Show cover of Le Jardin - podcast littéraire

Le Jardin - podcast littéraire

Entrez dans la peau des autrices et des auteurs avec ce podcast littéraire et culturel.Qu'est-ce qui motive une écrivaine ou un écrivain ? D'où leur vient cette force d'écrire ? C’est quoi écrire un livre, un roman : on fait comment ? Comment se crée un style ? Quel est la journée de travail type d'un auteur ?  D’où viennent les idées ? S’il te plaît… dessine-moi un écrivain !Ici, il s’agit de sortir du mythe du génie créateur, du démiurge pris de soudaines crises d’inspiration, pour s’intéresser aux savoirs et savoir-faire de l’honnête artisan. De la femme ou de l'homme à sa table de travail, à son bureau, qui écrit à la main ou sur son ordinateur, dans un calepin ou sur son téléphone... Artisan au sens le plus noble du terme : “Nous considérons l'artisanat comme une des formes exemplaires de l'activité humaine.” - Simone de Beauvoir (1908-1986), La Force de l'âge, Gallimard. “À l'œuvre, on connaît l'artisan.” - Jean de la Fontaine (1621-1695), Fables - le Frelon et les Mouches à miel. Partons ensemble à la rencontre des autrices et des auteurs, des poètes, des essayistes, des gens de plume, des gens de lettres, des romanciers. Jonathan Coe, Nicole Dennis-Benn, Aurélien Bellanger, Ryoko Sekiguchi, Romain Slocombe, Catherine Cusset, Philippe Grimbert, Hajar Azell, Akira Mizubayashi...ces autrices et auteurs ont déjà partagé leur passion de l’écriture avec vous dans le podcast littéraire “Le Jardin”, lancé en avril 2021. Ce podcast se classe aujourd’hui dans le top cinq des podcasts natifs francophones dédiés à la littérature et aux livres.“Dis-moi, rose, d'où vient qu'en toi-même enclose, ta lente essence impose à cet espace en prose tous ces transports aériens ?” - Rainer Maria Rilke (1875-1926), Les roses.Si vous aussi vous êtes animé par la passion d’écrire et de lire, amoureux de la littérature et de l’écriture, ce podcast est fait pour vous. Bonne écoute !

Tracks

“Chercher son indien” : le voyage intérieur avec le livre “Tropicale Tristesse” de JEAN-BAPTISTE MAUDET - Prix de L’Instant 2023
Jean-Baptiste Maudet est maître de conférences en géographie à l'université de Pau, spécialiste de géographie culturelle.Il est aussi l'auteur de trois romans, tous trois parus aux éditions Le Passage :Tropicale Tristesse, 2022, Prix de l’Instant 2023Des Humains sur fond blanc, 2020 Matador Yankee, 2019, Prix Orange du Livre Dans cet épisode, nous faisons, à plusieurs reprises, allusion au chef-d’œuvre du grand anthropologue et ethnologue Claude Lévi-Strauss : Tristes Tropiques, 1955, Éd. Plon, Collection Terre Humaine.Tropicale Tristesse tisse plusieurs fils narratifs : l’aventure d’une exploratrice malgré elle ou plutôt d’une “extrapoleuse”, Jeanne Beaulieu ; l’histoire d’amour de Paul et Claudia à Séville dans les années 90, années de l’exposition universelle andalouse ; et enfin, une lecture entre les lignes du livre de Claude Lévi-Strauss.Tirons ces fils avec l’auteur et suivons-le en Amazonie et ailleurs.Extraits de l’épisode“Quand on raconte une histoire, on ne se rend pas compte qu’on la raconte d’une certaine façon.”“Chercher son indien délivre un autre message, et cela devient se chercher soi-même.”“Jeanne Beaulieu, l’héroïne, est plus du côté Bridget Jones, que de celui d’Indiana Jones !”Recommandation À voir au cinéma le film brésilien, ​​La Fleur de Buriti, de Renée NADER MESSORA et João SALAVIZA, Festival de Cannes 2023 - Un Certain Regard Prix d'Ensemble.C'était le quarante-sixième épisode du podcast littéraire LE JARDIN. Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire ou une note, s'il vous plaît. Votre soutien est précieux. Rendez-vous pour le prochain épisode. À LA TECHNIQUEInterview, prise de son et montage : François-Xavier ROBERT Musique d’intro et outro : Mélodie hongroise, Franz SCHUBERT, avec deux arrangements différentsCourte citation musicale : Amazoniaque, Yves Simon, 1983, RCAContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
45:35 5/14/24
Apprendre à vivre : la sagesse des épicuriens, lectures tirées des “Maximes Capitales” d’Épicure et du poème philosophique “De la Nature” de Lucrèce
« Étranger, ici tu seras bien si tu y restes ; ici le souverain bien est le plaisir . »Inscription que l’on pouvait lire à Athènes à l'entrée du Jardin d'Épicure, selon Sénèque.Le Jardin, c’était le siège de son école de philosophie, de sa secte, le rendez-vous des épicuriens. Un peu en retrait du centre d'Athènes, il avait été acquis par le philosophe pour 80 mines (432 grammes d'argent). Le Jardin, c’est aussi le nom de mon podcast, lancé en avril 2021.Pour fêter les trois ans de cette aventure, j’ai voulu me pencher sur la sagesse du philosophe qui a inspiré le nom du podcast.Pour ce faire, je passe par un intermédiaire de choix : le poète romain Lucrèce qui a magnifiquement repris la philosophie du maître grec dans son livre “De la Nature”.Ici, on va donc parler d’atome, d’ataraxie, de clinamen, de plaisir et de volupté… un beau programme, non ?Repères chronologiques Démocrite d'Abdère (- 460 / - 370), philosophe grec considéré comme matérialiste en raison de sa conception d'un Univers constitué d'atomes et de vide.Épicure (- 342 / - 270)Lucrèce (- 94 / - 54), né à Pompéi, mort à Rome.Saint Jérôme écrit :“Date de naissance du poète Lucrèce. Par la suite, devenu fou pour avoir bu un philtre, après avoir composé durant ses intervalles de lucidité quelques livres que Cicéron corrigea ensuite, il se tua de sa propre main, à l'âge de 44 ans.”À lireExercices spirituels et philosophie antique de Pierre Hadot, aux éditions Albin MichelLettres, maximes et autres textes d’Épicure, aux éditions GF FlammarionL’étonnement philosophique - une histoire de la philosophie de Jeanne Hersch, aux éditions Folio essaisDe la Nature de Lucrèce, traduit par Alferd Ernout, aux éditions Les Belles LettresC'était le quarante-cinquième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire ou une note, s'il vous plaît. Votre soutien est précieux.Rendez-vous pour le prochain épisode.COURTES CITATIONS MUSICALES“Material Girl”, Madonna, 30 janvier 1985, album “Like a Virgin”, label Sire Records (Warner Bros) “Le Soleil noir”, Barbara, 1er octobre 1968, label Philips. Son titre oxymorique est tiré du poème El Desdichado (1854) de Gérard de Nerval.“Histoire de faussaires”, Georges Brassens, Album n° 12, 1976, Editions Musicales 57À LA TECHNIQUEInterview, prise de son et montage : François-Xavier ROBERTImage de la vignette : La Grande Touffe d'herbes (1503), un dessin d'Albrecht Dürer conservé dans la Collection graphique du musée Albertina à Vienne.Musique d’outro : Mélodie hongroise de Franz SCHUBERT, arrangement électroContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
69:17 4/20/24
L’inventivité humaine triomphe des obstacles : L’Odyssée d’Homère et les aventures d’Ulysse sur mer, sur terre et dans les Enfers
Après vous avoir accompagné.es, en début d’année, lors d’une visite guidée du camp grec sous les remparts de Troie et vous avoir narré la colère d’Achille, objet central de l’Iliade, j’aimerais vous donner des clés de lecture de l’Odyssée d’Homère. Pour écouter l’épisode sur l’Iliade, suivez le lien : https://bit.ly/iliade-homereLes deux grandes épopées homériques se répondent. Dans l’Odyssée, vous allez en effet en savoir plus sur le destin des héros de la Guerre de Troie, et, tout spécialement, sur celui d’Ulysse, l’homme aux mille tours, l’homme inventif et rusé qui va vivre de nombreuses aventures.Ces deux chefs-d’œuvre, au fondement de la littérature et de la culture grecques, ont une structure en miroir. Composés tous deux de 24 chants, 15 000 vers pour l’Iliade, 12 000 pour l’Odyssée, la rage guerrière du début de la guerre se mue en nostalgie, en regret et en tristesse dans le récit du retour. Les dix ans de guerre deviennent dix ans de périple sur la mer Méditerranée. Au début de l’épisode je vous lis les dix premiers vers de l’Odyssée dans la traduction de Frédéric Mugler paru chez © Actes Sud en 1995 et repris en poche par Babel. Les extraits ultérieurs seront issus de cette même traduction.L'histoire de l'Odyssée est divisée en trois grandes parties : la Télémachie (chants I à IV), les Récits d'Ulysse (chants V à XII) et finalement la Vengeance d'Ulysse (chants XIII à XXIV)Je vais essayer de résumer pour vous ces 24 chants.Prêts pour le voyage ?C’est parti !Extraits musicauxAu tout début de cet épisode, vous avez entendu un montage composé de : Di misera regina tiré du “Retour d’Ulysse dans sa patrie” de MonteverdiHeureux qui comme Ulysse, chanson chantée par Georges BrassensLe générique du dessin animé Ulysse 31The Odyssey, un morceau de rock métal par Symphony X.À la neuvième minute de cet épisode, vous pouvez entendre une chanson sur un rythme hip hop créée grâce à l’intelligence artificielle du générateur de musique Suno. Le flot (flow) des paroles un peu robotique s’approche-t-il de la scansion des aèdes (poètes de la Grèce antique) ? Nul ne le saura jamais. Mais je trouvais amusant de proposer cette création sur les mêmes dix premiers vers de l’Odyssée, Chant I, dans une traduction d'Hélène Tronc © Éditions Gallimard.C'était le quarante-quatrième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire ou une note, s'il vous plaît. Votre soutien est précieux.Rendez-vous pour le prochain épisode.À LA TECHNIQUEInterview, prise de son et montage : François-Xavier ROBERTMusique d’outro : Mélodie hongroise de Franz SCHUBERT, arrangement électroContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
90:15 3/9/24
HWANG SOK-YONG un grand auteur témoin de l’histoire de la Corée : rencontre avec Jean-Noël Juttet, traducteur du livre LE PRISONNIER paru aux éditions Picquier
Dans cet épisode, nous avons rendez-vous avec Jean-Noël Juttet, agrégé et docteur en lettres modernes, traducteur avec Choi Mikyung de livres venus de Corée. Nous nous sommes entretenus à distance car M. Juttet vit à Séoul. Fin connaisseur de l’Asie, il a vécu au Pays du Matin Calme, à Taïwan, au Japon, en Thaïlande, il se consacre depuis plusieurs années maintenant à la traduction pour nous faire découvrir ce pan encore trop méconnu en France de la littérature étrangère : la littérature coréenne.Nous parlons à la fois de son métier, et surtout, de l'œuvre du grand écrivain coréen né en 1943, Hwang Sok-yong, à l’occasion de la sortie en librairie aux éditions Picquier de son dernier livre : « Le Prisonnier ».« Qu’elle est fragile cette liberté à laquelle j’ai tant aspiré, moi écrivain prisonnier d’un pays divisé, prisonnier de mon époque et de ma langue ! »LE PRISONNIERUne plongée bouleversante dans l’univers carcéral, doublée d’un cours sur l’histoire récente de la Corée par l’un de ses acteurs majeurs ! Hwang Sok-yong affirme avoir une excellente mémoire. Et Le prisonnier, ce texte autobiographique de 831 pages en est une illustration éblouissante. On y croise une foule de personnages que l’auteur a rencontré lors de ses combats pour une vie meilleure pour tous, dans le cadre d’un état plus démocratique. LIVRES DE HWANG SOK-YONG TRADUITS EN FRANÇAISLes Terres Étrangères, 2004 (1970 pour la parution en Corée) Monsieur Han, 2002 (1970 pour la parution en Corée) La Route de Sampo, 2002 (1973 pour la parution en Corée) L'Ombre des Armes, 2003 (1985 pour la parution en Corée)L'Invité, 2004 (2001 pour la parution en Corée) Shim Chong, fille vendue, Éditions Zulma, 2010 (2003 pour la parution en Corée) Princesse Bari, 2013 (2007 pour la parution en Corée)L'Étoile du Chien qui attend son repas, 2016 (2008 pour la parution en Corée) Toutes les Choses de notre Vie (2016, 2011 pour la parution en Corée)Au Soleil Couchant (2017, 2015 pour la parution en Corée) Le Prisonnier, 2021 (2017 pour la parution en Corée) POUR ALLER PLUS LOINJ’ai proposé un article sur la littérature coréenne et l'œuvre de Hwang Sok-yong à Paris Librairies. Vous pouvez le lire ici >> https://www.parislibrairies.fr/litterature-coreenne/ssh-10347COURTES CITATIONS MUSICALES DE CHANSONS, MUSIQUES TRADITIONNELLES OU CLASSIQUES, TOUTES CITÉES PAR HWANG SOK-YONG DANS “LE PRISONNIER”Étude N.5 pour flûte solo, Isang Yun, interprétée par Sooyun KimRosée du matin, chanson de 1971, Yang Hee-eunLa Marche pour le bien-aimé, en hommage aux événements de GwangjuEst-ce que je suis venu pour pleurer ?, chanson populaire de Nam JinSeongju Gut, « le Rituel pour la Poutre Faîtière », musique chamanique coréenne interprétée par Gugakwon, Institut national des arts traditionnels coréensC'était le quarante-troisième épisode du podcast littéraire LE JARDIN. Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire ou une note, s'il vous plaît. Votre soutien est précieux.Rendez-vous pour le prochain épisode.À LA TECHNIQUEInterview, prise de son et montage : François-Xavier ROBERTMusique d’outro : Mélodie hongroise de Franz SCHUBERT, arrangement électroContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
