Artist picture of Mary J. Blige

Mary J. Blige

1 056 955 fans

Artistes similaires

Playlists

Biographie

Mary Jane Blige est née le 11 janvier 1971 dans le quartier difficile de Yonkers, au coeur du Bronx, à New York. Elle enregistre une reprise d'Anita Baker « Caught Up in the Rapture » dans un de ces studios mobiles plutôt populaires dans les centres commerciaux. Reprise qui atterrit entre les mains de Jeff Redd, artiste et dénicheur de talents pour Uptown records, via le petit ami à l'époque de sa mère. Redd transmet à Andre Harrell, le président du label, qui rencontre Blige et la signe en 1989, faisant d'elle la première artiste féminine de la compagnie, ainsi que la plus jeune.

Début de carrière plutôt calme, le label misant prioritairement sur les artistes déjà confirmés. Elle est mentionnée pour la première fois alors qu'elle se produit sur scène en tant que choriste de Redd lors d'un concert à l'Apollo Theatre. Elle fait également parti des choeurs pour « I'll Do 4 U » de son collègue de label Father MC, faisant une apparition dans la vidéo du morceau.

Elle collabore sur la deuxième moitié de 1992 avec Grand Puba sur son morceau « Check It Out » et réalise juste auparavant avec ce dernier ses grands débuts télévisuels dans l'émission phare de MTV « Yo ! MTV Raps », jouant son premier morceau « What's the 411 ? ». Ce titre annonce l'album du même nom largement pris en charge par Sean (Puffy) Combs, alors façonneur de talents chez Uptown, qui cherche de l'aide dans la crème de la production R&B de l'époque avec Dave 'Jam' Hall ou encore De Vante Swing.

L'album What's the 411? sort le 18 juillet 1992, bien appuyé par les maxis « You Remind Me » et « Real Love » qui font respectivement numéros 29 et 7 des 100 meilleures ventes du Billboard, certifiés disque d'or au passage. Deux autres singles seront issus de l'album, « Reminisce » et « Love No Limit », permettant à l'album d'atteindre les 3 millions de ventes en 1993. Mary J. Blige est rebaptisée la reine du hip-hop soul, titre qui la suivra longtemps, même si à l'époque il sentait fortement l'outil promotionnel. Vient ensuite la sortie d'une version remixée de l'album, What's the 411 ? Remix, qui apparaît dans les bacs en décembre 1993. The Notorious B.I.G. y fait des apparitions remarquées, notamment après un couplet devenu légendaire sur « Real Love ».

La suite arrive juste après avec My Life en novembre 1994. L'album se veut résolument plus sombre et tourmenté quant aux thèmes abordés, Blige co-écrivant la majorité de l'album et se basant sur ses combats contre la drogue, l'alcool et autres addictions, n'omettant pas sa relation destructrice avec K-Ci Hailey, du groupe Jodeci. Presque tous les titres sont co-produits par Sean Combs, alors sur le départ, qui réussit cependant à devenir manager de la chanteuse en partant. Le single « Be Happy » reste fidèle aux standards commerciaux de la chanteuse, terminant numéro 29 du top 100 du Billboard et la reprise du succès de Rose Royce « I'm Going Down » (1975), devient son premier succès en Angleterre (12ème meilleure vente de singles). « Mary Jane (All Night Long) » bénéficie également de rotations énormes sur les radios et assure le deuxième succès de Blige en Angleterre. L'album termine lui aussi triple disque de platine.

Elle se disperse un peu plus en 1995, reprenant un morceau d'Aretha Franklin « (You Make Me Feel Like) A Natural Woman » pour la bande originale de la série de la compagnie Fox « New York Undercover », ou enregistrant « Everyday It Rains » en compagnie de Faith Evans pour la bande son du documentaire sur le monde du hip-hop The Show. Sans oublier la collaboration avec Method Man, membre du Wu-Tang Clan, pour « I'll Be There for You/You're All I Need to Get By », reprise du duo vainqueur d'un Grammy Award composé de Marvin Gaye et Tammi Terrell, qui lui permet aussi de remporter la même récompense, celle de la meilleure performance de rap pour un duo ou un groupe. Enfin elle enregistre « Not Gon' Cry » écrit et produit par Babyface, toujours pour une bande originale, celle de Waiting to Exhale, se hissant à la deuxième place des ventes du Billboard début 1996, titre qui devient ainsi son plus gros succès à l'époque.

