacité à avoir des rapports sexuels satisfaisants.Conséquences psychologiques du manque de sommeilAu-delà des implications physiologiques, le manque de sommeil a un impact profond sur l’humeur. Il accroit le stress, l’anxiété et les symptômes dépressifs. Ces états psychologiques affectent potentiellement la libido en réduisant l’intérêt pour les activités sexuelles.Le maintien d’un sommeil adéquat favorise quant à lui la régulation des émotions et de l’humeur. Il renforce aussi la connexion intime avec le partenaire grâce à de meilleures dispositions mentales.Facteurs interactifsCertaines habitudes de vie influencent la qualité du sommeil et, par rebond, la libido. L’alimentation équilibrée contenant tous les nutriments essentiels au corps soutient un cycle de sommeil sain. L’exercice régulier favorise aussi la meilleure qualité de sommeil.La consommation importante de café et d’alcool tend plutôt à l’effet inverse en perturbant le déroulement normal des cycles réparateurs. Par ailleurs, l’alcool en excès est connu pour son action négative sur le fonctionnement sexuel masculin.Enfin, les bonnes conditions d’endormissement – au calme, dans le noir et à heure régulière – soutiennent la qualité du sommeil et, par conséquent, celle de la libido. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:07 20/05/2024
Pourquoi les cleptomanes ne peuvent pas s'empêcher de voler ?
La cleptomanie se définit comme une incapacité récurrente à résister à l’envie de voler des objets. Cette pathologie se distingue des vols ordinaires par le fait que la personne ne présente ni besoin réel, ni intention de profit. Les objets volés sont d’ailleurs souvent de faible valeur. Comment expliquer que les cleptomanes subissent cette impulsion qui leur cause de la détresse, de la honte et de la culpabilité ?Ce qui définit la cleptomanieUn cleptomane est obsédé par le fait de voler. Il subit régulièrement des pulsions incontrôlables qui mènent à un comportement compulsif de prendre des objets appartenant à d’autres personnes. À partir du moment où la personne ressent le désir de voler, la tension monte en elle de façon croissante. Elle finit par succomber à la tentation du vol, même si les objets s’avèrent sans utilité réelle pour elle. Parfois, elle restitue elle-même le produit de ses vols, soumise à un fort sentiment de culpabilité et de honte.Facteurs psychologiquesIl est courant que la cleptomanie soit associée à d’autres troubles psychiatriques. Par exemple, les individus touchés par la dépression peuvent trouver une échappatoire temporaire à leur tristesse et leur sentiment de vide en volant. Les personnes qui souffrent de TOC, troubles obsessionnels compulsifs, ressentent des compulsions assez similaires aux cleptomanes. Elles peuvent cumuler les deux pathologies, ou alterner entre l’une et l’autre.État neurologique et cérébralLe déséquilibre neurochimique de l’organisme est fortement impliqué dans le développement de la cleptomanie. La sérotonine et la dopamine, deux neurotransmetteurs qui régulent l’humeur et les comportements, contribuent ainsi aux pulsions de cleptomanie. Un faible taux de sérotonine augmentée la réactivité au stress et abaisse l’inhibition qui retient de passer à l’acte. Des anomalies dans la voie de la dopamine peuvent rendre le vol plus gratifiant pour la personne, qui va alors rechercher cette récompense plus souvent.Les scientifiques ont aussi identifié des anomalies de structure et de fonctionnement du cerveau chez les cleptomanes. Ces anomalies touchent les zones liées à la prise de décision et au contrôle des impulsions, comme le cortex préfrontal ou l’amygdale. Ces régions s’avèrent essentielles pour évaluer les conséquences d’un acte et réguler des comportements sociaux inadaptés. Quand elles fonctionnent mal, elles induisent une moindre capacité de la personne à modifier son comportement de vol.Facteurs environnementaux et génétiquesLa cleptomanie est plus fréquente chez les personnes qui présentent des ascendants souffrant de dépendances ou de troubles impulsif. La composante génétique et l’apprentissage comportemental dans la famille jouent donc un rôle important dans la transmission de ce trouble.Le stress, les traumatismes et les expériences de vie difficiles participent aussi à déclencher ou exacerber la cleptomanie. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:19 19/05/2024
Pourquoi y a-t-il de plus en plus de cancers chez les jeunes adultes ?
Cela fait maintenant 30 ans que les diagnostics de cancers chez les jeunes adultes augmentent. Cette observation valable à l’échelle mondiale soulève des questions majeures sur les facteurs qui contribuent à la montée des cas. Elle exige également de mettre en place des stratégies de prévention et de détection précoces pour les publics les plus à risque.Tendances épidémiologiquesDepuis 1990, le nombre d’adultes de moins de 50 ans diagnostiqués avec un cancer a augmenté de 79%. La hausse concerne plus précisément certains types de cancers, comme le cancer du sein, de la trachée et de la prostate. Bien que les techniques modernes permettent de dépister plus efficacement les cancers, y compris à des stades précoces, les avancées technologiques n’expliquent pas pourquoi autant de jeunes adultes sont concernés par l’augmentation des diagnostics.L’incidence du cancer varie par ailleurs d’une région à l’autre. En Amérique du Nord et en Europe occidentale, les taux s’avèrent beaucoup plus élevés. Ces disparités suggèrent que des facteurs environnementaux et liés au mode de vie ou à la santé publique pèsent aussi dans la prévalence des cancers chez les jeunes adultes.L’enjeu d’un tel changement se manifeste au niveau des systèmes de santé. La demande croissante de soins oncologiques adaptés à une population jeune implique de complètement réorganiser les ressources affectées aux patients atteints d’un cancer.Les facteurs de risques possiblesL’une des pistes expliquant cette situation concerne le mode de vie. Les régimes alimentaires riches en viande rouge et en sel, courants en Europe et en Amérique du Nord, sont liés à un risque accru de certains cancers. La consommation moindre de fruits et de produits laitiers va également dans ce sens. D’autre part, l’alcool et le tabac restent une préoccupation majeure, en tant que facteurs de risques bien documentés pour divers cancers.En parallèle, le surpoids, le taux élevé de glycémie et le manque d’exercice physique contribuent à aggraver le risque de cancer. Ces conditions s’observent de plus en plus chez les jeunes adultes et provoquent inflammation chronique, déséquilibre hormonal et autres dysfonctionnements métaboliques. Ces terrains s’avèrent particulièrement propices au développement de tumeurs cancéreuses.Le poids de l’environnementDans les pays développés ou les grandes villes des régions pauvres, la pollution de l’air expose les habitants à des particules fines et des polluants organiques persistants. Leur inhalation régulière augmente les risques de cancers des poumons ou de la trachée. De même, l’usage répété de produits chimiques au travail ou à la maison participe à cette hausse du risque.Conjointement à ces expositions externes, des perturbations du microbiome intestinal jouent sur la santé générale et le risque de cancer. L’usage excessif d’antibiotiques peut par exemple affaiblir considérablement la flore intestinale, donc le système immunitaire.La multitude de facteurs liés à la hausse des cancers chez les jeunes adultes fournit de nombreuses pistes pour établir une prévention efficace et ciblée de ces maladies graves. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:40 16/05/2024
Syndrome de l'auto-brasserie : comment peut-on être ivre sans consommer d'alcool ?
Il s’agit d’une condition médicale rare et assez surprenante. Le syndrome de l’auto-brasserie concerne des personnes qui, sans avoir consommé une seule goutte d’alcool, se retrouvent en état d’ébriété. Un test d’alcoolémie indique alors la présence d’éthanol dans le sang, alors que l’entourage peut attester que l’individu n’a pas bu de boisson alcoolisée. Cette anomalie métabolique s’explique par une fermentation anormale de levures dans l’intestin.Le syndrome de l’auto-brasserieDans le cas du syndrome de l’auto-brasserie, une fermentation se produit dans le système digestif, qui transforme le sucre en alcool. Concrètement, des levures ou d’autres micro-organismes agissent sur les glucides présents dans l’intestin et les fermentent en alcool éthylique. Lorsque la dose d’alcool est suffisamment élevée, l’individu ressent les symptômes de l’ébriété.La plupart de ces symptômes sont les mêmes qu’en cas d’ivresse alcoolique. Ils comprennent des troubles de l’équilibre et de la parole, une grande fatigue, des migraines et un état de désorientation notable. Sur le long terme, le syndrome de l’auto-brasserie menace la santé du foie et de l’état mental de façon identique que pour les personnes qui boivent régulièrement de l’alcool.Causes et facteurs de risqueLa fermentation inhabituelle implique généralement des levures et des champignons, comme Candida, un micro-organisme naturellement présent dans le système digestif. Si l’activité normale de ces organismes ne pose pas de problème, elle devient plus gênante quand elle dépasse les taux classiques. Certains facteurs influencent en particulier le développement des levures et champignons intestinaux.Un régime alimentaire riche en sucre fournit par exemple beaucoup d’énergie à ces levures, qui peuvent alors fermenter et se multiplier davantage que de coutume. Les perturbations de la flore intestinale qui suivent la prise excessive d’antibiotiques contribuent aussi à détruire les bonnes bactéries. Ces dernières contrôlent habituellement la croissance des levures. En leur absence, les micro-organismes se développent sans limite.Pose du diagnosticLa rareté du syndrome de l’auto-brasserie rend son diagnostic complexe. Les médecins peuvent utiliser une combinaison de tests de tolérance au glucose et des analyses de sang ou d’urine pour détecter la présence d’alcool. Mais, comme les symptômes évoluent fortement selon le régime alimentaire de la personne, la pose du diagnostic nécessite généralement une observation prolongée et des évaluations répétées. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:03 15/05/2024
Comment est constaté et déclaré un décès ?