57:05 2/13/24
Apprendre à faire la paix : l’ILIADE d’Homère, clés de lecture de cette épopée pleine de bruits et de fureur
24 chants, 500 pages, plusieurs centaines de personnages, 16 000 vers…le poème épique l’ILIADE d’Homère narre la guerre de Troie, la “guerre qui fait pleurer”, ses grands faits d'armes, sa violence, ses retournements de situation. Ou serait-ce plutôt l’histoire de la colère du héros grec Achille pendant cette même guerre, le récit inventé de sa rage, de sa violence, de sa douleur et de sa peine ? L’Iliade est une œuvre immense qui a voyagé à travers les siècles, un trésor culturel, un texte aussi fascinant qu’imposant. J’aimerais vous donner envie de le lire. C’est tout l’objectif de ce podcast : vous transmettre des clés de lecture qui vous permettent de vous repérer dans l'œuvre, d’en connaître les principaux acteurs et d’identifier les grands tournants du récit.Vous avez rendez-vous avec des héros grecs - Agamemnon, Ménélas, Achille, Ulysse, Diomède… ; avec des Troyens - Priam, Hector, Pâris, Andromaque… ; et avec des dieux et des déesses aussi - Zeus, Héra, Athéna, Poséidon, Apollon, Aphrodite…Vous allez être témoin de leurs exploits, de leurs colères, de leurs pleurs, de leur folie, de leur entêtement, de leurs hésitations. Tenez-vous bien, ça déménage !Archaïque, sinueuse, répétitive, la langue d’Homère, le "prince des poètes", fait couler beaucoup d’encre et travailler d’arrache-pied les philologues. Nous retiendrons juste sa beauté : lâchez prise, acceptez de ne pas tout comprendre et plongez dans ce texte d’une grande poésie.La promesse de cette lecture, c'est d'entrer en résonance avec un texte qui a joué un rôle capital dans l’histoire de la littérature et des arts en Occident. Au delà du sang et des larmes, c'est aussi d'entrer en empathie avec les deux camps. Il n'y a ni bons, ni méchants chez Homère, juste des hommes faillibles et des dieux capricieux. Mon vœu, enfin, c'est qu'en analysant au plus près la "mère de toutes les guerres", on finisse par lui préférer la paix.Au fil du podcast, je lis de courts extraits de l’ILIADE, dans la nouvelle traduction proposée en 2019 par Pierre Judet de La Combe et parue dans le recueil TOUT HOMÈRE, un ouvrage publié sous la direction d'Hélène Monsacré, une coédition Les Belles Lettres avec Albin Michel.POUR ALLER PLUS LOINLes podcasts du même Pierre Judet de La Combe, “Quand les Dieux rodaient sur la Terre", sur France Inter https://www.radiofrance.fr/personnes/pierre-judet-de-la-combeLa série : "L’Iliade d'Homère - du mythe à la philosophie" dans Les Chemins de la philosophie sur France Culture https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/serie-l-iliade-d-homere-du-mythe-a-la-philosophieC'était le quarante-deuxième épisode du podcast littéraire LE JARDIN. Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire ou une note, s'il vous plaît. Votre soutien est archi précieux.Rendez-vous pour le prochain épisode.À LA TECHNIQUEPrise de son et montage : François-Xavier ROBERTMusique d’outro : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBERT, arrangement électroCourtes citations musicales : Rediscovering Ancient Greek Music (2017) https://youtu.be/4hOK7bU0S1Y?si=JxRefUQlnJnaJ3Rv ; Extrait de La Belle Hélène de Jacques Offenbach, le "couplet des rois", création par André Barbe et Renaud Doucet à l'opéra de Hambourg https://youtu.be/4oFsiFv4HyI?si=CePLZmlvQOAvkTXJ Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
82:33 1/3/24
L’exil, la famille et la construction romanesque : rencontre avec Soufiane Khaloua, auteur de La Vallée des Lazhars et lauréat du prix Hors Concours 2023
Western, road movie, histoire d’amour, récit initiatique, le premier roman de Soufiane Khaloua, La Vallée des Lazhars, mêle habilement les genres pour nous raconter l’histoire de deux familles rivales qui vivent un peu à l’écart de l’agitation du monde, au Maroc à la frontière avec l’Algérie. Publié par les éditions Agullo, maison bordelaise dont la devise est « Abolir les frontières », le livre a reçu le prix Hors Concours 2023, le 28 novembre à la Maison de la Poésie.Dans ce podcast, nous faisons connaissance avec l’auteur lauréat, Soufiane Khaloua, qui nous parle de contrebande, de famille, d’exil et d’hospitalité. Présentation de l’éditeurUn grand camion blanc parcourt une piste qui serpente au creux d’une vallée, à la frontière Est du Maroc. À son bord, Amir et son père. Cet été, ils rendent visite à leur famille après six ans d’absence. Amir est né en France, mais son père, ici, dans la vallée des Lazhars. Ils sont membres du clan Ayami. Le jeune homme a tout l’été pour retrouver une identité qui lui est un droit de naissance et dont il a pourtant du mal à s’emparer. Une Renault 18 gravit une pente et fait une arrivée tonitruante dans la nuit. À son bord, Haroun, « cousin préféré » d’Amir, revient d’un exil de trois ans. Il vient assister au mariage de sa sœur Farah, fiancée à un membre du clan d’en face, les Hokbani, qui vouent aux Ayami une haine réciproque et immémoriale. Haroun apporte avec lui les histoires haletantes de ses aventures dans tout le Maghreb. Mais petit à petit, derrière ses récits luxuriants, Amir découvre une autre version, une réalité différente, intimement liée à la vallée et à ses secrets. La Vallée des Lazhars est l’histoire d’une jeunesse qui se heurte à des frontières de toutes sortes et qui tente de s’en affranchir, par la verve, le panache, la désobéissance – par une solution qui lui est une seconde nature, l’exil.En introduction de ce podcast, on entend la voix de Gaëlle Bohé qui annonce le titre du livre lauréat. Gaëlle est directrice de Fontaine O Livres, Le pôle des acteurs indépendants de l'édition et de l'écrit. Elle a fondé l'Académie Hors Concours, association organisatrice du prix littéraire.Le comédien qui lisait les extraits sur scène s’appelle David Sidibé.La photo reprise dans le visuel de cet épisode est de Benjamin Charlery.Créé en 2016, le prix Hors Concours récompense chaque année l’auteur·ice d’un roman ou récit francophone, publié par une maison d’édition indépendante. Il propose à son comité de lecture une découverte de la littérature de création, contemporaine et récente.Pour en savoir plus sur  l'Académie Hors Concours, vous pouvez consulter son site Internet (hors-concours.fr), ou bien la retrouver sur les médias sociaux :  Instagram (@prixhorsconcours), Facebook (@HorsConcours) et Twitter (@PrixHC).C'était le quarante-et-unième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire ou une note, s'il vous plaît. Votre soutien est archi précieux.Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEPrise de son et montage : François-Xavier ROBERTMusique d’outro : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBERT, arrangement électroCourtes citations musicales : Flow sur Pixabay Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
47:05 12/15/23
Le conflit intérieur comme moteur de la fiction : rencontre avec Caroline BOUFFAULT, autrice de Thelma - Mention spéciale du prix Hors Concours 2023
Mardi 28 novembre 2023, dans la soirée, au cœur de Paris dans la Maison de la Poésie, passage Molière, l’autrice Caroline Bouffault a reçu la Mention spéciale du Prix Hors Concours 2023 pour son premier roman : Thelma.Ce livre est publié par les éditions Fugue, maison d'édition indépendante tout juste fondée en 2022.Caroline Bouffault se trouvait sur scène en compagnie de la journaliste Isabelle Motrot, membre du jury.J'étais assis au deuxième rang pour enregistrer l’intégralité de la remise de prix et les interviews des différents auteurs. Nous nous sommes ensuite retrouver le surlendemain avec l'autrice, dans les locaux de l’Académie Hors Concours pour compléter l’entretien. Cet épisode du podcast est le fruit de ce partenariat et la synthèse des deux interviews.Présentation du livre Thelma par l’éditeurCertains ont des amis imaginaires ; d’autres, des tyrans intérieurs. Celui de Thelma s’appelle l’Entraîneur. Il règne sur son quotidien, lui enjoint de compter les calories et lui impose une discipline de fer. Soumise à sa loi, la lycéenne épuise son entourage et flirte avec l’abîme. Mais avec l’appui de son amie Violette, une issue se dessine : du marathon ou de la séduction de son professeur de sport, quel projet déraisonnable saura la tirer des griffes de l’Entraîneur ? Combative et lucide, fragile et ironique, Thelma tâche de s’inventer un chemin parmi des adultes aussi désorientés que leurs cadets. La trajectoire de la jeune fille s’entrechoque à celle de ses proches, et le roman nous plonge tour à tour dans les aléas de la vie de couple, les passions des amitiés adolescentes, les paradoxes des fratries… Avec empathie, justesse et une irrésistible drôlerie, Caroline Bouffault signe avec Thelma une comédie dramatique intergénérationnelle, qui est aussi un premier roman émouvant et solaire.On entend en introduction de ce podcast la voix de Christine Delrocq annoncer la mention spéciale accordée à Caroline Bouffault. Christine est chargée de la programmation littéraire du Prix Hors Concours.Le comédien qui lisait les extraits sur scène s’appelle David Sidibé.Créé en 2016, le prix Hors Concours récompense chaque année l’auteur·ice d’un roman ou récit francophone, publié par une maison d’édition indépendante. Il propose à son comité de lecture une découverte de la littérature de création, contemporaine et récente.Pour en savoir plus sur  l'Académie Hors Concours, vous pouvez consulter son site Internet (hors-concours.fr), ou bien la retrouver sur les médias sociaux :  Instagram (@prixhorsconcours), Facebook (@HorsConcours) et Twitter (@PrixHC).C'était le quarantième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire ou une note, s'il vous plaît. Votre soutien est archi précieux.Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEPrise de son et montage : François-Xavier ROBERTMusique d’outro : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBERT, arrangement électroCourtes citations musicales : Stranger Things sur Pixabay Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
35:28 12/5/23
Ginette KOLINKA, le courage de témoigner : rencontre avec JDMORVAN et Victor MATET pour la sortie de la BD “Adieu Birkenau”
