Artist picture of The Spencer Davis Group

The Spencer Davis Group

18 971 fans

The Spencer Davis Group : écoute tous les titres sur Deezer

Top titres de l'artiste

Gimme Some Lovin' The Spencer Davis Group 02:55
Gimme Some Lovin' The Spencer Davis Group 02:55
I'm A Man The Spencer Davis Group 02:57
Keep On Running The Spencer Davis Group 02:47
I'm a Man ('67 Radio Session) The Spencer Davis Group 03:07
Gimme Some Lovin' (Re-Recording) The Spencer Davis Group 03:19
Let Me Down Easy The Spencer Davis Group 03:00
Nobody Knows You When You're Down And Out The Spencer Davis Group 03:52
I'm Blue (Gong Gong Song) The Spencer Davis Group, Millie 02:40
Keep On Running The Spencer Davis Group 02:44

Sortie la plus populaire

The Spencer Davis Group : les nouveautés sur Deezer

Together Till The End Of Time
Take This Hurt Off Me
Nobody Knows You When You're Down And Out
Midnight Special

Albums les plus écoutés

The Spencer Davis Group : les albums les plus populaires

Artistes similaires

Les artistes similaires à The Spencer Davis Group

Playlists

The Spencer Davis Group : découvre la musique & les playlists

Apparaît dans

Écoute The Spencer Davis Group sur Deezer

Biographie

Il voulait être noir

Steve Winwood a déjà rodé (au sein de l’orchestre de son saxophoniste de père, puis du Muff Woody Jazz Band dirigé par son frère) une voix extraordinairement proche des soul men noirs américains, en accompagnant, pratiquement en culottes courtes, quelques artistes en tournée. Le jeune homme est surnommé Little Stevie, en hommage à Stevie Wonder. Le quatuor, désormais installé à Londres, est, dès ses débuts, pris en charge par le futur patron des disques Island, Chris Blackwell (grand amateur de rocksteady), et par l’emblématique producteur James Jimmy Miller (qui, entre autres chefs d’œuvre, sera plus tard aux manettes du Beggar's Banquet des Rolling Stones). En concert, les versions des classiques « When a Man Loves A Woman » et « Georgia On My Mind » subjuguent les audiences. En tournée, le quartet accompagne des figures de légende comme le bluesman Jimmy Whiterspoon.

Le temps des hits

La première trace discographique du groupe, une version du classique « Dimples », troublante de fidélité révérencieuse, est éclipsée par leur troisième single, « Every Little Bit Hurts », puis, dès le 20 janvier 1966, par le premier hit du groupe, « Keep On Running » (nouvelle reprise, cette fois du musicien jamaïcain Wilfred Gerald « Jackie » Edwards). Le disque détrône le « Day Tripper » des Beatles en tête des charts. Il est suivi le 14 avril par un autre tube, « Somebody Help Me » (autre emprunt au répertoire d’Edwards). Dès ses premiers coups d’éclat, et à l’instar de nombre de confrères, le Spencer Davis Group concentre sa production discographique sur les 45 tours, les albums n’étant que des compilations de ces singles, complétées d’une poignée d’inédits.

Après un 45 tours dans la langue de Goethe, en souvenir des études suivies par Spencer Davis en Allemagne de l’Ouest, les choses sérieuses reprennent au mois de novembre, grâce à « Gimme Some Lovin’ », énorme succès des deux côtés de l’Atlantique. La chanson, composée par les deux frères Winwood et Davis, reste un standard absolu de l’époque : de Queen à David Bowie, de The Grateful Dead à Toto, tout le monde, ou presque, l’a chanté. Au mois de janvier 1967, « I’m a Man », nouvelle composition originale, offre un autre Top Ten hit au groupe.

De ses propres ailes

C’est simplement quelques mois plus tard que le jeune Stevie, à qui tout son entourage répète à l’envie qu’il constitue la septième merveille du monde, et qui est épuisé par les tournées incessantes, quitte le groupe. Après son départ, Steve Winwood confortera son statut de figure majeure du rock anglais, en dirigeant Traffic (qui donnera une longue version en public de « Gimme Some Lovin’ »), puis l’un des premiers super-groupes de l’histoire (l’éphémère Blind Faith en 1969), avant de se consacrer à partir de 1975 à une carrière solo. Muff Winwood devient alors directeur artistique, et produit Dire Straits.

Dernière époque

Spencer Davis, abandonné de tous, appelle alors à ses côtés l’organiste Eddie Hardin (qui entame plus tard une carrière en duo avec Peter York), Ray Fenwick, ou Dee Murray (qui jouera de la basse pour Elton John). Le groupe poursuit par la suite une carrière sépia (on entendra quelque peu « Time Seller » sur les ondes durant l’été 1967). Les chansons « Mr. Second Class » (titre en résumé définitif ?) et « After Tea » seront soutenues par la mythique station pirate Radio Caroline. On a pu relever les traces du Spencer Davis Group jusqu’au début des années 80, grâce à quelques albums jazzy tout à fait confidentiels.

Après une carrière avortée de folk singer, Spencer Davis s’est consacré à divers métiers de l’édition musicale.
En 1969, les Américains du Chicago Transit Authority reprennent « Im a Man », lui donnant, grâce à un break gorgé de percussions, une coloration très proche du premier album de Santana. En 1982, ce sont The Blues Brothers qui, pour le compte de leur film éponyme, s’attaquent à « Gimme Some Lovin’ ».

Il aura suffi de moins de trois années au Spencer Davis Group pour écrire l’une des pages les plus intuitives et roboratives d’une musique, créée par des musiciens noirs, et interprétée par des gamins aux yeux bleus. Sa spontanéité et sa sincérité rendent leurs disques toujours aussi plaisants.