Show cover of Podcast Traverser La Frontière : Voyage & Expatriation

Podcast Traverser La Frontière : Voyage & Expatriation

Interview de français qui ont décidés de vivre à l’étranger, par Michael Pinatton

Titres

TLF 106 : Une famille explore l’Afrique de l’Ouest en camion (14 mois de road-trip)
Envie de découvrir l'Afrique de l'Ouest ? En camion ? En famille ? Tout est possible ! Dans cette interview, retrouvez Gaëtan qui nous raconte son périple en famille qui l'a mené depuis sa Belgique natale jusqu'au fin fond de l'Afrique de l'Ouest. 14 mois en camion pour un voyage inoubliable. Écoutez tout de suite l'épisode (1H07) : Épisode #106 sur le road-trip en famille à la découverte de l'Afrique de l'Ouest : Voyager en famille, ce n'est pas si simple. Alors, partir en camion et qui plus est en Afrique de l'Ouest, je tire mon chapeau ! Car il s'agit d'une région oubliée du tourisme et pas facile d'accès à priori. Épisode complémentaire : Vivre dans un van en famille Gaëtan, sa femme Marianne et ses 3 enfants (Diego, Noam et Ben) ont donc voyagé durant 14 mois à bord de leur camion pour une sacrée aventure. Voici la carte de leur parcours : Dans cette interview, on discute : Des raisons de ce voyage Le choix du camion et combien il a coûté Les changements lors de l'arrivée en Afrique noire Le quotidien des enfants À quoi ressemblait l'accueil des gens Le rôle de la religion dans le voyage Un gros point sur la sécurité de la région et pays traversés Les apprentissages après ce voyage grand voyage Les liens de l'épisode : Site Internet Nodimages Facebook de Nodimages Instagram de Nodimages Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 1H07 et vous pouvez l'écouter : Sur Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android), Deezer ou Spotify. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Voyager en Afrique de l'Ouest et en famille : Le résumé écrit de l'interview Gaëtan est belge et vit à Liège depuis toujours. Il a 37 ans et son travail est de répondre aux appels d'urgence. Marianne est institutrice et a 37 ans. Ils sont ensemble depuis 20 ans. Ils ont 3 enfants : Diego (12 ans), Noan (9 ans) et Ben (4 ans). La passion du voyage Ils ont déjà fait un voyage en couple en Amérique du Sud en sac à dos en 2006. Puis en 2013, ils ont rallié Buenos Aires à New York en pickup en famille. Et là, ils sont partis pendant 14 mois en Afrique de l'ouest, dans un camion et la famille au complet. 3 beaux voyages en 10 ans ! Lorsqu'ils sont revenus de leur premier voyage, Gaetan et Marianne ont décidé de fonder une famille et prévoyaient déjà de voyager avec leurs enfants dans le futur. Leur expérience en Amérique du Sud fut réussie, puis ils sont revenus pour mettre de l'argent de côté. Ils ont choisi d'aller dans un autre continent. Pourquoi l'Afrique de l'Ouest ? Pour ne pas faire de shipping (envoyer le véhicule par mer) et partir de la maison. Partie du monde intéressante pour comprendre le monde et la réalité. Langue française pour faciliter les échanges. Accès à la mer une grande partie du voyage. Peu de familles qui y vont, destination rare, envie d'être original. Ils avaient prévu 14 mois de voyage en tout. Mise en disponibilité, pause carrière, congés parentaux : melting pot des possibilités de carrière pour avoir le temps de partir. Itinéraire Parti de Belgique, ils ont traversé la France et l'Espagne. Beaucoup de temps au Maroc, traversée de la Mauritanie. Puis en Afrique de l'Ouest : Sénégal, Gambie, Guinée-Conakry, Cote d'Ivoire, Ghana, Togo, Bénin, Burkina Faso, Mali. Puis remonter vers le nord par le Maroc et le Portugal. Le camion Choix du camion : avoir de l'espace pour y vivre dedans avoir un 4x4 pour aller où ils le souhaitent niveau budget, sans trop d'électronique facilité de réparation en Afrique Ils ont choisi un camion de pompier Renault de 1983. La cabine était déjà aménagée, mais pas pour les enfants. Gaëtan a fait la menuiserie : 3 lits superposés, espaces de rangement..., house, tenture, moustiquaire,
67:27 19/01/2020
TLF 105 : Reprendre une activité de chiens de traineaux en Laponie suédoise
Envie de vous installer en Laponie ? Ou même d'avoir votre entreprise de chiens de traineaux ? Alexandra et Cédric l'ont fait ! Dans cette interview, retrouvez Alexandra qui nous raconte son aventure qui l'a menée des Alpes françaises jusqu'au fin fond de la Suède. Écoutez tout de suite l'épisode (1H) : Épisode #105 sur l'expatriation en Laponie suédoise : Qui n'a jamais rêvé de la Laponie, ses forêts, ses aurores boréales et ses territoires vierges à perte de vue ? Moi si ! Alors en attendant d'y mettre les pieds, j'ai interviewé Alexandra qui est partie vivre au nord de la Suède avec son compagnon Cédric. En 2017, ils ont repris une entreprise qui propose des activités de chiens de traineaux et vivent heureux avec leur meute dans un environnement où la nature règne en maitre. Dans cette interview, on discute : Des raisons de l'expatriation des Alpes à la Suède Du déménagement avec leurs 16 chiens De l'adaptation la vie en Laponie De la vie quotidienne, surtout en hiver Comment est composée leur meute de chiens Le cout de la vie sur place Des conseils si vous voulez vous lancer Les liens de l'épisode : Site Laponie Mush Facebook de Laponie Mush Instagram de Laponie Mush Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 1H et vous pouvez l'écouter : Sur Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android), Deezer ou Spotify. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Installation en Laponie : Le résumé écrit de l'interview L'hiver a déjà commencé en Laponie ! Il neige alors qu'il est tout juste début novembre. Alexandra se trouve dans le nord de la Suède, à 130KM de Luleå et 100KM en dessous du cercle polaire arctique. Elle vit à 25K du premier village, qui possède 500 habitants. Alexandre se trouve donc avec son compagnon et sa meute de 26 chiens au milieu de la forêt. Par le miracle de la technologie, ils ont Internet par satellite ! Présentation Cédric était déjà musher en France et avait 16 chiens. Alexandra travaillait dans l'hôtellerie. Cela faisait 7 ans qu'ils vivaient en Haute-Savoie. Ils avaient comme projet commun d'ouvrir une maison d'hôtes avec des activités de chiens de traineaux. Le projet n'a pas pu se réaliser en France et ils ont commencé à regarder à l'étranger. Ils se sont vite tournés vers la Suède. Ils ne se sont pas établis en Haute-Savoie, car il n'y a pas tout le temps de la neige et les prix de l'immobilier sont très élevés. Ils ont repris une entreprise existante, créée par un couple de Français. Après 6 ans d'activités, ils cherchaient quelqu'un pour reprendre le flambeau. Ils sont tombés par hasard sur l'annonce pour Laponie Mush et tout correspondait : isolement, chenil pour les chiens, activités pour recevoir les hôtes. Ils ont vu l'annonce en juin et après un gros déménagement de leur matériel et de leurs chiens, ils se sont installés le 1er aout. Leur entourage était enthousiaste sur leur décision : "vous êtes jeunes, il faut vous lancer !" Et certains de leurs amis ont pu venir les voir en Suède depuis. L'aventure Laponiemush a commencé l'été 2017. L'installation en Suède Il y a tout d'abord eu un gros chantier de réorganisation pour l'espace de vie des chiens et de leur chenil. La maison quant à elle était habitable de suite. Il y avait ensuite un important travail de repérages des environs et des pistes : connaitre les itinéraires pour l'activité touristique et aménager les sentiers pour qu'ils soient praticables. Ils se rendent rapidement compte de l'importance de la nature et sa connaissance, car ils sont très isolés. Et sont obligés de s'adapter aux conditions climatiques. En Haute-Savoie, il y avait toujours du monde autour de soi. En Laponie, leur premier voisin habite à 5KM !
60:57 08/12/2019
TLF 104 : De l’Alaska à Ushuaïa à vélo, la folle aventure en amoureux
Un voyage à vélo à travers toute l'Amérique, ça vous parle ? Ça peut paraitre un peu fou... mais ils l'ont fait ! Dans cette interview, retrouvez Sophie et Jérémy qui reviennent tout juste d'une aventure incroyable : 28 000 KM à vélo entre l'Alaska et la Patagonie. Écoutez tout de suite l'épisode (1H02) : Épisode #104 sur l'incroyable voyage : Alaska/Patagonie à vélo Depuis mon aventure Paris/Téhéran à vélo, je suis encore plus admiratif des personnes qui s'embarquent dans de longues aventures... Et là 2 ans et 3 mois à traverser l'Amérique du nord au sud : chapeau ! "On ne voulait pas faire de bébé tout de suite, alors on s'est dit qu'il fallait qu'on se lance une autre aventure" Voilà une bonne raison de partir ! Alors Sophie et Jérémy ont parcouru 28 000 kilomètres depuis le nord de l'Alaska jusqu'au sud de la Patagonie. Il y a eu des hauts, des bas, mais surtout des souvenirs inoubliables. Dans cette interview, on discute : De la genèse de cette aventure La préparation Leur budget total et le financement Leurs péripéties sur la route Les efforts dantesques dans la cordillère des Andes L'effet d'un tel voyage sur un couple De rouler durant un hiver enneigé Les leçons tirées de cette aventure Leurs conseils si vous envisagez un voyage à vélo Les liens de l'épisode : Le blog de l'aventure Chaine YouTube de l'aventure Facebook de l'aventure Instagram de l'aventure À savoir que Sophie et Jérémy organisent une chouette campagne de crowdfunding pour leur documentaire, toutes les infos ici. Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 1H02 et vous pouvez l'écouter : Sur Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android), Deezer ou Spotify. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Alaska/Patagonie à vélo : Le résumé écrit de l'interview Sophie et Jérémy sont revenus de leur voyage le 8 septembre 2019. Après l'hiver en Patagonie, ils arrivent dans l'hiver européen et en sont plutôt contents. Ils comptent même s'installer en Savoie, au cœur des Alpes ! Sophie a 30 ans. Elle est journaliste et passionnée de voyage et du dépassement de soi. Elle a beaucoup voyagé seule et aime parcourir des zones géographiques à la force de son corps. Jérémy a 31 ans et n'a pas vraiment de profession en particulier. Il a fait beaucoup de choses ! Il a travaillé dans le commerce, en activités saisonnières, muscher au Canada... Il a commencé la randonnée à 14 ans, a beaucoup voyagé, notamment une traversée de l'Europe à pied. Alaska/Patagonie à vélo : 2 ans et 3 mois pour 28 000 km Sophie et Jérémy avaient l'envie de créer un projet ensemble, notamment vers le voyage. "On ne voulait pas faire de bébé tout de suite, alors on s'est dit qu'il fallait qu'on se lance une autre aventure" En regardant un planisphère, ils ont remarqué qu'ils n'étaient jamais allés en Amérique du Sud. Puis l'idée s'est étendue au continent américain dans son ensemble. D'Alaska au sud de l'Argentine, l'idée semblait logique. Ne voulant pas le faire à pied, en raison du temps qu'il aurait fallu pour tout parcourir, ils ont opté pour le vélo. Un peu plus rapide et respectueux de la nature. Jérémy avait fait quelques voyages à vélo auparavant, organisé à l'arrache et avec des vélos pas vraiment adaptés ! Pour Sophie, c'était son tout premier voyage à vélo. Même si elle partait confiante, Sophie s'est vite rendu compte qu'elle "ne savait pas faire de vélo !" Il y a eu 1 an et demi entre la décision de partir et l'actuel départ du voyage. Avec pas mal de préparation logistique, de recherche de partenaires et d'économies d'argent. Budget du voyage : 30 000€ à 2 pour 2 ans. 1/3 : économies 1/3 : partenariat et dons matériels 1/3 : dons à leur association
62:24 05/11/2019
TLF 103 : 5 Belles expériences comme Fille au pair en Europe