“La haine, c’est déjà un pied à Auschwitz” - Ginette KOLINKAJDMORVAN est scénariste de bande dessinée et Victor MATET journaliste à France Info.  Avec Ginette KOLINKA, survivante d’Auschwitz et grande témoin de la Shoah, ils co-signent le scénario de la bande-dessinée ADIEU BIRKENAU, parue aux Éditions Albin Michel, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah.Ginette KOLINKA, née Ginette Cherkasky le 4 février 1925 à Paris, est une personnalité hors-du-commun d’une vitalité extraordinaire. Les deux auteurs nous aident à mieux la connaître et posent leur pierre à l’édifice de passeur de mémoire, si nécessaire aujourd’hui alors que les derniers survivants des camps d’extermination nazis disparaissent.En parallèle à la BD, l’exposition “Ginette Kolinka, itinéraire d’une survivante d’Auschwitz” se tient au Mémorial de la Shoah de Drancy jusqu’au dimanche 28 janvier 2024, avant de voyager dans toute la France.Le podcast a été enregistré chez une autre grande dame : la résistante et journaliste Madeleine RIFFAUD qui lutta toute sa vie contre les injustices. Merci mille fois à elle !RAPPELS HISTORIQUESShoahLa Shoah, « la catastrophe » en hébreu, désigne spécifiquement la mise à mort de près de 6 millions de Juifs d’Europe par l’Allemagne nazie et ses collaborateurs pendant la Seconde Guerre mondiale.La Shoah en France, c’est :76 000 juifs déportés dont 11 000 enfants.25% de la population juive en France est victime de la Shoah.3 000 survivants à peine au retour des camps.79 convois de déportation des Juifs de France sont sur les trois années, 1942, 1943 et 1944, notamment depuis le camp de Drancy.Grandes dates de la prise de conscienceLe procès de Nuremberg du 20 novembre 1945 au 1er octobre 1946Nuit et Brouillard d’Alain Resnais en 1956Procès Eichmann Jérusalem en 1961Shoah de Claude Lanzmann en 1985Procès de Klaus Barbie à Lyon en 1987Procès Maurice Papon en 1997CITATIONPoème de Madeleine RIFFAUD écrit à la prison de Fresnes en 1944Mitard3Les grosses clefs dans les serruresMême la nuit tournent encoreEt les éclats de leurs voix duresMe font sursauter si je dors.Bottes ferrées dans les couloirs.Porte entrouverte et refermée :Un camarade est emmené.Sur les murs, il y a des crisDes mots gravés avec un clou.Oh désespoir, ou espoir fouDe ceux qui sont morts avant moi…Je sens bien qu’ils sont encore làAutour de moi, et me regardent.Leurs yeux s’allument quelquefoisDans le noir comme dans les étoiles.Et ma tête s’appuieÀ leurs épaules d’ombre.C'était le trente-neuvième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEPrise de son, interview et montage : François-Xavier ROBERTMusique d’outro : Mélodie hongroise de Franz SCHUBERT, arrangement électroCourtes citations musicales : Le Chant des Marais ou Chant des déportés, interprété par Ginette KOLINKA ; Un Autre Monde du groupe Téléphone (1984), Jean-Louis Aubert : chant, guitare rythmique ; Louis Bertignac : guitare solo, chant, chœurs ; Corine Marienneau : basse, chœurs ; Richard Kolinka : batterie, percussions : Paul « Wix » Wickens : synthétiseur ; sadness-in-roads-to-nowhere-23407 et dark-cinContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
49:19 11/16/23
Manifeste pour renouer avec la nature : rencontre avec Michel BLAY, auteur de L'Ordre du Technique
Philosophe et historien des sciences, physicien, directeur de recherche honoraire au CNRS, auteur de plus d’une vingtaine de livres, Michel BLAY nous invite à une méditation, un voyage dans le temps et l’histoire des idées dans son nouvel ouvrage : L'Ordre du technique - Comment il s'est imposé ? Comment en sortir ?paru aux Éditions L'échappée.Comme le démontre la crise écologique, l’humanité est engagée dans une fuite en avant qui peut la conduire à sa destruction par l’altération complète de son milieu de vie. Ce livre nous permet de comprendre comment nous en sommes arrivés là, tout en nous donnant les clés pour engager une réorientation radicale. Citation de Paul Valéry La machine gouverne. La vie humaine est rigoureusement enchaînée par elle, assujettie aux volontés terriblement exactes des mécanismes. Ces créatures des hommes sont exigeantes. Elles réagissent à présent sur leur créateur et les façonnent d’après elles. Il leur faut des humains bien dressés ; elles en effacent peu à peu les différences et les rendent propres à leur fonctionnement régulier, à l’uniformité de leurs régimes. Elles se font donc une humanité à leur usage, presque à leur image.Il y a une sorte de pacte entre la machine et nous-mêmes, pacte comparable à ces terribles engagements que contracte le système nerveux avec les démons subtils de la classe des toxiques. Plus la machine nous semble utile, plus elle le devient ; plus elle le devient, plus nous devenons incomplets, incapables de nous en priver. La réciproque de l’utile existe.  La Machine gouverne, Paul ValéryCitation de Jean-Paul Michel Quand on vient d'un monde d'Idées la surprise est énormede connaîtreque les choses ont un goût de choses etde se perdre en elles - déliced'une excursion en montagne d'unepromenade devantla mer - simplement baigné par l'élément- d'un coup pourvu de tout ledésirable.De plain-pied maintenant avec toute réalité friableSavoureuse loin de tout discours absorbé par le Paysage - à mon tour arbre, chose, décor,- la brioche molle de toute réalité, ses saveursde cannelle, de noix concassées et de vanilles -Serait-ce donc cela l'Accès ? -Qu'interdisaient toute colère, tout enthousiasme, toute certitudeabstraite quant à ce qui "devait" advenir ? -Et l'ignorance de ce qu'il fallaitLa maladresse, ses épreuves, pour allerEnfin dans la lumièreDes choses simples et belles ?Quand on vient d'un monde d'Idées la surprise est énorme, Jean-Paul MichelAutres livres de l’auteurLes Raisons de l’infini, Gallimard, 1993Dieu, la nature et l’homme, Armand Colin, 2013Critique de l’histoire des sciences, CNRS éditions, 2017C'était le trente-huitième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) . À LA TECHNIQUEInterview : François-Xavier ROBERT et Meropi MORFOULICourts extraits musicaux : Concerto en sol majeur de Maurice Ravel pour piano et orchestre, Concert “Strauss-Ravel” avec le chef d’orchestre russe Vladimir Jurowski et la pianiste Hélène Grimaud, le 24 janvier 2009 à la Cité de la musique (Paris).Les poètes, album Paname de Léo Ferré, paru en 1960 chez Barclay.“lls marchent dans l'azur la tête dans les villes Et savent s'arrêter pour bénir les chevaux Ils marchent dans l'horreur la tête dans des îles Où n'abordent jamais les âmes des bourreaux”Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
68:23 10/31/23
Une BD pour proclamer la fierté : rencontre avec Antoine Idier et Pochep, auteurs de Résistances Queer - Une histoire des cultures LGBTQI+
Bande dessinée et sciences humaines font souvent bon ménage. C’est particulièrement le cas ici avec la BD : Résistances Queer - Une histoire des cultures LGBTQI+, à paraître le 18 octobre 2023 en co-édition entre les éditions de La Découverte et Delcourt. Partons à la découverte de cette histoire de l’homosexualité, de ses cultures, de ses luttes, de ses héros !Nous avons rencontré les deux auteurs de cette BD au cœur de Paris, au siège des éditions La Découverte : Antoine Idier, scénariste de l’album, est sociologue et historien. Il s’intéresse à l’histoire de l’homosexualité, aux cultures et aux expressions minoritaires (politiques, artistiques, culturelles). Pochep, illustrateur et coloriste sur ce projet, est auteur de bandes dessinées et collabore aussi avec de nombreux magazines comme Fluide Glacial, La Revue Dessinée, TOPO...Il est le fondateur de la revue entièrement illustrée Bulge, qui détourne les codes des magazines homosexuels. Grâce à lui, la BD Résistances Queer, très riche en contenus, se lit aussi de manière très fluide et son dessin, au trait souvent caricatural, est plein d’humour.Nos deux auteurs vont nous permettre de rencontrer de nombreuses personnalités importantes dans l’histoire et les cultures homosexuelles : Oscar Wilde, Marcel Proust, Karl-Maria Kertbeny, Michel Foucault, Karl Heinrich Ulrichs, Havelock Ellis, Judith Butler, Colette, André Gide, Jean Genet, Virginia Woolf, Violette Leduc, et bien d’autres encore très connues, moins connues ou inconnues.Une BD nécessaire qui s’adresse à toutes celles et ceux désireux de comprendre les luttes des minorités LGBTQI+ et, nécessaire aussi pour se rappeler qu’il est toujours d’actualité de proclamer nos fiertés !Autres ouvrages des auteursAntoine IdierLes Vies de Guy Hocquenghem, Fayard, 2017Archives des mouvements LGBT+, Textuel, 2018Pureté et impureté de l'art. Michel Journiac et le sida, Sombres torrents, 2020PochepVieille Peau, éd. Audie/Fluide Glacial, 2017 Histoire dessinée de la France, avec Jérémie Foa, co-édition La Découverte et La Revue DessinéeUn homme d'intérieur, éd. Exemplaire, mars 2022C'était le trente-septième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEPrise de son et montage : François-Xavier ROBERTMusique d’outro : Mélodie hongroise de Franz SCHUBERT, arrangement électroCourtes citations musicales : Reprise en 1989 par Jimmy Somerville de You Make Me Feel (Mighty Real), chanson de Sylvester enregistrée en 1977The 80s Retrowave Synthwave par The_Mountain, sur Pixabay https://pixabay.com/music/synthwave-the-80s-retrowave-synthwave-143303/Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
59:54 10/17/23
Liberté, Égalité, Pédérité ! : une rencontre pour repolitiser nos existences avec Florent Manelli et Anthony Vincent autour du livre collectif P*d*s, orchestrée par Fanny de la librairie À la marge de
En se réappropriant l’insulte “p*d*” et en faisant un symbole de lutte et de fierté, un “outil politique, historique et militant”, les gays/homosexuels/queers/LGBTQIA+ affirment leur identité. Ou plutôt leurs identités plurielles, multiples, aussi riches et diverses que les couleurs de l’arc-en-ciel. Cette diversité et ces identités, on en retrouve un bel échantillon dans le livre collectif “P*d*s”, coordonné par Florent Manelli, auquel Anthony Vincent a participé avec six autres auteurs : Jacques Boualem, Camille Desombre/ Matthieu Foucher, Adrien Naselli, Julien Ribeiro, Ruben Tayupo et Nanténé Traoré. Soit huit plumes au total, huit parcours de vie, huit textes à découvrir, “huit points de vue sur les luttes p*d*”.Comme l’explique Anthony, les hommes qui aiment les hommes peuvent se référer à des grands modèles, des grands anciens :  “Il y a plein de figures tutélaires, d’auteurs, de “frères de texte” qui représentent autant d’actes individuels, de pointillés, et je trouvais intéressant de relier ces pointillés ensemble à travers un ouvrage collectif.”Les écrivains - Hervé Guibert, Armistead Maupin, Guillaume Dustan ; les philosophes, sociologues, chercheurs - Audre Lorde, Monique Wittig, Didier Éribon ; les militants - Didier Lestrade, Mark Ashton, Sylvia Rivera, toutes et tous sont cités lors de la rencontre par nos deux auteurs. Aux écrivains, on pourrait ajouter bien sûr des figures tutélaires comme Marcel Proust, Oscar Wilde, André Gide, Jean Genet et tant d’autres… Comme le rappelle Anthony : “Être à la marge de la marge offre une vue imprenable sur la société, ses travers, ses angles morts.”Cette rencontre a été enregistrée en direct à la librairie “À la marge” de Montreuil.MERCI à Fanny qui posait les questions, ainsi qu’à Julie, les deux libraires fondatrices de cette belle librairie.https://librairiealamarge.fr/Un extrait du livre P*d*s est disponible sur le site des éditions Points : https://www.editionspoints.com/ouvrage/pedes-collectif/9791041410224CITATIONS TIRÉES DU PODCAST“P*d* est un genre en soi.”“Être p*d*, c’est se donner la possibilité de faire autrement.”AUTRES OUVRAGES CITÉSSororité, Collectif dirigé par Chloé Delaume L’odeur des pierres mouillées, Léa Rivière Straight Jacket, Matthew Todd Les humilié.es, Rozenn Le Carboulec Pourquoi les gays sont passés à droite, Didier Lestrade AUTRES RÉFÉRENCES CITÉESLe code Hays (Hollywood, 1934) Morgan Noam, psy, https://www.morganlucas-therapie.com/ Hugo Bardin, alias Paloma, dans Drag Race : “J’adore les homosexuels, c’est tellement romanesque.”André Baudry : créateur de la revue homophile Arcadie.Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAR) : mouvement parisien et autonome, fondé en 1971.C'était le trente-sixième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEPrise de son et montage : François-Xavier ROBERTMusique d’outro : Mélodie hongroise de Franz SCHUBERT, arrangement électroCourtes citations musicales : Plastic Flowers par Electronic senses, sur Pixabay https://pixabay.com/music/synthwave-plastic-flowers-10122/Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