Amatrice de formalités administrative, la France a prévu son lot de déclarations en présence d’un décès. Du fait de l’importance de ce type de situation, le constat du décès doit être réalisé en suivant scrupuleusement certaines règles établies. Ces dernières varient en fonction de la cause et du lieu du décès de la personne.Le rôle du professionnel de santéLorsqu’une personne meurt, que ce soit chez elle, dans un établissement ou dans un lieu public, c’est au médecin de constater le décès. Les infirmiers intervenant à domicile peuvent parfois endosser ce rôle, notamment pour pallier le manque de médecins disponibles dans certaines régions.Le professionnel de santé vérifie l’absence de signe vitaux de la personne. Il s’intéresse en particulier à l’état de la respiration, du pouls et des pupilles, généralement figées lors de la mort. Ses observations sont notées sur le certificat de décès et comprennent la cause du décès, ainsi que l’heure approximative de la mort. Ce premier constat enclenche toute la procédure administrative de déclaration de décès.Cas particulier des décès suspectsSi le médecin soupçonne un suicide ou un homicide, ou que la cause du décès n’est pas claire, il peut solliciter une enquête judiciaire. Dans ce cas, une autopsie est réalisée sur le corps par un médecin légiste. Dans le cas de procédures ultérieures, l’autopsie fournira des preuves cruciales relatives à des actes criminels ou de négligence. L’examen post-mortem induit un retard de la mise en œuvre de la procédure administrative, car le corps est réquisitionné et ne peut pas être enterré ou incinéré selon les délais habituels.La déclaration du décès au GouvernementLe décès ayant été constaté par le médecin, les proches ou les responsables de l’institution doivent déclarer la mort de l’individu à l’État. Cette procédure se réalise dans les 24 heures suivant le constat, et nécessite de produire le certificat remis par le médecin qui sert de preuve officielle du décès.Les services de l’état civil enregistrent ensuite le décès. L’officier responsable émet un acte de décès qui certifie toutes les circonstances de la mort comme la date, l’heure et le lieu. C’est un document essentiel pour de nombreuses démarches administratives : gestion de la succession, règlement des pensions, annulation des documents d’identité, et autres procédures légales ou financières.Grâce à l’acte de décès, l’entourage de la personne peut finalement organiser les funérailles avec les pompes funèbres. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
01:59 14/05/2024
Comment expliquer qu'il y a autant de supercentenaires aux Antilles ?
Alors que les centenaires sont désormais courants en France, les supercentenaires commencent à faire parler d’eux à leur tour. Dépassant l’âge phénoménal de 110 ans, ils s’avèrent fortement représentés dans une zone inattendue, celle des Antilles. Cette particularité a interpelé les chercheurs et démographes, qui tentent de proposer des hypothèses pour comprendre le secret de longévité des Antillais.Démographie et statistiquesUne étude récente de l’Ined, Institut national d’études démographiques, a mis en lumière une concentration élevée de supercentenaires en Guadeloupe et en Martinique. Proportionnellement à leur population, ces îles comptent près de 8 fois plus de supercentenaires que la métropole. La hausse générale des centenaires en France s’explique par l’amélioration des conditions de vie et les avancées médicales notables. Mais l’exceptionnelle longévité antillaise reste un cas qui intrigue les chercheurs.D’autres régions du monde sont célèbres pour leur nombre de centenaires, comme l’île d’Okinawa au Japon, ou la Sardaigne en Italie. Certains facteurs semblent communs à ces populations, tels qu’un régime alimentaire sain, un mode de vie actif et un fort soutien communautaire. Mais la longévité des Antillais repose également sur d’autres conjectures.Pourquoi une telle espérance de vie aux Antilles ?L’une des hypothèses avancées pour expliquer cette situation s’intéresse à l’histoire des populations antillaises. Elle spécule que les ancêtres des actuels supercentenaires ont dû survivre à des conditions de vie très dures. En effet, tous les supercentenaires présents aux Antilles descendent d’anciens esclaves qui ont supporté la traversée de l’océan Atlantique et des conditions extrêmes de travail. Les survivants, qui ont donc pu obtenir une descendance, devaient être particulièrement robustes. Les chercheurs étudient la possibilité d’une sélection naturelle qui aurait favorisé l’émergence de caractéristiques génétiques précises, propices à la longévité.L’environnement et le mode de vieLa génétique n’est pas seule responsable de l’âge avancé de certains Antillais. Le climat doux et ensoleillé des îles pourrait influencer positivement la santé. Souvent, les habitants insulaires conservent un mode de vie traditionnel qui inclut une alimentation riche en végétaux et en poisson frais. L’activité physique régulière dans le cadre de la vie quotidienne participe à maintenir une bonne santé cardiovasculaire.Il ne faut pas oublier l’importance de l’entraide et des liens sociaux. Dans les Antilles, la notion de communauté prend un sens bien plus large qu’en France métropolitaine. Les familles restent souvent proches malgré l’avancée en âge, ce qui contribue à limiter les effets néfastes du vieillissement sur la santé mentale. Finalement, ce sont sans doute tous ces facteurs mêlés à une génétique favorable qui permettent aux Antillais de rester en vie aussi longtemps. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:32 13/05/2024
Pourquoi certaines personnes ont des yeux bridés ?
Si les yeux bridés étaient autrefois perçus comme une rare exception en France, cette caractéristique physique est désormais plus courante grâce au brassage génétique issu des mélanges internationaux entre les ethnies. Il s’agit d’une particularité qui a montré son utilité d’un point de vue évolutif. Comment les yeux bridés se développent-ils, et dans quel but ?D’un point de vue génétique et biologiqueLes yeux bridés se caractérisent principalement par une forme ovale étirée, contrairement aux yeux occidentaux qui se montrent plus proches du rond. Cet aspect unique dépend de la présence d’un pli de peau au niveau de la paupière supérieure. Appelé pli épicanthique, il descend sur l’œil à la façon d’un rideau. Il est intéressant de constater que ce repli de peau n’influence pas le champ de vision, déterminé par la pupille seule. Les personnes aux yeux bridés voient donc exactement de la même manière que celles qui ont des yeux en amande.D’après les recherches scientifiques menées sur la question, les yeux bridés proviennent de l’expression de gènes spécifiques, qui se révèlent dès le développement de l’embryon. Ils guident la formation du tissu de la paupière, et ce dès les premières étapes de la vie dans l’utérus. Adaptation évolutiveAu-delà de l’aspect esthétique, les yeux bridés disposent d’une véritable fonction adaptative. Les théories qui vont en ce sens expliquent que le pli épicanthique sert de visière naturelle, protégeant les yeux contre des éléments extérieurs puissants.Dans les vastes steppes asiatiques ou en haute montagne, le vent fort et la luminosité élevée constituent autant de dangers pour les yeux. L’adaptation de la forme de l’œil chez les humains vivants dans ces conditions aurait alors pu réduire le dessèchement oculaire et limiter l’exposition aux UV. Cet avantage sélectif explique que, dans les régions concernées, l’espèce humaine ait davantage développé de telles caractéristiques, favorables à sa survie. L’analyse de la répartition géographique des populations avec les yeux bridés conforte cette hypothèse en démontrant une relation fine entre le climat et l’apparence des yeux.La diversité des traits oculaires prouve cependant que, même au sein d’une population où les yeux bridés sont courants, il existe une grande variété de formes des yeux. Cette diversité est le résultat de nombreux facteurs génétiques interagissant avec l’environnement.L’influence culturelle et socialeN’oublions pas le lien établi entre les considérations esthétiques d’une population et les traits physiques les plus représentés. Par exemple, les yeux bridés ont longtemps été corrélé à une certaine notion d’exotisme en France, ce qui a pu rendre plus rares les unions entre des personnes aux yeux ovales et d’autres aux yeux étirés. À l’inverse, le succès croissant des personnalités asiatiques, notamment musicales, qui a lieu ces dernières années en Europe pourrait influencer la prévalence future des individus présentant ce trait particulier en France. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:41 12/05/2024
Comment les siamois Lori et Georges ont-il pu vivre aussi longtemps ?