Tenté(e) par une expérience de fille/garçon au pair ? C'est un excellent choix pour vivre à l'étranger, mais il faut quand même savoir 2,3 trucs... Dans cette interview, retrouvez Maëlys qui a vécu 5 expériences comme fille au pair en Allemagne, Grèce, Italie et Autriche. Écoutez tout de suite l'épisode (56 min) : Épisode #103 sur les expériences de fille au pair de Maëlys Gagner de l'argent à l'étranger, ne pas avoir de frais, apprendre une langue, découvrir une nouvelle culture : voici quelques avantages à devenir fille/garçon au pair. Pour la première fois dans le podcast, on aborde le sujet en profondeur ! Maëlys a commencé sa "carrière" d'au pair avec une année à Berlin en Allemagne. Puis elle a alterné entre ses études et d'autres expériences à l'étranger. Dans cette interview, on discute : Des raisons de sa première expérience au pair Comment elle a trouvé les familles Ça veut dire quoi exactement être fille au pair Comment s'est déroulée l'alternance entre études et fille au pair Son ressenti sur ses 5 expériences en Europe Les avantages et inconvénients d'être au pair Les conseils si vous souhaitez devenir au pair Les liens de l'épisode : Blog de Maëlys Aupairworld.com Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 56 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android), Deezer ou Spotify. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Fille au pair en Europe : Le résumé écrit de l'interview Maëlys a fait des études de droit et c'est durant toutes ces années qu'elle a fait de multiples expériences au pair. Actuellement, elle fait un stage avec le festival du film francophone à Tübingen et donne des cours de français. Elle a commencé ses études de droit en 2010 à Nantes. Sa première année ne lui a pas trop plus. Et elle a trouvé une annonce d'une famille franco-allemande qui cherchait une au pair pendant 1 an. Après quelques échanges, elle a décidé de partir à Berlin rejoindre cette famille. Il n'y a pas eu de soucis avec sa famille ou ses amis. Elle a trouvé l'annonce de la famille sur le site OFAJ et elle a pu rencontrer la famille un weekend avant son départ. Au pair, c'est quoi ? On ne peut pas le faire dans son pays d'origine. Tu travailles au sein de la famille : s'occuper des enfants principalement quand les parents ne sont pas là. En ajoutant le côté culturel, de parler sa langue ou de découvrir le pays. Il n'y a pas de salaire, mais de l'argent de poche. Et il y a d'autres avantages : paiement du transport, assurance maladie, cours de langues, etc. Elle a passé 11 mois à Berlin avec sa famille. Elle connaissait déjà un peu la ville et possédait un bon niveau d'allemand. Elle a emménagé pratiquement en même temps que la famille et s'est rapidement mise au travail, car l'école reprenait en aout. L'été suivant, elle voulait aller en Grèce et s'est dit qu'elle pourrait peut-être trouver une famille là-bas. En une soirée, elle a trouvé une famille sur Internet. Par contre, c'est un peu différent d'être "au pair estival" et être "au pair à l'année". Durant les vacances, tu t'occupes des enfants toute la journée. Maëlys passait beaucoup de temps à enseigner le français aux 3 enfants. Ensuite, elle est retournée à l'université de Nantes pour poursuivre sa licence. L'été suivant, elle a trouvé une famille en Italie, car elle souhaitait apprendre l'italien. Là-bas elle parlait un mélange d'anglais, d'italien et de français. Elle est restée 1 mois et demi. Elle a fait sa troisième année à l'université, puis est repartie l'été suivant dans la même famille en Grèce. Ses expériences au pair ne l'ont pas empêché de suivre ses études, car elle vivait chez ses parents et avait une bourse. Après son Master 1,
56:19 13/10/2019
TLF 102 : L’histoire d’une expatriation ratée au Portugal
Envie de vous installer au Portugal ? Réfléchissez-y à deux fois avant de prendre la décision ! Dans cette interview, retrouvez Violaine qui après quelques années en Irlande du Nord a décidé de s'installer au Portugal pendant 1 an. Vous allez découvrir les raisons de cette nouvelle expatriation, les difficultés qu'elle a rencontrées, la réalité sur place et son bilan globalement négatif. Écoutez tout de suite l'épisode (48 min) : Épisode #102 sur l'expatriation au Portugal de Violaine On s'imagine parfois l'expatriation comme un petit paradis, loin de chez soi. Et le Portugal fait partie de ces pays qui font rêver plus d'un Français : un doux climat, la plage, coût de la vie plus bas, la chaleur de ses habitants, etc. Mais voyager au Portugal ou vivre au Portugal... ce n'est pas la même histoire. Violaine s'est installée dans le nord du Portugal avec son conjoint et son enfant avec pour objectif d'y rester durablement. Un an après, elle a décidé de quitter le pays après une expérience décevante. Dans cette interview, on discute : Des raisons de son installation au Portugal À quoi ressemble la vie sur place Des difficultés pour se loger correctement à bon prix Des différences entre l'Irlande et le Portugal Tous les petits trucs qui l'ont déçu au quotidien Les complications pour travailler comme freelance Des choses à réfléchir avant de s'expatrier Sa prochaine destination d'expatriation Les liens de l'épisode : Blog de Violaine Son article bilan sur le Portugal Son livre sur l'Irlande du Nord 10 conseils indispensables si vous voulez vivre à l'étranger Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 48 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android), Deezer ou Spotify. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : S'expatrier 1 an au Portugal : Le résumé écrit de l'interview Au moment de l'interview, Violaine se trouvait encore au Portugal. Il y a 10 ans, elle commençait ses études à l'université (La Rochelle). Elle a pu travailler à l'étranger : ile de la Réunion, Chine, Canada, Islande. Elle a vécu 2 ans en Estonie. Puis elle a opté pour l'Irlande à la fin. Actuellement, cela fait 1 an qu'elle vit au Portugal et elle travaille à son compte dans le marketing digital (rédaction ou traduction). Avant le Portugal, elle a vécu avec son conjoint pendant 5 ans à Belfast, avec une situation confortable. Quitter l'Irlande pour le Portugal Violaine a quitté l'Irlande pour des raisons personnelles et professionnelles, sans compter le Brexit qui aurait pu affecter leurs activités. Il y avait aussi le contexte du conflit en Irlande du Nord avec les mentalités de séparation qui sont restées, notamment au niveau des écoles catholiques/protestantes. Son conjoint étant Portugais, ils sont partis au Portugal avec l'idée en tête d'un pays où il fait bon vivre. Ils se sont d'abord installés dans la région de Porto à Vila Verde, près de Braga. Puis à Guimarães. Avant de partir, Violaine ne parlait pas un mot de portugais, mais elle était hyper motivée. Elle a pris des cours et s'est améliorée, même si elle ne maitrise pas vraiment la langue. Au début, elle s'est retrouvée face à un choc culturel et des choses auxquelles elle ne s'attendait pas. Elle est arrivée en août et il faisait très chaud, près de 40°. Elle a été confrontée à pas mal de soucis en arrivant. Elle n'a pas trouvé la population locale hyper charmante et accueillante comme on a pu lui vendre. Les gens n'avaient pas de respect pour elle ou sa famille. Elle a eu beaucoup de problèmes de logement : arnaque de l'agence, problèmes d'humidité, vieux appartements. Et sans un logement stable, c'était compliqué de construire et d'avancer.
48:58 12/09/2019
TLF 101 : De Bangkok à Paris en 4×4, un road-trip incroyable de 8 mois
Envie d'un road-trip ? De voyager à travers le monde au volant d'un 4x4 ? Dans cette interview, retrouvez Justin qui a réalisé un voyage en 4x4 avec sa copine depuis Bangkok (Thaïlande) jusqu'à Paris. Ce road-trip a duré 8 mois avec plus de 40 000 kilomètres au compteur ! Vous allez découvrir les raisons d'un tel voyage, l'itinéraire emprunté, les joies et galères en chemin, à quoi ressemblait leur quotidien et le budget total de cet incroyable voyage. Écoutez tout de suite l'épisode (59 min) : Épisode #101 sur le voyage en 4x4 de Bangkok à Paris Voyager en van est la grosse tendance depuis quelques années. Nous en avons parlé dans le podcast récemment avec Dana & Stéphane qui ont parcouru l'Amérique du Nord et centrale en van. Mais le voyage en 4x4 tient aussi ses aficionados. Plus petit, plus maniable et surtout tout terrain, il permet d'aller dans les coins les plus reculés de notre planète. Justin et sa copine Bee ont passé 8 mois entre la Thaïlande et la France à bord de leur 4x4. Avec 11 pays traversés (dont l'Inde, le Pakistan, l'Iran...) et 40 000 kilomètres parcourus, ils ont vécu des aventures complètement folles. Justin nous raconte tout. Dans cette interview, on discute de : La genèse du voyage Pourquoi Justin vivait en Thaïlande Comment il a convaincu sa copine de partir avec lui Son itinéraire et les pays traversés Sa traversée fantôme de la Birmanie L'histoire dramatique qui a failli mettre fin au voyage en Inde Son engouement pour le Pakistan Comment les routiers qui ont sauvé Bee à la frontière Pakistan/Iran Ses conseils pour effectuer un road-trip en 4x4 Son budget total pour ce voyage (dont le prix de la voiture) Les liens de l'épisode : Chaine YouTube de Justin Page Facebook de Justin Instagram de Justin Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 59 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android), Deezer ou Spotify. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Road-trip en couple de Paris à Bangkok : Le résumé écrit de l'interview Justin a 24 ans. Il est depuis quelques années YouTube dans la thématique voyage/aventure. Il est développeur web à l'origine, mais a décidé de vivre de sa passion et réaliser des séries voyage. Il revient tout juste d'un voyage dingue : il est parti de Bangkok jusqu'en Normandie. Auparavant, il était expatrié à Bangkok durant 8 mois. Il avait une entreprise de créations d'applications mobiles. Le voyage : Bangkok/Paris en 4x4 But du voyage : rentrer en Normandie avec sa copine thaïlandaise (Bee). Ils ont décidé de passer par la route, et non prendre le bateau ou l'avion. Itinéraire : Birmanie, Inde, Népal, Pakistan, Iran, Turquie, Europe. Tout ça en 8 mois. Plus de 40 000 kilomètres parcourus, alors que la distance directe est de 13 000 kilomètres. "En prenant l'avion, on loupe plein de choses" En Thaïlande il avait déjà son 4x4 pour faire des reportages dans les campagnes. Il ne voulait pas abandonner son véhicule. Il a donc choisi de rentrer avec en France ! Justin a rencontré Bee (sa copine) pour des raisons professionnelles. Il avait besoin d'une traductrice pour ses reportages. De fil en aiguille, ils se sont mis en couple et lorsqu'il lui a proposé d'aller en France en voiture, elle a dit oui sans hésiter. C'est dur de passer 8 mois, dans une voiture avec la même personne. Mais au final, ça s'est bien passé et ils sont toujours en couple ! Il a aménagé son 4x4 en fonction de ses besoins : ajout d'un matelas, de l'électricité, des tiroirs, etc. Justin possède un permis thaïlandais, ce qui lui permet de conduire dans les pays de l'AESAN. C'est un avantage, car il a pu aller en Birmanie. Il pourrait aussi aller en Chine. Sur les routes d'Asie
59:50 27/05/2019
TLF 100 : Exceptionnel – Je réponds à vos questions (épisode FAQ)
Ce n'est pas un épisode comme les autres que je publie aujourd'hui... il s'agit du numéro 100 ! Cela fait 4 ans et demi que je fais ce podcast et nous atteignons un cap symbolique. Si vous m'aviez dit que j'atteindrais 100 épisodes lorsque j'ai commencé à enregistrer des interviews, je ne vous aurais pas cru. L'aventure a commencé à Bali en 2014 et elle continue au Mexique en 2019 ! Un grand MERCI à toutes les personnes ayant écouté le podcast, celles qui m'ont laissé des avis et évidemment tous les invités. Sans vous, rien n'existerait. Dans cet épisode exceptionnel, il n'y a pas d'invités. J'ai décidé de répondre en détail aux questions des auditeurs. Nous allons parler des Balkans, de voyage à vélo, de visas lors d'un tour du monde, de reconversion professionnelle, d'études à l'étranger ou encore de mon budget voyage. Écoutez tout de suite l'épisode (54 min) : Les questions de l'épisode #100 du podcast Retrouvez les questions et mes réponses rapides ci-dessous. Je vous conseille d'écouter le podcast pour avoir les réponses développées, mes impressions et conseils. 1) Caroline - Les Balkans Question : Je prévois un road-trip en solo dans les Balkans cet été. J’aurais ma petite voiture, avec un coffre aménagé pour me dépanner. J’aurais aimé savoir si c’était safe, autorisé et s’il n’y avait pas de problème pour camper en Bosnie, Kosovo, Albanie, Macédoine. Et avoir des conseils sur les endroits à visiter dans la région. Réponse : Selon la loi, le camping sauve est autorisé en Albanie, Bosnie et Kosovo. Il est interdit en Croatie, Monténégro, Macédoine. Il n'y a pas de loi pour la Serbie. De mon côté, j'ai campé en Bosnie et en Macédoine sans soucis. J'ai beaucoup aimé le lac de Rama et Sarajevo en Bosnie, le lac de Mavrovo et le lac d'Ohrid en Macédoine, et la ville de Prizren au Kosovo. Globalement, la région est tranquille et il n'y a pas de soucis de sécurité. Bivouac au lac Mavrovo (Macédoine) 2) Lucie - Voyager après le lycée Question : Je suis jeune, j'ai 18 ans et j'aimerais beaucoup voyager. À ton avis, c'est préférable de voyager ou de continuer ses études. Le dilemme se pose pour l'année prochaine. Entre choisir d'aller à l'école normalement et d'être frustré de ne pas voyager. Ou de voyager, mais de ne plus aller à l'école. Réponse : Prendre une année pour voyager après le lycée ne signifie pas de perdre une année dans tes études. Il y a plein de gens qui se réorientent, abandonnent leurs études, étudient sur le tard, etc. Il existe des solutions pour financer ton voyage, même si tu es jeune : travailler en France et partir avec tes économies, faire des petits boulots, partir en PVT, faire du volontariat, etc. À première vue, tu devrais te lancer. Tu ne risques pas grande chose, outre de vivre une expérience dont tu sortiras grandit. Il faudra juste convaincre tes parents ! Mais comme ils veulent ton bonheur, tu arriveras certainement à trouver les arguments pour les convaincre. 3) Cosette - Mon budget et mon temps de travail Question : Quel est ton budget moyen pour vivre ? Quel est ton temps de travail par rapport à ton temps libre ? Suis-tu une activité de freelance ? Réponse : Mon budget moyen depuis des années est d'environ 1000€ / mois. Je voyage généralement dans des pays où le cout de la vie est faible et je ne suis pas du genre dépensier. J'ai assez peu de possessions et vis avec un sac à dos. Par exemple, j'habite en ce moment au Mexique et mon budget est de 800€ et je vis très bien. Je travaille entre 20H et 60H par semaine. Je suis libre d'organiser mon emploi du temps. Je fais très peu de freelance pour le moment. Lire l'article : "Comment je finance mes voyages depuis 8 ans" 4) Yohann - Les visas Question : Quand tu voyages et que tu veux partir dans un pays voisin, comment tu fais pour les visas ? Est-ce que tu essayes de gérer sur internet avant ? Ou tu te présentes à la frontière et tu vois comment cela se passe ?