55:22 9/8/23
Homme libre, toujours tu chériras la mer ! : lectures poétiques de Baudelaire, Yourcenar, Genet, Rimbaud et Pessoa, spécial été 2023
Voici un épisode d’été de votre podcast littéraire “Le Jardin”. Je vous propose des lectures de poèmes de Charles Baudelaire, Marguerite Yourcenar, Fernando Pessoa, Jean Genet et Arthur Rimbaud.Un seul fil directeur : l’amour de la poésie…et peut-être aussi la mer, le sommeil, l’amour, la mélancolie, le spleen.Bonne écoute !L’homme et la merHomme libre, toujours tu chériras la mer !La mer est  ton miroir ; tu contemples ton âmeDans le déroulement infini de sa lame,Et ton esprit n’est pas un gouffre moins amer.Tu te plais à plonger au sein de ton image ;Tu l’embrasses des yeux et des bras, et ton coeurSe distrait quelquefois de sa propre rumeurAu bruit de cette plainte indomptable et sauvage.Vous êtes tous les deux ténébreux et discrets :Homme, nul n’a sondé le fond de tes abîmes ;Ô mer, nul ne connaît tes richesses intimes,Tant vous êtes jaloux de garder vos secrets !Et cependant voilà des siècles innombrablesQue vous vous combattez sans pitié ni remord,Tellement vous aimez le carnage et la mort,Ô lutteurs éternels, ô frères implacables !Charles Baudelaire (1821-1867) L’homme et la mer se trouve dans la première partie intitulée “Spleen et Idéal” du célèbre et scandaleux recueil des Fleurs du mal.Deux chiffres : Chaque année, entre 5 et 13 millions de tonnes de plastique terminent dans les océans. Les océans pourraient contenir plus de plastique que de poissons d'ici 2050.Plus de 20 000 décès de migrants enregistrés en Méditerranée depuis 2014.La mer et ses profondeurs, on la retrouve aussi comme métaphore du sommeil dans un texte en prose de la grande Marguerite Yourcenar (1903-1987). Issu de Feux (1936), recueil de textes inspirés de la mythologie et par la douleur d’une passion amoureuse à sens unique.Extrait d’interview Marguerite Yourcenar interviewée par Jacques Chancel dans Radioscopie en 1980, InaFernando Pessoa (1888-1935) : le grand poète portugais de Lisbonne, un autre mélancolique. Lecture de trois poèmes : Dans la nuit terrible ; Ajournement et Tripes à la mode de Porto, textes tirés de Bureau de tabac & autres textes d'Alvaro de Campos, éditions Chandeigne, traduction de Max de Carvalho.Claude Debussy (1862 - 1918) avait cinq ans à la mort de Charles Baudelaire. Il a mis cinq de ses poèmes en musique.Extrait musical :  Rêverie de Claude Debussy, interprété par le pianiste, musicien japonais Sanshiro https://youtu.be/QW6D93Oy374Jean Genet (1910-1986) : lecture de son poème La ParadeDans une lettre à son ami Roland Laudenbach, Genet écrit : “J’ai griffonné un petit poème à propos d’un jeune boxeur que j’appelais “Geo-la-voix-d’or-battu”, et que j’ai gardé en cellule, à la 230, bien des matins dans mes draps.”Le vers “Par toi-même soit toi mon coeur multiplié” est un souvenir de Baudelaire :“Mon coeur multiplié jouit de tous vos vices” (Les Petites Vieilles).Extrait d’interview de Jean Genet à l’âge de 72 ans, extrait d'un entretien avec Bertrand POIROT-DELPECH réalisé et filmé le 25 janvier 1982.Extrait du journal présenté par Claude Sérillon annonçant la mort de Jean Genet, Ina.C'était le trente-cinquième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
38:25 8/24/23
Écrire comme on vit une expérience de sortie de corps : rencontre avec GABRIEL CHOLETTE, auteur de “Les Carnets de l’Underground”
Oubliez le “sex, drugs & rock’n’roll”, expression phare de la contreculture des années 60 et 70, et découvrez le “sex, drugs & techno” du début des années 2000 avec un guide expert : Gabriel Cholette. Il nous tient la main pour aller à la rencontre d’une culture underground, nocturne, une culture de la fête, une culture queer de danse et d’excés, dans les raves, avec ses amis de la tribu des “club kids”, des jeunes qui se construisent sur les dance-floors.Gabriel vit et travaille à Montréal, il est docteur en littérature médiévale et chargé de cours à l'Université de Montréal.Son premier livre “Les Carnets de l’Underground” a été publié chez Tryptique dans la collection “Queer”, le 13 janvier 2021 au Canada. Sa parution en anglais, “Scenes from the Underground” a eu lieu chez House of Anansi le 4 octobre 2022. Et enfin, le 13 juin 2023, la maison d’édition basée à Bordeaux “Le Gospel” a repris le livre en France. “Un cocktail d’excès, de décalage, de provocation, d’hybridité et de déviance…”Paul-François Sylvestre, L’Express Canada“Petit manuel pour non-initié·es”Isabelle Beaulieu, LQ revue Lettres québécoises“Une plume rythmée et poétique”Vincent Gauthier, Bible urbainePRÉSENTATION DE L'ÉDITEURLes carnets de l’underground, ce sont les notes de terrain d’un club kid de Montréal, doctorant en études médiévales, qui court du Mile End à Berlin, en passant par Manhattan, pour ne rien manquer du lifestyle sexe, drogues et musique techno. Écrits dans une langue orale, désinhibée, rythmée par une pratique de l’écriture héritée d’Instagram.« Bert me place en haut sur le rebord de la cabine pour prendre des photos tests parce que l’éclairage est beau. Je viens d’entendre pour la première fois l’expression “faire de la soupe”: ça veut dire mélanger les fonds de poche de tout le monde qui s’est ramassé dans la cabine des toilettes du club, md ouvertes, kétamine, vieux speed sec, pills de e crushées, pour en faire des grosses lignes qui vont nous permettre d’oublier les quarante-huit dernières heures qui ont été difficiles. » LES 3 CONSEILS DE LECTURE DE GABRIELCandyass, Nick ComillaLes Argonautes, Maggie NelsonLa Déesse des mouches à feu, Geneviève PettersenLES 3 SONS CONSEILLÉS PAR GABRIELPhantom Studies, Ben Klock et Marcel DettmannBatuque, Dom la Nena, Jeremy Sole & Atropolis RemixGimme some, WevalAUTRES RÉFÉRENCES CITÉES DANS LE PODCASTLe vin de la Saint-Martin, d'après Pieter Bruegel, vers 1527, Musées royaux des Beaux-Arts de BelgiqueL'amour est un chien de l'enfer, Charles BukowskiAmerican Psycho, Bret Easton EllisC'est le  trente-quatrième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTMusique d’intro : création d’une musique originale techno grâce à l’IA avec https://www.beatoven.ai/Bruitages et sons divers : chants d’oiseauxContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
41:10 7/3/23
Errer et semer des chansons : hommage à l’auteur-compositeur-interprète Jean-Louis MURAT (1952-2023)
“Chanter est façon d'être au mondeChanter est ma façon d'aimerMon coeur est sorti de la rondeChanter est ma façon d'errer”Voici le premier couplet de la chanson “Chanter est ma façon d'errer”, le quatrième titre de l’album “Le Cours ordinaire des choses” de Jean-Louis MURAT.Cet immense auteur-compositeur-interprète vient de nous quitter. Dans cette chanson, tout comme dans plusieurs entretiens, il revendiquait une forme d’errance. Une errance poétique. Une liberté, bien à lui, d’écrire et de composer.Sa disparition m’a beaucoup touché et je tiens à lui rendre hommage en vous invitant à découvrir son travail dans cet épisode exceptionnel du podcast Le Jardin. Et comme il le confesse dans la chanson “Perce-neige” de l’album “Dolorès” : “Rien n'est important, j'écris des chansons Comme on purgerait des vipères"Bonne écoute et bon dernier voyage à Jean-Louis MURAT au pays des poètes !CITATIONSEntre deux draps Entre deux draps de toile belle et bonne, Que très souvent on rechange, on savonne, La jeune Iris, au cœur sincère et haut, Aux yeux brillants, à l'esprit sans défaut, Jusqu'à midi volontiers se mitonne. Je ne combats de goûts contre personne, Mais franchement sa paresse m'étonne ; C'est demeurer seule plus qu'il ne faut Entre deux draps. Quand à rêver ainsi l'on s'abandonne, Le traître amour rarement le pardonne : À soupirer on s'exerce bientôt : Et la vertu soutient un grand assaut, Quand une fille avec son cœur raisonne Entre deux draps.Antoinette DESHOULIÈRES (1638 - 1694)À LA TECHNIQUEConception et réalisation : François-Xavier ROBERTCourtes citations musicales : Accueille-moi paysage, Album : Taormina (2006), V2 Records / Universal Music Group ; J'ai fréquenté la beauté, Album : Babel (2014), PIAS ; Suicidez-vous le peuple est mort (1981) ;Déjà deux siècles...89…, Album : Cheyenne Autumn (1989), Virgin Records ;Avalanche IV, Album : I'm Your Fan: The Songs Of Leonard Cohen By…, produit par le magazine Les Inrockuptibles (1991) ;Brûle-moi, Album : Dolorès (1996), Virgin records ;Les Hérons, Album : Mustango (1999), Virgin records ;Entre deux draps, Album : Madame Deshouillères (2001), Virgin records ;Caillou, Album : Taormina (2006), V2 Records / Universal Music Group ; La Fontaine de sang, Album : Charles et Léo (2007), V2 Records ;Tout est dit, Album : Vénus (1993), Virgin Records ;Chanter est ma façon d'errer, Album : Le Cours ordinaire des choses (2009), V2 Records / Universal Music Group ;Il neige, Album : Toboggan (2013), PIAS.Extraits des émissions : À la dérive avec Jean-Louis Murat, ​​rencontre enregistrée en 2018 par Aurélie Sfez, pour radio Nova ; L’Heure Bleue sur France Inter, interviewé par Laure Adler en 2018 ; Comme on nous parle avec Pascale Clark le 7 décembre 2011 ; Le grand entretien de François Busnel, lundi 26 septembre 2011 ; Hors Champs en 2014 avec Laure AdlerContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
23:45 6/10/23
Prix littéraire François Sommer 2023 : entretiens avec Sybille GRIMBERT, lauréate du prix avec son roman “Le dernier des siens” ; et avec Vanessa MANCERON pour le livre “Les veilleurs du vivant”