C'est sur MCA Records, maison-mère de Uptown Records, que sort le troisième album de Mary J. Blige en avril 1997, Share My World, sans l'aide de Sean Combs, ayant rompu les liens artistiques avec ce dernier. Mais il est très brillamment remplacé par Jimmy Jam et Terry Lewis, R. Kelly et l'omniprésent Rodney Jerkins, qui se taille à l'époque la plus grosse tranche musicale et fait de ce nouvel album le plus gros succès de la chanteuse, déboulant directement numéro un des ventes d'albums en s'écoulant à plus de 5 millions de copies à travers le monde. Elle part en tournée durant l'été 1998 afin de promouvoir un peu plus l'album et en tire un album live sobrement intitulé The Tour qui termine disque d'or.
 
Le nouvel album Mary qui sort le 17 août 1999 s'écarte des origines soniques familières de la chanteuse, remplaçant les rythmiques hip-hop par des arrangements plus complexes et lorgnant à grandes loupes vers la soul classique, la chanteuse collaborant avec de grands noms de la musique comme Aretha Franklin, Elton John, Eric Clapton ou encore George Michael, dont leur titre en commun, une reprise d'un succès de Stevie Wonder « As » (1976), se retrouve sur la sortie anglaise de l'album. L'album ressort le 14 décembre 1999, agrémenté d'un second disque comportant les vidéos des deux singles « All That I Can Say » en compagnie de Lauryn Hill et « Deep Inside » avec Elton John, ainsi que deux nouveau morceaux. L'album reçoit la reconnaissance critique la plus importante jusque là, tout en s'écoulant également à 2 millions de copies, mais MCA en profite cependant pour glaner ici et là de nouveau fans en sortant des remixes orientés pour les clubs et faisant de « Your Child » version Junior Vasquez la meilleure vente de morceaux dance en octobre 2000.

Appuyée par les fondations toujours impeccables d'un Dr. Dre qui s'y connaît en tubes, elle truste six semaines consécutives les sommets des meilleures ventes de singles avec « Family Affair », permettant à son nouveau album No More Drama de se vendre à quasiment 2 millions d'unités rien que sur le territoire américain en 2001. Mais le glouton financier MCA, peu satisfait des ventes, décide de ressortir l'album le 29 janvier 2002, avec un nouvel emballage, deux nouveaux titres davantage conformes à l'idée que se fait la maison de disques de ce qu'attendent les fans de la chanteuse, ainsi que de deux remixes, dont un de Puff Dady de retour. Ils arrachent un nouveau million de ventes aux Etats-Unis.

La suite arrive avec Love & Life le 26 août 2003, Mary retrouvant son partenaire des débuts nouvellement prénommé Diddy, ce qui redonne de fols espoirs aux fans de la première heure. Mais ni le premier single « Love @ 1st Sight » appuyé par Method Man, ni les autres « Ooh ! », « Not Today » avec Eve ou encore le duo avec Sting « Whenever I Say Your Name », ne permettent de redresser la barre. Et même si l'album termine disque de platine, c'est le plus gros échec critique de l'artiste, se séparant une nouvelle fois de Combs avant même d'avoir terminé l'album.

Elle se rattrape avec The Breakthrough (décembre 2005), collaborant avec à peu près tout le monde musical, de Rodney Jerkins à will.i.am en passant par Raphael Saadiq ou encore les nouveaux venus Cool et Dre et 9th Wonder. Cela lui permet de réaliser la meilleure première semaine pour un album R&B de l'histoire de Soundscan avec 720,000 copies écoulées. Le premier single « Be Without You » reste 15 semaines de suite au sommet des ventes R&B. Et « One », duo avec U2 reprenant leur hit de 1991, devient l'un des plus gros succès mondiaux de 2006. Blige remporte par la suite avec cet album à peu près tous les prix possibles et inimaginables, dont trois Grammy Awards en février 2007, complétant parfaitement bien ses prix aux American Music Awards et Billboard Music Awards en fin d'année 2006.