Ils ont captivé le monde médical par leur condition rare, mais également par leur remarquable longévité. Les jumeaux craniopages Lori et George Schappell sont décédés à l’âge de 62 ans, après une vie passée collés l’un à l’autre, leurs cerveaux respectifs partageant 30% de structures osseuses et vasculaires. Explorons les facteurs qui ont contribué à cette longévité inespérée, puisque les jumeaux siamois ne devaient pas dépasser la trentaine d’après les prédictions des médecins.Les défis médicaux et physiques de George et LoriUne naissance sur 200 000 concerne un cas de siamois, c’est-à-dire de bébés qui sont reliés par une ou plusieurs parties de leur corps. Sur ces rares jumeaux, seulement 2% sont craniopages, partageant leurs cerveaux. À l’image de Lori et George, toute séparation s’avère alors presque impossible tant la structure neuronale est complexe. Mais la situation entraine aussi un ensemble de risques accrus, comme des complications au niveau neuronal ou circulatoire.Les médecins qui ont accompagné la famille après la naissance ont établi un pronostic vital de trois décennies, anticipant les problèmes qui pourraient survenir. En grandissant, George et Lori ont dû développer des méthodes adaptatives. Par exemple, George étant affecté par un spina-bifida, une malformation de la colonne vertébrale, il devait se déplacer en fauteuil roulant, poussé par sa sœur. Une telle dynamique impliquait coordination et compréhension mutuelle profondes. Malgré cette union inévitable, les deux jumeaux ont maintenu une autonomie dans leurs activités quotidiennes, démontrant une ingéniosité remarquable pour vivre pleinement chaque jour.L’état d’esprit optimiste et les nombreux projets personnels de cette étonnante fratrie ont certainement contribué à maintenir leur santé mentale et, dans une certaine mesure, physique au meilleur niveau possible.Vie privée et indépendanceLes jumeaux Schappell ont toujours manifesté leur désir profond d’indépendance. Bien qu’hébergés pendant des années dans un centre pour handicapés mentaux, ils ont réussi, grâce à l’aide de l’épouse d’un ancien gouverneur, à quitter l’institution. Ils ont ensuite établi leurs quartiers dans un appartement adapté avec deux chambres, dormant à tour de rôle dans l’une et l’autre pour satisfaire au besoin d’espace personnel et d’autonomie de chacun.D’un point de vue professionnel, Lori et George ont mené des carrières distinctes avec brio malgré leur état. Lori a ainsi pu travailler au sein d’une blanchisserie durant des années, s’illustrant également dans une carrière de bowling. George, de son côté, s’est fait un nom dans la musique country, soutenu par sa sœur, l’une de ses premières fans.Dans leur vie amoureuse aussi, les jumeaux ont démontré une capacité remarquable à entretenir des relations sentimentales actives. Lori fut ainsi fiancée avant le décès tragique de son compagnon dans un accident de voiture. Durant les rendez-vous amoureux de chacun, le jumeau non concerné prenait un livre et se déconnectait de l’autre pour lui permettre de vivre des instants d’intimité autant que possible.Les barrières physiques n’ont ainsi pas empêché Lori et George de mener des vies bien distinctes, contribuant à leur épanouissement personnel si important pour la santé. Cet état d’esprit combiné à des soins médicaux réguliers et à une certaine dose de chance leur ont permis de vivre jusqu’à 62 ans, établissant un record mondial en termes de longévité d’un couple siamois. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
03:14 09/05/2024
Qu'est-ce qui différencie les dentifrices pour enfants de ceux pour adultes ?
Si le brossage des dents constitue un geste indispensable pour la santé bucco-dentaire, il doit être accompagné d’un dentifrice adapté afin d’offrir de bons résultats. Entre les adultes et les enfants, les besoins spécifiques varient considérablement. C’est pour cette raison que des dentifrices distinctifs sont commercialisés, présentant chacun leurs avantages pour la tranche d’âge ciblée.Composition chimiqueL’un des principaux composants des dentifrices est le fluorure, un élément qui renforce l’émail dentaire et limite l’effet de l’acide sur les dents. Chez les jeunes enfants, une concentration élevée en fluorure s’avère cependant problématique. Elle induit l’apparition de taches sur les dents, appelée fluorose dentaire. Les dentifrices pour les moins de 6 ans contiennent donc moins de 500 ppm (part par million) de fluorure. À l’inverse, les dentifrices pour les 12 ans et plus affichent une composition riche en fluorure pour maximiser la protection contre les caries. La concentration atteint jusqu’à 1500 ppm.En général, les dentifrices pour les tout-petits contiennent des ingrédients doux et non irritants. Plus susceptibles d’ingérer le dentifrice par accident, les enfants doivent utiliser en priorité ces produits sans danger pour leur système digestif. Les dentifrices adultes, quant à eux, incluent des agents blanchissants ou des abrasifs assez forts, efficaces pour la santé des dents mais qui ne doivent pas être avalés.Saveur et arômesAu-delà de la composition chimique des dentifrices, d’autres aspects entrent en jeu pour cibler plus précisément les adultes ou les enfants. Pour inciter les plus jeunes à se brosser régulièrement les dents, les fabricants misent sur des saveurs agréables et attrayantes comme la fraise, la pomme ou la pastèque. Chez les adultes, les consommateurs recherchent davantage un goût frais et mentholé, qui leur procure une sensation de propreté en bouche.L’importance du packagingInciter les enfants à se brosser les dents passe aussi par le développement d’emballages attractifs. Couleurs vives, personnages de dessins animés : les fabricants ne lésinent pas sur les moyens pour stimuler l’intérêt des plus jeunes. À l’inverse, les gammes pour les adultes misent sur la sobriété et les visuels minimalistes, qui tendent à renforcer la confiance des consommateurs dans les produits d’hygiène.Le bon dosageUne fois le bon dentifrice trouvé, il faut encore s’assurer de respecter le dosage préconisé par les dentistes. Pour les adultes, la dose de dentifrice pour un brossage ne doit pas excéder la taille d’un petit pois. C’est encore moins pour un enfant. Chez les tout-petits, le dentifrice joue surtout un rôle facilitant, car le plus important reste d’adopter la bonne technique de brossage. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:02 08/05/2024
Comment certaines marques de chips ont amélioré leur Nutri-Score ?
Jugées très appétissantes par bon nombre de Français, les chips n’en restent pas moins des aliments pointés du doigt quand il s’agit de la santé. Leur haute teneur en graisse saturées et en sel implique généralement une mauvaise note au Nutri-Score, cet indicatif nutritionnel de plus en plus apposé sur les produits alimentaires industriels. Pour éviter un déclin marqué de consommation, les fabricants rivalisent d’ingéniosité afin d’obtenir une meilleure note. L’amélioration des recettes permet ainsi à certaines chips d’afficher un Nutri-Score A ou B.Le Nutri-Score et son impact sur l’industrie alimentaireLe Nutri-Score est un système d’étiquetage nutritionnel qui évalue la qualité des aliments avec une échelle colorée allant de A à E, du vert au rouge. Le score évolue en fonction d’éléments favorables comme la teneur en bons nutriments, et d’éléments défavorables comme le nombre de calories ou le pourcentage de sucre.L’introduction de ce code couleur transforme les habitudes de consommation et les choix alimentaires. Comme il est facile à comprendre, il incite les consommateurs à s’orienter vers des produits mieux notés dans une perspective de maintien de la santé. Cette dynamique crée une pression sur les producteurs, en les incitant à reformuler leurs produits. Les chips, notamment, se retrouvent au cœur d’une course à l’innovation pour améliorer leur composition et limiter les ingrédients nocifs en réponse à la demande d’options plus saines.Comment les chips peuvent être amélioréesLe changement significatif adopté par les fabricants de chips repose sur la réduction du sel et des graisses saturées dans les recettes. Ces deux composants pèsent très lourds dans le calcul du score. Diminuer le sel n’est pas si facile pour conserver un bon équilibre entre la saveur caractéristique du produit et la santé des consommateurs. Quant aux graisses saturées, leur réduction nécessite de complètement revoir le processus de choix et de traitement des huiles utilisées pour la cuisson des chips.Le défi est de taille pour maintenir la texture croustillante et le goût qui font le succès des chips. Certaines marques se sont tournées vers des techniques de cuisson permettant de réduire la quantité de graisse de façon exemplaire. C’est le cas de la cuisson au four ou à l’air chaud. D’autres fabricants ont expérimenté en introduisant des assaisonnements plus riches en herbes et en épices pour compenser la réduction du sel.L’amélioration du Nutri-Score repose aussi sur l’enrichissement en ingrédients bénéfiques. Parmi les stratégies adoptées, les marques peuvent ajouter des fibres par le biais de légumes secs broyés, ou augmenter la teneur protéique en intégrant du pois ou de la fève dans la composition des chips.De D ou E à B ou A : passer du rouge au vertCes nouvelles formules mariant créativité culinaire et recherche scientifique ont permis à certains fabricants d’atteindre des scores de B ou de A pour leurs produits. De tels efforts contribuent à redéfinir les chips non comme des produits de snacking à éviter, mais comme des options possibles qui entrent dans le cadre d’une alimentation variée et équilibrée. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:28 07/05/2024
Gaz, éructations, éternuements : est-ce dangereux de les retenir ?