“Quand le dernier d'une espèce disparaît, vous ne retrouverez rien, nulle part, qui vous rappellera cet être-là. C'est fini. C'est une mort, doublée d'une mort.”Sybille GRIMBERT, autrice de “Le dernier des siens” (extrait de l’entretien)Le vendredi 20 janvier 2023 avait lieu la remise du Prix littéraire François Sommer 2023, dans les salons de l’Hôtel de Guénégaud à Paris. Il s’agit du siège de la fondation François Sommer et du Musée de la Chasse et de la Nature.Ce prix qui existe depuis plus de quarante ans met en lumière des livres, des essais aussi bien que des romans, qui abordent le thème de la nature. Les jurés, cette année, ont dû se pencher sur huit livres, issus d’une sélection effectuée à partir d’un ensemble de pas moins de quatre-vingt nouveautés littéraires.Partons à la rencontre du livre lauréat et de son autrice, ainsi que des autres livres de la sélection.LE LIVRE LAURÉAT en 2023SYBILLE GRIMBERT  Le dernier des siens, roman paru aux éditions Anne CarrièreLES 7 AUTRES AUTEURS FINALISTESFAHIM AMIR Révoltes animales (Divergences) GABRIELLE CHITEAU-FILBA Sauvagines (Stock) MARIELLE MACÉ Une pluie d’oiseaux (Corti) VANESSA MANCERON Les veilleurs du vivant - Avec les naturalistes amateurs (Les Empêcheurs de penser en rond) RAPHAËL MATHEVET et ROMÉO BONDON Sangliers - Géographies d’un animal politique (Actes Sud) KARINE MIERMONT Vies de forêt (L’Atelier contemporain) FANNY TAILLANDIER Delta (Le Pommier)AUTRES INTERVENANTS DANS LE PODCASTVanessa Manceron - autrice de “Les veilleurs du vivant”Xavier Pattier  - Président du Jury du Prix François Sommer Alban de Loisy - Directeur Général de la Fondation François Sommer Monsieur de Loisy a lu un texte de Henri de Castries - Président de la Fondation François Sommer Dorian Jude, libraire du musée de la Chasse et de la Nature Emma-Louise Lavigne et Adrien Desingue, étudiants du Master Gouvernance de la transition écologie et sociétés (AgroParisTech/Paris Saclay)“Et cela m'a transformée aussi dans la mesure où aujourd'hui, je ne peux plus passer devant une petite plante qui pousse au bord d'un trottoir sans la regarder de près et m'interroger sur qui elle est, d'où elle vient, la regarder de près, regarder la texture de ses feuilles et donc rentrer dans le détail aussi. C'est une autre expérience du monde végétal et animal. C'est un mode d'attention qui fait surgir de la nouveauté et de l'étonnement, de l'émerveillement aussi, et qui permet de faire exister ces êtres qui, sans cela, sont invisibles et à côté desquels on passe sans même y faire attention.”Vanessa MANCERON (extrait de l’entretien)À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTMusique d’intro : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBERT, guitare classique et guzheng en intro ; arrangement électro en conclusionCourte citation musicale : Flow de https://pixabay.com/Bruitages et sons divers : pingouins qui braient ; oiseaux des jardins anglaisContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
25:50 6/1/23
#10MARSJELIS et je lis le premier chapitre de BE-BOP, livre de Christian Gailly paru aux Éditions de Minuit
BE-BOP est un livre de Christian Gailly paru en 1995 aux Éditions de Minuit et réédité dans la collection poche "Minuit double" du même éditeur.Si vous aimez le jazz, ce petit livre est écrit pour vous. Le rythme même de l'écriture fait penser à une  improvisation lors d'un concert de cette musique qui n'est jamais aussi émouvante et forte que lorsqu'elle est jouée en live, en direct.Le be-bop, c'est ce premier mouvement de libération de la forme jazz qui aboutira au free jazz. Mais bon, ce livre n'est pas un traité de musicologie. C'est un roman, super bien écrit et qui donne envie de jouer et d'écouter de la musique, mais aussi de voyager sur les rives du Lac Léman...C'est aussi un hommage à Charlie Parker (1920-1955), surnommé "Bird",  saxophoniste alto et l'un des jazzmen les plus influents de l'histoire.J'ai décidé de vous lire le premier chapitre du livre de Christian Gailly, "BE-BOP", parce qu'aujourd'hui 10 mars, sur l'initiative du Centre National du Livre (CNL), c'est #10MARSJELIS. Donner envie de lire, c'est l'un des objectifs de mon podcast. Et je souhaitais modestement participer à cet événement.Pour accompagner ma lecture, j'ai ajouté un léger grésillement, celui d'un vieux disque vinyle, ce grain si caractéristique qui crée un volume. J'ai mis aussi un extrait de Charlie Parker interprétant "Lover Man", morceau de musique cité par l'auteur dans son texte.Rendez-vous bientôt pour un nouvel entretien avec un auteur.Bonne écoute et surtout bonnes lectures !Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
02:21 3/10/23
Rêver d'un jardin à Tivoli : tentative, poétique et musicale, d'éloge de la Villa d'Este en Italie
L'automne dernier, j'ai enregistré le bruit de l'eau dans les jardins de la Villa d'Este. Au début de ce court poème musical, vous pouvez entendre ce son si particulier, capté dans l'allée des "Cent Fontaines" - le Cento Fontane. Et à la fin, vous entendrez celui de la fontaine de la "Petite Rome" - Fontana di Rometta.On pourrait croire que Rome arriverait facilement à bout de toute capacité d'émerveillement, tellement elle regorge de sites enchanteurs. Mais sa campagne aussi a de quoi enthousiasmer le plus blasé des voyageurs. C'est le cas des jardins de la Villa d'Este, joyau de la Renaissance situé dans la petite ville de Tivoli.Pour accompagner mon texte "Rêver d'un jardin à Tivoli", en plus des bruits d'eau, j'ai testé une application d'intelligence artificielle pour créer un morceau électronique au rythme entrainant. J'espère que ces essais vous plairont.Rendez-vous très vite pour un nouvel épisode du podcast littéraire Le Jardin plus conventionnel, et avec l'interview de plusieurs auteurs qui s'intéressent à la nature dans leurs romans et leurs essais. Il y sera question du dernier survivant de son espèce, de gens qui observent les oiseaux...À suivre !C'est le vingt-huitième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Texte, bruitage, musique et montage : François-Xavier ROBERTContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
01:23 2/26/23
Se couler dans l’imaginaire et écrire de bonnes histoires : une rencontre avec l’écrivain Victor DIXEN
Il est des écrivains qui aiment explorer les territoires les plus mystérieux et les plus lointains de l’imaginaire. Victor DIXEN fait partie de cette famille d’auteurs, toujours à la recherche des meilleures histoires à raconter et de mondes à inventer ou à réinventer, pour “vivre plusieurs vies en une et dans plusieurs mondes”. J’ai pu rencontrer Victor DIXEN sur le stand des éditions Robert Laffont lors du SLPJ (Salon du livre et de la presse jeunesse) de Montreuil en Seine-Saint-Denis.Écoutons-le !Les musiques et extraits de livres audio de ce podcast sont tirés des Livres 1 et 3 de la saga Vampyria. Les textes sont lus par Marie du Bled. Des liens vers ces livres audio sont indiqués en bas de cette page.Merci aux éditions Robert Laffont et aux équipes de Lizzie.Pour en savoir plus sur l’auteur, vous pouvez vous rendre sur son site : http://victordixen.com/EXTRAITS“J'adore écrire la nuit et j'adore lire la nuit aussi. Je pense que c'est un moment où l'imagination peut s'envoler sans aucune contrainte.”“Débrider, étymologiquement, c'est enlever la bride. Effectivement, c'est laisser la cavale de l'imagination partir au triple galop. Et oui, j'ai envie de partir très loin sur le dos de mon imagination.”“Souvent, l'originalité ce n'est pas une idée qui jaillit d'elle-même comme ça de nulle part. C'est plutôt la mise en relation de choses qui n'étaient pas connectées jusqu'à présent.”“La lecture, pour moi, c'est un acte de résistance pour se réapproprier son temps, pour se réapproprier le temps long.”“Même si on se nourrit de ses souvenirs et de ses sensations, j’écris plus pour sortir de ma peau. J’essaie d’inventer des personnages principaux qui sont, au contraire, différents de moi. Je n’essaie pas de faire œuvre d’auto-fiction. Ce que je veux, c’est de la Fiction avec un F majuscule.”“Souvent dans la vie on a l’impression d’être sur un chemin tout tracé, on se raconte un histoire sur son passé mais aussi sur son futur. Et lorsqu’on fait un tirage de cartes [de tarot], c’est comme si on enlevait les œillères et qu’on voyait tous les chemins qui s’ouvrent à nous.”LES LIVRES DE L’AUTEURExtincta (Robert Laffont, 2019) Cogito (Robert Laffont, 2019) Tambours dans la nuit (Griffe d’Encre, 2014)Série Vampyria (2020- en cours)Série Phobos (Robert Laffont, 2015 - 2017)Série Animale (Gallimard Jeunesse, 2013-2015)Série Le Cas Jack Spark (Jean-Claude Gawsewitch, 2009-2012)POUR UNE IMMERSION SONORE TOTALEVampyria, Livre 1 : La Cour des Ténèbres - Victor Dixen - LizzieVampyria, Livre 2 : La Cour des Miracles - Victor Dixen - LizzieVampyria - Livre 3 La Cour des Ouragans - Victor Dixen - LizzieC'est le vingt-septième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTCitations musicales et extraits : Saga Vampyria de Victor Dixen, tome 1 (La Gigue sans repos) : © Éditions Robert Laffont, S.A.S., Paris, 2020 ℗ Lizzie, un département d’Univers Poche, Paris, 2021 ; tome 3 (tous les autres extraits) : © Éditions Robert Laffont, S.A.S., Paris, 2022 ℗ Lizzie, un département d’Univers Poche, Paris, 2022Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
34:18 1/27/23
Une chanson dystopique pour la nouvelle année : ROBOTO - êtres humains robotisés et robots humanisés
Bonjour et très belle année 2023 à toutes et tous !Pour commencer la nouvelle année, j'aime partager avec vous une création audio qui sort de l'ordinaire de ce podcast littéraire et des interviews d'auteurs habituellement diffusées ici.  En 2022, c'était un poème sur Naples, NAPLES K466, à réécouter en suivant ce lien : https://bit.ly/naples_k466Cette année, je vous propose une chanson inspirée par le Japon, les années 90, les robots...et les luttes sociales.J'espère qu'elle vous plaira.ROBOTO - êtres humains robotisés et robots humanisésAnnées 2030. Au moment où les robots deviennent de plus en plus humains, on observe que les humains se comportent de plus en plus comme des robots.Du Japon à l'Europe, frères robots, frères humains : unissez-vous pour reconquérir votre liberté !"Le robot-amant sera un produit véritablement révolutionnaire. À la différence d'un être humain normal, peu importe la manière dont vous le traitez, aussi rude soit-elle, il ne s'en formalisera pas. Et quand vous n'en aurez plus besoin, vous pourrez facilement vous en débarrasser. Ah ! N'est-ce pas fantastique ?"Source : série japonaise "Zettai Kareshi", 2008« Deru kugi wa utareru » (出る杭は打たれる) une expression japonaise qui signifie le clou qui dépasse appelle le marteau. Cette phrase est une bonne illustration de la société nippone traditionnelle qui préfère la conformité et l'harmonie sociale à l'indépendance et à l'expression individuelle.Source : www.japoninfos.com"Nos résultats indiquent qu’une augmentation d’une unité de robot pour 1000 travailleurs va de pair avec une hausse de l’emploi de 2,2 %, ce qui corrobore la conclusion selon laquelle les robots et la main-d’œuvre sont des compléments bruts."Source : www.telos-eu.com/fr/economie/robo…te-a-loptim.htmlTEXTE DE LA CHANSON Le clou qui dépasse appelle le marteau.Sa voix est monocorde.Pourquoi pas le robot ?Ses paroles sont standardisées.Pourquoi pas le robot ?Ses gestes sont répétitifs.Pourquoi pas le robot ?Son temps est planifié.Pourquoi pas le robot ?Sa vie est mécanique.Pourquoi pas le robot ?Ses journées sont monotones.Pourquoi pas le robot ?Son horizon est limité.Pourquoi pas le robot ?Makoto, Eriko, Takeshi, Yoji, Manabu, Akira...Asimo, Nao, Erica, Mindar, Shinpo, Wakamaru*... Frères et sœurs de combat.*Les prénoms "Makoto, Eriko, Takeshi, Yoji, Manabu, Akira" sont des prénoms japonais courants au Japon. Les prénoms "Asimo, Nao, Erica, Mindar, Shinpo, Wakamaru" ont été donné à des robots célèbres. Paroles et textes de la chanson, voix : François-Xavier ROBERTCréation de la mélodie et mise en musique par : Julien HAURANTContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
01:51 1/1/23
Diaspora chinoise, créolité et réalisme magique : une rencontre avec Pierre-Mong LIM, traducteur de trois romans venus du monde sinophone, “Pékin 2050”, “Pluie” et “La Traversée des sangliers” aux Édi
