Artist picture of Luis Mariano

Luis Mariano

17 421 fans

Luis Mariano : écoute tous les titres sur Deezer

Top titres de l'artiste

Mexico Luis Mariano 03:33
Maman, la plus belle du monde Luis Mariano 03:15
La belle de Cadix Luis Mariano 02:33
C'est magnifique Luis Mariano 02:31
Qui sait, qui sait, qui sait Luis Mariano 02:23
Rossignol Luis Mariano 03:19
Il est un coin de France Luis Mariano 02:52
Bayonne mon amour Luis Mariano 02:24
L'amour est un bouquet de violettes Luis Mariano 03:28
Fandango du pays Basque Luis Mariano 02:18

Sortie la plus populaire

Luis Mariano : les nouveautés sur Deezer

La belle de Cadix
Mexico
Rossignol
Maman, la plus belle du monde

Albums les plus écoutés

Luis Mariano : les albums les plus populaires

Artistes similaires

Les artistes similaires à Luis Mariano

Playlists

Luis Mariano : découvre la musique & les playlists

Apparaît dans

Écoute Luis Mariano sur Deezer

Biographie

Cadix à Paris

Sa voix de velours commence à devenir familière aux oreilles du public et, bien avant la mode latino, le charme espagnol de l’Andalou basquo-bordelais agit, particulièrement sur ces dames, d’autant qu’en ces temps d’Occupation (sa première prestation publique à Chaillot a lieu en décembre 1943), Mariano incarne un exotisme de bon aloi et une fraîcheur toute idéalisée, bien loin de la réalité de l’Espagne franquiste. C’est en 1945, après s’être associé à Raymond Vincy et Francis Lopez pour les besoins de l’opérette La Belle de Cadix dans laquelle il tient pour la première fois le premier rôle, qu’il triomphe au Casino Montparnasse. Car, cette Belle de Cadix, aux célèbres « yeux de velours », tient deux ans durant le sommet de l’affiche au théâtre du Casino Montparnasse. Le spectacle est représenté deux années durant et les enregistrements de l’opérette s’écoulent également fort bien. Luis Mariano devient une vedette comparable à Tino Rossi. Sollicité par le cinéma, le ténor tient quelques rôles chantants dans plusieurs films musicaux (L’Escalier sans fin, Histoire de chanter, Fandango...) aux scénarios parfois minces et souvent de simples prétextes aux prestations vocales de l’artiste.

International Torero

L’année 1951 le voit triompher avec ce qui deviendra son opérette la plus connue, Le Chanteur de Mexico  où son costume de toréador orné de roses fait merveille. Ce tube fait de lui non plus seulement une vedette française, mais internationale car ses roucoulades s’exportent à merveille. L'année suivante, Luis Mariano s'impose à l'écran dans Violettes Impériales. Outre les Etats-Unis et l’Amérique du sud qui lui font un triomphe, les pays du bloc de l’Est lui ouvrent leur porte, chose rare pour un artiste occidental en ces temps de Guerre froide. En 1955, Sacha Guitry, lui-même, le consacre au cinéma en lui donnant le rôle du ténor Garat dans sa fresque historique Napoléon, véritable foire aux apparitions de vedettes.

Le rossignol des années 50

Les années 50 sont très prolifiques pour Luis Mariano et son compositeur et ami Francis Lopez, qui sortent morceau sur morceau. De «Olé Torero » à « Rossignol » en passant par « Maman, la plus belle du monde », le duo se montre des plus prolifiques. Mariano, qui multipliera les duos avec les stars de son temps (Bourvil, et Annie Cordy dans Visa pour l'Amour) n’hésite pas non plus à s’auto-parodier ainsi qu’à s’amuser de son personnage de chanteur suave à la voix d’or dans quelques amusants pastiches. Ainsi, en 1957 et 1959, il n'hésite pas à accompagner le cirque Pinder sur les routes de France et de Navarre. Cependant, au détour des années 1960, l’air du temps rattrape quelque peu Luis Mariano. La mode est à alors à cette étrange musique venue d’outre-Atlantique qui demande aux jeunes de se déhancher en arborant des blousons noirs et d’étranges bananes gominées. Icône un peu rétro, Luis Mariano ne rencontre plus autant le succès qu’auparavant et s’aperçoit qu’il vieillit en même temps que son public. Cela ne l’empêche cependant pas de monter de nouvelles opérettes telles que La Canción del Amor Mío, Le Secret de Marco Polo ou Le Prince de Madrid, que le public plébiscite en 1965. Son répertoire s'étend aux chansons traditionnelles espagnoles et napolitaines à la fin des années soixante.

La postérité

Mais l’artiste, cependant, se produit de moins en moins, d’autant qu’il se découvre gravement malade à la fin de la décennie 1960. Il décède le 14 juillet 1970, à Paris, des suites de cette maladie. Surnommé Le Prince ou « La Voix en Or » au zénith de sa carrière, Mariano Eusebio González y Garcia a contribué à la popularisation de l’opérette en France et dans le monde. Une mode qui ne lui a pas survécu, mais qui, de temps à autre, se paye le luxe d’un petit revival, comme en 2006, lorsque le théâtre du Châtelet accueille une version modernisée du Chanteur de Mexico, ou quand le ténor Roberto Alagna lui rend hommage. Inhumé à Arcangues, au Pays basque français, sa tombe est encore régulièrement fleurie par des fans énamourés.