Artist picture of Sizzla

Sizzla

370 840 fans

Sizzla : écoute tous les titres sur Deezer

Top titres de l'artiste

I'm Living Sizzla 04:57
My Girl Sizzla, JonFX 02:53
Be Strong Sizzla 03:38
HYPROCRITES & PARASITES Sizzla, Bushman, Luciano, Capelton 03:51
I'm Living Sizzla 05:05
Gun Session Vybz Kartel, Akon, Shabba Ranks, Sizzla 05:47
Champion Sound Sizzla, Mista Savona, Errol Dunkley 04:45
WHATS GOING ON Sizzla, Bushman, Luciano, Capelton 03:41
Born a King Sizzla, Mista Savona 05:02
Crucial Time Sizzla 03:34

Dernière sortie

Sizzla : les nouveautés sur Deezer

Albums les plus écoutés

Sizzla : les albums les plus populaires

Artistes similaires

Les artistes similaires à Sizzla

Playlists

Sizzla : découvre la musique & les playlists

Apparaît dans

Écoute Sizzla sur Deezer

Biographie

Voie du succès

Bien que Praise Ye Jah, fasse sensation, Sizzla adopte un discours divergent parfois de celui de ses congénères du label Xterminator. Il devient adepte de l'ordre fondé par le rasta Bobo Ashanti et sa pensée se radicalise. Son troisième album Black Woman and Child, sort en 1998. Numéro 1 en Jamaïque, ce disque devient une référence et vaut à Sizzla d'être nommé aux Mobo Awards en 1998, dans la catégorie « Meilleur artiste reggae international ». Hyperproductif, il publie pas moins de trois autres albums en une année et récolte une deuxième nomination aux MOBO Awards en 1999. Les labels se le partagent (Greensleeves, Vp Records ...) au point que Sizzla Kalonji peut publier jusqu'à cinq disques chaque année.

Voie glissante et dispersion

Une énergie et une polyvalence qui lui font emprunter des voies autrefois reniées mais surtout prendre ouvertement des positions déplorables (misogynie et homophobie). Les controverses autour du contenu de son message sont surtout dues à l'attitude hostile du leader reggae envers les médias et l'industrie du disque. Refusant de se justifier, il ne donne pas d'interview, se contentant d'invoquer sa doctrine sur scène.
 
En 2002, il sent sans doute le vent tourner et opère un retour au roots qui l'a couronné, avec l'album Da Real Thing (2003). Pourtant, Kalonji défraye à nouveau la chronique l'année suivante. Refusant de présenter ses excuses à la communauté homosexuelle, il se voit interdire l'entrée sur le territoire anglais et de nombreuses dates de sa tournée européenne sont annulées, comme Capleton à la même époque. Censuré en Jamaïque, il connaît d'importants démêlés avec la justice. Un flot de déboires qu'il parvient à contenir en 2007, après la signature du Compassionate Act (dans lequel il s'engage à ne plus réprimer les individus en fonction de leur orientation sexuelle) qui remet la tolérance et le respect au centre de sa musique.

Le feu de la scène

Sizzla est avant tout un artiste de scène, sa faconde et son art s'expriment ainsi aux côtés de The Judgment Yard, groupe qui constitue en fait une vraie communauté autour de l'artiste. Ce sont ses shows qui ont valu à Sizzla Kalonji son trône de représentant du reggae engagé et militant. Le feu, son symbole (élément purificateur et salvateur dont il se sert pour prêcher la bonne parole) doit brûler pour élever son discours et sa pensée et non réduire en cendres son combat pour l'unité des peuples.

Crucial Times
en 2010 symbolise bien le recentrage de Sizzla sur un discours social. Le mouvement Bobo Ashanti a d'ailleurs bien plus d'importance dans sa recherche d'une société juste et solidaire que dans la propagation de prétendus propos homophobes. Sizzla n'en devient pas plus avare de ses efforts pour autant, sortant entre The Scriptures en juin 2011 et Nuh Worry Unu Self en mars 2014 pas moins de six albums et un EP. Cette constante dispersion permet de remplir facilement la compilation Radical en avril 2014.