C'est alors l'heure d'une compilation, Reflections - A Retrospective, parue et décembre 2006 et comportant quelques nouveaux morceaux déjà devenus des titres à succès comme « We Ride (I See the Future) ». Elle arrive à en écouler 1,6 million de copies tout en continuant à collaborer avec des grands noms de la scène musicale comme Aretha Franklin et The Harlem Boys Choir pour le morceau « Never Break My Faith », présent sur la bande originale du film Bobby, morceau qui remporte le Grammy Award du meilleur titre gospel lors de la 50ème cérémonie de cet évènement.

L'album suivant Growing Pains, sorti le 18 décembre 2007, arrive directement numéro deux des 200 meilleures ventes au Billboard. C'est le troisième à dépasser les 600,000 copies vendues en une semaine depuis l'avènement de SoundScan en 1991. Une semaine passe et l'album devient numéro un des ventes et, accessoirement, le quatrième album numéro un des ventes pour la chanteuse. Un résultat plutôt impressionnant, comme le duo avec Chaka Khan « Disrespectful », qui apparaît sur l'album Funk This de cette dernière, récoltant une nouvelle victoire aux Grammy Awards pour la chanteuse avec le titre de meilleur titre de R&B pour un groupe ou un duo.

Entre quelques apparitions sur le petit écran avec des shows comme Entourage ou au cinéma avec Q-Tip dans Prison Song (2001), voire les planches avec sa prestation dans The Exonerated, pièce dans laqurelle elle joue le rôle de Sunny Jacobs, condamnée à 20 ans de prison pour un crime qu'elle n'a pas commis, Mary J. Blige essaie de faire avancer la cause féminine avec la fondation qu'elle a montée avec Steve Stoute le 9 mai 2008, FFAWN. Elle a désormais une vie amoureuse beaucoup moins tapageuse, mariée depuis le 7 décembre 2003 avec celui qui est devenu son manager Martin Kendu Isaacs. Elle est attendue avec beaucoup d'intérêt dans le film retraçant la vie de Nina Simone, pour lequel elle endosse le rôle-titre.

Sorti en fin dannée 2009 aux Etats-Unis, Stronger with Each Tear se classe immédiatement près du sommet des ventes (n°2). L'album est d'abord disponible en téléchargement légal en France avant une sortie physique en février 2010. A part dans son pays d'origine où elle reste une artiste majeure, l'aura de Mary J. Blige décline sérieusement dans le reste du monde, ce que confirme My Life II... The Journey Continues (Act 1) (2011), qui se veut une suite de My Life (1994). Malgré le renfort de Beyoncé et de Nas, cette suite ne fait pas l'unanimité.

Confrontée à une baisse continue de sa popularité, Mary J. Blige réunit un plus large public avec l'album de chansons de Noël Mary Christmas
(2013), qui convainc 500.000 acheteurs aux Etats-Unis. La diva du R&B tendance rap revient en juin 2014 avec le single « Suitcase » et la bande originale du film Think Like a Man Too. En novembre suit l'album The London Sessions, enregistré en Angleterre pour son nouveau label Capitol Records, avec la jeune garde electro-soul (Disclosure, Emeli Sandé, Sam Smith, Sam Romans, Naughty Boy, Jimmy Napes).

Après l'interprétation du nouveau thème de l'émission The View (« World's Gone Crazy »), Mary J. Blige part en tournée avec Maxwell. Elle reprend ensuite le titre de Bruce Springsteen, « American Skin », avec la participation de Kendrick Lamar. Un nouveau single paru en octobre 2016, « Thick of It », stationne au sommet du classement R&B adulte pendant seize semaines. Il sert de prélude à l'album Strength of a Woman, paru en avril 2017 après un nouveau succès intitulé « U + Me (Love Lesson) », également classé numéro un R&B adulte. Le duo avec Kanye West « Love Yourself » ouvre l'album produit par BadBadNotGood, Bigg D, Hit-Boy et Teddy Riley. Parmi les convives figurent Quavo, DJ Khaled et Missy Elliott (« Glow Up ») et Kaytranada (« Telling the Truth »).