Dans cet épisode, je donne la parole à un traducteur, et pas à un auteur. Mais, finalement, est-ce si différent ?Voici des éléments de réponse avec Pierre-Mong LIM, traducteur littéraire du chinois (mandarin) vers le français. Il est également docteur en études chinoises transculturelles et chercheur indépendant, et travaille sur les problématiques liées aux expressions culturelles du monde sinophone. Et oui, il y a une sinophonie comme il y a une francophonie : des auteurs de langue chinoise avec des nuances, des variations, des inventions propres à une communauté, à un territoire, à une vie singulière loin du "centre", de la métropole, de la langue "officielle". Grâce à Pierre-Mong LIM, nous pouvons découvrir des auteurs issus de la communauté chinoise de Malaisie qui vivent aujourd’hui à Taïwan. Écoutons-le pour comprendre cette aventure passionnante à la croisée de l’histoire, de la géopolitique et de la littérature.LIVRES TRADUITS AUX ÉDITIONS PICQUIERPékin 2050, LI Hongwei, avril 2021Pluie, NG Kim Chew, octobre 2021, lauréat du Prix Émile Guimet de littérature asiatique 2021La Traversée des sangliers, ZHANG Guixing, janvier 2022EXTRAITS“La traduction, c'est d'abord la lecture la plus rigoureuse de chaque mot, chaque phrase, et puis après c'est faire sens de chaque mot, chaque phrase dans la totalité.”“En lisant NG Kim Chew et ZHANG Guixing, ou d'autres auteurs, je me suis demandé : comment je vais traduire ça, pas seulement la langue, mais aussi toute cette nouveauté, cette inventivité, cette fraîcheur de langage ? Qu'est-ce qu'il y a comme équivalent français ? Je l'ai dit ailleurs, mais je me suis intéressé alors à la littérature qu'on appelle la "créolité" en français, à des auteurs comme Raphaël Confiant, Patrick Chamoiseau, etc. Chez ces auteurs-là de la créolité, il y a un renouvellement du français, une vie de la langue qui me parle ; mais aussi historiquement, il y a une espèce d'appartenance à un même moment de l'histoire.”“C'était juste une intuition de ma part, mais je sentais qu'il y avait une espèce de proximité avec cette littérature de la créolité, et l'idée de métissage, de brassage des langues et des gens. Dans la traduction, il fallait pouvoir retrouver ce brassage-là, le faire apparaître.”“Si pendant trois ou quatre jours on ne traduit pas, il manque quelque chose quand même. On se sent un peu mal. C'est quasiment une habitude de vie.”“Il me semble que leur réalisme magique, c'est la réinvention de cette terre, de cette terre natale, mais qui est complètement fictive, littéraire : en même temps, de pouvoir parler de la plantation d'hévéas, donc quelque chose de très réaliste, puis d'intégrer les croyances dans le génie du sol, dans les êtres fantastiques... Ce sentiment de terre réelle où ils ont vécu et où le réalisme leur permet de créer une fiction. On ne peut pas parler d'utopie, mais d'un "autre lieu".”CITATIONSCase à Chine de Raphaël ConfiantLa Pérégrination vers l'Ouest (autres titres connus :  Le Voyage en Occident ; Le Singe pèlerin ;  Le Roi-Singe) de Wu Cheng'enCent ans de solitude de Gabriel García Márquez C'est le vingt-sixième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTMusique d’intro : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
46:39 12/29/22
Plus ça change, plus c’est la même chose ! Une radiographie du Royaume-Uni : rencontre avec JONATHAN COE à la librairie Le Divan
Yann Brancherie de la librairie Le Divan (Paris 15e) recevait l’auteur britannique Jonathan COE, à l’occasion de la parution, le 10 novembre 2022, de son tout dernier livre : Le royaume désuni.Les propos de l’auteur sont traduits en direct par Marguerite Capelle qui signe également la traduction de l’ouvrage. J’ai gardé les interventions de chacun d’eux sans faire chevaucher les voix pour apprécier la version anglaise aussi bien que la traduction française.EXTRAITS“It's a novel about the past, about recent history and what we can learn from it. But with all of the eras that I write about in this book, and beyond, there is not one of these times in recent British history that I'm nostalgic for. And in many ways it's an optimistic novel…”“C'est un roman sur le passé, sur l'histoire récente et sur ce que nous pouvons en apprendre. Mais parmi toutes les époques dont je parle dans ce livre, et au-delà, il n'y a pas une seule de ces périodes de l'histoire britannique récente dont je sois nostalgique. Et à bien des égards, c'est un roman optimiste…”“It's a paradox, when your parents die, I guess, that although a distance opens up, a distance that can never be crossed just because of the fact of death, but at the same time there is the potential to enter into a kind of closeness which you wouldn't have had the opportunity for before. And this happened with my mother because I found in the course of clearing out her house: letters and diaries and photographs that I'd never seen before. And suddenly, as a young woman, she came alive to me in a way which was new and surprising for me.”"C'est un paradoxe, quand vos parents meurent, je suppose : alors même qu’une distance s'ouvre, une distance qui ne pourra jamais être franchie du seul fait de la mort, en même temps se crée la possibilité d'entrer dans une sorte de proximité dont vous n'auriez pas eu l'occasion auparavant. Et c'est ce qui s'est passé avec ma mère parce que j'ai trouvé en débarrassant sa maison, des lettres, des journaux intimes et des photographies que je n'avais jamais vus auparavant. Et soudain, en tant que jeune femme, elle a pris vie pour moi d'une manière nouvelle et surprenante."CITATIONS“Alors la musique qui surgit, si rudimentaire et imparfaite soit-elle, me paraît toujours une expression plus vraie des émotions que je voudrais faire passer.”“Comme le murmure d’une rivière, comme le bruit de la marée montante, un contrepoint distant au chuintement de son balai sur les marches, une voix désincarnée chuchotant à son oreille, encore et encore, le même mantra : Plus ça change, plus c’est la même chose.”LIVRES DE L’AUTEURLa plupart de ses livres ont été publiés en France par les éditions Gallimard :Le royaume désuni, 2022Billy Wilder et moi, 2021Le cœur de l'Angleterre, 2019Expo 58, 2014La pluie, avant qu'elle tombe, 2009Le Cercle fermé, 2006Bienvenue au club, 2003Les Nains de la Mort, 2001La Maison du sommeil, 1998Testament à l'anglaise, 1995C'est le vingt-cinquième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp.Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception : François-Xavier ROBERTMusique d’intro :  “My Favorite Things” composé par Richard Rodgers et Oscar Hammerstein, pour la comédie musicale La Mélodie du bonheur, réinterprétée avec un tambour chinois, un koto japonais et un synthétiseur.Court extrait musical :  Quatuor pour lContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
31:35 12/2/22
Épisode spécial : Prix Émile Guimet de littérature asiatique 2022, mes impressions de lecture
Cette année, j’ai eu la chance de participer au comité de présélection du Prix Émile Guimet de littérature asiatique 2022. Ce prix a deux objectifs principaux : faire découvrir une Asie protéiforme et toujours surprenante.rester au cœur de la création littéraire contemporaine asiatique.Ariana Von Walter Hierso du Musée national des arts asiatiques Guimet nous en parlera plus en détail à la fin de cet épisode.L’idée ici est de vous présenter les huit passionnants livres de la sélection. Je ne vais pas vous faire un compte-rendu des avis du comité qui sont confidentiels. Je vais simplement partager avec vous mes impressions de lecture et vous lires quelques citations issues des romans.Ces huit livres représentaient huit pays : Malaisie  : La traversée des sangliers de Zhang Guixin, Éditions Picquier, traduit du du chinois par Pierre-Mong LimInde : Dérive des âmes et des continents de Shubangi Swarup, Éditions Métailié, traduit par Céline SchwallerSri Lanka : La sterne rouge de Antonythasan Jesuthasan, Éditions Zulma, traduit par Léticia IbanezCorée : À propos de ma fille de Hye-Jin Kim, Éditions Gallimard, traduit du coréen par Kyungran Choi et Pierre BisiouIran : Quand s’illumine le prunier sauvage de Shokoofeh Azar, Éditions Charleston, traduit par Muriel SapatiChine : L’hôtel du cygne de Zhang Yueran, Éditions Zulma, traduit du chinois par Lucie ModdeAfghanistan : La mort et son frère de Khosraw Mani, Actes Sud, traduit Sabrina Nouri-MoosaJapon : Petites boîtes de Yoko Ogawa, Actes Sud, traduit du japonais par Sophie RèflePoints communs dans les livres de la sélection Des premières fois : premiers romans ou premier livre traduit en françaisDialogue avec les disparus, présence des fantômes...la mort rôde.Réalisme magique et fantastique.C'est le vingt-quatrième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTMusique d’intro : chants d’oiseaux et bourdonnements d’abeilles ; morceau “My Favorite Things” composé par Richard Rodgers et Oscar Hammerstein, pour la comédie musicale de Broadway, La Mélodie du bonheur, réinterprété avec un tambour chinois, un koto japonais et un synthétiseur.Court extrait musical : chanson Kumarihami, paroles de Vernon Perera, musique de Mike Gunasekera, interprétée par Mallika Perera with The Three Sisters.Bruitages et sons divers :bruits de la forêt dans le Sarawak en malaisie https://freesound.org/people/absent1010/sounds/615001/grommellement de sangliers https://freesound.org/people/TheVeoMammoth11/sounds/492655/cloches d’un temple de Katmandou https://freesound.org/people/pashupati_007/sounds/199901/percussions coréennes https://freesound.org/people/RTB45/sounds/161972/luth iranien târ et voix https://freesound.org/people/sonsbcnintercultural/sounds/256122/lance-roquette et explosion https://freesContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
69:38 11/14/22
La force militante, amplifier la voix des opprimées : rencontre avec Antonia CRANE, autrice, activiste, danseuse, travailleuse du sexe - interview bilingue FR-ENG
“J'ai toujours été une manifestante, et j'ai toujours su que ça marchait. Et vous ne pourrez jamais vraiment me convaincre de dire le contraire, je suis désolée.”Antonia CRANE est une autrice pas comme les autres. Activiste, danseuse, chanteuse, coach littéraire, elle revendique également le statut de travailleuse du sexe. Non pas dans un seul but de fierté ou d’affirmation de soi, mais dans une dimension de lutte pour l’obtention de droits sociaux vitaux pour tout un ensemble de femmes et d’hommes oubliés trop souvent dans les luttes syndicales car ils ne rentrent dans aucune case.En écrivant ses mémoires et en publiant le livre “Consumée”, en français aux éditions Tusitala, elle fait un acte de plus dans son combat pour le droit des femmes. Et elle écrit aussi un livre passionnant !J’ai rencontré Antonia CRANE lors du Festival America de Vincennes. Découvrez son travail d’autrice et son combat pour les droits des femmes.Un version originale 100% en anglais est disponible à la fin de la version doublée pour l’écouter, rendez-vous directement à la 33e minute.The original version of this interview, a fully english one, is available, go directly to 33’. EXTRAITS“Je vois mes mémoires comme une tentative, un essai pour livrer la vérité de nos vies, de ma vie. C'est donc ce que sont ces mémoires : une tentative.”“L'écriture, j'ai besoin qu'elle soit là chaque jour, j’ai besoin de « tomber dans les bras » de l'écriture, même si c'est à l'heure du coucher.”“Un mariage, c'est tomber amoureux tous les jours. Écrire, c'est aussi tomber amoureux tous les jours.”“Je pense que les danseurs traversent le monde différemment, et j'appelle cela une sorte d'intelligence spatiale. Non pas que je sois meilleure que quiconque, mais c’est simplement que je pense comme une danseuse.”"Ne gaspillez pas le temps des autres. Racontez l'histoire comme si vous étiez sur votre lit de mort. Dévoilez le secret. Ne gaspillez le temps de personne ». Et vous avez la permission ! Donnez-vous la permission de le faire mal, et vous pourrez revenir en arrière plus tard."“Poster quelque chose sur Instagram, je pense que c'est créatif et important, mais c'est tout autre chose d'être dans les rues et de prendre des risques et de mettre son corps en jeu.”CITATIONS“Avant l'illumination ; couper du bois, porter de l'eau. Après l'illumination ; couper du bois, porter de l'eau.” Une phrase issue du bouddhisme zen, un kōan, qui souligne la nécessité de s'engager et de s'épanouir au cours du processus dans toute quête."Demeure le moins possible assis : ne prêter aucune foi à aucune pensée qui n'ait été grand air, dans le libre mouvement du corps, à aucune idée où les muscles n'aient été aussi de la fête."Friedrich Nietzsche C'est le vingt-troisième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTDoublage voix française : Meropi MORFOULIMusique d’intro : chants d’oiseaux et morceau “Roboto” mixé par Julien HaurantExtrait d’intro : Plastic flowers par Electronic-Senses, from PixabayCourt extrait musical : “Les Gens qui doutent”, une chanson d'Anne Sylvestre parue en 1977 dans l'album “Comment je m'appelle” (Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