54:59 16/05/2019
TLF 099 : Voyager à vélo quand on est une femme en solo
Le voyage en vélo vous tente ? Même en solo ? Même si vous êtes une femme ? Dans cette interview, retrouvez Coline qui revient tout juste d'un tour du monde à vélo de plus de 2 ans. Il s'agit de la deuxième partie d'une longue interview. Vous allez découvrir les différences du voyage à vélo à deux, puis en solo, les conseils pour rester en sécurité en solo ou les leçons que Coline a tirées de cette grande aventure. Écoutez tout de suite l'épisode (49 min) : Épisode #099 sur le voyage à vélo au féminin Le voyage à vélo connait une popularité grandissante. Beaucoup tentent l'aventure, des hommes en solitaire, des couples, des groupes d'amis, mais une catégorie hésite encore à franchir le pas : les femmes seules. Une grosse interrogation plane au-dessus de la tête des femmes : est-il dangereux de voyager à vélo en solo quand on est une femme ? Après une première partie de l'interview consacrée au tour du monde réalisée par Coline, nous abordons en profondeur cette question pour informer et inspirer les aspirantes voyageuses. Coline a parcouru plus de 23 000 kilomètres à vélo, à travers 3 continents. Durant son voyage, elle a décidé de s'approcher au maximum des populations locales et de cuisiner des crêpes tout au long de son voyage. D'où le nom de son blog : Cook & Cycle. Dans cette interview, on discute : Des différences entre le voyage à vélo deux, puis en solo Le comportement à adopter quand on est une femme seule Les pays que Coline a évités durant son voyage et pourquoi Tous ses conseils pour rester en sécurité Toutes les leçons apprises durant ces 2 années de voyage à vélo Les liens de l'épisode : Cookandcycle.com Page Facebook Cookandcycle Guide du voyage à vélo Conseils voyager seul Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 49 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android), Deezer ou Spotify. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Voyager à vélo au féminin et en solo : Le résumé écrit de l'interview Durant les 7 premiers mois, Coline était accompagné d'un ami dans son voyage à vélo, puis elle s'est retrouvée seule pendant 1 an et demi. Femme seule qui voyage à vélo : la sécurité Elle a senti une très grosse différence lorsque son ami est parti, même si c'est un peu dur de comparer. Les continents sont différents Lorsqu'ils étaient à deux, ils avaient tendance à être plus renfermés sur eux-mêmes. Lorsque Coline s'est retrouvée seule, elle était tout le temps avec les gens, elle s'arrêtait partout, elle discutait avec tout le monde. Être à deux, ajoute une barrière. Être seul : femme ou homme permet plus d'accessibilité vers les gens, et eux osent plus venir te voir. À deux, ils pensent qu'on peut se suffire à soi même. Le fait d'être une fille implique que les gens ont plus envie de prendre soin de toi. Certains sont admiratifs, d'autres pensent que tu es complètement folle. En voyageant seule, il y a des moments où tu es seul évidemment, mais plein d'autres où tu es avec des gens. Coline a été physiquement seul très rarement, à part sur son vélo. Elle a d'ailleurs roulé quelquefois avec d'autres cyclistes pendant quelques semaines. Être seul a l'avantage de pouvoir jongler entre les deux. Lorsqu'on est une fille seule, on ne peut pas aller dans n'importe quel pays. Il faut beaucoup réfléchir à l'itinéraire. Règle de Coline : quand je demande à camper quelque part, je vérifie qu'il y a une femme et/ou un enfant. C'était un gage de sécurité. Après dans certains pays, elle a changé ses règles. Par exemple en Azerbaïdjan, elle a du croisé une seule femme en 2 semaines. En toutes circonstances, Coline mise d'abord sur son instinct. Cela lui ait déjà arrivé de quitter un bivouac,
49:55 30/04/2019
TLF 098 : Faire le tour du monde à vélo pendant 2 ans
Envie de voyager à vélo ? De faire le tour du monde ? Dans cette interview, retrouvez Coline qui revient tout juste d'un tour du monde à vélo de plus de 2 ans. Il s'agit de la première partie d'une longue interview. Vous allez découvrir les raisons d'entreprendre ce voyage, sa préparation et le récit de ses aventures à travers l'Amérique du Sud, l'Asie et l'Europe. Écoutez tout de suite l'épisode (56 min) : Épisode #098 sur le voyage à vélo de Coline Après mon aventure Paris/Téhéran à vélo, je m'intéresse de près à tous les projets fous de voyage à vélo. Celui de Coline m'a plu : une femme seule qui roule pendant plus 2 ans sur les routes du monde. Après Gautier qui roule en solo et le couple Thomas/Cyrielle, il était temps de donner la parole à une femme en solo. Coline a parcouru plus de 23 000 kilomètres à vélo, à travers 3 continents. Durant son voyage, elle a décidé de s'approcher au maximum des populations locales et de cuisiner des crêpes tout au long de son voyage. D'où le nom de son blog : Cook & Cycle. Dans cette interview, on discute : De la genèse de ce tour du monde Comment s'est passée la préparation du voyage Du choix de son itinéraire Du déroulé du voyage, pays après pays (anecdotes, trajet, hébergement, rencontres...) Des différences énormes qui existent entre les continents 2e partie de l'interview : voyage à vélo en solo et au féminin, conseils pratiques Les liens de l'épisode : Cookandcycle.com Page Facebook Cookandcycle Guide du voyage à vélo Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 56 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android), Deezer ou Spotify. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Tour du monde à vélo : Le résumé écrit de l'interview Coline vient de revenir en France, le 5 mars 2019. Soit tout juste 2 ans après son départ. Elle est en ce moment à Bordeaux, en route vers Paris. Elle est ravie de son retour en France, car les gens parlent français, ce qui facilite la vie. Puis la présence de pistes cyclables permet de voyager plus facilement. Elle fait le tour des amis et de la famille. Son tour du monde commencé le 5 mars 2017. La genèse du voyage Coline a le projet de faire le tour du monde à vélo depuis qu'elle a 15 ans. Entre 12 et 15 ans, elle avait l'habitude de faire des randonnées vélo de quelques semaines avec ses parents. Dés qu'elle a commencé à travailler, elle a mis de l'argent de côté. En 2016, elle a quitté son emploi pour avancer sur son projet. Son travail avant de partir : stratégie de développement durable en entreprise. Elle a mis 1 an après sa démission afin de préparer son projet : Cook and Cycle. Les réactions de son entourage ont été très positives suite à l'annonce de ce voyage. Les gens trouvaient ça génial, même si un peu fou. Ses parents l'ont beaucoup soutenu. Concernant la préparation, Coline pense qu'un an, c'était un peu trop. Elle a passé des dizaines d'heures pour analyser l'équipement. "Plus on a de temps, plus on fait des recherches, plus on part dans le superflu" Itinéraire du tour du monde à vélo Au niveau de l'itinéraire, elle s'était beaucoup renseignée sur l'Amérique du Sud, mais n'a pas fait un itinéraire précis pour ne pas se retrouver bloquée. Elle avait les pays et les points d'intérêts sur une carte. Par contre, elle n'avait rien prévu pour toute la partie asiatique. Pendant les 6 premiers mois de voyage, elle est accompagnée par un ami, puis elle continuera seule. Elle a démarré le voyage en Uruguay pour remonter jusqu'en Colombie, en passant par l'Argentine, le Chili, la Bolivie, le Pérou et l'Équateur. Elle a pris un avion pour Singapour, elle a traversé la Malaisie en bus, puis a repris son vélo pour la Thaïlande,
56:52 18/04/2019
TLF 097 : Voyager à roller de Madrid à Dakar
Envie de voyager à roller ? De tenter une aventure jusqu'en Afrique ? Dans cette interview, retrouvez Johann qui a voyagé en roller de Madrid à Dakar. En plus d'une aventure hors du commun, son voyage a pris une dimension humanitaire une fois au Sénégal. Vous allez découvrir la genèse de ce voyage, comment il a parcouru 5000 kilomètres avec ses rollers et ses conseils pour vivre une expérience similaire. Écoutez tout de suite l'épisode (51 min) : Épisode #097 sur le voyage à roller de Madrid à Dakar L'Afrique reste le continent majoritairement ignoré par les voyageurs, mais quelques courageux tentent l'aventure. Dans le podcast, nous avons eu Gautier qui a parcouru à vélo tout le continent de l'Égypte à l'Afrique du Sud. Et maintenant, Johann qui a rejoint le Sénégal à roller en poussant une charrette 100% fait maison. Il s'est embarqué pour une aventure de 7 mois à travers l'Espagne, le Maroc, la Mauritanie et le Sénégal avec un double objectif : vivre une expérience inoubliable et aider les enfants dakarois à pratiquer le roller. Dans cette interview, on discute : De son premier voyager en stop en Amérique du Nord et centrale De sa première expérience de voyage à roller D'où est venue l'idée d'aller au Sénégal à roller Comment il a fabriqué sa charrette, indispensable au voyage De sa journée type sur la route De ses conseils si vous souhaitez entreprendre un voyage à roller De son budget pour le voyage Des détails de son projet humanitaire à Dakar Les liens de l'épisode : Travelbyblades.com Chaine Youtube de Johnan Instagram de Johann Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 51 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Madrid/Dakar à roller : Le résumé écrit de l'interview Johann vient tout juste d'arriver à Dakar où il vient de finir son voyage : de Madrid à Dakar à roller avec une charrette, 5000 kilomètres en 7 mois. Direction l'Amérique Johann a 31 ans, il est né en Normandie. Après le BAC, il a fait des études de tourisme, puis a changé vers des études en informatique. Il a trouvé un bon poste dans une entreprise pharmaceutique, ce qui lui a prouvé qu'il était capable de réussir professionnellement et aux yeux de la société. Mais cela lui a aussi confirmé que s'il continuait dans cette vie-là, il y aura un moment où il où sera malheureux. Il a alors tout plaqué : sa copine, son appart, son boulot, sa voiture... et a loué un garage à Strasbourg pour y mettre toutes ses affaires. Ensuite, il a pris un aller simple direction Montréal pour une grande aventure. Il a fait 15 000 kilomètres en autostop pendant 1 an où il a traversé l'Amérique du Nord et l'Amérique centrale, du Canada au Costa Rica. Ensuite il a continué à roller jusqu'au Panama. Il a fait ce voyage en stop il y a 6 ans. Entre temps, il a eu des périodes sédentaires, des périodes de voyage et de travail. Johann est web développeur et parfois modèle dans la mode, ce qui lui permet de gagner sa vie. La genèse de ce voyage à roller Alors que le voyage à vélo commence à se démocratiser, le voyage à roller est quant à lui inconnu. Il faut remonter au Costa Rica, où Johann est passé du stop au roller. Il avait l'impression de trop compter sur les gens pour son voyage et ne voulait plus être "le mendiant du bord de la route". Il a eu l'idée de voyager en roller lorsqu'il a vu un marcheur tirer une charrette. Il a alors fabriqué une charrette à 3 roues qu'il poussait en faisant du roller. À savoir qu'il faisait déjà du roller avant de se lancer dans ce nouveau type de voyage. À l'époque, il n'y avait aucune documentation sur le voyage à roller, alors que ces dernières années,
51:14 26/03/2019
TLF 096 : S’expatrier à Istanbul et vivre en Turquie pendant 7 ans
Envie de vivre à Istanbul ? De vous expatrier en Turquie ? Dans cette interview, retrouvez Pelin qui a quitté Paris après ses études en 2012 pour s'expatrier à Istanbul. Vous allez découvrir pourquoi elle a décidé de partir en Turquie, comment elle a trouvé son premier emploi, à quoi ressemble la vie à Istanbul et ses conseils si vous souhaitez vivre dans cette ville. Écoutez tout de suite l'épisode (56 min) : Épisode #096 sur l'expatriation de Pelin en Turquie Un contrat en VIE est un excellent moyen pour réussir sa première expatriation, en toute sécurité. Nous en avions parlé avec Anaïs lorsqu'elle est partie en Chine, ou bien Maria lorsqu'elle est partie sur l'ile Rodrigues. Aujourd'hui, Pelin nous raconte son expérience qui l'a propulsé à Istanbul où elle vit depuis maintenant 7 ans. D'origine turque, elle est tombée amoureuse de sa ville d'adoption et ne se verrait pas vivre ailleurs. Dans cette interview, on discute : De ses études en France et son premier stage en Turquie Comment elle a trouvé son contrat en VIE Pourquoi les premiers mois d'adaptation ont été compliqués De la nécessité ou non d'apprendre le turc pour travailler en Turquie À quoi ressemble la vie quotidienne à Istanbul Ses conseils pour trouver un travail en Turquie Quel est l'état de sécurité à Istanbul Quels sont l'importance et l'impact de la religion en Turquie Les liens de l'épisode : Civiweb.com (VIE) Leblogdistanbul.com Instagram de Pelin Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 56 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Expatriation à Istanbul : Le résumé écrit de l'interview Pelin est d'origine turque (ses 2 parents étant turcs). Elle est née en France et vient d'avoir 30 ans. Cela fait 7 ans qu'elle habite à Istanbul. Elle a trouvé un travail après avoir eu son bac+5 en France. Elle ne connaissait pas Istanbul avant d'y faire un stage en 2009. Trois ans avant son expatriation. Elle a tout de suite senti une attirance pour la ville. Des études à Paris jusqu'à Istanbul En finissant son cursus scolaire, elle a privilégié les offres à l'étranger et notamment Istanbul. Elle a trouvé son travail grâce au VIE (Volontariat International en Entreprise) qui permet de travailler à l'étranger avec un statut français. Pelin a fait des études en commercial international à Paris 4, avec une option en marketing pour sa dernière année. Ce qui est plutôt bien tombé, car son job en VIE était un poste en direction marketing. Pendant ses 5 années d'études, elle a fait des stages à l'étranger et en France. Elle cherchait spécifiquement un VIE pour pouvoir s'expatrier dans de bonnes conditions. Pendant 6 mois, elle a envoyé des CV "à la pelle" en prenant soin de personnaliser chaque candidature. En juillet 2012, elle a reçu une offre d'emploi avec une entreprise avec qui elle a eu un entretien auparavant. Premiers pas dans l'expatriation C'était une entreprise dans le secteur des jeux vidéos. Ils souhaitaient commercialiser un jeu vidéo coréen en Turquie et sa mission était de coordonner les actions marketing. Il fallait parler turc pour ce travail et c'est l'unes des raisons pour laquelle Pelin a été embauchée. Mais lorsqu'elle est arrivée, elle s'est rendu compte qu'elle n'avait que des notions de turc et il était compliqué d'avoir des conversations au niveau professionnel. Les premiers mois étaient difficiles. La langue turque est plutôt facile à apprendre, mais il faut quand même la travailler et prendre des cours pendant 3/6 mois. Durant ses 6 premiers mois, Pelin a perdu tous ses repères, malgré son habitude de voyager. Au tout début, elle était très stressée par son turc et passai...