Le corps est une machine complexe et bien huilée, ponctuée de réflexes naturels qui jouent un rôle crucial pour notre santé. Bien que parfois embarrassants, les gaz, les éructations et les éternuements s’avèrent essentiels à notre bien-être. Il s’agit de réactions physiologiques conçues pour maintenir l’équilibre de notre système. Que se passe-t-il lorsque nous retenons volontairement ces gaz naturellement libérés par le corps ?Le point sur ces fonctions naturellesLa digestion est un processus qui permet de décomposer les aliments pour que l’organisme puisse en absorber les nutriments, minéraux et vitamines. La fermentation des glucides par les bactéries intestinales entraine la formation de gaz qui s’accumulent soit dans l’estomac, soit dans les intestins. Le corps met alors en place un mécanisme de défense contre l’inconfort ou la douleur en libérant ces gaz sous la forme d’éructations et de flatulences.En ce qui concerne l’éternuement, le mécanisme concerne cette fois les voies respiratoires. Ce réflexe rapide et puissant expulse l’air des poumons à grande vitesse, emportant avec lui poussières, pollens et autres irritants. L’éternuement se déclenche à la suite d’une irritation des muqueuses nasales. Son rôle s’avère considérable dans la protection des poumons et la prévention des infections.Les risques liés à la rétention de ces réflexesEn société, il est généralement mieux admis de retenir les gaz et éructations produits par le corps que de les laisser s’échapper. Pourtant, l’adoption répétée de cette pratique induit des conséquences potentiellement délétères.Rétention des gaz et éructationsD’abord, le fait de retenir des gaz et des éructations amplifie les ballonnements et le gonflement des organes digestifs. La distension de l’estomac ou de l’intestin engendre des douleurs ainsi qu’une sensation de lourdeur et d’inconfort. Mais ce n’est pas tout.La rétention des gaz peut aussi produire des spasmes digestifs, des crampes et une altération de la motilité intestinale. Le fonctionnement normal du système digestif est perturbé, ce qui peut résulter en une constipation chronique ou des douleurs abdominales fréquentes. Sur le long terme, la rétention conduit à la distension abdominale chronique, les organes ne parvenant plus à reprendre leur forme normale. Les personnes concernées développent alors des pathologies liées comme le syndrome de l’intestin irritable.Rétention des éternuementsConcernant l’éternuement, les risques immédiats de la rétention sont réels. En forçant l’air à rester dans les voies respiratoires, l’individu peut subir des lésions nasales ou aggraver une déviation de la cloison nasale déjà présente. Plus alarmant encore, la pression causée par l’air est susceptible d’endommager gravement les structures sensibles de l’oreille interne. Les conséquences résultent en des problèmes auditifs temporaires ou permanents.Dans de rares cas extrêmes, la force contenue de l’éternuement engendre la rupture de vaisseaux sanguins dans le cerveau ou les yeux, voire des lésions neurologiques faisant suite à la hausse soudaine de la pression intracrânienne. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:40 06/05/2024
Pourquoi une glycémie élevée peut causer de l’acné chez l’adulte ?
Bien que souvent associée à l’adolescence, l’acné continue en réalité de jouer les importunes sur la peau de nombreux adultes. Et si les bouleversements hormonaux typiques de la grossesse ou de la ménopause peuvent donner lieu à des poussées de boutons, d’autres facteurs jouent aussi dans la progression de ce trouble cutané. Parmi les facteurs aggravants de l’acné chez les adultes, les scientifiques ont relevé l’impact inattendu d’une glycémie mal régulée.Lien entre la glycémie élevée et l’état de la peauRappelons d’abord que la glycémie mesure le taux de sucre présent dans le sang. Bien que vital, ce carburant peut engendrer des troubles divers lorsqu’il se retrouve en excès dans les fluides corporels. L’organisme dispose d’un système endocrinien performant qui ajuste finement le niveau de glucose sanguin. Cependant, une alimentation déséquilibrée, des perturbations hormonales ou un début de diabète peuvent altérer sérieusement la capacité du corps à réguler la glycémie.Un taux glycémique trop élevé se traduit par un pourcentage anormalement haut de sucre dans le sang lors d’un état de jeûne, c’est-à-dire après avoir passé 12 heures sans manger. Cette condition nourrit l’inflammation générale de l’organisme. Or, l’état inflammatoire est connu pour favoriser les manifestations cutanées comme l’acné.Les mécanismes biologiquesL’inflammation systémique constitue une réaction massive du système immunitaire pour lutter contre ce qu’il identifie comme des situations périlleuses pour la santé. Lorsque l’on se fait piquer par un insecte, par exemple, l’inflammation localisée du lieu de piqûre vise à lutter contre les effets du venin et à éliminer l’éventuel dard restant dans la peau.Quand la glycémie grimpe, le corps identifie un danger et réagit en stimulant l’inflammation. Mais, contrairement à la piqûre d’insecte, l’organisme ne peut pas concentrer ses efforts sur une seule zone. L’inflammation se déclare alors de façon généralisée, notamment au niveau des follicules pilo-sébacés de la peau qui vont se comporter anormalement. La production excessive de sébum ou sa texture trop épaisse contribuent à boucher les pores et à aggraver l’état inflammatoire de la peau. C’est ainsi qu’apparaissent ou empirent les boutons d’acné.La glycémie élevée induit en outre une hausse de l’insuline, une hormone impliquée dans la gestion du taux de sucre sanguin. Cette insuline favorise la production de sébum et la prolifération des cellules cutanées. Ces deux éléments peuvent conduire à l’obstruction des pores, créant un terrain fertile pour l’acné.Enfin, la résistance à l’insuline, typique des états prédiabétiques, exacerbe le problème d’acné chez l’adulte. Comme le corps réagit moins bien à l’hormone, il va en produire davantage, amplifiant les conséquences sur le sébum et la multiplication des cellules. La résistance à l’insuline stimule aussi la production d’androgènes, des hormones susceptibles d’influencer la qualité de la peau de façon négative. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:25 05/05/2024
Pourquoi adopter l'oeuf comme source de protéines abordable ?
En réaction à l’inflation, les Français tendent à modifier leur façon de s‘alimenter. Ils se tournent vers des ingrédients moins chers, adoptent des marques discount et réduisent la fréquence des courses. Le défi consiste alors à maintenir un bon équilibre alimentaire, surtout au sein des familles, pour éviter les conséquences sur la santé au long terme. À cet effet, l’œuf fait partie des aliments les plus consommés dans l’Hexagone, car il a l’avantage d’être une excellente source de protéines, accessible à moindre coût.Profil nutritionnel et économique de l’œufL’œuf de poule fournit tous les acides aminés essentiels nécessaires au corps. Cette condition fait de lui une source complète de protéines. Mais ses atouts ne s’arrêtent pas là. L’œuf contient aussi de la vitamine A, impliquée dans la santé des yeux, de la vitamine D, cruciale pour le développement des os, et de la vitamine E, antioxydant qui favorise l’élimination des radicaux libres. D’autre part, l’œuf apporte de la vitamine B12, vitale pour le cerveau et le système nerveux, qui manque souvent aux personnes excluant la viande et le poisson de leur alimentation.En termes de minéraux, l’œuf reste une source de fer et de zinc appréciable pour soutenir la formation des globules rouges et le fonctionnement immunitaire. En comparaison avec d’autres sources de protéines comme le bœuf, le saumon, le poulet ou le thon, l’œuf reste très accessible d’un point de vue financier. Son coût reste relativement bas et stable, y compris en période d’inflation. Facile à produire, il nécessite peu de ressources pour une qualité identique de produit fini.L’impact de l’inflation sur l’alimentationLes denrées rapidement périssables comme la viande et le poisson souffrent beaucoup de l’inflation. Leur coût augmente avec la hausse des prix de production et de transport. D’après les études les plus récentes, le coût des aliments augmente plus vite que l’inflation générale, ce qui engendre une pression accrue sur le budget alimentaire. Les foyers doivent alors revoir leurs habitudes, souvent au détriment de la qualité et de la diversité.Produit dans toutes les régions de France, l’œuf se présente comme une solution économique efficace. Il remplace des ingrédients plus onéreux -poulet, dinde, veau, cabillaud- tout en conservant les mêmes qualités nutritionnelles. Il s’intègre en outre facilement dans une multitude de recette, qu’il s’agisse de quiches, d’omelettes, de salades ou de plats de pâtes.Recommandations de consommationLes œufs apportent de nombreux nutriments, mais ils doivent être consommés sans excéder les recommandations en termes de cholestérol et de calories pour rester bénéfiques. Les autorités gouvernementales préconisent par exemple de se cantonner à un ou deux œufs par jour, tout en agrémentant le repas de légumes, riches en fibres et vitamines. Il est également important d’adapter la portion à l’âge des enfants : un demi-œuf par jour maximum avant 1 an, 1 œuf par jour jusqu’à 10 ans, et 2 œufs par jour au-delà. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:06 02/05/2024
Les câlins des animaux ou des robots sont-ils aussi bénéfiques que ceux d'autres humains ?