65:57 11/3/22
Faire entendre sa voix : rencontre avec la romancière jamaïcaine Nicole DENNIS-BENN - interview bilingue FR-ENG
“Mes histoires doivent aider le lecteur à transcender sa propre compréhension du monde, à se mettre dans la peau de quelqu’un d’autre, et à voir ce que c’est que d’être cette autre personne.”Nicole DENNIS-BENN écrit sur la classe ouvrière jamaïcaine, sur l’immigration, sur la réinvention de soi, sur l’identité sexuelle ou de genre, sur la vie d’une femme lesbienne, sur la maternité…L’autrice, née en Jamaïque, qui a émigré, construit sa vie aux États-Unis d’Amérique, et, rencontré un succès bien mérité avec ses deux premiers romans, possède une plume d’une grand fluidité et développe une langue très vivante, qui lui permettent de traiter de toutes ces thématiques, et bien d’autres encore, de manière très naturelle et en donnant envie de plonger dans l’univers de ses personnages.Je l’ai rencontrée lors du Festival America de Vincennes qui fêtait ses 20 ans cette année.La voix française du doublage est celle de Meropi MORFOULI.Un version originale 100% en anglais est disponible à la fin de la version doublée, pour l’écouter, rendez-vous directement à la 27e minute. The original version of this interview, a fully english one, is available, go directly to 27:10.EXTRAITS (EN ANGLAIS)“I was always reading, so I wrote my own stories. I thought it was a fun activity! But when I migrated to the United States at 17, I was really homesick. Writing actually became a comfort to me. I started writing poetry, I started writing longhand…just anything that will come to my journal.”“I am writing for myself first and foremost. I am writing books I would have wanted to read.”“I think teaching writing is like writing which is why I opted to do it.”“It is very useful to know the rules, before you break them!”“I wanted to see all myselves on the page: I am a lesbian, dark-skinned working-class Jamaican woman. And I wanted to see that!”“What is the American Dream? It does not exist. It is a fantasy.”LIVRES DE L’AUTRICE2016 : Here Comes the Sun / Rends-moi fière, Éditions de l’Aube, traduit par Benoîte Dauvergne2019 : Patsy / 2022 : Si le soleil se dérobe, Éditions de l'Aube, traduit par Benoîte DauvergneC'est le vingt-deuxième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTDoublage voix française : Meropi MORFOULIMusique d’intro : chants d’oiseaux et morceau “Roboto” mixé par Julien HaurantExtrait d’intro : Plastic flowers par Electronic-Senses, from PixabayCourt extrait musical : Kingston, Music by Krishnananda108 from PixabayContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
57:37 10/7/22
La littérature pour comprendre autrement le monde : une rencontre avec l'écrivain québécois Kevin LAMBERT
Critique sociale, fiction syndicale, réflexion sur le capitalisme, conflits au travail, dénonciation de l’homophobie…mais aussi violence, érotisme, pornographie, sexe queer : rien ne fait peur à Kevin LAMBERT ; et surtout pas ni les mots, ni la littérature, espaces de jeu, de création et d’expérimentation.Dans ses trois premiers romans, cet auteur québécois nous livre sa vision du monde, toujours passionnante, politique et engagée, avec un grand brio et une plume inventive. Ses livres ont été très bien accueillis aussi bien par le public que par la critique.J’ai pu rencontrer Kevin LAMBERT à l’occasion du Festival America 2022 à Vincennes, où il donnait plusieurs conférences dont une sur la thématique “écrire le sexe”.Rencontre avec un auteur toujours en mouvements et en questionnements, Kevin LAMBERT.EXTRAITS“ L’écriture, cela a été une manière d’ouvrir un processus de compréhension.”“Nos textes, ce n’est pas notre peau. On peut les triturer sans que ce soit douloureux. Et c’est peut-être bon pour le texte parfois, de le changer, de le travailler, de le modifier !”“L’expérience des personnes queer, gay, lesbiennes, trans…c’est que tu vis une partie de ta vie dans le secret, une partie plus ou moins longue. Et tu es souvent confronté à réfléchir et à te mettre à la place de l’autre."“J’ai développé une sorte de sens d’autosurveillance : je me regardais moi-même, ma manière de bouger, ma manière de parler, ma manière de penser, pour ne pas me trahir.”“Quand tu vis de l’homophobie, quand tu n’as pas le droit d’être qui tu es, cela devient de la colère, cela devient de l'incompréhension pour les structures qui t’empêchent de vivre.”“En littérature, j’essaie de me questionner sur la possibilité qu'ont les humains de demander un changement, de l’exiger, de le faire en s’unissant, en formant une sorte de communauté. "“La langue, c’est l’outil de l’écriture. Je ne vois pas pourquoi je devrais hiérarchiser les instruments qui sont dans cette boîte à outils.”“Quand j’écrivais “Querelle de Roberval” en particulier, j’avais toujours “Querelle de Brest” à côté de moi et je l’utilisais comme un tarot : j’ouvrais le livre comme s’il allait me donner une réponse et souvent il m’en donnait.”“L’écriture, c’est un travail du “rater mieux”. Le travail, c’est une sorte de deuil de l’idéal. L’écriture, c’est une sorte de ratage. Il faut vivre avec ce ratage et apprendre à “rater mieux”.”CITATIONS“Mon imagination est plongée dans l’abjection, mais, sur ce point-là, elle est noble, elle est pure. Je me refuse à l’imposture ; et s'il m’arrive d’exagérer en poussant héros et aventures vers l’horrible ou vers l’obscène, c’est dans le sens de la vérité.”Jean Genet, cité par Catherine Millot dans “Gide Genet Mishima”“Jamais rien d’autre. D’essayé. De raté. N’importe. Essayer encore. Rater encore. Rater mieux.”Samuel Beckett, “Cap au pire”LIVRES DE L’AUTEUR2017 : Tu aimeras ce que tu as tué, Éditions Héliotrope / 2021 en France, Éditions Le nouvel Attila2018 : Querelle de Roberval, Éditions Héliotrope / 2019 en France, Éditions Le nouvel Attila - Prix Sade 2019 / 2021 édité en poche chez Points 2022 : Que notre joie demeure, Éditions Héliotrope C'est le vingt-et-unième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTMusique d’iContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
27:46 9/27/22
Le corps et l’écriture : une rencontre avec Larry TREMBLAY, écrivain, dramaturge, poète, essayiste, professeur, metteur en scène, danseur et comédien
Homme de lettres, homme de scènes, homme d’engagements, Larry Tremblay, né au début des années 50 près de la rivière Saguenay, à Chicoutimi dans la province francophone du Québec au Canada, semble avoir déjà vécu plusieurs vies tellement sont riches son parcours et son œuvre. Il est en effet l’auteur de plus de quarante textes : pièces de théâtre, romans, BD, livrets d’opéra, essais, poésie…Il se frotte à tous les genres et écrit aussi bien pour les adultes et les jeunes, que pour les enfants comme en témoigne le roman graphique Marco bleu, récemment paru.J’ai rencontré l’auteur (à distance) à l’occasion de la parution d’un autre roman, aux éditions La Peuplade, qui m’a beaucoup touché : Tableau final de l'amour (ISBN 9782924898987). C’est Sandrine de la librairie L’Instant à Paris qui m’avait signalé l’existence de ce roman. Et je la remercie pour cette découverte. Mais allons vite à la rencontre de l’auteur : Larry Tremblay.EXTRAITS"J'ai besoin d’avoir des arbres, des grenouilles, des sauterelles, des libellules autour de moi pour écrire dans une espèce de joie naturelle.”“C’était comme si penser, réfléchir, c’était aussi être ailleurs. Parce qu’en étant dans son contexte natal, sans distance, on n’arrive pas à le critiquer, on n’arrive pas non plus à l’apprécier dans sa grande valeur. On a besoin de distance, de bouger pour revenir chez soi et voir avec des yeux essuyés, des yeux propres dans quelle culture on vit.”“L’Inde a changé complètement et ma vie, et mon corps, et mon esprit.”“Toute mon écriture tourne autour du thème du corps. Et lorsqu’on fait du Kathakali, on est vraiment dans le corps. C’est une discipline corporelle très puissante, très martiale.”“Mon projet d’écriture s’est consolidé avec ma pratique corporelle du théâtre, de la danse, des arts martiaux. Et c’est cela qui est ma vraie base finalement.”“Je suis un écrivain-oreille ; et pas un écrivain-oeil. J’aime l’oralité. Je fais rarement de longues descriptions, à moins que j’entende la forêt ou la pluie qui parlent ! Les histoires viennent à moi à travers les voix humaines qui sont les voix des personnages.”“L’anatomie ludique est une technique que j’ai inventée pour mes étudiants en jeu qui veulent devenir acteur ; mais je me suis aperçu que je pouvais l’appliquer au domaine de l’écriture. Je me suis aperçu que des œuvres nécessitent des focus corporels particuliers.”“Avec l’imagination matérielle conceptualisée par Gaston Bachelard…on sent ces débris dans la chair des mots.”“Si je sais, je n’écris pas. Je ne veux pas savoir ce que j’écris. J’écris ; point.”“Il y a deux grands moments : la quête et l’enquête. Dans le processus de la quête, je ne prépare pas, je ne fais pas de recherche, je dois laisser sortir ce qui est déjà accumulé en moi…La deuxième étape est l’enquête : je considère ce que j’ai écrit comme une scène de crime. Pourquoi il a dit ceci ? Pourquoi il a fait cela ?”C'est le vingtième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTMixage et création musicale : Julien HAURANTMusique d’intro : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBERT, guitare classique et guzheng en intro ; arrangement électro en conclusionCourts extraits musicaux : Melappadam, Instrumental music, Kathakali, Keli, Classical DancContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
47:19 9/1/22
À la recherche des lettres et manuscrits perdus : une rencontre avec Jacques LETERTRE, bibliophile - Proust, Flaubert, Rimbaud…