56:24 04/03/2019
TLF 095 : Devenir prof de yoga et vivre au Pakistan
Le Pakistan attire votre curiosité ? Vous envisagez de devenir prof de yoga ? Dans cette interview, retrouvez Amel qui a entièrement changé de carrière, passant du marketing à prof de yoga. Elle s'est depuis installée au Pakistan. Vous allez découvrir comment elle est devenue prof de yoga en Inde, pourquoi elle a décidé de vivre au Pakistan et à quoi ressemble vraiment la vie dans ce pays, que beaucoup pensent dangereux. Écoutez tout de suite l'épisode (50 min) : Épisode #095 sur l'expatriation d'Amel au Pakistan Un grand nombre de pays sont réputés dangereux pour les voyageurs. Cette image est parfois valide, mais bien souvent, elle est erronée, dû à un traitement médiatique négatif et réducteur. Je pense notamment à la Colombie où j'ai passé 5 mois sans soucis ou bien récemment les 6 semaines passées en Iran en n'ayant jamais eu peur pour ma sécurité. Au contraire. Peu de voyageurs se rendent au Pakistan à cause de sa mauvaise réputation, mais Amel qui s'est installée dans ce pays nous raconte la réalité de ce pays. Sans dangers et avec une culture riche, elle travaille au Pakistan en tant que professeur de yoga. Dans cette interview, on discute : de sa première expatriation au Sri Lanka d'où est venue sa passion pour le yoga pourquoi elle a décidé de ne pas vivre en France comment elle est devenue professeure de yoga pourquoi elle s'est installée au Pakistan à quoi ressemble la vie sur place quelle est la situation sécuritaire du pays en 2019 comment elle a trouvé un travail et son salaire ses expériences insolites ses conseils si vous souhaitez voyager au Pakistan Les liens de l'épisode : Instagram d'Amel École de yoga "Siddhi Yoga" en Inde Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 50 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Devenir prof de yoga et s'installer au Pakisan : Le résumé écrit de l'interview Amel a 29 ans. Elle a grandi en ile de France et a étudié le marketing digital en école de commerce. À la fin de ses études, elle a travaillé 1 an et demi au Sri Lanka. À son retour en France, elle s'est rendu compte qu'elle ne voulait pas y vivre et a voyagé en Asie. Elle est dorénavant professeure de yoga au Pakistan. "Le Pakistan est un pays où tout est possible" Là-bas, c'est comme si la vie n'avait pas de limites. Par exemple, elle a récemment été invitée par l'armée de l'air pakistanaise à aller skier dans le nord du pays. De la France au Sri Lanka Durant ses études en école de commerce, elle est partie au Venezuela et avait adoré. Lorsqu'elle est revenue pour faire son master 2, elle voulait vraiment partir à l'étranger à la fin de ses études. Elle a postulé un peu partout dans le monde et le Sri Lanka l'a choisie. Elle ne connaissait rien au pays à la base. Au final, elle a travaillé durant 1 an et demi à Colombo (capitale du Sri Lanka) dans une agence de voyages (myglobetravel), en expert digital marketing. Au début, elle a eu du mal à s'adapter, mais avec le temps elle a adoré le pays. Elle a commencé à prendre des cours de yoga, puis y est allée plus souvent et elle est tombée amoureuse de ce sport et sa philosophie. Le yoga lui a permis d'être plus dans le moment présent et de se poser des questions essentielles. Physiquement, elle se sentait plus légère, mobile, plus à l'aise dans son corps. Elle a quitté le Sri Lanka au bout d'un an et demi, car elle avait fait le tour du pays et avait changé de groupe d'amis. Et la France commençait à lui manquer. Une vie en France devenu impossible À son retour en France, elle est restée 3 mois puis enviait ses amis qui voyager à travers le monde.
50:50 19/02/2019
TLF 094 : Conducteur de chiens de traineaux, l’histoire d’un volontariat au Québec
Envie d'aller au Québec ? De travailler avec des chiens de traineaux ? Dans cette interview, retrouvez Benjamin qui a quitté la France pour faire un volontariat de 6 mois au Québec. Son job : conducteurs de chiens de traineaux. Vous allez découvrir pourquoi il est parti, comment il a trouvé cette opportunité et le déroulement cette incroyable expérience dans le froid canadien. Écoutez tout de suite l'épisode (53 min) : Épisode #094 sur le volontariat de Benjamin au Québec Le volontariat à l'étranger est un excellent moyen de voyager, tout en limitant ses dépenses. Nous avons déjà abordé le sujet sur le podcast comme lors de l'épisode #066 avec Romain qui a passé 4 mois en Amérique du Sud, en cumulant les expériences de volontariat. Benjamin, quant à lui, est parti pour 6 mois et a décidé de rester au même endroit : le parc de la Jacques-Cartier au Québec. Il a trouvé un volontariat de conducteur de chiens de traineaux et nous raconte cette belle aventure. Dans cette interview, on discute : de sa première expatriation ratée en Irlande des raisons du départ au Canada comment il a trouvé ce volontariat avec les chiens de traineaux comment il a appris ce métier sur le tas à quoi ressemblait son style de vie quels étaient son budget et sa rémunération les avantages et inconvénients de ce type de travail les qualités nécessaires pour devenir conducteur de chiens de traineaux ses conseils si vous souhaitez effectuer un volontariat similaire Les liens de l'épisode : Workaway Aventure Nord-Bed Instagram Benjamin Le nouveau blog de Michael : Aventure-Chien.com Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 53 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Conducteur de chiens de traineaux au Québec : Le résumé écrit de l'interview Benjamin vient tout juste de revenir en France, il y a 5 jours. Il était au Sri Lanka et recommande cette destination pour voyager. Il a 25 ans et originaire de Bretagne. De la Bretagne au Canada Il est parti pour un premier voyage en Irlande pour apprendre l'anglais et travailler. Cela ne lui a pas trop plu, alors il est allé au Canada faire un métier totalement différent : muscher, soit conducteur de chien de traineau. Après le Canada, il a voyagé en Asie en sac à dos : Indonésie, Thaïlande, Vietnam. Retour en France pour travailler un peu. Reparti en juin 2018 en Mongolie, Chine, Corée du Sud, en Indonésie, en Malaisie et au Sri Lanka. Benjamin a un bac STG, car apparemment "le plus facile". Plus il a passé une formation pour être professeur de sport dans les salles de fitness. Il a ensuite travaillé comme coach sportif pendant 2 ans, puis il est allé en Irlande pour faire le même type de travail. Il y est resté 3 mois. Cela ne lui a pas trop plus, notamment en à cause de l'incapacité de bien communiquer en anglais, alors il s'est décidé à partir au Canada pour travailler avec les chiens de traineau. Après 4 jours express en France, il s'envole pour Montréal, puis le parc de la Jacques-Cartier au nord de Québec city. Il avait 23 ans lorsqu'il est arrivé au Québec. Pourquoi le Canada : Région où on parle français et anglais Inspiré par un film avec des chiens de traineau Puis sur workaway, il a trouvé des offres intéressantes pour travailler en tant que muscher. Il a reçu une réponse positive, puis a décidé d'y aller en moins d'une semaine ! Il est parti avec seulement 800€ sur son compte en banque. Devenir conducteur de chiens de traineaux Son travail au départ : s'occuper des chiens, nettoyer les cages, les nourrir, les atteler au traineau lorsqu'il y a des clients. Au bout de 4 jours,
53:31 05/02/2019
TLF 093 : Mécanicien vélo, il s’expatrie à Sydney en Australie
Envie de vivre en Australie ? De voyager tout en pratiquant votre métier ? Dans cette interview, retrouvez Sébastien qui après avoir voyagé et travaillé un peu partout dans le monde, a décidé de poser ses valises à Sydney. Son métier : mécanicien vélo. Vous allez découvrir pourquoi il a commencé à voyager, comment il s'est expatrié en Australie ou comment il a trouvé du travail dans une dizaine de pays à travers le monde. Écoutez tout de suite l'épisode (51 min) : Épisode #093 sur l'expatriation de Sébastien en Australie Pour travailler à l'étranger, il y a généralement deux voies : faire son le même travail que de son pays d'origine ou faire des petits boulots nécessitant peu de compétences. Dans l'interview du jour, on s'intéresse au premier cas, qui n'est pas aussi difficile que l'on peut penser. Sébastien a été formé en France pour être mécanicien vélo. Après avoir travaillé en France, il est parti en Australie, puis au Luxembourg, en Allemagne, au Canada ou encore en Nouvelle-Zélande où il a exercé ce métier. Dans cette interview, on discute : de ses premières expériences professionnelles en France des raisons de partir en Australie pour faire un PVT de ses techniques pour apprendre l'anglais en Australie des différents boulots qu'il a effectués de ses expatriations au Luxembourg, en Allemagne et les autres pays pourquoi il n'arrive plus à travailler en France avec quel type de visa il peut rester vivre en Australie ses conseils si vous souhaitez travailler en Australie Les liens de l'épisode : Podcast #032 sur le PVT Podcast #073  : vivre en Australie après un PVT Study Bird Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 51 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Mécanicien vélo à travers le monde : Le résumé écrit de l'interview Sébastien vit dans la banlieue de Sydney, à Parramatta, depuis 2015. Il est originaire de Normandie, a 30 ans. Il travaille dans un magasin de vélo la journée en tant que mécanicien vélo et le soir dans une pizzeria. De la France au premier voyage en Australie À l'origine, il a suivi une formation de mécanicien moto, à l'école du Mans. Puis, il est allé à l'INCM à Paris pour suivre une formation de mécanicien vélo en apprentissage (18 mois). Il a travaillé au cycle Saint Honoré, Decathlon La Madeleine puis il était responsable formation à Mondovélo (Sport 2000). Les débouchés en France sont corrects, mais le mieux est d'aller travailler en Belgique, en Allemagne ou au Luxembourg. Il y a beaucoup d'offres et le salaire est bon. En 2012 à Lyon, il a rencontré une fille, qui est devenue sa meilleure copine. Comme elle était australienne, il a décidé d'aller la rejoindre. "J'ai tout planté pour elle, mais ce n'était pas ma chérie" Il avait 22 ans quand il est parti en Australie. Avant son PVT, il avait déjà un peu voyagé : Angleterre, Écosse, Irlande. Par contre, il ne parlait quasiment pas anglais. D'ailleurs, quand il a rencontré son patron, il ne comprenait rien à ce qu'il disait. En Australie, il s'est mis à regarder des films en anglais et lire en anglais. Il voulait progresser. Son autre méthode était de prendre des cours d'anglais dans les bars, en rencontrant des gens ! Pour lui, c'était la meilleure des techniques. En Australie, il commence par faire les vendanges et la cueillette de fruits, mais ça ne lui plaisait pas vraiment. Il est donc allé rejoindre son amie à Parramatta et il a trouvé un magasin de vélo où travailler dans l'après-midi. Il gagnait entre 3000 et 3500 dollars par semaine. Le salaire minimum en Australie est de 18,75 dollars par heure. Dans le milieu du vélo,
51:40 08/01/2019
TLF 092 : Vivre dans un van en famille et voyager indéfiniment
Envie de voyager en van ? De partir avec votre famille ? Dans cette interview, retrouvez Alizé, Maxime et Yuna qui forment une belle famille de voyageurs. Ils ont acheté un van il y a 2 ans et depuis ils parcourent l'Europe tout en travaillant. Vous allez découvrir les raisons de l'achat du van, comment l'arrivée de Yuna a changé leur façon de voyager, comment ils travaillent sur la route ou encore les bons et mauvais côtés de vivre dans un van. Écoutez tout de suite l'épisode (55 min) : Épisode #092 sur la vie en van d'Alizé, Maxime et Yuna C'est la deuxième apparition d'Alizé et Maxime dans leur podcast. Après nous avoir parlé d'échange de services et de slow travel il y après de 4 ans, ils reviennent pour nous parler de leur nouveau mode de voyage : en van, en famille et toujours très lentement. Alizé et Maxime voyagent depuis 2010 et ont toujours eu ce rêve de voyager en van. Ils ont franchi le pas en achetant un Mercedes 207D en Belgique il y a 3 ans. Entretemps est née la petite Yuna et au printemps 2017, ils sont partis tous les trois sur les routes d'Europe. Dans cette interview, on discute : de leur transition : du voyage en sac à dos au voyage en van des raisons de l'achat de ce van du cout du van et de leur budget mensuel comment ils travaillent tout en voyageant comment ils gèrent l'électricité, l'eau et internet comment l'arrivée de Yuna a changé leur façon de voyager des questions de socialisation et d'éducation de Yuna des bons et mauvais côtés de vivre en van de leurs pays traversés en van : Italie, Espagne, Portugal, Maroc de leurs conseils si vous souhaitez voyager en van Les liens de l'épisode : Detourlocal.com Instagram Détour Local Interview #018 sur l'échange de services Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 55 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Voyager en van et en famille : Le résumé écrit de l'interview Alizé, Maxime et Yuna sont actuellement sur la cote portugaise, à Sintra, près de Lisbonne. Un couple de voyageurs Ils se sont rencontrés en 2010, en Tanzanie. Depuis, ils ont voyagé ensemble, d'abord en sac à dos, puis en faisant des échanges de services, le tout très lentement. Il y a 3 ans, ils avaient l'envie de voyager en van. Ils ont alors trouvé en Belgique un van (Mercedes 207d) qu'ils ont acheté très vite. Ils sont partis en Sicile avec le van, où ils ont passé du temps à retaper l'intérieur. Quelques mois après, Yuna est née en Belgique et dès qu'elle a eu 3 mois, en mai 2017, ils sont partis avec elle en voyage avec le van. Pour le moment, Alizé s'occupe de Yuna à temps plein et Maxime travaille pour la famille. Il est webdesigner et programmeur. Il travaille avec beaucoup d'auberges et dans le milieu de l'hôtellerie. Il alimente aussi les réseaux sociaux de ses clients. Il travaille sur la route. Le choix de voyager en van Depuis qu'ils se sont rencontrés, ils avaient toujours eu envie de voyager en van. Maxime a d'ailleurs le rêve de traverser les Amériques sur toute sa longueur en van. Ils ont plus de confort, notamment pour les hobbys, comme la cuisine ou des fabrications artisanales. Et puis quand Yuna est arrivée, cela paraissait logique de voyager en van avec elle et pas en sac à dos. Il y avait aussi le fait de construire un projet à soi sur le long terme, tout en continuant l'aventure. Le fait de pouvoir accueillir des amis en voyage était aussi important, car auparavant c'était plus compliqué. Ils peuvent dormir à 4 et manger à 6 dans leur van. Le van a couté 3000€ à l'achat et tous les couts liés à sa rénovation s'élèvent à 14 000€ étalé sur 3 ans (mécanique, aménagement, achats frigo,
55:10 10/12/2018
TLF 091 : Transformer sa vie en partant voyager seule, en stop et sans argent
Envie de changer votre vie grâce au voyage ? De partir seul à l'autre bout du monde ? Dans cette interview, retrouvez Sarah qui a décidé de partir à 20 ans de sa Suisse natale pour voyager à travers le monde. Depuis, elle a trouvé un sens à sa vie. Vous allez découvrir les raisons du départ de Sarah, les détails de son voyage initiatique jusqu'au Cap-Nord, la suite de ses aventures jusqu'à l'écriture de son premier livre. Écoutez tout de suite l'épisode (49 min) : Épisode #091 sur la quête de sens de Sarah grâce au voyage J'évoque souvent comment le voyage a changé ma vie. Plus je fais des interviews pour le podcast, plus je me rends compte que je suis loin d'être seul. Sarah fait partie de ces nombreuses personnes, qui touchée par le voyage, a changé entièrement sa façon de voir la vie. Adolescente qui ne trouve pas sa place et mal à l'aise dans la société, Sarah Gysler décide de partir pour le Cap-Nord depuis la Suisse. Toute seule, en stop et sans argent, ce voyage signe le début d'une grande aventure qui la mènera aux quatre coins du monde. Dans cette interview, on discute : de son adolescence compliquée en Suisse des raisons de son départ pour le Cap-Nord en stop comment ce voyage mouvementé s'est déroulé du choc lors d'un retour de long voyage de ses aventures en Asie et dans les Caraïbes comment elle a vécu sur un bateau pour faire une transatlantique comment elle voyage avec un budget minuscule, voire sans argent les différents volontariats qu'elle a effectués de la question sécuritaire lorsqu'on voyage seul et en stop les leçons tirées après 4 ans de voyage et de son livre Petite, sorti en juin 2018 Les liens de l'épisode : Site de Sarah : Laventurierefauchee.com Son livre : Petite 47 conseils pour voyager seul Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 49 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Voyager seule, en stop et sans argent : Le résumé écrit de l'interview Sarah vit actuellement en Suisse. Elle fait beaucoup de choses différentes : elle a écrit un livre, voyage et aime naviguer. Elle possède un blog : L'aventurière fauchée Le nom de son blog existe pour faire comprendre le type de voyage qu'elle fait, alternatif, en stop et sans trop d'argent. Adolescence compliquée en Suisse Sarah Gysler a grandi en Suisse jusqu'à ses 20 ans. Enfant, elle était un peu à l'ouest, perdue et pas à l'aise dans la société. Elle était beaucoup trop curieuse. L'école a été une catastrophe. L'entrée dans le monde professionnel, encore pire. Elle a essayé à plusieurs reprises de rentrer dans les cases, jusqu'à ce qu'elle comprenne qu'elle n'y arriverait pas. Un peu par hasard, elle a trouvé la route et ça a changé sa vie. Elle a quitté l'école à 16 ans et a commencé à bosser dans un bureau, puis a enchainé les petits boulots. Elle habitait seule à partir de 18 ans. Avant de voyager, elle considère "n'avoir rien fait". Elle était seule, à essayer de s'en sortir au sein du système. Elle ressentait beaucoup de colère, d'incompréhension et de manque de confiance en soi. "Pourquoi je n'y arrive pas alors que les autres y arrivent ?" Elle avait une haine de beaucoup de choses et ce n'est pas ce qu'elle voulait dans sa vie, c'est une des raisons qui l'a poussée à partir, pour essayer de trouver autre chose que cette colère. Voyager seule en stop jusqu'au Cap-Nord Elle est partie à 20 ans, en direction du Cap Nord depuis la Suisse. C'était la première fois qu'elle partait, elle n'avait aucune connaissance du voyage. Elle était seule, est partie en stop et sans argent. Elle se disait constamment "on verra..."
