Artist picture of Nelson Veras

Nelson Veras

1 295 fans

Artistes similaires

Playlists

Apparaît dans

Biographie

Né à Salvador de Bahia le 6 août 1977, Nelson Veras devient rapidement un as de la guitare jazz, sa particularité étant de ne pas utiliser de médiator.

En 1992, âgé de quatorze ans, il arrive en France et s'installe à Paris où il fait la rencontre du pianiste et compositeur américain Jeff Gardner également exilé dans la capitale. Ce dernier, jugeant la prodigalité de son style, n'hésite pas à l'inviter à jouer sur son album Sky Dance, puis sur le suivant Seconde Home. Le réalisateur Frank Cassenti, à l'origine de sa découverte, convie Nelson Veras à jouer avec Pat Metheny au festival de Marciac. La rencontre entre le maître et le jeune loup est immortalisée dans le film Just a Dream.

Nelson Veras épate ensuite Aldo Romano qui le prend sous son aile et le présente dans les clubs parisiens. Le batteur se joint même au quartette du jeune guitariste qui inclut également Michel Benita (contrebasse) et Eric Barret (saxophone). Il va jusqu'à lui dédier le morceau « Pelourinho » sur l'album Intervista (1996). Nelson Veras fait un temps partie des « jeunes lions » de Michel Petrucciani et étudie au CNSM avant de retourner au Brésil en 1998. Après son mariage et la fin de ses études, il rejoint la capitale française pour se replonger dans l'atmosphère de la scène jazz.

A son retour, Nelson Veras fait d'autres rencontres et forme un trio avec Gildas Bodé (contrebasse) et Marcello Pelliterri (batterie) qui enregistre en 2001 un album à base de standards jazz et brésiliens. Après plusieurs années passées à jammer, il enregistre un album homonyme en quartette en 2004 pour le compte de Label Bleu, avec Daniel Yvinec, Harmen Fraanje (orgue et Fender Rhodes) et Stéphane Galland (batterie, Aka Moon). En 2009, il effectue une séance en solitaire avec Solo Session pour le label Bee Jazz.

Deux ans après, Nelson Veras enregistre en trio l'opus majeur, Rouge Sur Blanc, vivement remarqué par la critique. Sur ce troisième opus pour lequel il s'est mis à la composition, le Brésiilen  s'entoure de Thomas Morgan (contrebasse) et Stéphane Galland (batterie).