Avec le développement frénétique des intelligences artificielles se pose la question de savoir si les robots seront un jour capables de remplacer les humains. Durant les périodes de confinement vécues pendant le Covid, de nombreuses personnes se sont retrouvées démunies face à l’absence de contact humain, vital à notre bien-être. La présence d’un animal domestique était-elle suffisante pour apporter les bénéfices d’un vrai câlin ? Un robot aurait-il pu remplacer le toucher d’une autre personne ? Explorons ensemble les conséquences de ces échanges physiques pour les comparer à celles d’un câlin classique entre deux personnes.Être touché, un élément clé pour notre survieDès la naissance, le nourrisson a besoin d’être pris dans les bras, materné et câliné pour se développer. En l’absence de toucher, il se renferme sur lui-même et se laisse dépérir, refusant de se nourrir ou de bouger. Les câlins consentis entre humains s’avèrent également bénéfiques à l’âge adulte. Ils rassurent, limitent le stress, ancrent le sentiment d’appartenance et de confiance en soi. Grâce à la libération d’ocytocine, une hormone qui favorise l’attachement, les câlins sont source de relaxation et de bien-être. Ils contribuent même à limiter les risques de connaitre une maladie cardiaque.Les études ne manquent pas pour prouver les bénéfices du contact entre les humains. Elles soulignent les bienfaits sur le système immunitaire, mais aussi sur la longévité. Finalement, être câliné reste un élément essentiel pour notre survie, et ce à tout âge.Les câlins d’animaux sont-ils aussi efficaces ?Il ne fait nul doute que les animaux de compagnie améliorent la qualité de vie de leurs propriétaires. Offrant soutien émotionnel, présence et réconfort, ils apportent un réel sentiment d’apaisement et de confort lors des séances de câlins. En fonction du lien qui unit l’animal à la personne, la libération d’ocytocine peut être similaire, voire plus forte que lors d’un câlin avec un humain.Les animaux s’abstiennent de juger et se montrent disponibles dès que leur maître en ressent le besoin. Ils entrent notamment dans le cadre de thérapies pour traiter les individus avec des troubles variés, allant de l’autisme à la dépression en passant par les troubles de stress post-traumatique. Ils remplacent très bien le contact humain pour les personnes qui ont du mal à nouer des liens intimes.Qu’en est-il des robots ?Le constat est tout autre pour les câlins prodigués par des robots. La science a récemment étudié l’efficacité des contacts entre humains et robots pour contrer le stress ou l’anxiété. L’absence de peau-à-peau limite d’une part fortement la libération d’ocytocine. Les robots peuvent contribuer à réduire une sensation de douleur, mais, en l’état actuel de leurs capacités, ils n’entrainent pas des bénéfices aussi marqués que les interactions avec des animaux ou des humains. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:10 01/05/2024
Pourquoi la règle du "3-30-300" peut influencer le bien-être des habitants ?
Les effets bénéfiques de la nature sur la santé ont maintes fois été démontrés. Mais comment faire lorsque l’on habite en ville pour en profiter ? Un forestier travaillant en milieu urbain a inventé une règle à base de trois nombres, la « 3-30-300 ». Plusieurs grandes villes françaises s’intéressent de près à cette façon de codifier la cohabitation entre la verdure et les humains, et ce pour une très bonne raison : respecter la règle du « 3-30-300 » améliore considérablement le bien-être des habitants, ce qui rend la ville plus attractive.Les principes de la règleSous ce drôle de nom de « 3-30-300 » se cache un concept innovant pour la planification urbaine, visant à intégrer la nature dans l’environnement des citadins. Le principe cherche à assurer que chaque résident bénéficie d’une proximité bienfaisante avec la nature, un aspect essentiel pour la santé physique et mentale. La règle repose sur des études qui ont démontré l’impact positif des espaces verts sur le bien-être individuel. D’après les résultats, des interactions fréquentes avec la nature en milieu urbain réduisent le stress, augmentent la santé mentale et la longévité des habitants.Trois critères simples définissent donc la règle, basés sur les trois nombres.Chaque résidence devrait d’abord avoir au moins trois arbres visibles depuis l’une des fenêtres. Les arbres contribuent à améliorer la qualité de l’air et à réduire le bruit.Deuxièmement, chaque habitation devrait être située dans un quartier disposant d’au moins 30% d’espaces verts. Cette proximité encourage l’activité physique et les interactions sociales.Pour finir, un espace vert majeur devrait être présent à moins de 300 mètres de chaque foyer. Parfaits pour le loisir et les rencontres, ces parcs favorisent la cohésion communautaire et fournissent des échappatoires indispensables pour se détendre.Les impacts sur la santéRespecter la règle du « 3-30-300 » s’accompagne d’avantages significatifs qui améliorent la qualité de vie urbaine. L’accès aux espaces verts incite à marcher, courir ou faire du vélo, des activités physiques qui maintiennent la santé cardiovasculaire et préviennent l’obésité, surtout chez les plus jeunes. Les espaces verts purifient aussi l’air en filtrant les particules polluantes et en produisant de l’oxygène. La prévalence des maladies respiratoires diminue en leur présence. Les végétaux contribuent d’autre part à absorber la chaleur lors des épisodes de canicule.Psychologiquement, les bénéfices des espaces verts sont indéniables. La nature limite les niveaux de stress et d’anxiété des habitants. Elle fournit un espace pour se détendre et oublier la pression quotidienne de la vie urbaine. Les parcs encouragent aussi la cohésion sociale, vitale pour la santé mentale. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:36 30/04/2024
Comment le corps réagit lors d'un don du sang ?
Près de 1,6 millions de personnes donnent chaque année leur sang à l’EFS, établissement français du sang. Chargé de l’autosuffisance du pays en termes de sang, de plaquettes et de plasma, cet institut réitère régulièrement son incitation à participer à la collecte. Découvrons en détails comment le corps réagit lorsqu’une certaine quantité de sang lui est prélevée.Le déroulement d’un don du sangLa première étape, avant de pouvoir donner son sang, est de répondre à un questionnaire qui valide ou non la capacité du candidat à se soumettre à la procédure. Les critères stricts incluent une évaluation générale de la santé, un poids minimal et des intervalles précis entre plusieurs dons pour favoriser la récupération complète.Les donneurs passent des examens de santé minutieux, comme la vérification de leur taux d’hémoglobine. En-dessous de 125 g/L chez une femme et 130 g/L chez un homme, le don n’est pas possible car il peut mettre en péril la santé de la personne.Le don du sang en lui-même est un processus très contrôlé, pour minimiser l’inconfort et maximiser la sécurité. Le donneur a accès à de l’eau en permanence pour s’hydrater. Installé dans un fauteuil, il subit une procédure de désinfection minutieuse au site de ponction pour éviter toute infection. L’aiguille stérile est insérée par le professionnel dans la veine, en général au pli du coude. Le prélèvement de sang s’effectue pour un volume de 450 à 500 mL en fonction des capacités du donneur.Les réactions immédiates du corpsLe corps réagit très vite quand il identifie la perte d’une quantité significative de sang. Son objectif est de maintenir l’équilibre et la stabilité des organes vitaux. La pression artérielle baisse à cause du prélèvement, le corps va donc augmenter la fréquence cardiaque et resserrer les vaisseaux sanguins pour la stabiliser. Cela favorise l’oxygénation constante des organes vitaux.Les donneurs sont parfois sujets à des étourdissements, de la fatigue ou une sensation de faiblesse lors du don. Ces symptômes résultent directement de la baisse temporaire du volume sanguin. Ils restent brefs et modérés dans la plupart des cas.Pour éviter ces désagréments, les donneurs doivent s’hydrater abondamment avant et après le don. Il leur faut aussi consommer un repas en amont pour stabiliser le taux de sucre dans le sang. Ils sont généralement invités à se restaurer juste après le don, afin de retrouver des forces et de rester sous surveillance pendant un petit moment.Sur le long termeLe corps entame ensuite un processus de régénération pour reconstituer le volume de sang perdu. Il dure plusieurs semaines, mais les donneurs retrouvent leur état normal en quelques jours. Ils doivent simplement s’assurer de consommer assez de fer pour renouveler les réserves du corps.Le don du sang offre certains bénéfices comme la réduction des risques de cancers et de maladies cardiaques. Cela s’explique par la réduction des niveaux de fer dans le corps qui évite le risque d’accumulation toxique. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:53 29/04/2024
Quels sont les mécanismes qui se cachent derrière un sourire ?