49:56 14/11/2018
TLF 090 : Mener une vie d’aventures en explorant le monde
Envie d'aventures ? De changer votre vie en voyageant ? Dans cette interview, retrouvez Matthieu, jeune aventurier qui parcourt le monde depuis son adolescence. Dans quelques semaines, il s'envole en Antarctique pour rejoindre le pôle Sud. Vous allez découvrir la genèse de sa passion pour le voyage, ses différents projets autour du monde, les études qu'il a menées en parallèle et les dessous de sa prochaine aventure "Objectif Pôle Sud". Écoutez tout de suite l'épisode (57 min) : Épisode #090 sur les aventures de Matthieu autour du monde Quand on évoque le terme "aventurier" ou "explorateur" on s'imagine que c'est réservé à quelqu'un d'autre, une sorte d'élite du voyage. Pourtant tout le monde peut prendre son courage à deux mains et aller explorer le monde, se créer des aventures inoubliables. C'est le cas de l'invité de cet épisode du podcast qui parcourt le monde de façon insolite depuis près de 10 ans. Matthieu Tordeur est le plus jeune membre de la Société des Explorateurs Français. Après avoir fait le tour du monde en 4L, il va relever un défi invraisemblable : rejoindre le pôle Sud depuis la côte de l'Antarctique. Dans cette interview, on discute : de ses influences de voyage de ses premières aventures, en vélo ou en voilier de ses études, entre l'Angleterre, l'Allemagne et la France de son tour du monde en en 4L et la promotion du microcrédit de son projet de rejoindre le pôle Sud de sa préparation et du financement d'une telle aventure des livres qui l'ont grandement inspiré Les liens de l'épisode : Site de Matthieu : Matthieutordeur.com Site de son expédition : Objectifpolesud.com L'axe du loup - Sylvain Tesson Le marcheur du pôle - Jean-Louis Étienne Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 57 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Vivre une vie d'aventures : Le résumé écrit de l'interview Matthieu est actuellement à Paris, en préparation de son expédition en Antarctique vers le pole Sud. Matthieu a 26 ans, il est tout juste du diplômé de Sciences Po. IL se définit comme un aventurier avec pour le moment comme plus grande aventure : un tour du monde en 4L pour promouvoir la microfinance. Pour son prochain défi, il veut skier de la côte du continent antarctique jusqu'au pôle Sud. Avec ces aventures, il réalise des documentaires, écrit des livres et donne des conférences. Le voyage dès l'enfance Tout petit, Matthieu a été initié à la découverte du monde et les voyages grâce aux BD de Tintin. Comme une fenêtre sur le monde, cela lui montré qu'il existe d'autres pays, d'autres langues, d'autres cultures. Pour sa première aventure, il a réalisé un voyage en vélo de Budapest jusqu'en Turquie après avoir eu son bac. Ce voyage a duré 3 semaines. Il est parti seul, sans avoir d'expérience dans le voyage à vélo. Il avait quelques appréhensions, mais il avait un vrai désir d'aventure. Son entourage était un peu surpris et inquiet, mais l'a laissé partir sans aucun souci et l'a même soutenu dans le voyage. Ses parents voyagent beaucoup et ils emmenaient la famille faire un voyage tous les ans. Il était ouvert sur le monde. Matthieu et avait déjà découvert quelques pays avant de partir seul. Apports de ce voyage : confiance dans le voyage en solitaire et donné des armes pour préparer de plus grandes aventures par la suite. Entre études et aventures En revenant du voyage, il a commencé ses études supérieures. Il est parti à Londres dans un parcours "affaires européennes et allemand". Ensuite, il a fait un master en sécurité internationale à Sciences Po Paris durant 2 ans. Que ce soit pour son bachelor ou son master,
57:51 30/10/2018
TLF 089 : Troquer le salariat pour une vie de freelance nomade
Envie de devenir freelance ? De voyager et travailler un peu partout dans le monde ? Dans cette interview, retrouvez Nastasya qui a troqué sa vie "métro-boulot-dodo" pour une vie de nomade depuis qu'elle a décidé de devenir freelance en rédaction web. Vous allez découvrir comment le voyage est entré dans sa vie, le déroulement de sa transition vers le métier de freelance et comment son activité lui permet de voyager aux quatre coins de la planète. Écoutez tout de suite l'épisode (56 min) : Épisode #089 sur la transition de Nastasya vers le nomadisme Je connais Nastasya depuis plus de 2 ans et lorsque j'ai passé quelques jours en sa compagnie à Sarajevo, je me suis dit qu'il fallait l'interviewer. Son parcours, son énergie et ses conseils valent de l'or si vous avez envie de quitter votre job pour devenir freelance et nomade digital. Nastasya est progressivement devenu freelance en rédaction web et a complètement changé sa vie. Elle est dorénavant libre de travailler et vivre où elle le souhaite. Dans cette interview, on discute : de sa transition d'une vie posée à une vie nomade comment ses premiers voyages ont changé sa vision de la vie des petits boulots qu'elle a effectués durant ses premières années à l'étranger comment elle a découvert le mode de vie "nomade digital" comment elle s'est lancée et a réussi à générer des revenus dans la rédaction web comment trouver des clients de ses conseils si vous souhaitez démarrer en tant que freelance comment gérer l'équilibre voyage /travail quand on est nomade des détails de son livre Les liens de l'épisode : Son blog : Valizstoriz.com Son livre : Comment devenir freelance Mon article : Devenir freelance et voyager autour du monde Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 56 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Devenir freelance nomade en rédaction web : Le résumé écrit de l'interview Nastasya a passé l'été 2018 à Sarajevo en Bosnie. Elle est rédactrice freelance et comme elle voyage en même temps, elle est aussi nomade digital. Son activité est 100% en ligne et cela lui permet de vivre ou voyager à l'étranger. Elle est libre géographiquement. Au milieu de l'année 2016, elle réfléchissait à se lancer et mélanger le voyage et le professionnel. Elle a réellement commencé en janvier 2017 et a beaucoup démarché pour trouver ses premiers contrats. Cela fait donc 1 an et demi qu'elle fait ça et cette activité lui permet de vivre correctement, en faisant attention aux destinations choisies. Par exemple à Sarajevo, c'est 200€ de logement par mois et des restaurants à 5€. C'est 2 fois moins cher qu'en France, en se faisant plaisir ! Sa vie avant le voyage Pour ses études, elle a fait une école de commerce, puis a travaillé en marketing. À 25 ans, elle suivait le schéma parfait, avec un CDI en poche, un appart à Strasbourg et un petit copain. Elle était assistante-chef de produit dans une entreprise de jouets lors de son dernier job. Dorénavant, elle voit ça comme une autre vie tellement son quotidien est différent. Malgré tous les compteurs au vert, elle sentait une pointe d'insatisfaction et une routine qui s'installait. Elle voyait presque sa vie tracée pour les 40 prochaines années et se demandait si c'était vraiment cela qu'elle voulait faire. Cette phase de réflexion et de frustration latente a duré 2 ans. Elle était en couple avec quelqu'un qui ne voulait pas voyager et malgré son amour pour lui, elle le voyait comme un obstacle potentiel à ses rêves. Elle a mis 1 an pour s'en séparer, a continué son travail et une fois toute seule, dans son appartement, elle s'est rendit compte que son mode de vie ne ...