Marcel Proust, Arthur Rimbaud, Marcel Aymé, Gustave Flaubert, Alexandre Vialatte et Jules Verne. Il ne s’agit pas de la liste des auteurs prescrits pour la prochaine épreuve du bac de français mais celle des six “parrains” des hôtels littéraires de Jacques LETERTRE, homme d’affaires mais surtout bibliophile. Chacun de ces six établissements permet, en effet, aux visiteurs de se plonger dans l’univers d’un grand auteur grâce aux collections de lettres et de manuscrits réunies par Jacques LETERTRE, mais aussi à des bibliothèques bien garnies et à des œuvres-d'art qui font écho à l'œuvre des écrivains. À l’occasion de la parution aux Éditions Gallimard des “Lettres à Horace Finaly” (une correspondance inédite entre Proust et son fidèle ami, grand banquier des années d’entre-deux-guerres), rencontre avec Jacques LETERTRE, un passionné qui nous fait partager ses découvertes.LIENS UTILESSociété des hôtels littéraires (avec notamment, un plan interactif sur les pas de Proust dans le Paris de la Belle Époque) : https://www.hotelslitteraires.fr/La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet : http://bljd.sorbonne.fr/ EXTRAITS“J’appartiens à la variété du “bibliophile-lecteur” ou du “bibliophile-liseur”. C’est-à-dire que j’ai lu le livre, ou je le lis, et j’ai envie de l’avoir dans une belle édition.”“Barthes a une formule un peu brutale : “Chez Proust, on ne saute jamais deux fois les mêmes passages !” Pour moi, c’est pareil, je peux le relire et trouver encore aujourd’hui des choses que je n’ai pas senties la fois d’avant.”“Il y a le moment où vous tombez sur le Graal du collectionneur, c’est-à-dire la lettre inconnue, et qui raconte une histoire que personne n’a jamais traversée.”“Quand Proust voulait parler de quelque chose de tordu, avec des raisonnements alambiqués, il disait : “tout cela est très proustic !” Il a inventé un terme. Il est capable d’infiniment d’autodérision.” [proustic/proustique]“Je veux croire qu’une partie des poèmes de Rimbaud…C’est Germain Nouveau qui les a écrits.”“Flaubert écrivait toute la nuit et quand il avait torturé les mots, parce que ses pages sont uniquement des gribouillis. Il a tout recommencé, il a tout barré. Et pour se délasser, il écrit des lettres. Et là soudain, il n’y a pas une rature.”“Ce qui m’a beaucoup plus dans l’aventure Finaly-Proust : c’est avant tout l’histoire d’une formidable amitié. Flaubert, c’est pareil quand il écrit à Sand ou Tourgueniev.”C'est le dix-neuvième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTMixage et création musicale : Julien HAURANTMusique d’intro : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBERT, guitare classique et guzheng en intro ; arrangement électro en conclusionCourts extraits musicaux : L'Isle joyeuse, L. 106, CD 109, pour piano, Claude Debussy, interprété par Yu-Shu Tsai ; Rêverie, L. 68, CD 76, pour piano, Claude Debussy, interprété par Simone Renzi, extraits en licence CC, tirés du site https://musopen.orgContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
42:33 7/4/22
L’urgence d’écrire : une rencontre avec l’écrivaine Mina NAMOUS
Mina NAMOUS a reçu mercredi 15 juin 2022 le Prix de l’Instant pour son premier roman paru aux éditions Dalva : Amour, extérieur nuit.Ce prix littéraire était remis dans l’hôtel littéraire Le Swann en présence de Sandrine Babu, libraire, Guillaume Perilhou, journaliste et auteur,  Juliette Ponce, éditrice, Marie-Anne Lacoma, relations libraires de la maison d’édition, et tous les membres du jury. Cette maison a fêté sa première année d’existence au mois de mai 2022, et il s’agit du premier roman francophone édité chez eux.Ce premier roman nous entraîne avec sa narratrice dans une histoire d’amour secrète entre Alger et Paris…Rencontre avec l’autrice Mina NAMOUS.EXTRAITS“À un moment, il y a une urgence d’écrire. Ce n’est plus vraiment un choix. Il y a quelque chose à mettre sur le papier, à faire sortir de soi-même et à porter au monde. À un moment, j’ai vraiment ressenti cette urgence.”“J’aime bien cette idée de la discipline, de faire quelque chose que l’on n’est pas obligé de faire, mais que l’on a extrêmement envie de faire.”“Je me suis laissée porter. C’est venu comme cela. Je ne savais pas où l’histoire me mènerait. Je ne savais pas qu’elle serait la fin. Je me suis laissée porter et surprendre.”“Depuis que je suis adolescente, j’avais très envie de faire ce geste : d’imprimer mon livre, de le relier, de le mettre dans une enveloppe et de l’envoyer par la poste !”“Le plus difficile et le plus excitant en même temps, c’est de voir son manuscrit, quelque chose qu’on a eu juste pour soi pendant longtemps, se transformer en quelque chose qui va être vu par tout le monde. C’est un peu comme lâcher, laisser partir son bébé.”“C’était aussi un rappel qu’en Algérie, surtout à cette époque-là, les années 90, une période très noire de l’histoire du pays, le drame n’est jamais loin.”“C’est une tension qui a été très forte en Algérie, et qui est restée [...] On attend que quelque chose de négatif se passe. Mais on peut aussi attendre que quelque chose de merveilleux se passe. On est toujours en train d’attendre que quelque chose se passe !”PRÉSENTATION DE L’ÉDITEURMina NAMOUS naît en 1984 à Paris dans une famille algérienne et passe son enfance et son adolescence en Algérie. Après un doctorat de droit, elle s’installe en tant que juriste et exerce d’abord à Alger avant de revenir vivre en France. De 2010 à 2014, cette ville lui inspire une série de chroniques et d’histoires, publiées sur le blog jeuneviealgéroise. Très suivis dans son pays, remarqués par la presse algérienne et française (de France Inter à L’Express), repris par de grands quotidiens algériens, ses articles évoquent la vie quotidienne d’une jeune femme en Algérie. Amour, extérieur nuit, premier roman de Mina NAMOUS se fait l’écho de cet univers littéraire.CITATION« Nuit d’Alger » par Joséphine Baker, 1936Oh, douce nuit d'AlgerQuand la brise se lèveEt caresse mon rêveD'un parfum d'orangerJe voudrais que le jourPlus jamais ne se lèveComme paraissent brèvesLes minutes d'amour[...]C'est le dix-huitième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTMixage et création musicale : Julien HAURANTMusique d’intro : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBERT, guitare classique et guzheng en intro ; arrContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
34:52 6/27/22
L’écriture pour coudre les fragments et les émotions : une rencontre avec l’écrivaine Hajar AZELL
Hajar AZELL est l’autrice d’un premier roman paru chez Gallimard : L'Envers de l'été. Un récit lumineux dans lequel les souvenirs sont réactivés par une disparition, où les forces de la nature se mêlent aux émotions et aux sentiments des protagonistes.Créatrice du site onorient.com qui souhaite donner à voir l’élan créatif de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, l’autrice d’origine marocaine, consultante en démocratie participative, lutte contre l’orientalisme et a décidé de placer son récit dans un pays méditerranéen imaginaire sur lequel on ne peut pas projeter nos a priori ou nos fantasmes ; mais où l’on peut retrouver l’incandescence d’un paysage et d’un art de vivre.Rencontre avec cette jeune autrice qui travaille déjà sur un autre texte.EXTRAITS“À force d’écrire, j’ai dérouillé ma plume. Et j’ai mis fin à cette peur de ne pas me sentir légitime, parce que je pense que c’est cela la plus grande barrière.”“On doit d’abord trouver la musique de son histoire…J’écris d’abord une sorte de prélude qui me sert de diapason pour retrouver cette musique du texte.”“Je me contrains à écrire tous les jours et plutôt le matin parce que j’aime bien cet état d’esprit un peu vierge de toutes les agressions, de tous les bruits de la ville, de toutes les injonctions, de toutes les notifications.”“J’écris beaucoup à l’instinct. J’aime beaucoup le fait de ne pas savoir où je vais, de pouvoir être surprise par un personnage qui m’emmène quelque part…Je ne pourrais jamais écrire si je connaissais la fin !”“C’est vraiment de l’artisanat pour moi : chaque unité, chaque phrase doit être polie, revue, relue, coupée.”“On [les écrivains] n’a pas une imagination débordante. C’est juste qu’on a décidé de la cultiver, d’y revenir, de l’archiver, d’écrire tout le temps. Moi, j’écris beaucoup par fragments : plein d’expériences ou d’émotions sont déjà écrites dans des fragments que je vais ensuite recoudre entre eux.”CONSEIL LECTURELe pain nu de Mohamed Choukri : “un livre qui m’a bouleversé, et qui peut être une expérience en soi, un livre qui raconte Tanger, un livre interdit, censuré au Maroc.” C'est le dix-septième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTMixage et création musicale : Julien HAURANTMusique d’intro : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBERT, guitare classique et guzheng en intro ; arrangement électro en conclusionCourts extraits musicaux :  Cheb, artiste marocain, الشاب T U T T I - أجمل بلد فالعالم!, à écouter sur https://youtu.be/LMrOqbT-tE4 et https://cheb.bandcamp.comContact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
21:17 6/17/22
Le roman pour tendre l’arc du temps : une rencontre avec l’écrivaine Catherine CUSSET
Catherine CUSSET construit depuis une trentaine d’années une œuvre riche et sensible en publiant régulièrement des romans aux éditions Gallimard. Dans ce podcast, elle nous confie son goût pour les histoires qui se déploient sur un temps long afin de permettre à ses personnages d’évoluer, et, pour lui permettre à elle, l’écrivaine, de capter tous les changements, toutes les évolutions, mais aussi tous les points d’ancrage sur la durée. L’autrice a eu la gentillesse de m’accorder cet entretien lors de la 27e édition de la Journée du Livre d'Asnières-sur-Seine qui se tenait dimanche 28 novembre 2021.EXTRAITS“Lire est ma passion prédominante depuis l’enfance. Je passais d’ailleurs mon temps, enfant, à inventer des histoires. Ma soeur appelait cela “mes princesses”.”“Cela m’intéresse beaucoup d’écrire à partir de ma vie. Mais pour le faire, il faut deux choses : il faut vraiment qu’un sujet devienne très important et que le livre sorte de façon presque organique ; et il faut aussi pouvoir le faire sans blesser les personnes qui m’entourent.”“Je suis inspiré d’abord par les personnages, par les personnes.”“Le temps est le sujet prédominant de mes livres qui sont souvent sur de longues durées. [....] C’est le mouvement de la vie qui m’intéresse : c’est-à-dire à travers le temps ce qu’on devient ; ce qui change en nous ; ce qui résiste ; ce qui persiste.”“Ce qui donne l’impression de vitesse : c’est de toujours s’en tenir à l’idée principale [du roman].”“C’est une routine. J’ai besoin d’une routine. Et cette routine, il va falloir que je la recrée.”“Je crois à l’interaction. Je crois beaucoup à l’aveuglement sur soi. Donc mon but dans la vie, c’est de le dépasser, c’est d’enlever les bandeaux, c’est d’en savoir plus sur moi et sur mon écriture.”“Je crois au re-travail. La première version pour moi, c’est rien. J’en fait vingt-cinq.”ROMANS publiés chez GallimardLa Blouse roumaine, 1990 En toute innocence, 1995 À vous, 1996 Jouir, 1997 Le Problème avec Jane, 1999 La Haine de la famille, 2001 Confessions d'une radine, 2003 Un brillant avenir, 2008 Indigo, 2013, Une éducation catholique, 2014L'Autre qu'on adorait, 2016Vie de David Hockney, 2018Trois fois au bout du monde, 2020La définition du bonheur, 2021 C'est le seizième épisode du podcast littéraire LE JARDIN.Si vous l'avez aimé, partagez ce podcast avec vos amis, laissez un commentaire (ou une note) svp. Rendez-vous pour le prochain épisode !À LA TECHNIQUEConception et interview : François-Xavier ROBERTMixage et création musicale : Julien HAURANTMusique d’intro : "Mélodie hongroise" de Franz SCHUBERT, guitare classique et guzheng en intro ; arrangement électro en conclusionCourts extraits musicaux : Léo Ferré – “Avec le temps”, écrit et composé par Léo Ferré, arrangé par Jean-Michel Defaye, éditions : La Mémoire et la Mer - Méridian ℗ 1971 Barclay ; Franz SCHUBERT - Quatuor à cordes n°14 en ré mineur D 810 "La jeune fille et la mort" sur https://musopen.org/Contact Envoyez un e-mail à : fxrparis@gmail.com Page Facebook : https://www.facebook.com/LeJardinPodcast Merci d'écouter le podcast littéraire Le Jardin !
24:14 6/3/22

Similar podcasts