Dessinant une courbe caractéristique sur le visage, le sourire constitue un langage universel chez l’être humain. Ce geste, qui peut être ou non spontané, tisse des liens invisibles entre les personnes. Quels sont les fondations anatomiques et les déclencheurs psychologiques de ce mécanisme ?Bases anatomiques du sourireLa production d’un sourire repose sur un véritable ballet des muscles faciaux. Ces derniers se coordonnent sous la baguette du chef d’orchestre qu’est notre système nerveux. Celui-ci va faire intervenir le muscle zygomatique majeur, qui tire les coins de la bouche vers le haut. Il stimule aussi le muscle orbiculaire des lèvres, qui entoure et modèle les lèvres.Le système nerveux, situé dans le cerveau, envoie des instructions aux neurones moteurs. Ces messagers rapides relaient les ordres aux muscles du visage concernés. L’interaction entre les neurones moteurs et les signaux transmis s’avère essentielle pour transformer l’émotion intérieure en expression extérieure visible et communicative.Les déclencheurs psychologiquesC’est principalement en réaction aux émotions positives que le système nerveux commande le sourire. La joie, l’amusement et le contentement déclenchent une apparition automatique du sourire, difficile à camoufler ou à retenir. D’ailleurs, la connexion bidirectionnelle entre les émotions et le sourire est si profonde qu’il suffit parfois de sourire pour inviter l’esprit à ressentir un bonheur accru.Le sourire ne se limite cependant pas à exprimer notre joie personnelle. Il constitue aussi un outil vital dans notre arsenal de communication non verbale. Le sourire social représente ainsi un pilier dans les interactions humaines pour exprimer la politesse, renforcer l’affiliation avec autrui ou apaiser une situation tendue. Ce type de sourire varie selon les codes culturels.En France, par exemple, le sourire est fréquemment échangé comme signe de courtoisie alors qu’en Norvège, sourire à un inconnu peut être interprété comme un signe de folie ou de malveillance. Au Japon, le sourire est parfois associé à la fourberie, voire à la corruption alors qu’il est signe d’ouverture aux États-Unis.Les effets du sourireLorsque nous sourions, notre corps libère des endorphines. Ces hormones dites du bonheur améliorent l’humeur et réduisent le stress. IL s’agit d’une réaction chimique naturelle qui suggère que le sourire pourrait être une stratégie simple mais efficace pour augmenter le bien-être général.Le propos doit être cependant nuancé. Le sourire ne reflète pas toujours un sentiment de joie interne. Le sourire forcé, par exemple, masque des sentiments de tristesse ou de malaise et produit des effets contradictoires sur le corps. La dissonance émotionnelle ressentie engendre alors confusion et épuisement mental.Pour finir, la recherche a montré qu’un sourire contribue à améliorer la confiance et la coopération. C’est un outil très utilisé en négociation, car il procure un sentiment de fiabilité à l’interlocuteur. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:54 28/04/2024
Comment le corps réagit lors d'une grève de la faim ?
Récemment, un médecin français a entamé une grève de la faim pour protester contre les contrôles qu’il subissait de la part des organismes de santé. Cette pratique a notamment été popularisée par Gandhi comme méthode d’opposition non violente. Passons en revue les mécanismes qui se mettent en œuvre dans le corps lorsqu’une personne cesse volontairement de s’alimenter.Les premiers joursPendant les 24 à 72 premières heures de jeûne, le corps utilise toutes ses réserves de glucose. Stockées dans le foie sous forme de glycogène, elles fournissent l’énergie nécessaire aux cellules pour le fonctionnement du métabolisme de base. La sensation de faim est souvent intense durant cette période, avec des symptômes physiologiques tels que la faiblesse, les maux de tête et les vertiges.Adaptation métaboliqueLorsque les réserves de glycogène sont épuisées, après quelques jours, le corps doit trouver une autre source d’énergie. Il entre en phase d’adaptation métabolique. Les graisses stockées sont converties en acides gras et en corps cétoniques, lesquels fournissent de l’énergie. Cette transition vers l’état de cétose caractérise l’adaptation du corps au jeûne. Le foie doit travailler activement pour transformer les acides gras en molécules alternatives au glucose, capables de subvenir aux besoins cellulaires.La cétose apparait avec la baisse de la faim. La personne se sent parfois très bien mentalement, et certains pratiquants évoquent même une clarté intellectuelle significative qui leur permet de se concentrer davantage.Les effets de la grève de la faim sur la santéLa perte de poids notable est l’un des signes les plus flagrants de l’effet du jeûne. En général, la pression artérielle baisse à cause de la réduction du volume sanguin et des changements de régulation du sodium dans le corps. Les fonctions des reins et du foie sont fortement sollicitées, car elles doivent éliminer tous les produits de dégradation résultant du jeûne.Après les premiers temps de clarté mentale, le gréviste connait des états de confusion. Il sombre dans des périodes d’irritabilité ou de dépression à mesure que la privation affecte sa santé mentale.Sur le long terme, la grève de la faim entraine des dommages irréversibles. L’on parle notamment de point de non-retour lorsque les organes vitaux sont atteints à cause de la malnutrition prolongée. La personne peut développer une cardiomyopathie, affection cardiaque, à cause du manque de micronutriments qui affecte le fonctionnement du cœur.La déficience en vitamines induite aussi des maladies comme l’anémie, le scorbut ou des troubles neurologiques. Du fait de la perte de densité osseuse, la grève de la faim prolongée favorise l’ostéoporose. Plus le jeûne est long, plus la personne se rapproche d’une issue fatale. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:39 25/04/2024
Pourquoi le suicide est la première cause de mortalité des jeunes mères ?
C’est une triste réalité que nous apprend l’Inserm. Au terme d’une enquête sur le décès de jeunes mères venant d’accoucher entre 2016 et 2018, il apparait que la cause numéro 1 de mortalité est le suicide. Cette forme de décès concerne ainsi 45 femmes sur les 272 cas étudiés. Qu’est-ce qui pousse les jeunes mères à se donner la mort alors qu’elles vivent à priori l’un des plus beaux moments de leur vie ?Contexte du post-partumDès la naissance du bébé commence le post-partum, une période qui peut durer plusieurs mois et touche particulièrement la mère lors de sa première grossesse. Des changements hormonaux significatifs s’opèrent, bouleversant la façon de penser et de réagir de la femme. Si l’objectif évolutif de ces modifications est que la mère fusionne avec son bébé afin de répondre à ses besoins, la réalité montre que cette étape peut être difficile à vivre, surtout pour les mamans qui étaient très actives avant la naissance.Les jeunes mères se retrouvent souvent avec un corps qui ne leur plait pas, avec une grande charge mentale et une fatigue permanente qui usent leurs ressources. Les attentes sociétales concernant la maternité s’avèrent parfois si élevées qu’elles semblent inatteignables.Le risque majeur, durant le post-partum, est de développer une dépression. Cependant, il ne s’agit pas de l’unique cause des suicides maternels. L’instabilité dans laquelle se retrouve la mère peut aussi exacerber d’anciens troubles psychiatriques prédisposant au suicide.Les facteurs de risqueCertains éléments doivent alerter le corps médical sur les risques majorés de suicide. Les mères qui ont connu des dépressions ou des troubles psychiatriques avant la grossesse sont plus à même d’avoir du mal à gérer la situation. La dépression du post-partum, caractérisée par une tristesse persistante, un manque d’intérêt général et des pensées parfois morbides envers l’enfant, augmente considérablement le risque de suicide.D’autres facteurs contribuent aussi à élever ce risque. L’isolement social et le manque de soutien après la grossesse peuvent mettre à mal les capacités de la femme à s’occuper de son bébé. Un couple instable ou une famille isolée souffrira davantage de la situation. Les difficultés financières peuvent aussi aggraver l’isolement et limiter les opportunités maternelles de chercher de l’aide. Finalement, tout l’environnement de la dyade mère-bébé contribue à amplifier ou réduire le risque de mort maternelle.Le silence, délétère pour les jeunes mamansLa grossesse, l’accouchement puis la naissance et les premiers mois avec bébé engendrent des bouleversements majeurs dans la vie de la femme. Il est essentiel qu’elle puisse exprimer son ressenti sur ce qu’elle a vécu. Or, la société et le corps médical procurent beaucoup moins d’attention aux jeunes mamans après la naissance que pendant la grossesse. Cela rend plus difficile le fait de se faire aider, et surtout, de faire reconnaitre les difficultés traversées.Les jeunes mères qui ne parviennent pas à exprimer des traumatismes ou des émotions très fortes vécues durant l’accouchement et le post-partum sont chargées d’un poids supplémentaire qui, ajouté à la charge déjà monumentale parentale, peut influencer négativement la santé mentale.L’enjeu des pouvoirs publics est donc de travailler sur l’accompagnement des jeunes mères pour repérer les profils à risque et proposer des prises en charge précoces en prévention du suicide. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
03:06 24/04/2024
Pourquoi la présence de sucre dans les aliments industriels salés pose un problème ?