56:24 15/10/2018
TLF 088 : Ma traversée de l’Europe à vélo en 3 mois
Envie de voyager à vélo ? De vivre une incroyable aventure en Europe ? Pour la rentrée de la saison 5 du podcast, je vous parle des trois premiers mois de mon périple "Paris/Téhéran à vélo" et cette grande traversée de l'Europe. Vous allez découvrir les raisons de ce voyage, l'itinéraire, mes coups de cœur sur les pays traversés, le bilan mental et physique après 3 mois, mon ressenti sur la sécurité à vélo ou les chiffres comme le budget ou les kilomètres parcourus. Écoutez tout de suite l'épisode (52 min) : Épisode #088 sur ma traversée de l'Europe à vélo Ce voyage à vélo de 3 mois en Europe s'intègre dans un grand projet : Paris/Téhéran à vélo. J'ai imaginé ce voyage en décembre 2017, puis la décision s'est prise en mars 2018 lorsque j'étais au Sénégal. J'ai décidé de rouler 5/6 mois jusqu'en Iran avec 7000/8000 KM prévu. Les raisons de ce voyage : je voulais vraiment aller en Iran et je faire un voyage en itinérance. Mes inspirations : Caroline et son tour du monde à pied de 10 ans et Gautier qui fait un tour du monde à vélo. Voyager à vélo est quelque chose de nouveau, que je n’avais jamais fait et qui me faisait peur. Mais comme je dis souvent, une peur = blocage = bonne chose = il faut tenter de la surmonter. Départ de Paris https://www.instagram.com/p/Bj7ctoQjnOG/ Je suis parti le 10 juin 2018 depuis Paris et j'ai acheté mon vélo 1 mois avant de partir, histoire de faire quelques entrainements. Il faut savoir que je ne suis pas un cycliste ou grand sportif. Au pied de la tour Eiffel, j’avais une grosse peur de partir. Je flippais. C'est un sentiment que j’avais oublié. Cela fait 10 ans que je voyage et vis à l’étranger, c’est devenu une habitude pour moi. Mais partir à vélo, vers cet inconnu, c’était très dur. Au KM 0, je me demandais comment j'arriverais à Téhéran ! À ce moment, j’ai rationalisé les choses : c’est un projet réfléchi, j’ai acheté l’équipement, le vélo, le trajet est défini… et ma première nuit était programmée à Fontainebleau en Couchsurfing. En 3 mois, j’ai pu traverser toute l’Europe et je suis arrivé le 10 septembre 2018 à Izmir en Turquie. Et tout s’est bien passé ! Itinéraire du voyage à vélo en Europe 90 jours à vélo pour traverser l'Europe Pays traversés : France : 34J / 1775KM Italie : 9J / 660KM Slovénie : 8J / 297KM Croatie : 2J / 173KM Bosnie : 12J / 588KM Serbie : 2J / 138KM Kosovo : 5J / 311KM Macédoine : 6J / 344KM Grèce : 12J / 579KM Coups de cœur en France : Gorges du Verdon (un des plus bels endroits au monde), la Corse qui a tenu ses promesses et la région de Cluny. En termes de pays, gros coup de cœur pour la Slovénie, puis la région dans le sud-est de la Bosnie/Serbie/Kosovo, montagneuse, très belle et authentique. Lacs que j'ai adoré : Bohinj en Slovénie, Rama en Bosnie et Ohrid en Macédoine. En ce qui concerne les routes, j'ai choisi en priorité les départementales, routes secondaires et pistes cyclables. Dans l’ensemble, c'est très agréable de traverser l’Europe à vélo et toujours possible de trouver des routes sympas. À savoir qu'il existe le réseau Eurovélo pour voyager à vélo en Europe. Ce sont des pistes cyclables dans toute l’Europe, parfaites pour rouler. Pas de voitures, bon revêtement. Il y en a beaucoup en France, au Benelux, dans les pays nordiques… Le réseau compte 42 pays, 15 routes, 70 000KM au total (prévu). Au final, faire du vélo en Europe est simple et facile d’accès. Traversée de l'Europe à vélo : les chiffres Chiffres globaux : 90 jours (avec 23 jours de repos, soir repos environ tous les 4 jours) 4865 KM parcourus Moyenne "voyage" : 54KM / jour Moyenne "jours de vélo" : 72KM / jour C'est un rythme plustôt intensif. Moyenne des cyclos-randonneurs : entre 50 et 100 KM par jour. La moyenne va dépendre des objectifs de voyage, du temps disponible, du relief et des chemins. Budget voyage à vélo en Europe Total : 1720 €
52:26 01/10/2018
TLF 087 : Voyager et travailler sur un voilier
Envie de voyager en bateau ? De travailler un peu partout dans le monde ? Dans cette interview, retrouvez Sonia qui voyage depuis 2 ans sur un voilier avec son copain, tout en travaillant. Vous allez découvrir à quoi ressemblait sa vie avant de partir, comment s'est déroulé l'achat du bateau, les détails du voyage et comment elle gagne de l'argent Écoutez tout de suite l'épisode (58 min) : Épisode #087 sur la vie de nomade digital sur un bateau Le nomadisme numérique est un excellent moyen de voyager sur le long terme, tout en travaillant. Nous en parlons souvent sur Traverser La Frontière et c'est sur ce thème que nous clôturons la saison 4 du podcast. Cette fois, nous parlons d'un thème atypique : celui de travailler sur un bateau depuis le monde entier. Sonia a quitté Bordeaux avec copain il y a 2 ans à bord d'un voilier. Depuis, ils ont développé ensemble leur activité sur Internet à travers l'Europe, les Canaries, le Cap-Vert et maintenant les Antilles. Dans cette interview, on discute de sa vie avant de voyager, la décision d'acheter un bateau avec son copain, les réactions de son entourage, les premiers mois de vie sur le voilier, sa nouvelle carrière, le déroulement de la transatlantique, à quoi ressemble une journée type ou le budget mensuel pour une telle vie nomade. Les liens de l'épisode : No-mad-life.com Bourse-aux-equipiers.com Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 58 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Voyager et travailler sur un voilier : Le résumé écrit de l'interview Sonia est actuellement en Martinique, sur le mouillage du marin. C'est au sud de l'ile, il y a beaucoup d'activité et il est très abrité. Il y a une belle communauté de marins qui vivent ici. Elle est là-bas depuis quelques mois, avec son copain. Ils sont en Martinique depuis février 2018 (4mois) après avoir traversé l'Atlantique depuis les Canaries, en passant par le Cap-Vert. Ce voyage a commencé en décembre 2017. Il y a eu 16 jours de voyage entre Cap-Vert et Martinique pour la transatlantique. Ils travaillent ensemble. Ils sont freelances et travaillent dans la communication digitale. Ils font des sites internet, du marketing en ligne, du graphisme. Sonia s'occupe de la relation client, de la partie design, marketing et communication. Lucas est en charge de la grosse partie technique, référencement, etc. Avant le voyage Lorsqu'elle vivait en métropole, Lucas était ingénieur en informatique et Sonia faisait des études pour devenir professeure de français en lycée. Mais l'idée d'acheter le bateau est venue lors de cette dernière année d'étude. L'idée du voyage était présente depuis longtemps, mais entre la décision et l'achat du bateau, il y a eu quelques mois. Il restait à Sonia quelques mois de cours avant de valider son master et elle a décidé de ne pas passer son concours. Elle a renoncé à sa carrière de professeur pour partir en voyage. Ils vivaient dans la région bordelaise et avaient une vie plutôt classique, vivaient dans une petite maison. Ils avaient pris l'autoroute. Ils ont depuis dévié et prennent les petits sentiers. C'est plus long, parfois plus compliqué. L'envie de voyage est présente depuis toujours. Ils se sont rencontrés jeunes, étudiants. Dès qu'ils se sont rencontrés, ils parlaient de voyager, mais ils n'ont jamais pu vraiment partir. Lorsqu'il travaillait, Lucas a eu un grave accident de moto qui l'a cloué sur le canapé pendant 1 an et demi... et cela a été le déclic. Dès qu'il a commencé à aller mieux, ils se sont dit qu'ils devaient partir. S'ils ne le faisaient pas maintenant, ils ne le feraient jamais. Ils approchaient de la trentaine.
58:46 16/07/2018
TLF 086 : Couple nomade digital, ils travaillent partout dans le monde
Envie de voyager en couple ? D'avoir la liberté de travailler dans n'importe quel pays ? Dans cette interview, retrouvez Fabienne et Benoit qui ont quitté leurs confortables jobs en Suisse pour devenir nomade digital, à parcourir le monde en travaillant. Vous allez découvrir pourquoi ils ont commencé à voyager, le processus de transition entre un travail classique, puis indépendant et comment se passe concrètement la vie de couple nomade. Écoutez tout de suite l'épisode (51 min) : Épisode #086 sur Fabienne & Benoit, couple nomade Fabienne et Benoit sont des blogueurs voyage que j'apprécie beaucoup et il est enfin temps que je vous les présente. Ce couple a d'abord franchi le pas du voyage en faisant un épique tour du monde 18 mois, avant de revenir en Suisse pour revigorer leur compte en banque. Après une période de retour à la "vie normale", ils ont eu envie de retrouver leur liberté et leur flexibilité vécues en voyage et sont devenus nomades digitaux. Depuis presque 2 ans, ils travaillent sur leur blog et réalisent des prestations de services qui leur permettent de vivre et travailler un peu partout dans le monde. Dans cette interview, on discute de leur vie avant de partir, du déclic de partir en voyage, de leur tour du monde de 18 mois, de la création de leur blog, de leur décision de devenir indépendant, des premiers mois de vie nomade, de leur budget mensuel, de leur nouveau livre ou bien leurs conseils si vous souhaitez devenir nomade digital Les liens de l'épisode : Leur blog : Novo-monde.com Leur livre : Destination Tour du Monde Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 51 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Couple nomade digital : Le résumé écrit de l'interview Fabienne et Benoit viennent de Suisse. Elle a 31 ans, a grandi dans la région de Lausanne et fait études commerciales avant de partir à Zurich pour faire un master. Benoit est valaisan, de la région des montagnes. Il a fait des études dans la biomécanique et a commencé un doctorat à Vienne. Ils ont aujourd'hui deux casquettes : ils possèdent une entreprise de développement de site Internet et ils sont bloqueurs. Et ils sont dorénavant auteur en publiant leur premier livre : Destination tour du monde Ils se sont rencontrés il y a 10 ans, à un apéro. À la fin de leurs études, ils ont envie de partir à l'étranger et devenir expatriés. Ils n'avaient jamais voyagé, n’avaient pas d'argent et travailler à l'étranger pouvait être un bon compromis. Ils sont restés 1 an et demi à Vienne. Leur première expatriation était donc en Autriche, pas loin de la Suisse, mais avec un décalage quand même. À Vienne, Benoit faisait un doctorat et Fabienne était dans la gestion de projet dans une startup web. Vers la fin de cette expérience, ils se sont demandé : on rentre en Suisse et on prend un appart ? ou on part en voyage ? Le tour du monde L'envie de faire un tour du monde est venue d'une vidéo... celle d'Alex Vizeo. En la regardant tous les deux, cela a fait un déclic dans leurs têtes : "S'il l'a fait, pourquoi pas nous ?" Il y a eu 1 an entre le visionnage de cette vidéo et leur départ en tour du monde. Par contre, ils ont acheté leur billet tour du monde 3 mois après, il leur fallait un truc concret. "Il fallait dépenser de l'argent et on se démerdera ensuite, il n'y avait plus d'échappatoire." Pour Fabienne le voyage, c'était 2 semaines de vacances, donc elle s'imaginait plein de scénarios catastrophes. Après avoir acheté le billet, ils ont commencé à préparer le projet. Ils avaient prévu un tour de monde d'une année, avec des dates par pays. D'abord la Chine, puis l'Asie du Sud-est, Australie, Chili,
51:25 07/06/2018
TLF 085 : Parcourir la route de la soie, un voyage de 9 mois en auto-stop
Envie d'explorer la route de la soie ? De voyager en auto-stop ? Dans cette interview, retrouvez Astrid qui revient tout juste d'un incroyable voyage de 9 mois le long de la route de la soie. Vous allez découvrir les détails de ce voyage entre la Chine et la Turquie, les réalités de l'auto-stop dans ces régions et comment vous pouvez vivre une telle aventure si cela vous tente. Écoutez tout de suite l'épisode (44 min) : Épisode #085 sur le voyage d'Astrid à travers la route de la soie La mythique route de la soie obsède nombre de voyageurs, avec par exemple Bernard Ollivier qui l'a sillonné à pied durant des années. On peut bien sûr y voyager en bus, à vélo, en van, mais aussi en auto-stop ! Comme l'a fait Astrid durant 9 mois. Elle revient pour la deuxième fois dans le podcast pour tout nous raconter. C'est de Thaïlande qu'elle est d'abord partie avant de rejoindre l'extrémité orientale de la route de la soie, à Xi'an en Chine. Elle a alors suivi l'itinéraire historique jusqu'à Istanbul en Turquie avant de revenir en France. Dans cette interview, on discute des raisons de ce voyage, du contenu de son sac à dos ultra léger, ses péripéties pays par pays, la facilité ou non de faire du stop, ses rencontres les plus marquantes et ses conseils si vous envisagez de faire un tel voyage. Les liens de l'épisode : Blog d'Astrid : Histoiresdetongs.com La route de la soie sur le blog d'Astrid Épisode #54 sur le voyage avec un petit budget Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 44 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : La route de la soie en auto-stop : Le résumé écrit de l'interview Astrid a parcouru la route de la soie en autostop pendant 9 mois. Elle a pris un vol pour la Thaïlande, puis a vadrouillé en Asie du Sud Est avant de monter rapidement à Xi'an en Chine, l'un des départs principaux de la route de la soie. Ils ont rejoint Istanbul, puis la France, tout en stop. Astrid fait du stop depuis longtemps et c'était relativement facile pour elle de faire ce voyage. Elle voyage depuis qu'elle a 18 ans et a arrêté de travailler en 2013 pour voyager à temps plein. Elle a commencé un tour du monde, avec l'optique de travailler en revenant, mais quand elle est rentrée pour Noël, elle a décidé de repartir en janvier. Voir le tour du monde d'Astrid. Rejoindre la route de la soie La route de la soie, c'était un rêve pour Astrid depuis longtemps, avec la traversée de pays mythiques, qui dégagent un imaginaire fantastique. Elle est partie avec son ami José, avec qui elle avait déjà voyagé auparavant, ce qui permit de se reposer l'un sur l'autre quand ils en avaient besoin et d'ajouter un peu de fun. Elle a fait un trajet en aller simple Paris/Phuket à 350€ et a ensuite vadrouillé en Thaïlande et en Asie du Sud-est, Birmanie, Laos et Vietnam, le tout pendant 3 mois. Ils ont ensuite gagné la Chine le tout en stop. Ils dormaient en hamac qu'ils ont par la suite abandonné en achetant une tente en Chine. Astrid est minimaliste et en partant, son sac faisait 6kg. Elle avait 2 tenues, un ordinateur et un appareil photo. Elle lavait ses vêtements tous les soirs. Même si elle perd un peu en confort, elle se retrouve par la suite avec un sac très léger. La Chine Tout s'est bien passé lorsqu'elle arrive à la frontière chinoise de nuit et elle arrive à se faire héberger dès le premier soir. Depuis, tout s'est enchainé et le peuple chinois s'est révélé comme une révélation. Ils avaient des idées préconçues des Chinois, peut-être timides et réservés. Mais c'était des gros malades de générosité et de sourires. Ils se sont fait inviter à tous les repas. Les interactions étaient drôles,
44:21 24/05/2018
TLF 084 : De San Francisco au Pérou en tandem semi-couché
Envie voyager en tandem ? Ou de traverser les Amériques ? Dans cette interview, retrouvez Cyrielle et Thomas qui reviennent d'un voyage de 16 mois passés entre San Francisco et le Pérou sur un tandem semi-couché. Vous allez découvrir les raisons de ce voyage atypique, comment il s'est déroulé sur place et plein d'informations pratiques si vous souhaitez tenter l'expérience. Écoutez tout de suite l'épisode (56 min) : Épisode #084 sur le voyage en tandem de Cyrielle et Thomas C'est avec un énorme plaisir que j'accueille mes amis Cyrielle et Thomas dans le podcast. Ils ont pas mal voyagé ensemble durant ces dernières années, mais pour la première fois, ils ont osé le voyage au long cours. Et pas n'importe comment : en tandem ! Gautier nous avait déjà parlé de voyage à bicyclette avec sa traversée de l'Afrique à vélo, nous passons donc à un autre continent. C'est de l'ouest des États-Unis en Californie que Cyrielle et Thomas sont partis en tandem semi-couché, direction le sud, jusqu'au Pérou. 16 mois de voyage qui ont transformé leurs vies. Dans cette interview, on discute de leur itinéraire, le choix de ce voyage et celui du tandem semi-couché, la préparation, le budget, le déroulement du voyage pays après pays, la question de la sécurité en Amérique latine, les objets les moins et les plus utiles, la gestion de la vie de couple sur la route, le retour compliqué à Paris et leur nouvelle vision pour le futur. Les liens de l'épisode : LesSensDuVoyage.org Warmshowers.org Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 56 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : De San Franciso au Pérou en tandem : Le résumé écrit de l'interview Cyrielle et Thomas sont revenus de leur voyage en décembre 2017, il y a 4 mois. Le retour et la réintégration à la vie parisienne ont été un peu difficiles. Le voyage Leur voyage a duré 16 mois. Ils sont d'abord arrivés à San Francisco, ils ont descendu la Californie, passés au Mexique, Costa Rica, Panama, Colombie, Équateur. Ils ont arrêté le vélo en Équateur, puis ont continué en sac à dos au Pérou et en Bolivie. Le vélo était un tandem Pino de la marque HASE. Un tandem semi-couché : la personne à l'arrière est assise et la personne devant est semi-allongée, comme sur un transat. L'idée du tandem semi-couché est venue de rencontres. À la base, ils avaient l'idée du voyage à vélo, mais lors d'un regroupement ABM, ils ont rencontré un couple qui leur on parlé de ce genre de voyage, avec ce type de vélo. Ils ont ensuite essayé ce tandem chez ce couple. Ils ont été emballés, puis on refait une semaine d'essai. Ils ont ensuite adopté ce concept. Pourquoi ce voyage ? Avant le voyage, ils habitaient Paris et étaient tous les deux salariés dans des entreprises publiques à Paris. Il leur a été possible d'avoir une absence prolongée avec 18 mois de congés sans solde auprès de leurs employeurs, avec la garantie de retrouver un emploi en rentrant. Ce voyage à vélo était un aboutissement de leurs envies de voyage. Ils ont voyagé de leur côté avant, puis une fois en couple, ils ont continué à voyager en sac à dos durant leurs congés. Ils sont notamment partis 3 mois en Asie (Thaïlande, Laos, Cambodge, Népal) en sac à dos, un voyage qui les a transformés. Une fois revenus à Paris, ils ont eu l'envie d'aller plus loin ou de voyager différemment. Dans ces pays très visités, ils ont eu l'impression de suivre un circuit malgré eux. Comme ceux du Lonely planet ou du Routard, en suivant les mêmes bus. Qu'ils n'avaient pas beaucoup de contact avec la population locale. Ils avaient envie d'avoir un contact beaucoup plus fort et c'est une des raisons pour lesquelles ils sont partis en Amérique ...
56:58 03/05/2018
TLF 083 : Du cirque aux missions humanitaire en Afrique, incroyable reconversion
Envie de travailler dans l'humanitaire ? Tenté par une reconversion professionnelle ? Dans cette interview, retrouvez Quentin qui est passé du jonglage en France à devoir gérer des situations de crises, en zones de guerres africaines. Vous allez découvrir les raisons de cette étonnante reconversion, ses expériences dans les ONG en Afrique ou en Asie et son point de vue sur les carrières dans l'humanitaire. Écoutez tout de suite l'épisode (53 min) : Épisode #083 sur la reconversion de Quentin vers l'humanitaire Lors de mon passage à Dakar, pole central du secteur humanitaire en Afrique de l'Ouest, j'ai rencontré Quentin. Il est consultant pour Marie Stopes, ONG spécialisée sur les problématiques de planning familial dans les pays en développement. Au fil de nos discussions sur ses expériences dans l'humanitaire, il m'a semblé indispensable de vous présenter son parcours dans le podcast. Après une dizaine d'années dans les métiers du cirque, Quentin a changé complètement de profession pour se reconvertir dans l'humanitaire. Dès sa première mission, il est envoyé sur une zone explosive (Nord-Kivu au Congo) pour y gérer plusieurs millions de budget. Une expérience marquante, parfois troublante. Dans cette interview, on discute de sa carrière dans les métiers du cirque, pourquoi il a voulu changer de métier, comment s'est passé la reconversion, comment s'est déroulé sa première mission, la vie quotidienne dans une des zones les plus difficiles d'Afrique, ses meilleurs et pires souvenirs, sa vision de l'humanitaire dans un parcours de vie et enfin ses conseils pour ceux qui veulent se lancer dans ce secteur. Les liens de l'épisode : Phareps.org Institutbioforce.fr Premiere-urgence.org Solidarites.org Warchild.org Mariestopes.org Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 53 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Du cirque aux missions humanitaires en Afrique : Le résumé écrit de l'interview Quentin est actuellement consultant pour Marie Stoppes, une ONG britannique centrée sur la planification familiale, à Dakar au Sénégal, depuis novembre 2017. Il travaille sur la chaine d'approvisionnement (logistique) pour 4 pays : Sénégal, Mali, Niger et Burkina Faso. Avant l'humanitaire Avant cette carrière dans une ONG, Quentin était dans le milieu du cirque pendant 10 ans. Après le lycée à 18 ans, il a intégré l'école nationale du cirque Annie fratellini durant 2 ans, avant de continuer à Chambéry une année supplémentaire. De 21 à 29 ans, il était intermittent du spectacle en France ou en Europe. À la base, il est jongleur en massue et il a aussi été porteur en trapèze volant. Il a beaucoup travaillé en festival, dans la rue, en évènementiel pour des compagnies de théâtre modernes. Au final, rarement dans du cirque pur et traditionnel. Il a pu voyager en Espagne, Portugal, Maroc, Italie. Il en vivait plutôt bien et il trouve ce milieu passionnant, malgré la précarité que l'on peut avoir. Le cirque est une véritable école de la vie et Quentin est ravi d'être passé par là. Vers la reconversion Il a rencontré une troupe de cirque cambodgienne à Toulouse : le projet Battambang. Monté à la fin des années 90 pour encadrer des jeunes cambodgiens qui avaient grandi dans des camps de réfugiés en Thaïlande et pas forcément adaptés à la vie sociale "normale". Un collectif de cirque français se rendait régulièrement au Cambodge afin d'enseigner des disciplines de cirque aux jeunes de Battambang. 15 ans après, ce sont ces jeunes que Quentin a rencontrés à Toulouse. Au Cambodge, les jeunes peuvent accéder aux cours de cirque, théâtre, danse, musique, peinture...
53:50 12/04/2018
TLF 082 : Quitter une vie rangée pour voyager en famille depuis 5 ans
Envie de voyager en famille ? De sortir d'un moule un peu trop formaté ? Dans cette interview, retrouvez Marie-Claude qui a décidé de partir à la découverte du monde avec son conjoint et son enfant . Ils ont quitté leur Québec natal il y a 5 ans ! Vous allez découvrir pourquoi elle a décidé de changer de vie, comment se sont déroulé les 5 premières années de voyage et comment elle voit ce mode de vie évoluer dans le futur. Écoutez tout de suite l'épisode (53 min) : Épisode #082 sur changement de vie de Marie-Claude Le voyage à long terme en famille est toujours un sujet délicat, car il faut prendre en compte les enfants. Pourtant, chaque année de nombreuses familles franchissent le pas. Nous en avions parlé avec Fred qui voyageait avec sa famille en camion, ou Stéphanie qui n'a jamais arrêté de voyager avec l'arrivée de ses deux filles. Aujourd'hui, nouveau cas d'étude avec Marie-Claude ! Maman de deux enfants, elle a décidé avec son conjoint de voyager à durée indéterminée (cf livre) avec son fils. Ils ont alors tout vendu pour partir et changer complètement de mode de vie : de sédentaire à nomade, de consommateur boulimique à minimaliste. Dans cette interview, on discute en détail de ce grand voyage de 5 ans, les raisons de ce brusque changement, la manière de voyager en famille, l'éducation de leur fils sur la route, le financement du voyage, les apports de ce style de vie et comment elle voit le futur de cette aventure. Les liens de l'épisode : Premier blog : Les3moustiquaires.net Deuxième blog : Tamariedanstacuisine.com Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 53 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : 5 années de voyage en famille : Le résumé écrit de l'interview La famille de Marie-Claude se compose de 4 personnes, mais ils sont 3 voyageurs avec son mari et son fils qui a maintenant 17 ans. Ils voyagent depuis juin 2013, date à laquelle ils ont tout vendu (la maison, les voitures, les meubles....) pour partir à la découverte du monde. Les 5 premiers mois se sont faits en voiture, puis ils sont partis en sac à dos. Quant à sa fille qui avait 17 ans lorsqu'ils sont partis, elle avait une année de lycée à finir et a choisi de vivre chez son père à Montréal. Elle venait tout de même les voir 2 fois par an en voyage. Elle a maintenant 21 ans et vient d'avoir un enfant. Ces 3 voyageurs étaient au Pérou avant de revenir 3 mois au Québec pour la naissance du bébé. Ils repartiront sur la route fin février 2018. Le grand voyage Ils ont commencé à travers les États-Unis pendant 5 mois et demi avec voiture et caravane, puis à San Diego, ils ont revendu la voiture pour passer en sac à dos. Depuis, voici leur itinéraire et les pays visités : Vietnam, Cambodge, Thaïlande, Indonésie, Turquie, Grèce, Italie, Québec, Inde, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, France, Espagne, Irlande, Maroc, Costa Rica, Japon, Taiwan et le Pérou il y a quelques mois. Il n'y a pas de pays qu'elle n'a pas aimé. Par contre, elle fut impressionnée par la Turquie, alors qu'elle n'en attendait rien. Il y a beaucoup de changements dans les paysages, une diversité hallucinante, un respect des sites historiques et les visites étaient plus belles que les autres. La vie au Québec avant de partir Avant ce grand voyage, Marie-Claude a fait plusieurs métiers différents. Elle n'aime pas trop les horaires fixes et travaille généralement à son compte. Elle a eu 2 entreprises. La première dans la distribution de bijoux québécois. Elle a travaillé dans le salon des métiers d'arts, des foires d'artisans. Puis elle a ouvert un traiteur durant 4 ans. Elle avait un restaurant "clandestin" chez elle,
53:31 22/03/2018
TLF 081 : Arrivé à 10 ans au Sénégal, il déclare son amour à sa terre adoptive
Envie de vivre au Sénégal ? De comprendre le parcours d'un enfant d'expatrié ? Dans cette interview, retrouvez Kevin qui a vécu toute sa vie entre le Maroc, la France et le Sénégal avant de s'installer définitivement à Dakar, sa ville de cœur. Vous allez découvrir son histoire mouvementée, à quoi ressemble la vie d'un adolescent français à Dakar, le choc culturel de vivre à Paris et ce qu'il pense du Sénégal. Écoutez tout de suite l'épisode (54 min) : Épisode #081 sur l'histoire de Kevin entre la France et le Sénégal J'ai rencontré Kevin lorsque je vivais à Paris il y a 6/7 ans et depuis nous avons gardé contact via Facebook. Lorsque j'ai décidé d'explorer l'Afrique, il m'a convaincu de venir au Sénégal afin de découvrir "son" pays. C'est donc à Dakar que nous avons enregistré ce podcast, qui ne ressemble à aucun autre et qui apporte une vision inédite de l'expatriation. Après avoir vécu dans plusieurs pays, fait ses études en France et voyagé aux quatre coins de la planète, Kevin est devenu réalisateur vidéo au Sénégal. La terre qui l'a vu grandir à partir de 10 ans, le voit donc s'épanouir dans sa vie d'adulte. Dans cette interview, on discute de son enfance entre le Maroc et la France, de son arrivée à Dakar, du déroulement de scolarité, des particularités de grandir au Sénégal, du choc culturel lorsqu'il a débarqué à Paris pour ses études, des différences entre la vie en France et au Sénégal et pourquoi il est tant attaché à ce pays africain. Les liens de l'épisode : Site de Kevin : Kevinvigouroux.com Son studio vidéo à Dakar : Hannpictures.com Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 54 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Choisir de vivre au Sénégal : Le résumé écrit de l'interview Kevin est réalisateur de films. Il a monté un studio de réalisation audiovisuelle à Dakar depuis 3 ans (Hann Pictures Studio) et ses principaux clients sont les ONG (Organisation Non Gouvernementale). Les ONG ont besoin de communiquer sur leurs actions en Afrique. Il se rend sur place, filme et ressort avec des films de 3/5min qui vont aider les OGN à capter plus de fonds et aider plus de gens. Il fait surtout ça au Sénégal ou en Gambie et voyage aussi en Afrique de l'est (Tanzanie, Zambie, Malawi). Une enfance entre le Maroc et la France Kevin est né sur l'ile de la Réunion à Saint-Pierre. Sa famille est originaire d'Afrique du Nord, la plupart de Casablanca au Maroc. Il a passé son enfance entre le Maroc et la France, jusqu'à 10 ans. Il est alors arrivé à Dakar, car son père avait trouvé un emploi ici. Depuis il n'est jamais reparti. Il est d'ailleurs maintenant franco-sénégalais. À 18 ans, il est parti faire des études à Paris, dans une école de commerce. Il a ensuite pu partir en Finlande, en Australie, au Pérou ou aux États-Unis. À la fin de ses études, il est revenu s'installer à Dakar, il y a donc 3 ans. Sa petite enfance se déroule principalement au Maroc. Il est allé de temps en temps en France en suivant les postes de son père, notamment près de Saint Étienne. Son père, qui travaille dans le BTP, a ensuite trouvé un poste à Dakar. En ce qui concerne sa maman, elle a fait des études dans la création de médicaments, puis a ensuite privilégié ses enfants par rapport à sa carrière. Elle a aussi une passion pour les livres et a été longtemps bibliothécaire pour les écoles françaises à Dakar. Une adolescence colorée à Dakar À son arrivée à Dakar, Kevin ne s'y sentait pas bien et ne voulait pas rester ici. Quitter ses amis alors qu'il avait 10 ans, ce n'était pas simple. Puis en l'espace de quelques mois, il s'est fait plein de nouveaux amis et Dakar est devenu son nouveau chez soi.