L’excès de consommation de sucre augmente les risques d’obésité et de diabète. Ce fait bien connu des autorités sanitaires explique la mise en place de certaines actions, comme la disparition des distributeurs de snacks dans les collèges, ou les indications de prévention appliquées sous les publicités de friandises. Mais, pour limiter le sucre, encore faut-il pouvoir détecter sa présence.L’industrie alimentaire et ses tendances à ajouter du sucreC’est bien le problème que soulève l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation. En mars dernier, son rapport indiquait que 77% des aliments industriels contenaient des produits sucrants, y compris des aliments à priori salés. Indétectables au goût, ces sucres alourdissent l’addition calorique de la journée sans que le consommateur n’en soit pleinement conscient. Qui penserait que consommer un plat de viande préparé équivaudrait à boire une cannette de soda ?L’incorporation de sucre ajouté se fait souvent de façon biaisée, avec des noms méconnaissables comme le dextrose, le maltose ou le sirop de maïs. Cette pratique courante dans le monde de l’industrie alimentaire vise à améliorer le goût des aliments, mais aussi à masquer l’amertume de certains ingrédients ou à prolonger la durée de conservation du produit.De graves risques pour la santéSouvent, les consommateurs ne se rendent pas compte qu’ils ingèrent du sucre en excès en consommant des aliments industriels. Ils sont alors plus susceptibles de dépasser les seuils recommandés pour la prise quotidienne de sucre. Les risques liés à cette surconsommation de produits sucrés sont pluriels.D’abord, l’obésité est fortement associée à un apport élevé en sucre, en particulier à travers les aliments transformés. Le diabète de type 2, qui se caractérise par une glycémie trop élevée, est aussi corrélé à cette surconsommation. Un régime riche en sucres ajoutés augmente les risques de maladie cardiovasculaire à cause de son impact sur le poids, sur la tension et sur l’inflammation. Finalement, la consommation de sucre favorise l’émergence de caries en nourrissant les bactéries qui produisent de l’acide.Étiquetage et transparencePour aider les individus à manger équilibré et à mieux gérer leur consommation de sucre, plusieurs pistes sont exploitées. L’étiquetage, en premier lieu, est constamment ajusté pour fournir des informations plus claires et plus compréhensibles. Il doit notamment faire figurer la quantité de sucres en grammes et en pourcentage de l’apport journalier conseillé.Les autorités sanitaires misent aussi sur l’éducation des consommateurs en leur fournissant des aides pour reconnaitre les différents noms du sucre sur la liste des ingrédients. Cet apprentissage devrait se traduire de façon adaptée dès le plus jeune âge.Des applications mobiles permettent en outre de vérifier la teneur en sucre d’un aliment. En scannant le code-barre, le consommateur peut obtenir des informations nutritionnelles détaillées et une note qui lui permet de faire un choix plus avisé. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:15 22/04/2024
Pourquoi les écrans retardent le développement des enfants ?
Ces dernières années, la présence envahissante des écrans soulève de nombreux débats. Des études ont ainsi cherché à prouver combien les écrans étaient nocifs pour les jeunes enfants. Lorsque le contenu et le temps de visionnage sont adaptés, et que l’enfant peut discuter de ce qu’il voit avec un adulte, l’exposition aux écrans s’avère plutôt positive. En revanche, quand elle a lieu sans contrôle et sur des durées trop longues, elle impacte durablement le développement des plus jeunes.Les pôles de développement de l’enfantDe sa naissance jusqu’à l’adolescence, le petit humain se construit de différentes façons. Il acquiert d’abord des capacités physiques et motrices, qui lui permettent de se déplacer et d’appréhender son environnement. Il développe aussi ses compétences cognitives, pour penser, apprendre et résoudre des problèmes. Enfin, il construit tout son pan social et émotionnel à travers les interactions avec les autres.Dans chaque aspect du développement de l’enfant, l’interaction avec ce qui l’entoure et les expériences vécues jouent un rôle clé. Ces éléments stimulent le cerveau et contribuent au développement abouti des compétences et comportements humains.L’impact des écrans sur le développement physiqueUn enfant exposé trop longtemps aux écrans réduit son activité physique. Les durées de station assise et passive augmentent les risques pour la santé, notamment d’obésité. Mais la moindre activité perturbe aussi le cycle de sommeil, car l’enfant ne bénéficie pas de suffisamment de lumière naturelle dans la journée pour produire de la mélatonine le soir. Il existe aussi un lien entre le temps passé devant les écrans et les troubles de la vision. Les jeunes qui deviennent accros aux écrans développent de la fatigue oculaire et de la myopie de façon précoce.Impact sur le développement cognitifMoins d’attention, de concentration et de capacités d’apprentissage : c’est ce qui attend les enfants trop exposés aux écrans. Le multitâche avec des appareils numériques diminue en effet l’efficacité de l’apprentissage et la capacité à se concentrer sur une tâche prolongée. L’exposition précoce et intensive aux écrans est également associée à des retards dans le développement du langage et de la lecture. Se retrouver devant un écran limite les opportunités cruciales d’interactions qui favorisent l’écoute de la parole, le jeu créatif, et finalement l’apprentissage des mots et des phrases.Impact sur le développement socio-émotionnelUn enfant qui passe des heures devant un écran n’apprend pas à interagir avec les autres et à percevoir les émotions. Les interactions humaines offrent en effet aux plus jeunes des occasions d’apprendre à lire les expressions faciales, le langage corporel et toutes les nuances de communication non verbale.Par ailleurs, certains contenus médiatiques influencent négativement les comportements des plus jeunes en les exposant à de l’agressivité ou à des stéréotypes nuisibles. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:45 21/04/2024
Comment se manifeste le choléra, de retour à La Réunion et à Mayotte ?
La signalisation récente de deux cas de choléra à La Réunion et à Mayotte rappelle que cette maladie infectieuse au potentiel épidémique notable reste présente dans différentes régions du globe. En Inde et aux Comores, notamment, mais aussi en Afrique, la bactérie Vibrio cholerae se transmet surtout par ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. Le choléra affecte chaque année des millions de personnes, entrainant par la même des dizaines de milliers de décès.Le point sur les cas récentsC’est le 18 mars qu’un cas suspect de choléra a été détecté en provenance des Comores, à Mayotte. Deux jours plus tard, un autre cas était signalé à La Réunion. Les agences régionales de santé concernées ont réagi au plus vite, notamment en initiation des mesures de précaution et un contact tracing permettent de retrouver toutes les personnes susceptibles d’avoir été contaminées. L’objectif est clair : circonscrire la propagation de la maladie.Mayotte s’avère particulièrement sensible au choléra à cause de sa proximité avec les Comores, une région endémique où la maladie sévit régulièrement. Elle dispose d’un plan d’action spécifique pour gérer l’apparition de cas sur son territoire, plan qui s’est mis en œuvre et souligne l’importance d’une bonne préparation face à la maladie infectieuse.Explications sur le choléraQu’est-ce que le choléra, exactement ? Cette infection est causée par une bactérie qui se développe dans l’eau ou la nourriture. Vibrio cholerae entraine une diarrhée aqueuse sévère, qui conduit à la déshydratation fatale sans traitement approprié. Les lieux les plus vulnérables sont ceux manquant d’accès à l’eau potable et à des installations d’assainissement adéquates comme les pays les plus pauvres. Les voyages vers des zones endémiques augmentent le risque d’exposition au choléra.Symptômes et diagnosticLe choléra se manifeste par des symptômes parfois légers, car beaucoup de personnes infectées ne s’en rendent pas compte. Mais, dans les cas graves, la maladie cause une diarrhée profuse et aqueuse, avec des vomissements et des crampes musculaires. Les conséquences de cet état sont la déshydratation rapide et le déséquilibre électrolytique. Sans traitement, la maladie peut être fatale en seulement quelques heures.Pour diagnostiquer le choléra, les médecins identifient la bactérie dans les selles du patient. Cette étape est cruciale afin de mettre en place un traitement efficace et des mesures de contrôle pour éviter la propagation de la maladie.VaccinationPlusieurs vaccins protègent du choléra et sont indiqués dans les zones endémiques. Administrés par voie orale, ils stimulent le système immunitaire pour qu’il produise des anticorps contre le Vibrio cholerae. Mais la protection ne dure que 2 à 3 ans. Il faut donc pratiquer des rappels fréquents lorsque l’on vit ou voyage dans les régions où le choléra reste fréquent. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:36 18/04/2024
Pourquoi la “bactérie mangeuse de chair” inquiète les Japonais ?