54:05 06/03/2018
TLF 080 : Doctorante expatriée, Charlotte vit au Québec depuis 5 ans
Envie de continuer vos études à l'étranger ? Ou de vivre au Québec ? Dans cette interview, retrouvez Charlotte qui s'est installée dans la ville de Québec depuis 5 ans afin de réaliser un doctorat dans les sciences de l'éducation. Vous allez découvrir comment s'est déroulée son arrivée Canada, à quoi ressemble sa vie de doctorante et toutes les particularités de vivre au Québec. Écoutez tout de suite l'épisode (50 min) : Épisode #080 sur l'expatriation universitaire de Charlotte au Québec Les études sont un excellent moyen de vivre à l'étranger sur de longues périodes. J'ai moi-même fait un séjour Erasmus à Bratislava qui a transformé ma vie. Mais il est possible d'aller plus loin et de faire un doctorat à l'étranger pour y rester plusieurs années, c'est l'option choisie par notre invité du jour. Charlotte a fait toutes ses études en France, a travaillé un peu à l'étranger et s'est lancée un peu par hasard dans l'aventure du doctorat. C'est à Québec ville qu'elle s'est installée pour le réaliser, en plus de faire des petits boulots à côté afin de profiter de cette nouvelle vie nord-américaine. Dans cette interview, on discute de son départ de France, son installation compliquée au Québec, à quoi ressemble son quotidien, les différences ressenties entre les deux pays, les détails sur son doctorat, les questions de visas, ses jobs à côté doctorat, le cout de la vie et des conseils pour ceux que ce type d'études intéresse. Les liens de l'épisode : Le blog de Charlotte : Feeducatif.com/ Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 50 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur iTunes/Apple Podcasts Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android) ou Deezer. Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Doctorante expatriée au Québec : Le résumé écrit de l'interview Charlotte vit dans la ville de Québec, la capitale de la province du Québec au Canada, beaucoup plus petite que Montréal. Cela fait 5 ans et demi que Charlotte est à Québec, elle y fait un doctorat en science de l'éducation à l'université Laval. Avant le Québec Avant de partir au Québec, elle vivait près de Nantes et était enseignante de théâtre. Elle est aussi passée par le Guatemala ou l'Angleterre. Au Guatemala, elle a fait un stage durant ses études de théâtre pour quelques mois, dans les communautés mayas. Elle est partie plusieurs fois en Angleterre pour enseigner le théâtre et accompagner l'apprentissage de l'anglais en langue secondaire. Durant ces années, elle continuait ses études, tout d'abord dans le théâtre, puis elle a fait un DU histoire de vie, puis un master en sciences de l'éducation. Formation qui l'a amené à vouloir faire un doctorat, qu'elle réalise entièrement au Québec. Elle a postulé pour un diplôme préparatoire au doctorat au Québec et continuait son master à distance avec l'université de Nantes. Au début, elle avait un visa étudiant d'un an. Puis elle a obtenu un visa de 4 ans pour faire son doctorat. Avant de partir, elle n'avait aucune idée préconçue du Québec, outre le froid. Sa décision de partir est due à sa curiosité et au défi lancé par son conjoint. Avant de partir, elle n'avait pas vraiment d'idée où elle allait, allant même à confondre les villes où elle allait étudier. Elle est partie seule la première année, puis son conjoint l'a rejoint 10 mois après en PVT. Par la suite, il l'a rejoint sur son "visa", le permis d'études. L'arrivée au Québec Au début, elle est partie peu préparée. Sans vraiment mesurer les choses, comme le cout des études par exemple, elle n'avait pas les économies nécessaires pour couvrir les frais d'inscriptions. Il fallait trouver un travail et même si tout est en français, elle n'avait pas les codes pour interagir avec le marché du travail. Cette première année était assez difficile,
50:05 20/02/2018
TLF 079 : Voyager en van, de l’Alaska au Costa Rica en couple
Envie de voyager en van ? Découvrir les Amériques différemment ? Dans cette interview, retrouvez Dana et Stéphane qui reviennent d'un voyage de 13 mois en van, depuis l'Alaska jusqu'au Costa Rica. Vous allez découvrir les dessous de l'achat d'un van, l'incroyable itinéraire de leur voyage, leurs coups de cœur et la transformation de leur façon de voir la vie en revenant en France. Écoutez tout de suite l'épisode (52 min) : Épisode #079 sur le voyage en van de Dana & Stéphane Nous avions déjà parlé de voyage en van dans l'épisode #023 avec Fred et sa famille faisant un tour du monde en camion et récemment dans l'épisode #075 avec Jessica qui a transformé un van en bibliothèque roulante en Indonésie. C'est un type de voyage qui m'intrigue et me fait rêver, alors nous repartons dans les grands espaces nord-américains et la chaleur latine pour cette nouvelle interview. Dana & Stéphane avaient une vie rangée sur Paris avec de bons travail, lorsque surgit envie de voyage itinérant durant des vacances au Guatemala. Un an après, ils sont au volant de leur van, Tikal, en train de traverser le Canada. Dans cette interview, on discute de l'achat du van, la préparation du voyage en France, des premières impressions au volant de leur van au Canada, l'itinéraire zigzagant des 13 mois de voyage, leur vie quotidienne à bord du van, les questions de sécurité au Mexique ou en Amérique centrale, leurs coups de cœur, leur budget total ou leurs réflexions sur la façon de mener leur vie après ce périple. Les liens de l'épisode : Lemondedetikal.com Intoawildworld.com Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 52 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur la plateforme iTunes Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android). Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : De l'Alaska au Costa Rica en van : Le résumé écrit de l'interview Dana et Stéphane sont partis de France en Amérique du Nord et en Amérique centrale. Le voyage devait être à la base une traversée du continent américain en van durant 13 mois, de l'Alaska à Ushuaïa. Mais au bout de quelques mois, ils se sont rendu compte qu'il n'aurait pas assez de temps pour faire tout le trajet au rythme qui leur convenait et ont décidé de se laisser aller et ne plus compter le temps/les jours. Ils se sont alors arrêtés au Costa Rica avant de remonter vers le Mexique. Les préparatifs du voyage en France Dana a 32 ans et Stéphane 37, ils étaient tous les deux employés avant de partir. Dana était avocate et avait décidé que c'était le bon moment pour faire une pause dans sa carrière. Stéphane était administrateur système et est parti avec un congé sans solde de 15 mois. Comme ça, ils auraient au moins un CDI au retour de voyage. Depuis longtemps, ils aiment beaucoup voyager tous les deux et avaient l'idée de faire un tour du monde. Il y a 3 ans, ils ont rencontré des motos immatriculées en Allemagne lors d'un voyage au Guatemala. Ils se sont dit que cela pourrait être intéressant de venir avec son propre véhicule et voyager où ils voudraient. Le nom du camion "Tikal" vient d'ailleurs d'une cité maya située au Guatemala. Il s'est passé 1 an et demi entre l'idée née au Guatemala et le départ de France. L'achat du camion, s'est par contre réalisé en seulement eu 4 mois. Ils se sont rapidement rendu compte de leurs envies de faire ce voyage en van. C'est via des sites de petites annonces qu'ils ont trouvés leur van en Suisse. Il s'agit d'un Iveco daily 4x4, de 1998. Il était suffisamment vieux pour éviter l'électronique qui peut vite être compliquée à réparer sur la route. À l'achat, le van était un peu aménagé, mais il ne convenait pas vraiment à leurs attentes. Ils ont fini par tout démonter, tout retraiter, puis tout réinstaller à leurs gouts. Ils n'y connaissaient rien,
52:40 07/02/2018
TLF 078 : Vivre au Mexique depuis 4 ans et travailler dans une ONG
Le Mexique vous tente ? Vous avez envie d'y travailler ? Dans cette interview, retrouvez Marion qui a débarqué il y a plus de 4 ans au Mexique et y travaille actuellement dans une ONG. Vous allez découvrir pourquoi Marion a décidé de s'installer à Mexico, comment s'est passé son intégration, le travail qu'elle fait au quotidien et à quoi ressemble la vie au Mexique. Écoutez tout de suite l'épisode (54 min) : Épisode #078 sur l'expatriation de Marion au Mexique Le Mexique est un pays qui me fait rêver depuis longtemps. Nous l'avons abordé rapidement lors de l'interview de Kalagan sur le nomadisme numérique, mais voici enfin un épisode dédié à l'un des plus grands pays d'Amérique latine. Marion a travaillé comme assistante de français, puis dans une ONG spécialisée dans les droits humains. Après 4 ans d'expatriation au Mexique, elle connait plutôt bien le pays et nous raconte son expérience. Dans cette interview, on discute de son Erasmus en Espagne, de ses débuts en tant qu'assistante de français, de son envie de vivre au Mexique, comment s'est déroulée son intégration sur place, les détails son travail prenant dans une ONG, le côté administratif et des visas pour rester, et ses coups de coeur à ne pas rater lors d'une visite au Mexique. Les liens de l'épisode : CMDPDH.org : l'ONG de Marion CIEP.fr : pour devenir assistant de français Documentaire sur la situation des disparus au Mexique : lien officiel - lien non officiel Comment écouter cet épisode ? Cet épisode dure 54 minutes et vous pouvez l'écouter : Sur la plateforme iTunes Téléchargement direct (mp3) : clic droit, puis enregistrez sous Grâce aux applications mobile/tablette : Podcasts (iOS), Podcast Addict (Android). Cherchez "Traverser La Frontière" Écoute en ligne, dans le lecteur ci-dessous : Vivre au Mexique et travailler dans une ONG : Le résumé écrit de l'interview Marion vit actuellement à Mexico city, la capitale du Mexique. Cela fait 3 ans qu'elle travaille dans une ONG sur les droits humains, d'abord en tant que volontaire, puis avec un contrat à temps plein. Avant le Mexique Elle a souvent voyagé avec ses parents lorsqu'elle était jeune, mais le véritable déclic du voyage s'est réalisé lorsqu'elle a fait sa troisième année de droit en Erasmus à Malaga (lire l'expérience de mon Erasmus à Bratislava).  À la fin de cette année, elle n'avait pas vraiment envie de revenir en France et de continuer en Master. Elle a alors trouvé un programme d'assistant de langue avec le CIEP qui permet de partir un an dans une école à l'étranger. Elle s'est alors envolée à Moguer, une petite ville en Andalousie où elle travaillait dans une section bilingue d'un collège. En ayant fait cette année en Espagne, cela lui a donné le droit de postuler pour le Mexique. Elle a donc débarqué à Toluca, dans une université, travaillant sur toute la partie culturelle pendant 1 an. Pour obtenir le premier job, c'était assez simple. Il faut avoir une licence, faire une lettre de motivation et choisir un pays. Selon les pays, le nombre de places disponibles va varier. Il n'y a pas besoin d'expérience préalable pour y postuler. Avant sa première année d'assistante de Français, Marion savait qu'elle voulait aller au Mexique. Elle avait bien accroché avec la communauté mexicaine lors de ses études et ça lui a donné envie de partir là-bas. L'arrivée au Mexique   En arrivant au Mexique, elle avait déjà son poste qui l'attendait à Toluca. Il s'agit de la 5e ville du pays, située à 1H à l'ouest de Mexico. Ce n'est pas une ville très culturelle ou qui bouge beaucoup, c'est très tranquille. Grâce à sa position centrale, Marion a beaucoup voyagé, car tout était à 5/6H de bus de Toluca. Elle travaillait 12H par semaine et faisait des clubs de conversation, des ateliers culturels, des heures de tutorats ou faire des interventions spécifiques en classe. Marion a préféré sa première année en tant qu'assistante de f...
54:16 25/01/2018
TLF 077 : Voyager pour grandir et s’enrichir : une bonne idée ?
Le voyage peut-il être un outil de développement personnel ? Ou simplement une forme de plaisir ? Pour ce podcast #077 enregistré depuis Dakar au Sénégal, j'explore l'intérêt du voyage dans un contexte d'enrichissement personnel, d'apprentissage et du développement de soi. Vous allez découvrir comment le voyage m'a aidé à grandir à travers les années, comment vous pouvez faire pareil selon vos envies et votre rythme, ainsi que les manières de provoquer du changement pour vous épanouir. Écoutez tout de suite l'épisode (48 min) : À propos de l'épisode #077 sur l'enrichissement grâce au voyage Il s'agit du résumé de l’épisode, sachez que j’en dis beaucoup plus dans le podcast ;) Je viens d'atterrir au Sénégal, ma grande première en Afrique subsaharienne, et cette arrivée m'a donné envie de faire un podcast un peu différent pour ce début d'année 2018. J'avais envie de parler des apports du voyage et de la vie à l'étranger dans un contexte de développement personnel. Résumé de mon parcours J'ai commencé à voyager en 2009 (il y a 9 ans) en faisant un séjour Erasmus en Slovaquie, puis je me suis installé au Canada pendant 6 mois. Depuis, j'ai vécu en Espagne, Colombie, Roumanie ou encore au Vietnam et j'ai voyagé dans une quarantaine de pays Je suis dorénavant en voyage à durée indéterminée, concept expliqué dans mon deuxième livre. Plus d'infos sur mon parcours dans le podcast #059. Je viens donc d'arriver à Dakar et l'une de mes motivations principales est la découverte de l'Afrique et mon enrichissement personnel. On apprend dans la difficulté et la nouveauté Je pense avoir beaucoup appris durant toutes ces années de voyages et un schéma d'apprentissage se répète souvent : c'est dans la difficulté et la nouveauté que l'on apprend le plus. Pas dans l'aisance ou les habitudes. Si on parle toujours aux mêmes personnes, si on fait toujours les mêmes activités, si on regarde toujours la même série télé, si on fait toujours le même travail, si on part en vacances au même endroit chaque année... il est plus difficile de sortir de sa bulle et compliqué de voir ce qu'il se trouve en dehors de celle-ci. Le voyage permet de chambouler la routine et les habitudes. Il permet de vivre quelque chose de constamment nouveau et parfois difficile. Le voyage nous grandit pour beaucoup de raisons, notamment à travers : Les rencontres et les différents types de personnalités Les cultures inconnues : langues, religion, coutumes, façon de vivre... Les nouvelles situations que l'on ne rencontrerait pas chez soi L'apprentissage, d'une nouvelle langue, d'un sport... Une meilleure compréhension du monde et une ouverture d'esprit Des nouveaux modes de vie L'inspiration engendrée par toutes ces nouveautés et que l'on peut garder pour soi ensuite Je ne dis évidemment pas qu'il faut voyager tout le temps. Cela peut être fatigant, sans compter sur la question du budget et du temps disponible. Mais je pense qu'une dose de voyage est essentielle pour se développer en tant qu'être humain. Il existe cependant beaucoup de moyens de s'enrichir sans voyager, à travers la lecture, les rencontres chez soi, essayer de nouvelles choses... mais le voyage reste un incroyable vecteur d'apprentissage et de découverte. Des exemples d'apprentissage lors de mes voyages Cela seulement 10 jours que je suis au Sénégal et j'en prends déjà plein la tête et je suis franchement déstabilisé par ce nouvel environnement. Que ce soit par l'attitude des gens, tellement sympathique que tu te demandes si c'est réel. La saleté omniprésente avec une gestion des déchets catastrophique. Un cout de la vie qui est plus élevé que je pensais, avec des infrastructures plutôt médiocres. Des choses assez choquantes comme ces enfants talibés, qui mendient dans les rues dakaroises. Ou des choses plus futiles comme la physionomie des cheveux des filles africaines qui les pousse à porter des perruques.
48:44 11/01/2018