L’inquiétude grandit parmi les autorités sanitaires et la population japonaises. La cause ? La montée alarmante de cas de syndrome de choc toxique streptococcique, dit SCTS. En 2023, le pays enregistrait déjà un record de 941 cas. Ce chiffre est dépassé par les données préliminaires de 2024, qui comptabilisent 517 cas entre janvier et mars. Cette hausse soudaine des infections soulève des questions cruciales sur la prévention et le contrôle d’une maladie parfois mortelle.Le SCTS et ses risquesLe syndrome de choc toxique streptococcique est causé par une bactérie, streptococcus pyogenes, aussi connue sous le nom de SGA. Cette bactérie est associée à des maladies communes comme l’angine ou l’impétigo. Dans certains cas, cependant, elle peut entrainer des infections invasives qui s’avèrent potentiellement fatales. Elle est ainsi responsable de méningites foudroyantes, de fasciites nécrosantes qui détériorent les tissus, et de syndromes de choc toxique.Lorsqu’une telle situation se présente, la bactérie pénètre profondément dans le corps. Elle dépasse les barrières initiales de défense du corps pour attaquer les tissus, les organes et se répandre dans le sang. Ce mode d’attaque aboutit à des conditions très graves comme la destruction rapide des tissus mous. C’est ce qui vaut à la bactérie le surnom de « mangeuse de chair ». Si la SGA provoque un syndrome de choc toxique, de nombreux organes sont touchés et affectés dans leur fonctionnement.L’aspect particulièrement préoccupant du SCTS réside dans le taux élevé de mortalité. Sur les personnes infectées en 2023, 30% sont décédées, soit presque une personne sur 3. C’est un nombre inquiétant, qui incite le Japon à pratiquer des détections précoces et à optimiser la prise en charge médicale.Une propagation alarmantePourquoi le SCTS est-il en nette augmentation au Japon depuis l’an dernier ? Plusieurs facteurs facilitent la transmission du SGA entre humains. Des changements de pratique d’hygiène, une densité de population élevée et la hausse de résistance des bactéries aux antibiotiques en font partie. Non seulement l’infection se propage mieux, mais elle s’avère aussi plus difficile à éradiquer avec les traitements classiques.Les autorités japonaises sont particulièrement alarmées par le fait que le SGA se transmet très facilement, par des gouttelettes respiratoires ou par contact avec des plaies infectées. Au sein d’une communauté, l’infection invasive prend une ampleur considérable en touchant des individus autrement sains. L’infection s’avérant grave, elle nécessite une attention immédiate pour limiter les risques de décès. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:33 17/04/2024
Pourquoi l’État est-il poursuivi en justice à cause du médicament Androcur ?
C’est l’un des scandales qui agite à nouveau le territoire français en matière de médicaments. Après le Mediator et la Dépakine, l’Androcur est mis sur la sellette. L’Agence nationale de sécurité du médicament, régie par l’État, est accusée de n’avoir pas prodigué suffisamment d’informations quand aux risques encourus lors de la prise du traitement.Le principe d’action de l’AndrocurL’Androcur est un anti-androgène. Il agit donc en bloquant les hormones sexuelles mâles dites androgènes, comme la testostérone. Le principe actif utilisé s’appelle l’acétate de cyprotérone. L’acétate de cyprotérone possède aussi une activité progestative. En plus de bloquer les androgènes, il influence le cycle menstruel.Les indications de l’Androcur concernent surtout le traitement de l’hirsutisme, une croissance excessive de poils chez la femme, ainsi que le traitement de certaines acnés sévères ou d’autres troubles spécifiques de la sexualité. L’Androcur fait également partie des médicaments indiqués lors d’une transition aux personnes transgenres.Ce qui est reproché à l’ÉtatComme tous les médicaments, l’Androcur peut entrainer des effets secondaires indésirables. La liste mentionne par exemple les troubles hépatiques, les modifications de l’humeur ou la fatigue. En revanche, les risques plus élevés de méningiomes ne font pas l’objet d’une observation particulière. Ces tumeurs qui se développent dans le cerveau restent inoffensives dans 80% des cas. Pour les 20% restants, la localisation ou l’agressivité de la tumeur engagent le pronostic vital de la personne touchée.En mars 2024, deux femmes ont saisi le tribunal de Montreuil pour obtenir réparation du Gouvernement. Atteintes de méningiomes à la suite d’un traitement par Androcur, elles estiment qu’elles n’ont pas reçu assez d’informations à ce sujet avant de prendre le médicament. Ces victimes ne sont pas les seules, puisque plusieurs dizaines de requêtes vont être déposées au cours des prochaines semaines. Il y aurait en effet des centaines de cas identiques.Même bénignes, certaines des tumeurs provoquent des troubles neurologiques handicapants. Alors que les données concernant l’ampleur du risque de méningiome étaient connues par l’Agence nationale de sécurité du médicament, il n’y a pas eu de mesures suffisantes pour prévenir les personnes sous traitement de ce danger.Pire, une étude de 2007 alertait déjà des conséquences dommageables de l’Androcur sur le cerveau. Or, l’État n’a établi le lien entre le médicament et les méningiomes que 10 ans plus tard, après qu’une grande quantité de patients aient bénéficié du traitement pour des indications dépassant parfois le cadre prévu. C’est pour cette raison que le Gouvernement français devra faire face à la justice et aux demandes de dédommagement de toutes les victimes concernées. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:35 16/04/2024
Que devient une écharde non enlevée ?
Vous est-il déjà arrivé de ne pas parvenir à ôter une écharde plantée dans votre peau ? Pour tenter de comprendre ce qu’il advient de ce corps étranger, explorons les mécanismes de défense mis en œuvre par le corps humain.Réaction du corps à l’échardeLorsqu’une écharde pénètre l’épiderme, le corps lance immédiatement une série de réactions. La peau constitue la première barrière protectrice de l’organisme. La lésion cutanée qu’elle subit déclenche une réaction inflammatoire locale. Le système immunitaire tente d’éliminer les agents pathogènes transmis par le corps étranger. Les vaisseaux irriguant la zone se dilatent pour que les cellules immunitaires affluent. L’inflammation se traduit par la rougeur, la chaleur, le gonflement et la douleur de l’endroit concerné.Les risques en cas d’écharde non retiréeIl existe trois principaux risques à conserver une écharde dans la peau.L’infectionSi l’écharde véhicule des bactéries, elle peut entrainer une infection. La douleur devient plus forte et l’inflammation se répand tout autour de la zone touchée. L’infection se caractérise par une peau chaude et par la présence de pus. Elle peut se répandre dans l’organisme si elle n’est pas traitée.L’abcèsDu pus s’accumule autour de l’écharde à cause de l’infection. La poche de tissu infecté devient un abcès. Il doit être drainé avant que l’infection ne se propage dans la circulation sanguine. Le risque, vital, est de contracter une infection généralisée appelée septicémie.La réaction granulomateuseCette réponse chronique se manifeste par une petite inflammation. L’écharde est encapsulée dans un tissu inflammatoire, car le système immunitaire tente de l’isoler du reste du corps. La présence d’un granulome réduit les risques d’infections, mais peut engendrer une gêne prolongée. Il faut alors procéder à une opération chirurgicale pour l’enlever.L’écharde peut-elle sortir naturellement du corps ?Le corps humain expulse parfois de lui-même l’écharde hors du corps. Lorsque la peau initie le processus de guérison, elle guide l’écharde vers la surface en créant de nouvelles cellules en-dessous d’elle. L’inflammation aide à isoler l’écharde et à rendre l’expulsion plus facile.L’expulsion naturelle est plus probable avec des échardes de petite taille. Les matériaux organiques comme le bois produisent une inflammation plus importante qui agit en faveur de l’expulsion. Une écharde en verre ou en métal, en revanche, est moins susceptible d’être expulsée naturellement. Hébergé par Acast. Visitez acast.com/privacy pour plus d'informations.
02:21 15/04/2024

Podcasts similaires